Caroline Proulx portera les couleurs de la CAQ dans Berthier

 

 30 avril 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que l’animatrice d’émissions d’affaires publiques, Caroline Proulx, sera la candidate dans la circonscription de Berthier lors de la prochaine élection générale. M. Legault se réjouit de pouvoir compter sur cette communicatrice passionnée, qui après avoir défendu pendant plus de 30 ans les citoyens sur les ondes publiques, désire poursuivre son œuvre en politique active.

Pour François Legault, Caroline Proulx incarne le changement dont le Québec a besoin. « Caroline est une femme forte qui a la politique dans le sang. C’est une communicatrice chevronnée, ce qui est très important en politique. Caroline est une passionnée, une femme de cœur, qui est toujours restée proche des préoccupations de la population. Elle a accumulé beaucoup d’expériences tout au long de son parcours professionnel. Caroline incarne très bien ce renouvellement dont on a besoin en politique au Québec », a déclaré le chef de la CAQ.

Caroline Proulx, qui a des racines profondément implantées à St-Jean-de-Matha depuis plusieurs décennies, a décidé de faire le saut en politique provinciale afin de débattre des vrais enjeux pour les citoyens de Berthier : l’accès aux soins de santé, la sécurité routière, l’éducation et les droits des aînés. « Actuellement, les citoyens peuvent attendre jusqu’à 15 heures dans les hôpitaux de Lanaudière pour se faire soigner. Ça ne fait pas de sens ! Nos routes sont un autre enjeu. Que l’on parle des bouchons de circulation, des nids de poule dans nos rues, de l’entretien de nos routes, il faut assurer une circulation en toute sécurité dans notre belle région, a expliqué la candidate caquiste. En éducation, dans certaines commissions scolaires de Lanaudière, jusqu’à un jeune sur quatre décrochera de l’école, et ça c’est sans parler de nos écoles qui tombent en ruines. Il faut faire de l’éducation la priorité numéro un au Québec. Finalement, je veux que nos ainés vivent dans la dignité. Peut-on avoir le droit de se laver et manger dignement quand on est âgé ? Pour moi, c’est une évidence. Ça, ce sont les vrais enjeux. »

La loterie libérale des taxes scolaires

François Legault ajoute pour sa part que les citoyens de la région de Lanaudière ont perdu à la loterie libérale des taxes scolaires. « Ici dans Lanaudière, avec la proposition libérale, un propriétaire de maison d’une valeur moyenne va payer 690 dollars en taxes scolaires. C’est 421 dollars de plus que dans les Laurentides, juste à côté ! C’est injuste et c’est injustifiable. Si la CAQ forme le prochain gouvernement, nous corrigerons cette injustice en appliquant un taux uniforme, le plus bas taux actuellement en vigueur, à la grandeur du Québec. Dans Lanaudière, ça représente une baisse de taxes de 421 dollars en moyenne. On a besoin d’un changement positif et responsable au Québec. La première étape, c’est de sortir les libéraux et ici dans Lanaudière, la seule équipe capable de battre les libéraux, c’est celle de la CAQ », a conclu le chef de la CAQ.

François St-Louis est le candidat de la CAQ dans Joliette

 

 30 avril 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que le directeur du Camp Papillon et directeur du développement pour la Société pour les enfants handicapés du Québec, François St-Louis, sera le candidat de sa formation politique dans la circonscription de Joliette lors de la prochaine élection générale. M. Legault se réjouit de pouvoir compter sur un développeur, entrepreneur et gestionnaire aussi expérimenté dans son équipe du changement.

 

François St-Louis, père de famille, est très bien placé pour comprendre les difficultés de plusieurs familles à joindre les deux bouts. « Je suis très content que François ait accepté de se porter candidat pour notre équipe.François, c’est un homme de cœur.  J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui s’occupent des enfants handicapés et de leur famille. Il sera un solide allié pour les familles de Joliette. En plus d’être un homme d’action qui a œuvré dans le monde des affaires, il est un grand développeur. Au Québec, on a besoin de personnes comme lui. On a besoin de résultats», a déclaré le chef de la CAQ.

 

François St-Louis est un membre actif de la communauté de Joliette depuis de nombreuses années. Il a toujours fait de l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens un cheval de bataille.« Issu d’une famille où l’entreprenariat était au premier plan, j’ai toujours occupé des postes reliés au développement des services et des affaires. Que ce soit à mon propre compte ou pour celui d’un autre, mon travail a toujours été de bien cerner et de bien comprendre les véritables enjeux et les réels besoins des gens que je servais. Et c’est ce que je continue de faire aujourd’hui en tant que directeur du développement à la Société pour les enfants handicapés du Québec, ainsi que comme directeur du Camp Papillon : bien répondre aux besoins d’une clientèle particulière, en m’assurant qu’ils reçoivent les meilleurs services. C’est ce même type de travail que je souhaite faire pour les citoyens de Joliette», a expliqué le candidat caquiste.

 

Promouvoir Joliette à sa juste valeur

 

Pour François St-Louis, Joliette se doit absolument de continuer à travailler et à se battre afin de demeurer la capitale, le centre économique du Nord de Lanaudière. « Nous devons continuer le travail afin de contrer le décrochage scolaire. C’est la seule et unique façon pour nos enfants d’aspirer à des emplois de meilleure qualité, et c’est aussi la seule et unique façon d’augmenter le revenu moyen des familles qui habitent notre région. Tout est inter-relié. Pour assurer une croissance et une stabilité économique régionale, nous devons absolument être en mesure d’attirer de nouvelles entreprises. Pour être en mesure d’attirer ces entreprises, il nous faut leur offrir une main-d’œuvre qualifiée. Par conséquent, il faut absolument encourager nos jeunes à étudier et leur donner les moyens de réussir. Combattre le décrochage scolaire doit être une priorité et un combat de tous les instants », a-t-il conclu.

Cours d’éducation sexuelle : Les libéraux parlent des deux côtés de la bouche

 

 30 avril 2018

Ce n’est pas la première fois que les libéraux tiennent deux discours en parfaite contradiction. Cette fois-ci, le gouvernement libéral, qui affirme que les parents ne pourront implorer des motifs religieux afin que leurs enfants soient exemptés du cours d’éducation sexuelle, a pourtant légalisé l’école religieuse illégale.

 

La CAQ est évidemment d’accord avec le ministre de l’Éducation lorsque celui-ci affirme qu’aucune exemption ne sera permise dans les écoles pour des motifs religieux. Mais malheureusement, ses politiques permettent expressément le contraire. En novembre dernier, les libéraux ont en effet sanctionné la loi 144, permettant ainsi à des milliers d’enfants de ne pas suivre les programmes établis par le ministère de l’Éducation. Jean-François Roberge, porte-parole de la CAQ en matière d’Éducation, ajoute que le ministre, avec l’adoption de ce projet de loi, ne dispensera pas ces jeunes exclusivement des cours d’éducation sexuelle : il les privera également de cours essentiels, tels que l’histoire et la science.

Caroline Proulx portera les couleurs de la CAQ dans Berthier

 

 30 avril 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que l’animatrice d’émissions d’affaires publiques, Caroline Proulx, sera la candidate dans la circonscription de Berthier lors de la prochaine élection générale. M. Legault se réjouit de pouvoir compter sur cette communicatrice passionnée, qui après avoir défendu pendant plus de 30 ans les citoyens sur les ondes publiques, désire poursuivre son œuvre en politique active.

Pour François Legault, Caroline Proulx incarne le changement dont le Québec a besoin. « Caroline est une femme forte qui a la politique dans le sang. C’est une communicatrice chevronnée, ce qui est très important en politique. Caroline est une passionnée, une femme de cœur, qui est toujours restée proche des préoccupations de la population. Elle a accumulé beaucoup d’expériences tout au long de son parcours professionnel. Caroline incarne très bien ce renouvellement dont on a besoin en politique au Québec », a déclaré le chef de la CAQ.

Caroline Proulx, qui a des racines profondément implantées à St-Jean-de-Matha depuis plusieurs décennies, a décidé de faire le saut en politique provinciale afin de débattre des vrais enjeux pour les citoyens de Berthier : l’accès aux soins de santé, la sécurité routière, l’éducation et les droits des aînés. « Actuellement, les citoyens peuvent attendre jusqu’à 15 heures dans les hôpitaux de Lanaudière pour se faire soigner. Ça ne fait pas de sens ! Nos routes sont un autre enjeu. Que l’on parle des bouchons de circulation, des nids de poule dans nos rues, de l’entretien de nos routes, il faut assurer une circulation en toute sécurité dans notre belle région, a expliqué la candidate caquiste. En éducation, dans certaines commissions scolaires de Lanaudière, jusqu’à un jeune sur quatre décrochera de l’école, et ça c’est sans parler de nos écoles qui tombent en ruines. Il faut faire de l’éducation la priorité numéro un au Québec. Finalement, je veux que nos ainés vivent dans la dignité. Peut-on avoir le droit de se laver et manger dignement quand on est âgé ? Pour moi, c’est une évidence. Ça, ce sont les vrais enjeux. »

La loterie libérale des taxes scolaires

François Legault ajoute pour sa part que les citoyens de la région de Lanaudière ont perdu à la loterie libérale des taxes scolaires. « Ici dans Lanaudière, avec la proposition libérale, un propriétaire de maison d’une valeur moyenne va payer 690 dollars en taxes scolaires. C’est 421 dollars de plus que dans les Laurentides, juste à côté ! C’est injuste et c’est injustifiable. Si la CAQ forme le prochain gouvernement, nous corrigerons cette injustice en appliquant un taux uniforme, le plus bas taux actuellement en vigueur, à la grandeur du Québec. Dans Lanaudière, ça représente une baisse de taxes de 421 dollars en moyenne. On a besoin d’un changement positif et responsable au Québec. La première étape, c’est de sortir les libéraux et ici dans Lanaudière, la seule équipe capable de battre les libéraux, c’est celle de la CAQ », a conclu le chef de la CAQ.

Élection générale de 2018 – Sonia LeBel est la candidate de la CAQ dans Champlain

 

 29 avril 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que l’avocate et ancienne procureure en chef de la Commission Charbonneau, Sonia LeBel, portera les couleurs de sa formation politique dans la circonscription de Champlain lors de la prochaine élection générale. M. Legault se réjouit de pouvoir compter sur cette femme forte et reconnue pour insuffler un véritable vent de changement en Mauricie.

Sonia LeBel a marqué l’esprit de beaucoup de gens avec son aplomb et sa rigueur lors de la Commission Charbonneau. « Pour beaucoup de Québécois, Sonia se passe de présentation. Elle a notamment combattu le crime organisé pendant 20 ans comme procureure de la Couronne. Personne ne peut remettre en cause sa compétence, sa rigueur et sa grande détermination. Je suis convaincu que les électeurs de Champlain vont beaucoup l’apprécier », a déclaré le chef de la CAQ.

Sonia LeBel explique que son saut en politique active est la suite logique de son parcours dans le service public. « Dans ma vie professionnelle, j’ai toujours eu un parti-pris pour les citoyens. Pendant plus de 20 ans comme procureure de la couronne et ensuite à la Commission Charbonneau, j’ai lutté contre le crime, la corruption et la collusion en représentant les citoyens. Je veux poursuivre ce travail à un autre niveau. En matière de corruption et de collusion, il ne faut jamais baisser la garde et c’est le devoir du gouvernement de s’en assurer. Je suis venue en politique justement pour m’assurer qu’on n’oublie jamais les leçons tirées de la Commission Charbonneau. »

La justice est un autre enjeu qui anime Sonia LeBel. « J’ai l’intention de me battre pour qu’on remette les citoyens et les victimes au cœur de notre justice. Une justice qui doit être plus accessible, plus abordable et plus efficace. Voilà ce que la CAQ va mettre de l’avant lorsqu’elle formera le gouvernement, on l’espère dès le 1er octobre ! », a-t-elle ajouté.

Les citoyens de Champlain d’abord

Sonia LeBel a sillonné la Maurice au cours des derniers mois afin d’échanger avec des élus et des citoyens. Elle compte poursuivre ce travail afin d’écouter les gens et d’échanger avec eux. « Je veux représenter tous les électeurs de Champlain, qu’ils soient agriculteurs, gens d’affaires, représentants des milieux de l’éducation et de la santé, des organismes communautaires, etc. Ceux qui me connaissent savent que quand j’ai un mandat, je n’abandonne pas en cours de route. Je peux vous garantir que si les électeurs de Champlain me font confiance, je me battrai pour eux, sans relâche », a conclu la candidate caquiste.

Étude des crédits budgétaires: Chantal Soucy réclame du financement pour Saint-Dominique

 

 27 avril 2018

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a profité de la période d’étude de crédits budgétaires à l’Assemblée nationale pour demander au ministre de l’Éducation, des Loisirs et des Sports de donner son aval au projet de partenariat entre la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe et la municipalité de Saint-Dominique, qui permettrait à la fois d’agrandir l’école de la Rocade et de construire un gymnase et une bibliothèque pour l’ensemble des citoyens.

La députée caquiste, qui était déjà intervenue à plusieurs reprises auprès du ministre Sébastien Proulx à ce sujet, a réitéré l’importance de considérer le projet de la municipalité de Saint-Dominique dans la répartition de l’enveloppe de 725 M$ annoncée par le gouvernement dans son dernier budget, pour l’agrandissement d’écoles à travers la province. « La municipalité de Saint-Dominique, qui compte 2 574 habitants, a déjà investi 3 millions de dollars dans le but que le projet d’agrandissement de l’école de la Rocade voit le jour », a-t-elle spécifié. « L’optimisation de l’infrastructure profiterait à la commission scolaire, mais également à toute la communauté : la municipalité aurait une bibliothèque et un gymnase qui pourraient profiter à l’ensemble des citoyens. Avec la conjoncture actuelle, on aurait tout intérêt à valoriser les partenariats entre les commissions scolaires et les municipalités », a-t-elle déclaré. S’adressant au ministre, Chantal Soucy a également dressé un portrait de la situation vécue par les élèves et le personnel de l’école de la Rocade, dont les installations ne suffisent plus à la demande : « La bibliothèque a été convertie en salle de classe depuis plusieurs années déjà et les psychologues et les orthopédagogues doivent rencontrer les élèves dans la cafétéria. Imaginez le bruit! Les professionnels essaient d’aider des enfants qui ont des difficultés d’apprentissage! (…) L’enseignante d’anglais, elle, doit transporter son chariot de matériel de classe en classe, à travers les quatre paliers que compte l’école », a dénoncé la députée. Même le nombre de casiers est devenu insuffisant. En dernier recours, la direction a dû fixer des séries de crochets aux murs, en guise de rangement pour les manteaux. « L’hiver, les habits de neige dégouttent les uns sur les autres et il y a une tonne de bottes qui traînent au sol », a imagé Chantal Soucy.

Talonné depuis plusieurs mois par la députée de Saint-Hyacinthe dans ce dossier, le ministre Sébastien Proulx est demeuré évasif sur le sujet, confirmant simplement que les dossiers d’agrandissement d’écoles étaient présentement en cours d’analyse et que les projets acceptés seraient annoncés au mois de juin prochain.

Pour sa part, la députée Chantal Soucy entend poursuivre ses démarches, afin que le ministère se joigne à la municipalité pour ce projet d’envergure qui bénéficiera à l’ensemble des citoyens de Saint-Dominique.

Pour visionner l’intervention de la députée : https://youtu.be/tQe127rfuAM

Élections provinciales 2018: La CAQ réformera le système de scrutin pour s’assurer que chaque voix compte

 

 26 avril 2018

(CHAMBLY, le 25 avril 2018) – S’il n’en tient qu’à Jean-François Roberge et à sa formation politique, la Coalition Avenir Québec (CAQ), l’élection provinciale du 1er octobre prochain sera la dernière à se dérouler au mode de scrutin uninominal à un tour. Alors que les sondages nationaux donnent à la CAQ de bonnes chances de former le prochain gouvernement, celle-ci, loin de reculer sur cet engagement, s’est officiellement engagée à déposer un projet de loi afin d’implanter au Québec un système proportionnel mixte et ce, dès la première année de son mandat.

C’est par la voix de son porte-parole en matière de réforme des institutions démocratiques Simon Jolin-Barrette que la CAQ a pris cet engagement mercredi. Depuis des décennies, le mode de scrutin actuel, hérité de l’empire britannique, est l’objet de plusieurs critiques pour le manque de représentativité qu’il génère dans les assemblées législatives. Celui-ci a tendance à donner un avantage démesuré aux grands partis et à marginaliser les formations politiques plus petites.

«Aux dernières élections, le Parti libéral du Québec a fait élire 70 députés et  obtenu 56% des sièges de l’Assemblée nationale, en obtenant seulement 42% des votes exprimés», illustre le député de Chambly.

Le Québec et le Canada sont d’ailleurs parmi les dernières grandes démocraties occidentales à toujours fonctionner sous un tel modèle. La plupart des démocraties européennes ont déjà incorporé des éléments de proportionnalité à leur mode de scrutin afin de pallier à cette lacune, explique le député.

Pour le député Roberge, l’instauration d’un mode de scrutin proportionnel mixte aurait plusieurs avantages. En plus de réinteresser les citoyens à la politique et à la vie démocratique, celui-ci génèrerait plus de gouvernements minoritaires, et forcerait donc les formations politiques à plus de collaboration et à moins de partisannerie.

Si tous les partis, à l’exception notable du Parti Libéral du Québec au pouvoir, se sont engagés en ce sens, Jean-François Roberge souligne que seule sa formation politique a la crédibilité nécessaire pour mener à bien cette promesse. «Contrairement aux vieux partis qui nous le promettent depuis des décennies et reculent une fois rendus au pouvoir, la CAQ s’engage à déposer un projet de loi pour s’assurer que chaque voix soit entendue et représentée à l’Assemblée nationale et ce, dès la première année de son mandat. Un parti qui dit ce qui fait et surtout qui fait ce qui dit, ça, c’est du changement!», de conclure le député.

 

« Terminée, la loterie libérale!», réclame François Legault

 

 26 avril 2018

La Coalition Avenir Québec a dénoncé, aujourd’hui, l’iniquité flagrante dans la réforme des taxes scolaires des libéraux de Philippe Couillard. François Legault a illustré qu’entre deux voisins à Terrebonne, assignés à deux commissions scolaires différentes, l’un, plus chanceux, payera un taux de 10 cents par 100$ d’évaluation foncière, tandis que le second acquittera une facture de 27 cents sur le même montant.

 

Interrogé aujourd’hui lors de la période de questions par le chef de la CAQ, François Legault, le premier ministre n’a pu, une fois de plus, donner la moindre explication susceptible de justifier ces importantes inégalités. Un gouvernement caquiste s’engage à rétablir l’équité, en appliquant le plus bas taux actuel de taxes scolaires à l’ensemble des régions du Québec.

Accès à un médecin de famille : Encore 381 449 patients sur la liste d’attente

 

 26 avril 2018

Selon les plus récentes données obtenues auprès de la RAMQ par la Coalition Avenir Québec, 1 631 258 Québécois n’avaient toujours pas de médecin de famille, au 30 mars 2018.

 

En décembre, Gaétan Barrette a promis que d’ici Pâques 2018, il n’y aurait plus aucun patient sur la liste d’attente pour se trouver un médecin de famille.

 

Pourtant, selon des nouvelles données obtenues par la CAQ, au 30 mars 2018, il y avait 381 449 patients orphelins sur la liste d’attente au Québec.

Alerte Silver : La CAQ veut s’inspirer d’autres états et créer une alerte pour les aînés disparus

 

 26 avril 2018

Lorsqu’un enfant de moins de 18 ans disparait au Canada, une alerte Amber est rapidement déclenchée, puisque les premières heures suivant une disparition sont cruciales pour l’issue des recherches. Ce système a fait ses preuves, depuis 2003 au Québec, si bien qu’un gouvernement de la CAQ proposera un protocole d’alerte semblable, pour les ainés souffrant de déficience cognitive telle que l’Alzheimer.

Au Québec seulement, près de 125 000 personnes souffrent de cette terrible maladie ou d’un problème de santé mentale y étant apparenté. Pour François Paradis, porte-parole de la CAQ pour les aînés, des mesures concrètes doivent être mises en place pour s’assurer que ces personnes soient mieux protégées. Une alerte pour les aînés disparus existe déjà en Ontario, en Alberta, au Manitoba et dans une trentaine d’États américains et le temps presse pour que Québec en fasse autant, soutient le député de Lévis.