Demandes prioritaires du Québec en vue de l’élection fédérale

 

 27 août 2021

En vue des élections fédérales prévues le 20 septembre prochain, le premier ministre du Québec, François Legault, a acheminé une lettre aux différents chefs des partis fédéraux afin de leur demander de s’engager à répondre aux différentes demandes prioritaires du Québec.

D’abord, le premier ministre du Québec exige du prochain gouvernement fédéral qu’il assume sa juste part des coûts pour la santé des Québécois. Actuellement, les provinces canadiennes absorbent près de 80 % de la facture en santé, et leur capacité de payer diminue progressivement. Cependant, le gouvernement fédéral continue de se désengager malgré la disponibilité des ressources financières requises pour rétablir l’équilibre. Le Québec joint donc sa voix à celles des autres provinces pour demander une augmentation, récurrente, de la contribution fédérale en santé, qui devrait représenter 35 % du total des dépenses.

« On a besoin de cette augmentation de 22 à 35 % le plus rapidement possible », a déclaré François Legault. « Ces transferts doivent se faire sans condition et continuer d’augmenter par la suite. De plus, rien ne justifie que le gouvernement fédéral puisse venir envahir un champ de compétence du gouvernement du Québec. Soyons clairs : Ottawa ne va pas engager un seul médecin ou une seule infirmière! Et on n’acceptera pas au Québec de nous faire dicter des conditions par Ottawa dans nos champs de compétence », a mis en garde le premier ministre du Québec. 

Ce dernier demande également que le Québec obtienne plus de pouvoir en matière d’immigration, dans un souci de combler les pénuries de main-d’œuvre et pour garantir une intégration réussie des nouveaux arrivants. À ces fins, le Québec devrait notamment obtenir le plein contrôle sur l’immigration issue du regroupement familial.

« Le Québec ne peut pas fonctionner dans un régime de multiculturalisme comme le reste du Canada. On doit absolument intégrer les immigrants à la majorité francophone. C’est une question existentielle pour la nation québécoise. Et, comme il n’y a pas de plus grand devoir pour un premier ministre du Québec que d’assurer l’avenir du français, je demande aux chefs fédéraux de prendre l’engagement de transférer la gestion de la catégorie d’immigrants issue du regroupement familial sous la responsabilité du gouvernement du Québec », a déclaré le premier ministre, ajoutant que « l’immigration est un enjeu crucial pour l’avenir de notre nation ».

Outre ces deux priorités absolues, le premier ministre aborde dans sa lettre plusieurs autres enjeux qu’il souhaite résoudre avec la collaboration des autorités fédérales :

  • L’application de la Charte de la langue française aux entreprises de compétence fédérale, conformément à la demande formulée unanimement par l’Assemblée nationale du Québec en novembre 2021;
  • Le respect de l’autonomie du peuple québécois et de ses choix démocratiques en matière laïcité. Le gouvernement du Québec demande ainsi aux partis fédéraux de respecter la Loi sur la laïcité de l’État et de ne s’engager dans aucune contestation judiciaire la concernant;
  • La modification de la structure des versements fédéraux afin qu’ils soient complémentaires aux investissements prévus dans le Plan québécois des infrastructures. Le gouvernement du Québec souhaite ainsi que les fonds fédéraux soient transférés en bloc, plutôt que dans le cadre de plusieurs ententes, et soient réservés à des projets prioritaires pour le Québec plutôt que sur la base de critères unilatéraux déterminés par le gouvernement du Canada;
  • Le respect des compétences du Québec en matière de logement par l’entremise d’investissements fédéraux qui viennent appuyer les priorités et les programmes du gouvernement du Québec;
  • La modification du cadre législatif en matière d’évaluations environnementales afin de prévoir que seule la procédure québécoise d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement doit s’appliquer aux projets relevant des compétences du Québec;
  • Le financement d’initiatives québécoises en matière de lutte contre les changements climatiques. Les fonds fédéraux consacrés à la lutte contre les changements climatiques, et visant des secteurs relevant de la compétence du Québec, devraient faire l’objet d’un transfert en bloc permettant de soutenir le déploiement du Plan pour une économie verte 2030;
  • La conclusion d’une entente reconnaissant au Québec un droit de retrait inconditionnel, avec pleine compensation financière, pour toute dépense fédérale dans ses champs de compétence;
  • La mise en place d’une déclaration de revenus unique administrée par les autorités québécoises permettant de simplifier les démarches administratives des citoyens.

« J’ai écrit aux chefs des principaux partis de l’élection fédérale en cours pour leur demander de prendre des engagements sur certains enjeux importants pour le Québec. Je demande aux Québécois de tenir compte de leurs réponses quand ils vont décider de leur vote. D’ici là, demandez aux candidats de votre circonscription de s’engager à ce que le gouvernement fédéral augmente les transferts en santé sans condition aucune, et qu’il transfère la gestion de la catégorie d’immigrants issue du regroupement familial au gouvernement du Québec. C’est de l’avenir de la nation québécoise dont il est question. »

François Legault, premier ministre du Québec

Déploiement du passeport vaccinal

 

 24 août 2021

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, accompagné du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale et ministre responsable de l’accès à l’information et de la Protection des renseignements, Éric Caire, confirme aujourd’hui la mise en place du passeport vaccinal à partir du 1er septembre, qui permettra l’accès à certains lieux ou la participation à certaines activités uniquement aux personnes adéquatement protégées ou à celles qui ont une contre-indication clinique à la vaccination contre la COVID-19.

L’utilisation de ce passeport sera limitée à des activités jugées non essentielles et qui se tiennent dans des lieux où le risque de transmission entre individus est élevé. Ces activités incluent notamment les événements et festivals, les salles de spectacle et les salles où se produisent des événements sportifs, les casinos, les cinémas, les salles d’entraînement, les sports d’équipe, les bars, les restaurants et certaines activités parascolaires. Le passeport s’appliquera par ailleurs aux personnes de 13 ans et plus seulement.

Deux applications seront disponibles et pourront être téléchargées gratuitement dès demain sur App Store et, bientôt, sur Google Play. La première, VaxiCode, est destinée aux citoyens. Elle leur permettra de déposer leur code QR dans un portefeuille numérique. La seconde, VaxiCode Verif, permettra aux exploitants ou aux responsables des activités visées par la mesure de vérifier le statut vaccinal des personnes voulant y accéder. Cette dernière application lira le code QR qui apparaît sur la preuve de vaccination, pour déterminer le statut de protection d’une personne contre la COVID-19. Ce statut s’affichera en vert ou en rouge, avec la certification du gouvernement du Québec, déterminant si la personne peut accéder ou non au lieu. Aucune autre information, mis à part le nom de la personne, ne sera visible sur le lecteur. Le citoyen devra également présenter une carte d’identité permettant de corroborer son identité, avec photo s’il a plus de 16 ans. Il est important de rappeler que les gens peuvent aussi en tout temps apporter une preuve papier de leur code QR.

Afin de donner le temps aux exploitants ou aux responsables des lieux et des activités visés de s’ajuster, un sursis est prévu entre le 1er et le 15 septembre. Pendant cette période, le passeport vaccinal devra être exigé, mais aucune sanction ne sera appliquée pour les entreprises et les différents lieux où se tiennent les activités visées. Des sanctions s’appliqueront toutefois à partir du 15 septembre.

« Les évaluations menées dans le cadre des projets pilotes qui se sont déroulés au cours des dernières semaines ont confirmé la pertinence et l’efficacité de cette approche de passeport vaccinal. Je demeure persuadé que les citoyens collaboreront pleinement au déploiement de cette mesure. Celle-ci permettra à la majorité de la population de poursuivre ses activités de manière sécuritaire, en dépit de la situation épidémiologique actuelle, qui demeure préoccupante. Je rappelle qu’il est important de poursuivre nos efforts de vigilance, tout particulièrement en présence du variant Delta, qui est actuellement très présent au Québec. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux  

« Avec l’adoption de ce passeport vaccinal, notre gouvernement offre une solution numérique et sécuritaire pour faire face aux enjeux actuels de la pandémie. Les experts du Centre gouvernemental de défense du gouvernement du Québec se sont assuré que le passeport vaccinal respecte les plus hauts standards de cybersécurité et la protection des renseignements personnels des Québécois et des Québécoises. Ce passeport est un outil numérique fiable et efficace, qui nous aidera à maintenir un niveau d’activité le plus normal possible pour les citoyens, tout en appuyant la Santé publique. »

Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels et leader parlementaire adjoint du gouvernement

Faits saillants :

  • La liste des activités et des lieux visés par le passeport vaccinal est disponible sur Québec.ca.
  • Ayant passé les tests nécessaires, le code QR s’avère tout à fait sécuritaire. Précisons toutefois que les citoyens sont responsables de protéger tous leurs renseignements personnels et de les fournir seulement aux personnes mandatées, comme c’est le cas pour un passeport ou une carte d’identité (permis de conduire, carte d’assurance maladie, etc.).
  • L’application destinée aux citoyens leur permettra de télécharger et de lire le contenu complet de leur propre code QR, de le classer dans un portefeuille numérique et de le présenter lors de l’accès aux commerces visés.
  • Les personnes qui n’ont pas de téléphone cellulaire pourront imprimer leur code QR à partir d’un ordinateur ou encore demander leur code QR en format carte professionnelle par la poste.
  • Pour avoir accès au passeport vaccinal, les personnes présentant des contre-indications à la vaccination contre la COVID-19 devront se présenter dans une clinique de vaccination avec la documentation appropriée pour faire inscrire le tout au Registre de vaccination. Notons par ailleurs que les contre-indications aux vaccins sont rares, et sont en général applicables à un seul type de vaccin. Donc il y a presque toujours possibilité d’offrir un type de vaccin ou un autre.
  • Rappelons que le choix de la date du 1er septembre pour l’entrée en vigueur de la mesure vise à donner la possibilité à toute la population de se prévaloir des deux doses de vaccin nécessaires, dans le cadre de la campagne de vaccination en cours.

Liens connexes :

Pour en savoir davantage sur la procédure complète, étape par étape, consulter Québec.ca et http://www.msss.gouv.qc.ca/presse.

Rentrée scolaire 2021 : ajout de mesures sanitaires

 

 24 août 2021

En raison de la recrudescence du nombre de cas de COVID-19 qu’entraîne la quatrième vague en cours et de la présence marquée du variant Delta au sein de la population, le gouvernement du Québec annonce la mise en place de différentes mesures sanitaires pour la rentrée scolaire, afin d’assurer la sécurité des élèves, conformément au Plan de la rentrée. Il s’agit d’une mesure de précaution qui pourra être ajustée en fonction de la situation épidémiologique.

Port du masque d’intervention en classe

Ainsi, suivant la recommandation des autorités de santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, et la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, ont annoncé aujourd’hui que le port du masque d’intervention dans les locaux et les salles de classe du primaire et du secondaire sera obligatoire en tout temps dans les neuf régions suivantes : Centre-du-Québec, Estrie, Lanaudière, Laurentides, Laval, Mauricie, Montérégie, Montréal et Outaouais.

Le port du masque d’intervention sera obligatoire à l’intérieur de l’école, soit en classe, au service de garde, dans les aires communes et lors des déplacements des élèves ainsi que dans les transports scolaires. Cette obligation ne s’appliquera pas aux élèves de l’éducation préscolaire et ne concerne pas les régions du Québec où la situation épidémiologique montre un niveau de cas stable.

Ainsi, les huit régions suivantes ne sont pas touchées par cette obligation pour le moment : Bas‑Saint-Laurent, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Nord-du-Québec, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches. Toutefois, il est à noter que les élèves de ces régions devront, comme prévu, porter le masque dans les aires communes, dans le transport scolaire et lors de leurs déplacements.

Par ailleurs, dans un souci d’arrimage avec les mesures prévues pour les étudiants et étudiantes des collèges et des universités, il sera dorénavant requis pour les élèves de la formation générale des adultes et de la formation professionnelle de toutes les régions de porter le masque d’intervention en tout temps, même en classe.

Gestion des mesures sanitaires

Afin d’appuyer le réseau scolaire dans la gestion de ces nouvelles mesures sanitaires, l’INSPQ a rendu public aujourd’hui un guide de mesures pour la gestion des cas et des contacts.

Advenant la présence de cas de COVID-19 au sein d’une école, ou encore d’une éclosion, la Direction régionale de santé publique du territoire concerné effectuera systématiquement des enquêtes épidémiologiques et sera responsable d’émettre des directives concernant le retrait des élèves et le personnel ayant eu des contacts avec le cas.

Dans les régions où le port du masque sera obligatoire en classe, un élève du primaire ou du secondaire ayant été en contact avec un cas de COVID-19 en milieu scolaire n’aura pas besoin de cesser temporairement ses activités scolaires et parascolaires.

Dans les régions où le port du masque n’est pas obligatoire, les élèves du primaire ayant été en contact avec un cas de COVID-19 pourront continuer leurs activités scolaires en portant un masque pendant 10 jours, mais ils ne pourront toutefois effectuer d’activités parascolaires pendant cette période. Au secondaire, dans ces mêmes régions, les élèves pleinement vaccinés ayant été en contact avec un cas de COVID-19 n’auront pas besoin de s’isoler ni de porter le masque et pourront continuer leurs activités parascolaires. Ceux qui ne sont pas pleinement vaccinés devront, quant à eux, porter le masque pendant 10 jours et se limiter aux activités scolaires permises, mais sans pouvoir prendre part aux activités parascolaires visées par le passeport vaccinal.

Différentes mesures seront mises en place par les centres de services scolaires, les commissions scolaires et les établissements d’enseignement privés pour assurer la continuité des services auprès des élèves qui se verraient dans l’obligation d’être retirés temporairement du milieu. Des seuils minimaux seront applicables lorsque des élèves sont isolés ou qu’une classe est fermée, conformément au protocole d’urgence de l’école, pour donner à tous la chance de poursuivre leurs apprentissages.

Activités parascolaires

Au primaire, les activités parascolaires, physiques et sportives se poursuivent. Il est toutefois possible que les élèves doivent se retirer temporairement de leurs activités parascolaires, notamment s’ils ont été en contact avec un cas de COVID-19 à l’école.

Au secondaire, le passeport vaccinal sera requis pour la pratique de certaines activités physiques et sportives dans le cadre du parascolaire. Le passeport vaccinal sera aussi requis pour la participation à des parties ou à des compétitions interécoles dans le cas des programmes particuliers en sport et des programmes Sports‑études. À l’extérieur, les activités physiques ou sportives pour lesquelles un passeport vaccinal sera nécessaire sont celles impliquant des contacts fréquents ou prolongés. De plus, toutes les activités physiques ou sportives intérieures sont visées par le passeport vaccinal. La liste des activités visées par le passeport sera disponible sur le site Québec.ca à la suite de l’annonce du ministre de la Santé et des Services sociaux, prévue aujourd’hui.

Tests rapides

Le ministre Roberge a également précisé que les autorités de santé publique envisagent de déployer des tests rapides dans les écoles primaires et secondaires des régions où la situation épidémiologique est plus préoccupante. Cette offre viendrait s’ajouter à l’offre de dépistage actuelle.

« Notre but ultime est de garder les élèves sur les bancs d’école, dans un environnement le plus sécuritaire possible. Les mesures sanitaires que nous mettons en place ont été pensées en fonction de cet objectif et seront modulées selon les réalités régionales. Il s’agit d’une mesure de précaution pour assurer une rentrée réussie. Nous suivrons de près l’évolution de la situation dans toutes les régions, en collaboration avec les Directions régionales de santé publique, pour nous assurer que nos jeunes restent en santé, mais aussi dans les meilleures dispositions possibles pour continuer leurs apprentissages. Nous devons faire preuve de prudence avec le variant Delta, considérant que la vaccination n’est pas encore possible pour les jeunes du primaire. J’invite aussi tous les jeunes de 12 ans et plus qui peuvent le faire à obtenir leurs deux doses de vaccin. C’est la clé pour revenir à une situation normale le plus rapidement possible. Ces mesures ne doivent pas être vues comme permanentes. Dès que la situation s’améliorera suffisamment, nous procéderons à des allègements. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

« La reprise des activités parascolaires pour nos jeunes est une excellente nouvelle. Malgré tout, il faut faire preuve de prudence. Le passeport vaccinal est la meilleure façon d’assurer une reprise la plus normale et durable possible des activités physiques et sportives. Les jeunes qui peuvent être vaccinés ont tout intérêt à le faire, parce qu’une protection adéquate leur permettra d’éviter les mesures sanitaires supplémentaires et de continuer à bouger avec leurs amis dans le cadre du sport parascolaire. Nous voudrions tous qu’il n’y ait plus de restrictions, mais nous n’en sommes pas tout à fait là encore. Nous devons continuer de nous protéger et d’être prudents, pour le bien de tous. »

Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

Faits saillants :

  • La Direction de la santé publique confirme un retour en classe sans aucune exigence quant au maintien de groupes-classes stables, tel qu’annoncé le 11 août dernier dans toutes les régions du Québec.
  • Le port du masque constitue un excellent moyen de réduire la propagation du virus, en plus de simplifier la gestion des cas et de favoriser la reprise d’une vie plus normale pour les enfants et leur famille.

Liens connexes :

Tenue d’une commission parlementaire sur la vaccination obligatoire

 

 17 août 2021

Devant l’arrivée du variant Delta et la hausse du nombre de cas observée récemment, particulièrement chez les personnes non vaccinées, le premier ministre du Québec, François Legault, annonce la tenue d’une commission parlementaire sur la vaccination obligatoire ainsi que la suspension de la tournée estivale des régions qu’il avait entamée la semaine dernière. M. Legault demande également à la population de faire un blitz de vaccination avant le 1er septembre afin de limiter les risques associés à la rentrée scolaire et au retour au travail.

Malgré la grande efficacité du vaccin, on remarque que ce sont maintenant des personnes plus jeunes qui sont hospitalisées et, dans certains cas, des enfants. Le gouvernement du Québec espère pouvoir commencer à vacciner les moins de 12 ans cet automne, mais, d’ici là, il faut rester prudent et tout faire pour protéger nos enfants. « La rentrée scolaire est à nos portes. Pour les élèves du secondaire, du primaire et des services de garde, on suit la situation de très près et on va être prudent. Le plan du ministre Roberge prévoit déjà l’ajout de mesures ponctuelles si la situation l’exige. Si l’on doit resserrer les mesures dans les écoles et les services de garde, par exemple avec le masque en classe, on va le faire. La santé publique évaluera, région par région, si cela sera nécessaire », a expliqué le premier ministre.

Dans les cégeps et les universités, les étudiants sont vaccinés à des taux de plus de 75 %. Toutefois, afin de s’assurer que les étudiants qui arrivent de différentes régions réussiront leur rentrée, le port du masque sera, suivant les recommandations de la Santé publique, obligatoire en tout temps dans les collèges, les cégeps et les universités, y compris dans les salles de cours. « On espère que cette mesure sera temporaire, seulement pour quelques semaines, mais le virus nous réserve toujours des surprises », a souligné M. Legault.

Vaccination obligatoire du personnel de la santé et des services sociaux
Concernant la vaccination obligatoire, la Santé publique recommande d’imposer une vaccination complète d’ici le 1er octobre 2021 à tous les intervenants de la santé et des services sociaux qui sont en contact rapproché quotidiennement, pendant plus de 15 minutes, avec la clientèle.

Le premier ministre a confirmé son intention d’aller de l’avant avec cette recommandation, car il juge qu’on ne peut pas se permettre que des travailleurs de la santé qui sont là pour donner des soins donnent la COVID à des malades qui sont vulnérables. Généralement, la question de la vaccination obligatoire pour d’autres catégories d’employés de l’État, comme les enseignants ou les éducatrices en milieu de garde, est une question importante qui ne doit pas être prise à la légère. C’est pourquoi elle sera débattue avec les députés de l’Assemblée nationale dans le cadre d’une commission parlementaire. Des discussions seront entreprises incessamment avec les partis d’opposition dans l’objectif de tenir cette commission parlementaire dès la semaine prochaine.

La mise en place du passeport vaccinal se fera, quant à elle, comme elle a été prévue, à compter du 1er septembre 2021 pour certaines activités non essentielles comme la fréquentation des bars, des restaurants, des salles d’entraînement ainsi que pour d’autres types d’événements ou activités parascolaires à haut risque. Les modalités seront annoncées la semaine prochaine.

Suspension de la tournée des régions
Enfin, devant les risques associés aux augmentations du nombre de cas de COVID-19, le premier ministre a annoncé la suspension de sa tournée des régions du Québec, entamée la semaine dernière. Cette décision lui permettra de concentrer ses énergies sur la lutte contre la COVID-19, au moment où une quatrième vague liée au variant Delta semble inévitable.

« Si on continue à se faire vacciner encore plus, si on fait un blitz de vaccination d’ici le 1er septembre, on va réussir à limiter encore plus fortement la contagion, les hospitalisations et les décès. Au Québec, parmi les 12 ans et plus, il y a presque 9 personnes sur 10 qui ont reçu une première dose. Si vous connaissez des personnes qui hésitent, qui ont des craintes de se faire vacciner, je vous demande de les encourager, de les diriger vers un médecin, une infirmière, un pharmacien ou de les aider à trouver des réponses à leurs questions. Et si vous avez déjà votre 1re dose, allez chercher la 2e le plus vite possible. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Les hausses récentes de cas liées notamment au variant Delta sont préoccupantes. On a la chance d’avoir d’excellents vaccins et la capacité de vacciner tout le monde. Il y a des plages disponibles pour se faire vacciner rapidement. Nos équipes sont prêtes et vous attendent. Ça ne prendra que quelques minutes et vous contribuerez à rendre le Québec encore plus sécuritaire. Faites-le pour nos enfants qui méritent une rentrée scolaire la plus normale possible. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux 

Québec dévoile l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue

 

 17 août 2021

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, accompagné de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, et de la députée d’Abitibi-Ouest, Mme Suzanne Blais, a dévoilé aujourd’hui l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue qui s’établira au Vieux-Palais d’Amos. Le premier palais de justice de l’Abitibi sera donc parmi les premiers établissements du réseau à accueillir les Québécois. Cet investissement de près de 25 M$ permettra à l’Abitibi-Témiscamingue de mettre en valeur son histoire, son patrimoine et ses héros locaux.

Construit en 1922, ce bâtiment historique a été sélectionné notamment pour son architecture représentative du style Beaux-Arts et sa situation géographique dans l’ancien « chef-lieu » administratif et judiciaire de l’Abitibi-Témiscamingue. Depuis 2006, il est également un lieu de diffusion culturelle et historique bien ancré dans la région.

À l’instar de l’ensemble du réseau, l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue sera aménagé de manière à devenir un lieu d’exposition immersif en plus d’inclure un café offrant des produits québécois locaux et une salle multifonctionnelle propre à l’interaction et à la diffusion culturelle. Cette offre novatrice et complémentaire au réseau existant sera organisée par le Musée de la civilisation, propriétaire des Espaces bleus, en collaboration avec les instances et les organisations locales et régionales, incluant les nations autochtones.

Rappelons qu’en plus de contribuer à la santé économique du Québec en raison, notamment, de leur attractivité touristique, les Espaces bleus joueront un rôle de premier plan dans le sentiment de fierté et l’identité des Québécoises et des Québécois.

                                                             

« Je suis très fier d’annoncer la réalisation de l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue, l’un des tout premiers du réseau qui mettra en valeur l’histoire du peuple québécois, notre culture et notre patrimoine. On a choisi le Vieux-Palais d’Amos pour cet Espace bleu pour sa beauté et parce qu’il représente en quelque sorte le développement de la région de l’Abitibi-Témiscamingue au début du 20e siècle. C’est un beau symbole de la fierté des gens d’Amos et de l’Abitibi-Témiscamingue. En plus, on fait d’une pierre deux coups puisqu’on viendra préserver et rénover cet édifice qui fait partie de notre patrimoine collectif. Soyons fiers d’être Québécois, soyons fiers de l’Abitibi-Témiscamingue. La fierté, c’est un moteur puissant qui nous motive à continuer à développer chacune de nos régions. C’est de cette façon qu’on va continuer de faire grandir notre belle nation. »

François Legault, premier ministre

« Les citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue peuvent être fiers de leur région et de leur contribution à l’histoire du Québec. Avec l’annonce de l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue au Vieux-Palais d’Amos, notre gouvernement souhaite valoriser cette contribution à travers ce bâtiment patrimonial. Grâce au réseau des Espaces bleus, l’accès et la participation des citoyens à la culture s’en trouveront grandement bonifiés, et ce, à la grandeur du Québec. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

« Le Vieux-Palais est un excellent choix pour accueillir le réseau des Espaces bleus en Abitibi-Témiscamingue. L’endroit où il est situé, à Amos, est une ville centrale et culturellement active qui a notamment vu naître plusieurs personnalités importantes du paysage québécois. Je suis convaincue que la requalification de ce bâtiment patrimonial consolidera le dynamisme culturel déjà réputé de l’Abitibi-Témiscamingue. »

Suzanne Blais, députée d’Abitibi-Ouest

Faits saillants

·        Le Vieux-Palais d’Amos devient l’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue.

·        Celui-ci s’ajoute au pavillon Camille-Roy du Séminaire de Québec, qui constituera la tête du réseau des Espaces bleus.  

·        Le 10 juin 2021, le gouvernement du Québec annonçait les Espaces bleus, un investissement de 259 M$ dans un vaste réseau culturel, social et touristique.

Plus de 300 nouveaux logements en Jamésie

 

 16 août 2021

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, accompagné de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et du député d’Ungava, M. Denis Lamothe, annonce d’importants investissements pour la construction de plus 300 nouveaux logements en Jamésie, dans le Nord-du-Québec. Ces résidences favoriseront l’installation permanente des travailleurs et contribueront à l’essor économique de la région.

Le Nord-du-Québec connaît depuis quelques années un développement économique important et les besoins en logements locatifs y sont de plus en plus élevés. Le manque de logements disponibles entraîne un phénomène de navettage (fly-in fly-out) qui a notamment pour effet d’augmenter artificiellement la population de la Jamésie. La pression sur les services et les infrastructures des municipalités de la région, qui reçoivent la majorité des travailleurs, n’est pas compensée par les retombées économiques et sociales habituellement générées par les résidents permanents.

Jusqu’à 250 nouvelles maisons sur le territoire jamésien

Conscient de cette réalité, le gouvernement du Québec s’engage à augmenter l’offre de logements sur le territoire de la Jamésie. Grâce aux investissements accordés, jusqu’à 250 maisons pourront être construites au cours des prochaines années dans le projet qui totalisera plus de 87 M$. Une analyse complète des besoins est en cours pour s’assurer de répondre adéquatement aux priorités des citoyens de la Jamésie.

64 nouvelles unités locatives

À court terme, 40 nouveaux logements locatifs seront construits à Chibougamau grâce aux investissements gouvernementaux de 7,25 M$. Ce projet comprend deux immeubles dans lesquels seront réparties les 40 unités. Les travaux s’amorceront bientôt avec la construction en usine des éléments modulaires. Le chantier sur le site débutera au printemps en prévision d’une livraison des bâtiments à l’automne 2022.

Par ailleurs, un soutien financier pouvant aller jusqu’à 3,9 M$ est également accordé à l’organisme Comité 5000 pour la création de 24 logements locatifs supplémentaires à Lebel-sur-Quévillon. Le montage financier et le calendrier de réalisation pour ce projet sont en cours d’élaboration.

« Je suis très heureux d’annoncer des investissements majeurs pour la construction de plus de 300 nouveaux logements dans le Nord-du-Québec. Nos travailleurs et leurs familles pourront s’installer de façon permanente et contribuer au développement économique de la région. On le sait que le fameux fly-in fly-out n’est pas l’idéal pour créer un milieu de vie. Notre gouvernement est prêt à prendre un risque pour construire des maisons et permettre aux travailleurs et aux familles qui occupent un emploi dans Nord de les louer et, éventuellement, de les acheter. Ces projets font partie de ce Québec qu’on est en train de bâtir : un Québec des régions plus prospère, plus vert et surtout plus fier. »

François Legault, premier ministre

« Se loger est un élément crucial d’une saine qualité de vie. Mais d’un point de vue économique, l’offre de logements peut aussi devenir un enjeu qui va de pair avec la croissance d’une région. L’annonce d’aujourd’hui en est un exemple, car ces projets faciliteront le choix de familles qui veulent s’établir ici, qui voient des perspectives d’emploi et de qualité de vie intéressantes en Jamésie. Je suis très heureuse que notre gouvernement leur offre une option de choix avec ces projets. »

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation

« Favoriser le bien-être des habitants et des travailleurs est essentiel au dynamisme des régions nordiques. Ce projet, qui répond aux objectifs de notre Plan d’action nordique, contribuera à l’attraction et à la rétention de la main-d’œuvre. Il s’agit d’une priorité identifiée par la population du nord du 49e parallèle. Voilà une autre action de notre gouvernement qui permettra d’habiter pleinement notre Nord. »

Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord et de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

« Voilà une excellente nouvelle pour la région du Nord-du-Québec. Grâce à cet investissement majeur de notre gouvernement, nous pourrons loger davantage de travailleurs et leurs familles, ce qui renforcera la vitalité économique de nos communautés. »

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec et député d’Abitibi-Est

« Je tiens à saluer le travail de l’organisme Les pavillons du 49°, de la Ville de Chibougamau, et de tous les autres partenaires pour leurs efforts concertés dans la concrétisation de ces projets en habitation. J’apprécie grandement que notre gouvernement contribue au soutien du développement économique des communautés jamésiennes. »

Denis Lamothe, député d’Ungava

« Le financement annoncé aujourd’hui, avec la construction de 40 nouveaux logements, nous permet d’augmenter l’offre et la diversité de logements au sein de notre municipalité. Par cette mesure, le gouvernement de M. Legault nous invite à habiter le Nord. Merci. »

Manon Cyr, mairesse de Chibougamau

Faits saillants :

  • Le gouvernement contribuera financièrement au projet de construction de 250 maisons unifamiliales destinées à la location en Jamésie, projet estimé à 87,7 M$.
  • La contribution gouvernementale versée à l’organisme Les pavillons du 49° pour la construction des 40 logements à Chibougamau s’élève à plus de 7,25 M$. L’argent provient de la Société d’habitation du Québec (SHQ) et du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation à hauteur de 6,75 M$, ainsi que de la Société du Plan Nord (SPN), avec 500 000 $ par le biais de son enveloppe d’opportunité créée dans le cadre du Plan d’action nordique 2020-2023.
  • Une aide 2,4 M$ est accordée au Comité 5000 pour la création de 24 logements à Lebel-sur-Quévillon. Après analyse de ce montage financier, la SHQ pourrait

Des actions concrètes en habitation

 

 16 août 2021

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, accompagné de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et du député d’Ungava, M. Denis Lamothe, annonce d’importants investissements pour la construction de plus 300 nouveaux logements en Jamésie, dans le Nord-du-Québec. Ces résidences favoriseront l’installation permanente des travailleurs et contribueront à l’essor économique de la région.

Le Nord-du-Québec connaît depuis quelques années un développement économique important et les besoins en logements locatifs y sont de plus en plus élevés. Le manque de logements disponibles entraîne un phénomène de navettage (fly‑in fly‑out) qui a notamment pour effet d’augmenter artificiellement la population de la Jamésie. La pression sur les services et les infrastructures des municipalités de la région, qui reçoivent la majorité des travailleurs, n’est pas compensée par les retombées économiques et sociales habituellement générées par les résidents permanents.

Jusqu’à 250 nouvelles maisons sur le territoire jamésien
Conscient de cette réalité, le gouvernement du Québec s’engage à augmenter l’offre de logements sur le territoire de la Jamésie. Grâce aux investissements accordés, jusqu’à 250 maisons pourront être construites au cours des prochaines années dans le projet qui totalisera plus de 87 M$. Une analyse complète des besoins est en cours pour s’assurer de répondre adéquatement aux priorités des citoyens de la Jamésie.

64 nouvelles unités locatives
À court terme, 40 nouveaux logements locatifs seront construits à Chibougamau grâce aux investissements gouvernementaux de 7,25 M$. Ce projet comprend deux immeubles dans lesquels seront réparties les 40 unités. Les travaux s’amorceront bientôt avec la construction en usine des éléments modulaires. Le chantier sur le site débutera au printemps en prévision d’une livraison des bâtiments à l’automne 2022.

Par ailleurs, un soutien financier pouvant aller jusqu’à 3,9 M$ est également accordé à l’organisme Comité 5000 pour la création de 24 logements locatifs supplémentaires à Lebel-sur-Quévillon. Le montage financier et le calendrier de réalisation pour ce projet sont en cours d’élaboration.

« Je suis très heureux d’annoncer des investissements majeurs pour la construction de plus de 300 nouveaux logements dans le Nord-du-Québec. Nos travailleurs et leurs familles pourront s’installer de façon permanente et contribuer au développement économique de la région. On le sait que le fameux fly-in fly-out n’est pas l’idéal pour créer un milieu de vie. Notre gouvernement est prêt à prendre un risque pour construire des maisons et permettre aux travailleurs et aux familles qui occupent un emploi dans le Nord de les louer et, éventuellement, de les acheter. Ces projets font partie de ce Québec qu’on est en train de bâtir : un Québec des régions plus prospère, plus vert et surtout plus fier. »
François Legault, premier ministre

« Se loger est un élément crucial d’une saine qualité de vie. Mais d’un point de vue économique, l’offre de logements peut aussi devenir un enjeu qui va de pair avec la croissance d’une région. L’annonce d’aujourd’hui en est un exemple, car ces projets faciliteront le choix de familles qui veulent s’établir ici, qui voient des perspectives d’emploi et de qualité de vie intéressantes en Jamésie. Je suis très heureuse que notre gouvernement leur offre une option de choix avec ces projets. »
Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation

« Favoriser le bien-être des habitants et des travailleurs est essentiel au dynamisme des régions nordiques. Ce projet, qui répond aux objectifs de notre Plan d’action nordique, contribuera à l’attraction et à la rétention de la main-d’œuvre. Il s’agit d’une priorité identifiée par la population du nord du 49e parallèle. Voilà une autre action de notre gouvernement qui permettra d’habiter pleinement notre Nord. »
Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord et de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

« Voilà une excellente nouvelle pour la région du Nord-du-Québec. Grâce à cet investissement majeur de notre gouvernement, nous pourrons loger davantage de travailleurs et leurs familles, ce qui renforcera la vitalité économique de nos communautés. »
Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec et député d’Abitibi-Est

« Je tiens à saluer le travail de l’organisme Les pavillons du 49°, de la Ville de Chibougamau, et de tous les autres partenaires pour leurs efforts concertés dans la concrétisation de ces projets en habitation. J’apprécie grandement que notre gouvernement contribue au soutien du développement économique des communautés jamésiennes. »
Denis Lamothe, député d’Ungava

« Le financement annoncé aujourd’hui, avec la construction de 40 nouveaux logements, nous permet d’augmenter l’offre et la diversité de logements au sein de notre municipalité. Par cette mesure, le gouvernement de M. Legault nous invite à habiter le Nord. Merci. »
Manon Cyr, mairesse de Chibougamau

Jusqu’à 33 M$ pour le développement du port de Saguenay

 

 12 août 2021

Le premier ministre, M. François Legault, la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest ainsi que M. François Tremblay, député de Dubuc, annoncent que le gouvernement du Québec offrira une contribution qui pourrait atteindre 33 M$ à Développements Port Saguenay inc. pour la construction d’un système mécanisé de transport de vrac multiusager (convoyeur) alimenté à l’électricité.

Ce projet, estimé à plus de 66 M$, permettra de relier les installations maritimes du quai Marcel-Dionne aux espaces industriels ainsi qu’aux aires d’entreposage et de triage ferroviaire situés dans la zone industrialo-portuaire de Saguenay.

La construction du système mécanisé de transport en vrac multiusager au port de Saguenay aura des répercussions positives sur le développement économique régional. La compétitivité et l’attractivité du port en seront augmentées, ce qui contribuera à la croissance du port et du parc industriel.

« Je suis très fier d’annoncer cet important investissement pour le développement économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce projet donnera au Port de Saguenay des moyens à la hauteur de son potentiel. Il lui permettra non seulement d’augmenter l’efficacité de ses activités, mais aussi d’améliorer la compétitivité du transport maritime au Québec et de stimuler les investissements dans la région. Miser sur notre fleuve, c’est s’enrichir collectivement ! »

François Legault, premier ministre du Québec

« Cette aide financière est un exemple de la volonté de votre gouvernement de faire du Québec un leader dans le transport maritime. Comme nous l’avons annoncé dans notre nouvelle vision maritime, Avantage Saint-Laurent, nous comptons, entre autres, investir dans la modernisation et le développement des infrastructures portuaires. Il est important que la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et son secteur industriel puissent disposer des outils nécessaires pour assurer leur développement économique, social et environnemental. »

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« En tant que ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, je suis heureuse de l’annonce de cette initiative créatrice d’emplois pour notre région. Ce projet est synonyme de création de prospérité pour tous. Je suis donc très fière de faire partie d’un gouvernement qui a à cœur de voir ses régions se développer et qui, surtout, leur donne les moyens d’y parvenir ! »

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean

« Je me réjouis de l’annonce que nous faisons aujourd’hui puisqu’elle met en place les conditions propices à la création d’emplois bien payés pour les citoyens de Dubuc auprès desquels je me suis engagé. Je continuerai de travailler pour optimiser les retombées économiques de notre stratégie maritime, au profit de notre communauté. Notre corridor de navigation est reconnu dans le monde et notre réalité portuaire dispose d’un potentiel considérable qui fera naître des projets industriels majeurs. »

François Tremblay, député de Dubuc

« Grâce à ces investissements, le Port de Saguenay pourra électrifier une importante partie de ses activités et améliorer sa productivité, ce qui consolidera son virage vers le développement durable. Cette précieuse collaboration du gouvernement du Québec vient également renforcer tout le développement de notre zone industrialo-portuaire, et cette infrastructure stratégique nous permettra d’être encore plus compétitif afin d’attirer de nouveaux grands projets à Saguenay. »

Stéphane Bédard, président du conseil d’administration du Port de Saguenay

Liens connexes

Avantage Saint-Laurent

Programme de soutien aux investissements dans les infrastructures de transport maritime

Port de Saguenay

Suivez-nous sur TwitterFacebook et Instagram

Mise à jour du Plan de la rentrée scolaire 2021-2022

 

 11 août 2021

Le gouvernement du Québec et les autorités de santé publique confirment un retour en classe en présence, sans distanciation et sans restriction de groupe-classe stable, pour tous les élèves du Québec, qu’ils fréquentent une école primaire, secondaire ou un centre d’éducation des adultes ou de formation professionnelle. La présence de nouveaux variants plus contagieux sur le territoire québécois invite toutefois à la prudence et à apporter des ajustements au Plan de la rentrée scolaire de juin dernier, tel que prévu. Ainsi, le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, et la ministre déléguée à l’Éducation, Mme Isabelle Charest, ont annoncé aujourd’hui des orientations additionnelles pour la rentrée scolaire, qui tiennent compte de la situation épidémiologique actuelle. L’objectif est de s’assurer que la rentrée se fasse sous le signe de la prudence, mais qu’elle soit motivante et qu’elle permette à nos jeunes de se côtoyer.

Dans cet ordre d’idées, les élèves du primaire et du secondaire ainsi que ceux de la formation générale des adultes et de la formation professionnelle devront porter le masque d’intervention dans les aires communes, lors de leurs déplacements à l’intérieur ainsi qu’à leur place assignée dans le transport scolaire.

En conformité avec les consignes de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST), le port du masque en continu n’est pas obligatoire pour le personnel scolaire à l’intérieur ni à l’extérieur si la distanciation physique de 2 mètres est respectée ou s’il y a présence de barrières physiques. Le port du masque en continu est toutefois obligatoire en tout temps dans les espaces communs, lors des déplacements dans les corridors et dans le transport scolaire.

Les élèves pourront prendre part à l’ensemble des services éducatifs incluant les projets pédagogiques particuliers, comme les concentrations sportives ou les programmes Arts-études, les sorties scolaires et les activités parascolaires et interscolaires de tout genre. Au secondaire, le passeport vaccinal sera obligatoire pour prendre part à certaines activités parascolaires jugées à haut risque.

Si la situation sanitaire le requiert d’ici la rentrée scolaire, en cours d’année scolaire dans une région donnée ou en cas d’éclosion dans un établissement, des mesures supplémentaires, comme le port du masque d’intervention dans d’autres circonstances (ex. : en classe), pourraient être mises en place par les autorités de santé publique. Ces mesures permettraient de maintenir accessibles l’ensemble des services éducatifs pour les élèves. Il est à noter que les jeunes qui ont reçu deux doses de vaccin et qui sont considérés adéquatement protégés ne seront pas systématiquement retirés s’ils sont exposés à un cas positif.

Vaccination deuxième dose pour les 12-17 ans

Bien que des milliers de jeunes aient profité de la période estivale pour recevoir leur deuxième dose, une campagne de vaccination sera organisée dès la rentrée scolaire de concert avec le réseau afin d’assurer une couverture vaccinale maximale aux élèves de 12 ans et plus. Cette stratégie de vaccination pour la deuxième dose sera mise en œuvre dès la rentrée. Une attention particulière sera accordée aux écoles et aux centres de formation où la couverture vaccinale de la première dose n’a pas atteint 75 %.

L’organisation pourra différer d’une région à l’autre lors de la campagne ciblant le milieu scolaire. Elle tiendra compte du taux actuel de vaccination autonome dans la région et pourra inclure, par exemple, du transport vers un centre de vaccination ou le déploiement de cliniques dans les écoles. Cette opération sera menée en collaboration avec le réseau scolaire. Elle vise les élèves de 12 ans et plus et permettra d’offrir une deuxième dose ou même une première dose à ceux pour qui ce n’est pas encore fait, incluant les jeunes de 12 ans du primaire. Il est toujours possible pour les élèves de se faire vacciner d’ici la rentrée scolaire et de profiter des occasions offertes par le réseau de la santé à cet effet.

13 millions de dollars pour le raccrochage

Le ministre Jean-François Roberge a profité de l’occasion pour annoncer la mise en œuvre d’une stratégie visant à favoriser le raccrochage scolaire. Cet investissement de 13 millions de dollars pour la création d’un filet scolaire permettra aux jeunes qui ont quitté l’école secondaire au cours de la dernière année sans avoir obtenu un diplôme ou une qualification, de poursuivre leur scolarisation. Ces mesures favoriseront l’obtention d’un diplôme, d’une qualification ou l’acquisition de préalables dans un milieu non institutionnel ou alternatif qui répond davantage à leurs besoins. L’objectif de cette mesure est de joindre en moyenne 4 000 décrocheurs annuellement.

Les sommes disponibles pourront notamment être utilisées pour l’embauche d’au moins un agent de liaison par centre de services scolaire (CSS) ou par commission scolaire (CS) responsable de faire un suivi personnalisé en établissant un premier contact avec le décrocheur, et ce, afin de l’informer des différentes options qui s’offrent à lui. Des partenariats pourront également être établis avec des organismes communautaires.

Cette stratégie prévoit aussi la mise en place d’un « mécanisme d’alerte » pour s’assurer que, systématiquement, chaque décrocheur d’une école secondaire soit rejoint par l’agent de liaison. Par exemple, un jeune absent depuis plusieurs jours sans motifs connus pourrait être rejoint.

Réussite éducative

Par ailleurs, les données préliminaires recueillies et analysées par le Ministère montrent que les taux d’échec et de réussite aux bulletins pour l’année scolaire 2020-2021 seraient similaires à ceux de l’année scolaire précédant la pandémie (2018-2019). Selon ces données, les taux d’échec pour les élèves de la troisième année du primaire seraient demeurés les mêmes au cours des trois dernières années. En ce qui concerne les élèves de la sixième année, les taux d’échec en écriture seraient sensiblement les mêmes, alors qu’ils seraient plus bas en mathématique en 2021.

Au secondaire, deux niveaux scolaires ont été analysés, soit la quatrième et la cinquième secondaire. Si le taux d’échec des élèves de quatrième secondaire, sauf en histoire, semble comparable à ceux rapportés avant la pandémie, les taux d’échec de 2020-2021 pour les élèves de 5e secondaire seraient plus bas que ceux rapportés avant la pandémie, et ce, toutes matières confondues.

Bien que ces données préliminaires soient rassurantes, les ministres Jean-François Roberge et Isabelle Charest ont fait valoir que les jeunes qui ont connu des retards ou des difficultés d’apprentissage et subi les effets collatéraux de la pandémie continueront de recevoir un soutien particulier. Rappelons que le Ministère s’est doté, en mai dernier, du Plan de relance pour la réussite éducative, représentant un investissement de 110 millions de dollars pour soutenir les enfants les plus vulnérables, notamment par la poursuite du premier programme national de tutorat au Canada, par l’embauche d’agents en soutien consacrés au renforcement du lien entre l’école et la famille ou par la mise en œuvre de différentes initiatives de soutien pour la santé mentale et le bien-être des élèves.

« Le nouveau variant Delta, responsable de la recrudescence de cas observée, nous force à s’ajuster. Tant et aussi longtemps que la situation l’exigera, nous devrons nous adapter afin de nous assurer que nos écoles demeurent ouvertes et que nos jeunes aient une année scolaire la plus normale possible. Je tiens à remercier tous ceux et celles, jeunes et moins jeunes, qui ont reçu le vaccin au cours des derniers mois. 82 % des jeunes de 12-17 ans sont maintenant vaccinés. Il s’agit d’un taux de réponse très satisfaisant et encourageant pour l’avenir. Par votre geste, vous vous protégez et protégez vos proches, vos amis, vos collègues. Je profite de l’occasion pour m’adresser aux parents : il est encore temps de prendre rendez-vous dès maintenant pour faire vacciner votre enfant afin qu’il retrouve, dès le jour 1, son école et l’ensemble de ses activités préférées. C’est le moment d’agir. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

« Le retour à la normale sera positif tant pour le personnel scolaire que pour les élèves et leurs parents. Il nous faut toutefois demeurer vigilants, et c’est pourquoi nous continuons d’insister sur l’importance de la vaccination dans la lutte contre la pandémie. En plus de revoir leurs amis, les jeunes pourront reprendre leurs activités parascolaires et débuter l’année du bon pied. De plus, dès la rentrée, l’ensemble des écoles secondaires du Québec seront en mesure d’offrir une heure d’activités parascolaires gratuite par jour à tous les élèves. Bien entendu, le passeport sanitaire sera essentiel pour participer à certaines activités. Si l’on continue d’être prudents, je suis confiante que l’on aura une superbe année scolaire. »

Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine

« Je tiens à féliciter les jeunes qui ont choisi de participer à notre lutte collective contre la COVID-19 en se faisant vacciner dans les délais fixés, avec l’appui de leurs parents et de leurs proches. Ce geste essentiel a contribué au succès de nos efforts et permet une rentrée la plus normale possible dans les circonstances. Des milliers d’élèves pourront en effet être à nouveau présents en milieu scolaire dès la rentrée, contribuant par le fait même à leur réussite et à un épanouissement éducatif optimal, au sein de leur milieu. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Faits saillants :

  • Le Plan de la rentrée scolaire 2021-2022 prévoit, pour toutes les écoles primaires ainsi que pour les établissements d’enseignement secondaire, les centres d’éducation des adultes et de formation professionnelle:
  • une organisation scolaire normale, sans restriction de groupe-classe stable ni distanciation entre les élèves;
  • le port du masque d’intervention dans les aires communes, le transport scolaire et lors des déplacements à l’intérieur pour le personnel et les élèves;
  • des services éducatifs complets, incluant les projets pédagogiques particuliers et les sorties. Au primaire, tous les élèves pourront prendre part aux activités parascolaires, alors qu’au secondaire, le passeport vaccinal sera obligatoire pour prendre part à certaines activités parascolaires jugées à haut risque;
  • une campagne de vaccination sera organisée de concert avec le réseau dès la rentrée scolaire pour la deuxième dose et, dans certains cas, la première dose pour les élèves de 12 ans et plus;
  • des mesures de soutien additionnelles pour les élèves vulnérables ou accusant un retard pédagogique;
  • un transport scolaire sans restriction de distanciation et selon les barèmes normaux. Les élèves auront toutefois des places assignées et devront porter un masque d’intervention tout au long du transport.
  • Tous les établissements scolaires disposent d’un protocole d’urgence actualisé dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire, qui est adapté à leur réalité et en cohérence avec leurs besoins. Le protocole d’urgence constitue un outil pour guider l’action au cas où la situation d’urgence vécue ce printemps se reproduisait.  
  • Rappelons également que le ministère de l’Éducation a récemment octroyé une aide financière de plus de 8,7M$ sur deux ans pour des activités ludiques à caractère pédagogique et psychosocial offertes dans plus de 750 camps de jour et dans plus d’une centaine d’organismes jeunesse pour adolescents et une soixantaine de projets ciblant des élèves en situation de vulnérabilité, afin de joindre près de 60 000 jeunes à travers le Québec et d’atténuer le phénomène de la « glissade de l’été ». Elle vise à intensifier les stratégies favorisant le maintien des acquis pédagogiques des jeunes en période estivale par des projets comme par exemple des activités de littératie et de numératie intégrées au programme des camps de jour municipaux et communautaires. 

Liens connexes :

Ministère de l’Éducation

https://www.facebook.com/quebeceducation
https://twitter.com/educationqc
https://www.youtube.com/user/MELSQuebec
https://ca.linkedin.com/company/ministere-education-enseignement-superieur-quebec

Le passeport vaccinal déployé le 1er septembre

 

 10 août 2021

 Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a fait le point aujourd’hui sur la situation épidémiologique actuelle liée à la pandémie de la COVID-19, étant donné l’augmentation du nombre de cas observée au cours des derniers jours et l’émergence de cas liés au variant Delta, maintenant bel et bien présent au Québec. 

En raison de cette situation préoccupante, qui pourrait constituer le début d’une quatrième vague de cas, le gouvernement prévoit rendre disponible le passeport vaccinal dès le 1er septembre, et ce, partout au Québec. En vue de ce déploiement, deux projets pilotes seront mis en place afin de tester la lecture du code QR et la mécanique de l’application, dans des lieux différents. Un accompagnement de la part des équipes du ministère de la Santé et des Services sociaux sera fait auprès des entreprises directement sur place. 

Le premier projet pilote sera déployé au restaurant La Cage – Brasserie sportive de Lebourgneuf, à Québec, les 11 et 12 août, de 15 h à 23 h. Un autre aura lieu au gym Éconofitness Vimont à Laval (2228 boulevard des Laurentides) les 17 et 18 août, de 15 h à 20 h. Nous invitons les clients de ces installations à aller se procurer leur code QR sur Québec.ca

L’objectif est que le passeport vaccinal permette aux personnes adéquatement vaccinées d’avoir accès aux événements publics à fort achalandage et aux activités à haut taux de contacts qui sont des lieux de grande socialisation, pour des activités et services non-essentiels.  

« Étant donné l’augmentation récente des cas, l’automne qui s’en vient avec la rentrée au travail et à l’école et la prévalence attendue du variant Delta, les conditions sont réunies pour déployer le passeport vaccinal. Nous voulons faire les choses graduellement, en profitant pleinement des prochaines semaines, avant la rentrée, pour bien préparer la mise en place du passeport. Les projets pilotes implantés dans les prochaines semaines nous permettront de faire les ajustements nécessaires à la mécanique d’application et de donner le temps aux lieux visés par le passeport de se préparer pour le 1er septembre avant de rendre l’application disponible. » 

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux  

Faits saillants : 

  • La participation aux projets pilotes est volontaire. Aucune personne ne se verra refuser l’accès à ces commerces.
  • Rappelons que le passeport vaccinal sera un outil officiel et gratuit attestant qu’une personne est bien protégée contre la COVID-19.
  • Il permettra aux personnes adéquatement protégées d’accéder à des lieux où sont pratiquées des activités non essentielles. Sur recommandation des autorités de santé publique, ces lieux pourraient inclure entre autres les gyms, les bars et des activités comme les sports d’équipe ou de contact. Le passeport ne sera pas exigé pour accéder à des services essentiels. De plus, il exclut les commerces de détails.
  • Des travaux sont à prévoir afin d’offrir aux personnes des autres provinces et de l’étranger ayant reçu des vaccins reconnus par les autorités internationales compétentes la possibilité d’accéder à ces lieux.
  • Des travaux sont prévus afin d’intégrer, dans la preuve de vaccination, l’ensemble des situations possibles pour qu’une personne soit considérée comme adéquatement protégée, incluant le fait d’avoir fait la maladie ou de présenter des contre-indications à la vaccination reconnues.
  • Le choix de la date du 1er septembre pour l’entrée en vigueur de la mesure vise à donner la possibilité à toute la population de se prévaloir des deux doses de vaccin nécessaires.
  • Il est également à noter que depuis lundi, le fait d’avoir eu un résultat positif à un test de COVID-19 a été ajouté à la preuve vaccinale. Les citoyens seront bien informés : s’ils ont eu un tel résultat suivi par un vaccin, une notification leur sera envoyée.