Instauration d’une nouvelle tarification pour les baux de villégiature

 

 28 octobre 2019

Le Gouvernement du Québec maintient son appui aux locataires des terres publiques en confirmant l’indexation annuelle à l’inflation du loyer des baux de villégiature pour le 1er janvier 2020.

Cette modification fait suite aux engagements pris par le gouvernement l’année dernière. À l’époque, l’enjeu de l’impact de nouvelles hausses importantes de loyer en 2020 pour les locataires de terrains de villégiature sur les terres avait été soulevé puisque les citoyens frappés par cette nouvelle hausse avaient réclamé que des changements soient apportés au règlement.

Il faut rappeler qu’en 2020, une majorité de détenteurs de baux de villégiature auraient vu leurs hausses de loyer passer à un taux supérieur à la variation de l’inflation selon l’ancienne réglementation. Dans certaines régions, cette hausse aurait représenté entre 200 $ et 300 $ par bail. Avec les changements apportés à la réglementation, la hausse sera plafonnée à la variation de l’indice des prix à la consommation.

Les modifications réglementaires s’appliquent tant aux baux gérés par le Ministère qu’aux baux gérés par les municipalités régionales de comté (MRC), signataires d’une entente de délégation.

Dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, où se trouvaient les ministres Jonatan Julien et Andrée Laforest qui ont procédé à l’annonce aujourd’hui, il y a environ 10 520 baux de villégiature. Les MRC ou municipalités suivantes sont signataires d’une entente de délégation : Ville de Saguenay, MRC de Lac-Saint-Jean-Est, MRC Le Domaine-du-Roy, MRC de Maria-Chapdelaine et MRC Le Fjord-du-Saguenay.

« Encore une fois, notre gouvernement démontre qu’il est à l’écoute de la population et qu’il respecte ses engagements. Dès 2020, les changements apportés à la tarification des baux de villégiature permettront de retourner 1,1 M$ dans les poches des locataires qui pourront aussi mieux prévoir l’évolution de leur loyer. De plus, nous avons agi suffisamment tôt pour leur permettre d’éviter des hausses tarifaires majeures qui auraient pu découler, comme cela a été le cas en 2016, de la révision des valeurs de référence à partir de 2021. », a déclaré M. Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord.

« Mes collègues députés Éric Girard, Nancy Guillemette, François Tremblay et moi-même sommes très heureux de cette nouvelle. Notre région est riche en baux de villégiature. Par cette mesure, nous assurons une prévisibilité pour les locataires. Pour nous, il était important de corriger le tir dans ce dossier. C’est pour cette raison que notre gouvernement s’était engagé à maintenir toutes les augmentations futures à un taux qui ne dépassait pas l’inflation. Aujourd’hui, je suis fière de pouvoir dire : mission accomplie. », a souligné Mme Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Faits saillants :

  • Lorsque les baux seront modifiés ou qu’ils feront l’objet d’un transfert, par exemple lorsqu’un locataire vend son chalet, le loyer sera révisé en tenant compte de la plus récente valeur du marché et un nouveau bail sera alors produit.
  • L’augmentation moyenne des loyers de villégiature sera de 10 $ en 2020 comparativement à 50 $ avec l’ancienne réglementation.
  • L’augmentation de la valeur des terrains de villégiature n’amènera plus une hausse équivalente du loyer des baux au moment de leur renouvellement.
  • En 2020, plus des trois quarts des villégiateurs paieront un loyer inférieur à 2 $ par jour, soit moins de 730 $ par année.

Liens connexes :

  • Pour plus de détails concernant la nouvelle tarification applicable aux baux de villégiature, consultez la page Web consacrée à ce sujet.
  • Pour obtenir des renseignements généraux sur les baux de villégiature, contactez le Centre de services du territoire public au 418 380-8502, ou au numéro sans frais 1 844 282-8277, ou écrivez à :
    droit.terre.publique@mern.gouv.qc.ca
  • Pour obtenir des renseignements sur le Ministère et en savoir plus sur ses activités et ses réalisations, consultez le mern.gouv.qc.ca et les réseaux sociaux :
  • https://fr-ca.facebook.com/EnergieRessourcesNaturelles
  • https://twitter.com/mern_quebec

Annonce de la candidate de la CAQ dans Jean-Talon

 

 27 octobre 2019

Le chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que Joëlle Boutin sera la candidate de sa formation politique pour l’élection partielle à venir dans la circonscription de Jean-Talon.

François Legault est heureux de pouvoir compter sur cette candidate de grande valeur. Avant sa mise en candidature, Joëlle Boutin agissait à titre de directrice de cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire. Elle a également œuvré au sein du cabinet de relations publiques National où elle mettait à contribution ses talents en communications, relations publiques et marketing. Elle est aussi cofondatrice et éditrice en chef de Femmes Alpha, visant à développer et promouvoir l’entrepreneuriat au féminin, en plus d’avoir cofondé Atelier Ëdele, une entreprise d’import/export spécialisée dans la production de literies en coton biologique pour enfants.

Elle s’implique toujours activement en entrepreneuriat comme vice-présidente du conseil d’administration de l’Association des clubs entrepreneurs étudiants du Québec (ACEE) et comme ambassadrice de la cohorte politique du programme leadership au féminin de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ).
Maman de deux jeunes enfants, elle a déjà une longue feuille de route professionnelle, qui a débuté en tant que pilote d’avion chez Pascan et Propair. En plus de sa licence de pilote, Joëlle Boutin a complété un baccalauréat intégré en économie et politique à l’Université Laval, avant de parfaire sa formation académique en décrochant une maîtrise en administration et politiques publiques internationales à l’Université Concordia.

« Je dis aux gens de Québec, de Sillery et de Ste-Foy que c’est le temps de vous joindre au changement : vous pouvez à la fois vous joindre au gouvernement et vous donner la meilleure députée possible. Dans la dernière année, je pense que les gens d’ici ont pu voir qu’on est un gouvernement intègre qui respecte sa parole. Nous avons déjà commencé à livrer le changement que nous avions promis, et ça va se poursuivre dans les mois et les années à venir. Plus que jamais, on a besoin d’un gouvernement fort à Québec. », a annoncé François Legault, premier ministre du Québec.

Chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec « La dernière année au sein du gouvernement, en tant que directrice de cabinet d’Éric Caire, m’a mieux outillée pour représenter les citoyens et faire avancer les dossiers qui concernent Jean-Talon. Cette année m’a également fait réaliser à quel point servir les Québécois est un immense privilège qui demande une grande humilité. Cette fois-ci, j’arrive également avec la possibilité pour les gens de faire partie d’un gouvernement qui est au service des Québécois. Je fais partie d’une équipe à l’écoute de la population et qui respecte ses engagements. Notre gouvernement est en action depuis le 1er octobre dernier, mais il reste encore beaucoup de travail à faire. Aussi, c’est avec fierté et humilité que je désire relever cet important défi et contribuer avec cœur et passion à prendre soin de nos écoles, de nos hôpitaux, de l’environnement et des familles. Citoyens de Jean-Talon, je suis déterminée à vous représenter avec vigueur et intégrité au sein d’un gouvernement qui agit efficacement et à faire avancer les choses de manière positive en collaborant avec les gens sur le terrain. », a déclaré Joëlle Boutin, candidate de la Coalition Avenir Québec dans Jean-Talon.

Apprenez-en davantage sur la candidate en cliquant ici.

Investissement dans le Programme d’infrastructures municipales d’eau

 

 25 octobre 2019

Au nom de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, la ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et députée de Champlain, Mme Sonia Lebel, est fière d’annoncer une aide financière de 228 000 $ accordée à la Municipalité de Sainte-Geneviève-de-Batiscan pour des travaux visant l’amélioration d’infrastructures d’eau.

« Je me réjouis de cet investissement et des répercussions positives que ces travaux d’infrastructures entraîneront pour Sainte-Geneviève-de-Batiscan. En tant que députée de Champlain, je suis fière d’affirmer que notre gouvernement est en action afin de répondre aux besoins des municipalités de la circonscription. », a mentionné Sonia Lebel, ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et députée de Champlain.

« L’optimisation des réseaux d’eau est essentielle à la création de milieux de vie prospères et en santé. Comme ministre régional, je salue l’annonce de cette aide financière. C’est une excellente nouvelle pour les Genevièvoises et Genevièvois, qui pourront dorénavant compter sur des infrastructures renouvelées et durables. », a souligné Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« Assurer le maintien des services publics, l’accès à l’eau potable et sa saine gestion est une priorité pour notre gouvernement. C’est en travaillant en étroite collaboration avec nos partenaires municipaux et en investissant dans les infrastructures que nous sommes en mesure de concrétiser des projets porteurs pour les collectivités de toutes les régions. », a déclaré Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Nous remercions le gouvernement du Québec de l’aide financière accordée, qui nous permet de poursuivre nos efforts soutenus de mise à niveau de nos infrastructures d’eau. Ce soutien permet non seulement de procéder au remplacement d’infrastructures de distribution d’eau potable désuètes, mais contribue également à réduire les pertes d’eau, un objectif de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. », a indiqué Christian Gendron, maire de Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

Faits saillants :

  • Le projet prévoit le renouvellement de conduites d’eau potable et d’eaux pluviales sous la rue Saint-Philippe.
  • L’aide financière de 228 000 $ provient du Programme d’infrastructures municipales d’eau (PRIMEAU).
  • Le Plan québécois des infrastructures 2019-2029 prévoit des investissements de près de 7,2 milliards de dollars dans le secteur des infrastructures municipales, sous la responsabilité du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). En y ajoutant les contributions du gouvernement du Canada et des municipalités, c’est plus de 16,7 milliards de dollars qui seront investis dans les infrastructures municipales au Québec au cours de cette période.

Liens connexes :

Stratégie québécoise d’économie d’eau potable 2019-2025

Pour en savoir plus sur les activités du MAMH, suivez-nous dans les médias sociaux :

facebook.com/AffairesMunicipalesHabitation
twitter.com/MAMhQC/

Remise officielle du coquelicot par la Légion royale canadienne

 

 24 octobre 2019

Le premier ministre, François Legault, a reçu officiellement, des mains du président de la filiale 265 de la Légion royale canadienne, M. Pierre Gosselin, le coquelicot, symbole national du Souvenir. Cette remise s’est déroulée, aujourd’hui, en présence des trois premiers vice-présidents de la Légion ainsi que du directeur de la Campagne du coquelicot. M. Legault portera celui-ci tout au long de la Campagne, qui est soulignée à compter du dernier vendredi d’octobre, et ce, jusqu’au jour du Souvenir, soit le 11 novembre.

« Je suis honoré de recevoir le coquelicot, symbole fort de la reconnaissance à nos vétérans. Le port du coquelicot est une tradition, pour moi, et une façon de ne jamais oublier le sacrifice que ces braves femmes et hommes ont fait pour les Québécois et les Canadiens. J’invite tout le Québec à se joindre à la Campagne en arborant le coquelicot, ou en rendant hommage aux personnes qui se sont battues pour notre liberté. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

Faits saillants :

  • La Campagne du coquelicot, orchestrée par la Légion royale canadienne, est soulignée entre le dernier vendredi d’octobre et le 11 novembre, jour du Souvenir.
  • Lors de cette campagne, de nombreux Québécois et Canadiens portent le coquelicot, symbole désigné pour rendre hommage aux vétérans.
  • Si la Campagne a principalement pour mission d’encourager la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale, des dons sont également amassés et destinés à soutenir les vétérans et leur famille par l’entremise du Fonds du coquelicot.
  • À cette occasion, chaque année, le président de la Légion royale canadienne remet officiellement un coquelicot au premier ministre.

Pour en savoir plus sur la Légion royale canadienne et sur la Campagne du coquelicot : https://legion.ca/fr/souvenir/le-coquelicot

Lutte contre l’intimidation : des pistes de solution prometteuses

 

 23 octobre 2019

La Journée de consultation des partenaires nationaux sur la lutte contre l’intimidation a réuni aujourd’hui à Québec des représentants d’organismes de divers milieux, préoccupés par cette question. Cette rencontre a donné lieu à des échanges fructueux en présence du premier ministre du Québec, M. François Legault, du ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe, de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, de l’adjointe parlementaire du ministre de la Famille, Mme Stéphanie Lachance, de la députée des Mille-Îles, Mme Francine Charbonneau, de la députée de Sherbrooke, Mme Christine Labrie, et de la députée de Joliette, Mme Véronique Hivon.

À l’issue de cette journée, grâce à la contribution de tous les partenaires, des constats en lien avec les thèmes abordés ont pu être dégagés.

Rappelons que cette journée s’inscrit dans une vaste démarche de consultation amorcée, le 1er octobre dernier, par une consultation en ligne portant sur la lutte contre l’intimidation. Elle permet à la population d’exprimer son point de vue quant aux initiatives actuelles et aux enjeux à considérer en vue de l’élaboration des prochaines mesures gouvernementales sur ce sujet. Le questionnaire est accessible au mfa.gouv.qc.ca/consultation jusqu’au 25 octobre 2019.

Parallèlement à cette consultation publique, une tournée dans une dizaine de régions de la province s’est déroulée. Elle visait à donner la parole à des représentants d’organismes régionaux sur la question, puis à aller à la rencontre de jeunes dans différentes écoles du Québec pour leur permettre de s’exprimer sur le phénomène de l’intimidation et de la cyberintimidation ainsi que sur ses conséquences.

« On a le devoir d’en faire plus pour lutter contre l’intimidation partout au Québec. C’est un sujet qui me touche particulièrement, car il affecte principalement les jeunes. Je veux remercier tous ceux qui ont participé aux consultations. Votre expertise et vos vastes connaissances vont permettre de nourrir nos réflexions sur cette problématique. Nous allons élaborer un plan et des mesures qui répondront aux préoccupations et aux besoins exprimés lors des consultations. Nous voulons aller encore plus loin, pour le bien-être et la dignité de tous les Québécois. », a déclaré François Legault, premier ministre.

« Malgré les différentes actions qui ont été réalisées jusqu’à maintenant, le phénomène de l’intimidation est toujours présent dans notre société. Les histoires troublantes qui font trop souvent les manchettes nous touchent beaucoup et nous interpellent. Avec votre aide, et celle de toutes les personnes qui ont participé à la démarche de consultation publique, toujours en cours, nous serons en mesure de proposer de nouvelles mesures pour améliorer la situation de milliers de personnes à travers le Québec. Vos constats contribueront à l’élaboration des prochaines mesures pour prévenir et lutter contre l’intimidation afin de poursuivre la mobilisation au Québec et bien répondre aux besoins de la population. Merci à tous de votre précieuse contribution! », a mentionné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

« Dans les milieux scolaires, plusieurs initiatives visant la promotion de l’esprit sportif ont été mises de l’avant pour contrer la violence et l’intimidation. Cette approche vise à aborder cette question de manière positive et préventive par des comportements bienveillants. Il nous faut poursuivre nos efforts en ce sens et élargir leur portée à l’ensemble de notre société. Je suis heureuse de travailler avec mes collègues de l’Assemblée nationale et nos différents partenaires pour que nos milieux de vie soient toujours plus sécuritaires et inclusifs. Pour cela, nous savons que l’implication de tous est essentielle. C’est pourquoi je désire remercier chaque personne de son apport personnel. » , a indiqué Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

« Dans le cadre de la démarche de consultation publique, j’ai eu la chance de participer à la tournée de consultation régionale. Nous avons parcouru une dizaine de régions du Québec pour échanger avec des représentants d’organismes régionaux sur les différentes facettes de la lutte contre l’intimidation. Nous avons consulté également des jeunes de 3e, 4e et 5e secondaire dans des écoles de ces régions. Cette expérience a été des plus enrichissantes sur le plan humain et très éclairante. Aujourd’hui, grâce à la participation de chacun, de nouvelles pistes d’action viendront enrichir nos réflexions sur la problématique de la cyberintimidation et de l’intimidation. », a souligné Stéphanie Lachance, adjointe parlementaire du ministre de la Famille.

« La lutte contre l’intimidation est au cœur de mes préoccupations. C’est donc un plaisir pour moi d’avoir participé à cette journée de consultation afin que les actions en cours se poursuivent et que de nouvelles pistes de solutions soient envisagées afin de lutter contre cette problématique. Cette journée nous a donné l’occasion de faire un bilan des actions déjà amorcées et d’entendre les préoccupations des partenaires. Ensemble, nous sommes et serons plus fort que l’intimidation.», a exprimé Francine Charbonneau, députée des Mille-Îles.

« C’est essentiel pour moi que mes collègues de l’Assemblée nationale et moi puissions travailler de concert avec les différents partenaires et la population pour contrer l’intimidation au Québec. Je suis heureuse que dans le cadre de la démarche de consultation publique, nous ayons offert la parole aux jeunes, car ils font eux aussi partie de la solution. J’espère qu’ils continueront d’en parler à leurs amis, parents et professeurs et qu’ils participeront à mettre en place des solutions applicables à leurs milieux et à leurs réalités. À l’aide des témoignages entendus et des échanges tenus aux différentes étapes de cette consultation, nous pourrons mettre en œuvre de nouvelles pistes de solution afin que nos milieux de vie soient plus respectueux et bienveillants. », a renchéri Christine Labrie, députée de Sherbrooke.

« Le phénomène de l’intimidation est malheureusement, encore aujourd’hui, trop présent dans nos milieux de vie. C’est une dure réalité avec laquelle doivent composer, d’abord et avant tout beaucoup trop de jeunes, ainsi que de nombreuses personnes aînées ou vivant avec une différence. C’est pourquoi il est important de trouver, ensemble, des solutions toujours mieux adaptées à une réalité en évolution, comme l’ont exprimé les partenaires lors de cette journée de consultation ainsi que lors des consultations régionales. Chaque action peut faire une différence dans la lutte contre l’intimidation. Je veux donc unir mes efforts à ceux de toutes les personnes qui, à travers le Québec, sont engagées dans cette cause essentielle. », a indiqué Véronique Hivon, députée de Joliette.

Réaction du gouvernement du Québec face aux résultats de l’élection fédérale

 

 22 octobre 2019

Le premier ministre du Québec, François Legault, et la ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, ont réagi, aujourd’hui, aux résultats de l’élection fédérale.

Ils ont tenu à féliciter Justin Trudeau pour sa réélection comme député de la circonscription de Papineau et pour sa désignation à titre de premier ministre du Canada. Ils ont aussi salué l’ensemble des chefs et des candidats qui se sont présentés devant les électeurs, particulièrement les femmes et les hommes au Québec.

M. Legault a réitéré que son gouvernement souhaite avoir des relations constructives avec le gouvernement fédéral et que ces dernières soient respectueuses des compétences et des responsabilités du Québec. Il a réaffirmé que les partis fédéraux doivent respecter la Loi québécoise sur la laïcité de l’État, adoptée démocratiquement à l’Assemblée nationale du Québec.

Pour sa part, Mme LeBel a rappelé que le gouvernement du Québec procèdera prochainement à l’ouverture d’un bureau du Québec à Ottawa pour assurer une présence forte du Québec dans la capitale fédérale et qu’elle espère que le nouveau gouvernement élu démontrera de l’ouverture quant aux ententes asymétriques demandées par le Québec.

« Je souhaite que nos gouvernements respectifs puissent s’engager dans une relation de collaboration pleinement profitable et des plus respectueuses, à l’avantage aussi bien de la population du Québec que de tous les Canadiens et Canadiennes. Il est impératif que la poursuite des engagements électoraux de M. Trudeau se fasse dans le plein respect des compétences et des responsabilités du Québec. J’ai confiance en notre capacité de trouver des terrains d’entente fidèles à l’esprit d’un fédéralisme pragmatique. Dans les derniers mois, nous avons conclu plusieurs ententes sur de nombreux enjeux importants. Je suis persuadé que nous pourrons avancer sur d’autres questions dans les prochaines semaines. J’ai hâte d’en discuter plus longuement avec lui lorsqu’il viendra me rencontrer ici, dans notre capitale nationale. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

« J’ai hâte de reprendre les discussions avec mes homologues fédéraux en ce qui concerne les priorités du gouvernement du Québec. Nous continuerons à défendre les intérêts du Québec et à exercer notre rôle de leader dans la fédération canadienne. Nous espérons que ce nouveau gouvernement montrera de l’ouverture à la conclusion d’ententes bénéfiques pour les Québécoises et Québécois. L’ouverture prochaine du Bureau du Québec à Ottawa nous permettra d’assurer une présence plus forte du Québec dans la capitale fédérale. », a exprimé Sonia LeBel, ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont désigné comme institut universitaire

 

 22 octobre 2019

La ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, annonce que l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont se voit confier la désignation d’institut universitaire en hémato-oncologie et en thérapie cellulaire. La ministre a confirmé cette bonne nouvelle aujourd’hui en compagnie du ministre de l’Économie et de l’Innovation, monsieur Pierre Fitzgibbon.

Cette désignation est accordée en reconnaissance de l’expertise de pointe et du leadership de cette installation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS). Elle permettra d’optimiser le développement et la consolidation de la thérapie cellulaire, dont la thérapie immunocellulaire. Elle contribuera également à soutenir le développement d’une expertise reconnue, tant au Canada qu’à l’international, pour les soins spécialisés aux patients, l’enseignement supérieur, la recherche clinique, la recherche fondamentale et l’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé.

« Cette désignation vient confirmer le rôle de chef de file de l’établissement dans les secteurs de pointe que sont l’hémato-oncologie et la thérapie cellulaire. Les progrès des dernières années sont porteurs d’espoir pour les personnes touchées par le cancer, et je souhaite que le Québec puisse aller encore plus loin et se doter des leviers nécessaires pour faire avancer les connaissances et les traitements dans ce domaine, au bénéfice des patients, des cliniciens et des chercheurs. En ce sens, la grande expertise des équipes nous sera très précieuse. », a déclaré Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux.

« Je me réjouis que ce statut soit accordé à l’établissement, dont le rayonnement dépasse les frontières. Depuis plus de 50 ans, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est un phare québécois et un pôle d’innovation majeur au Québec. Cette reconnaissance donne aux équipes un nouvel élan pour les années à venir, tout en contribuant à consolider le positionnement de l’établissement. », a annoncé Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation.

Faits saillants :

  • La désignation à titre d’institut universitaire en hémato‑oncologie et en thérapie cellulaire permettra de faciliter les partenariats et d’accroître le leadership de l’organisation, qui détient quatre pôles d’expertise (clinique, académique, de recherche et de commercialisation). Mentionnons que la thérapie cellulaire vise à révolutionner le traitement contre le cancer et plusieurs autres maladies cardiaques, neurologiques, oculaires, auto-immunes et musculosquelettiques, notamment grâce à la médecine de régénération de cellules.
  • Le CIUSSS se voit également confier, par le Programme québécois de cancérologie, la responsabilité du réseau québécois de thérapie immunocellulaire qui sera prochainement créé.
  • Rappelons que la ministre McCann avait annoncé, le 8 octobre dernier, que l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont était l’un des deux centres autorisés à offrir la thérapie CAR T-cell au Québec.

Bonification du soutien aux organismes communautaires de la Capitale-Nationale

 

 18 octobre 2019

Les organismes communautaires en santé et services sociaux de la région de la Capitale-Nationale bénéficieront d’une hausse historique du financement qui leur est accordé. La ministre responsable de la région de la Capitale‑Nationale, madame Geneviève Guilbault, en a fait l’annonce aujourd’hui au nom de la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann.

Ainsi, dès 2019-2020, le milieu communautaire de la région de la Capitale-Nationale se voit octroyer une aide financière récurrente supplémentaire de plus de 2,8 M$, qui vient s’ajouter au montant de plus de 51,3 M$ déjà alloué dans le cadre du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC).

S’appuyant sur les balises régionales du PSOC, ce rehaussement permettra de répondre aux besoins prioritaires identifiés régionalement, en augmentant la capacité des organismes à faire face notamment aux demandes croissantes ou aux défis particuliers.

« Le soutien aux personnes vulnérables de la communauté est un enjeu qui me touche particulièrement. Notre gouvernement est résolu à en faire davantage pour mieux soutenir les organismes communautaires qui sont engagés auprès de ces personnes. Le rehaussement important du financement du Programme de soutien aux organismes communautaires, du jamais vu, le démontre. Merci aux équipes dont le travail n’est rien de moins qu’exceptionnel. », a déclaré Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux.

« Nous sommes conscients que les besoins sont importants dans la région, et cette hausse importante permettra de soutenir prioritairement les organismes qui répondent à des demandes croissantes ou qui rencontrent des défis particuliers. Nous sommes tous très reconnaissants des efforts sans relâche des organismes communautaires, au quotidien, afin d’améliorer le bien-être des membres de notre communauté. », a indiqué Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

Faits saillants :

  • Rappelons que dans le cadre des mesures issues du budget 2019-2020, le gouvernement a annoncé un rehaussement significatif du PSOC. Cet ajout historique de ressources financières est une reconnaissance de l’importance qu’accorde le gouvernement à la contribution des organismes communautaires en santé et services sociaux pour l’amélioration de la santé et du bien-être des personnes qui ont des besoins.
  • Pour 2019-2020, c’est un rehaussement total de 35 M$ qui permettra de soutenir la mission globale des organismes communautaires œuvrant en santé et en services sociaux.
  • Enfin, soulignons que le PSOC respecte l’autonomie des organismes communautaires de définir leurs orientations, leurs politiques et leurs approches. Le financement offert par le programme vient contribuer à la consolidation des actions de ces organismes, de manière complémentaire au soutien déjà fourni par la communauté.

100 M$ pour un meilleur accès à Internet

 

 18 octobre 2019

Le gouvernement du Québec lance l’appel de projets Régions branchées, doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars, afin d’appuyer des projets d’infrastructures numériques dans les régions. Les projets soutenus permettront d’offrir aux citoyens, aux entreprises et aux organismes l’accès à un service Internet haut débit fiable et de qualité à un coût comparable aux services proposés en milieu urbain. Régions branchées devrait permettre aussi d’offrir un accès Internet haut débit à plus de 70 000 foyers et à plusieurs milliers d’entreprises du Québec.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, et le député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse), M. Gilles Bélanger, en ont fait l’annonce aujourd’hui.

L’appel de projets vise à appuyer le déploiement d’infrastructures dans les zones partiellement desservies par un service Internet haut débit. Ces zones sont prioritaires, car elles n’étaient pas admissibles dans le cadre du dernier programme mis en place par le gouvernement du Québec (Québec branché), et échapperont aux prochains appels de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et du gouvernement fédéral. De nombreuses régions du Québec se trouvent donc dotées d’un service inégal.

L’appel de projets Régions branchées s’insère dans un plan de déploiement ayant pour objectif de fournir un accès à Internet haut débit à tous les foyers, entreprises et organismes situés en région. Le gouvernement du Québec a prévu y investir 400 millions de dollars au courant des prochaines années. Ce programme comporte trois volets :

  • le premier volet consiste en l’appel de projets Régions branchées, lancé dès maintenant de manière autonome par le gouvernement du Québec;
  • le deuxième volet consiste en l’appel de projets annoncé dans le dernier budget fédéral, lequel est prévu après les élections et sera réalisé conjointement avec le gouvernement fédéral;
  • le troisième volet vise à appuyer les demandeurs qui présentent des projets dans le cadre des appels de propositions du CRTC, programme annoncé en 2019.

« Le gouvernement du Québec déploie des efforts considérables pour encourager les entrepreneurs à investir dans les nouvelles technologies et à accroître leur productivité. Si l’on souhaite que nos entreprises soient compétitives et innovantes, nous devons à tout prix leur fournir les outils qui favoriseront leur réussite. Bien évidemment, l’accès à Internet haut débit a une incidence directe sur leur capacité d’innovation et de croissance. L’appel de projets Régions branchées est le premier volet de notre stratégie visant à permettre à tous les citoyens, entreprises et organismes des régions rurales de prendre part à l’économie du 21e siècle. L’objectif est clair : enrichir le Québec et permettre à l’économie d’évoluer à la hauteur des capacités et des ambitions des Québécois. », a déclaré Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation.

« En 2019, Internet haut débit constitue un service indispensable à l’essor d’une économie régionale vigoureuse et à la vitalité de nos communautés. Face à la rareté de main-d’œuvre et à l’exode rural, qui touchent de nombreuses régions, dont la Mauricie, il est primordial de mettre toutes les chances de notre côté pour favoriser l’attraction de travailleurs et la rétention des jeunes en région en offrant l’accès à ce service à tous les citoyens, entreprises et organismes. Votre gouvernement souhaite aussi démontrer que nos régions sont des endroits tout aussi dynamiques et attrayants que les milieux urbains. », a mentionné Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« En investissant dans le déploiement d’infrastructures numériques hors des grands centres, le gouvernement du Québec favorise l’énorme potentiel économique des régions tout en réduisant considérablement les écarts qui persistent entre les milieux urbain et rural. Je crois fermement que la collaboration établie avec les acteurs régionaux et municipaux ainsi qu’avec les fournisseurs de services Internet nous permettra d’atteindre nos objectifs de développement économique, de santé en ligne et de formation à distance via un accès à Internet haut débit fourni à tous les foyers, entreprises et organismes du Québec. », a indiqué Gilles Bélanger, député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse).

« Le lancement de l’appel de projets Régions branchées marque la première étape dans la réalisation de l’engagement gouvernemental d’assurer un accès à Internet haut débit dans toutes les régions du Québec. À titre de porte-parole des régions, la Fédération québécoise des municipalités salue la volonté du ministre Pierre Fitzgibbon et invite les MRC à déposer des projets pour brancher nos territoires. », a souligné Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités.

Faits saillants :

  • Le guide et le formulaire d’inscription de l’appel de projets Régions branchées sont disponibles sur le site Web du ministère de l’Économie et de l’Innovation, et les demandes seront acceptées jusqu’au 18 novembre.
  • Selon les normes du CRTC, un accès Internet haut débit correspond minimalement à 50 mégabits par secondes en téléchargement et à 10 mégabits par secondes en téléversement.
  • Les MRC, organismes scolaires et conseils de bande pourront aussi proposer des projets en collaboration avec un fournisseur reconnu de services Internet. L’établissement d’une collaboration active avec la Fédération québécoise des municipalités et les acteurs locaux concernés est un élément stratégique dans l’atteinte de nos objectifs.
  • Le précédent programme, Québec branché, permettra de connecter, d’ici 2022, jusqu’à 110 000 foyers sur les 340 000 n’ayant pas accès à Internet haut débit. Au moins 70 000 foyers non connectés restants seront en cours de connexion grâce à l’appel de projets Régions branchées, lancé aujourd’hui. Le programme conjoint avec le CRTC et la deuxième phase du programme
  • Québec branché, en partenariat avec le fédéral, permettront de connecter 160 000 foyers. Toute communauté ou tous foyers qui ne seraient pas couverts par les projets actuellement prévus dans ce plan de déploiement seront pris en charge séparément par le gouvernement du Québec.

Lien connexe :
Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l’Économie et de l’Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :
Twitter : twitter.com/economie_quebec
Facebook : www.facebook.com/EconomieQc
LinkedIn : www.linkedin.com/company/économie-québec
YouTube : www.youtube.com/user/MDEIEQuebec

Modernisation de l’Hôpital régional de Rimouski

 

 17 octobre 2019

La ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, Marie-Eve Proulx, a annoncé aujourd’hui, au nom de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, que le projet de modernisation de l’Hôpital régional de Rimouski se voit bonifié en vue de mieux répondre aux besoins de la population.

En effet, en plus de comporter des travaux d’agrandissement et de modernisation du bloc opératoire et de la chirurgie d’un jour, de l’unité de retraitement des dispositifs médicaux, de l’unité des soins intensifs et de la psychiatrie, le projet original inclut maintenant un volet supplémentaire, soit la mise à niveau de l’unité de l’urgence. L’ensemble des travaux projetés permettra de mieux répondre aux besoins actuels et à venir de l’hôpital, notamment en palliant le manque d’espace et de locaux et en améliorant la fonctionnalité des lieux.

« Cette annonce témoigne des efforts notables qui sont faits par notre gouvernement pour faire entrer notre réseau de santé et de services sociaux dans le vingt-et-unième siècle, en dotant nos établissements d’infrastructures modernes et bien adaptées à la réalité actuelle et aux besoins croissants de la population. Je désire également m’assurer que de telles initiatives de modernisation soient réalisées de manière optimale, et c’est pourquoi il m’a semblé crucial d’inclure le volet de l’urgence au projet, dans un souci d’agir de manière globale et proactive pour mieux affronter les défis à venir. », a indiqué Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux.

« Je me réjouis que notre gouvernement, en appuyant la concrétisation de ce projet mais aussi en s’assurant de bien l’adapter aux défis croissants de l’établissement, s’engage ainsi à mieux desservir le territoire du Bas-Saint-Laurent. Un tel projet contribuera à offrir à la population des services de la plus haute qualité possible, de manière cohérente avec l’évolution des besoins qu’on observe dans la région, notamment sur le plan de l’accessibilité des soins, mais aussi de la sécurité et de la qualité de vie des usagers. », a déclaré Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine.

Faits saillants :

  • Le projet dispose d’une enveloppe budgétaire de 1,8 M$ pour procéder à l’élaboration des études nécessaires à la réalisation de son dossier d’opportunité. Ce dernier devrait être déposé au cours de l’année 2020 afin de présenter la solution immobilière à envisager ainsi que les estimations du coût global.
  • La gestion du projet a été confiée à la Société québécoise des infrastructures.