Isabelle Lecours sera candidate de la CAQ dans Lotbinière-Frontenac

 

 31 août 2017

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est fier d’annoncer que la conseillère en commercialisation Isabelle Lecours portera les couleurs de sa formation politique pour ravir la circonscription de Lotbinière-Frontenac lors des prochaines élections générales.

« Dans le cadre de ma tournée du Québec, je suis emballé de venir à votre rencontre, notamment pour vous présenter Isabelle Lecours, une excellent candidate pour défendre les intérêts de la région. Les électeurs de Lotbinière-Frontenac auront l’opportunité de voter pour une candidate dévouée et à l’écoute de leurs préoccupations. L’honnêteté, l’intégrité et la justice sociale sont de la plus haute importance pour elle et c’est exactement ce que la CAQ propose », a déclaré François Legault.

Pour prendre soin de nos familles et de nos jeunes

Isabelle Lecours est une femme déterminée à améliorer les services qui sont offerts à l’ensemble de la population. « Au cours des dernières années, de nombreuses choses m’ont interpellée dans la façon dont notre société est gérée. Que ce soit pour l’emploi, les familles, la réussite scolaire, pour l’économie ou encore pour l’environnement et le développement durable, nous devons prendre en main, tous ensemble, le destin de nos différentes régions, notamment la rétention des jeunes dans celles-ci », a relevé la résidente du comté de Lotbinière-Frontenac.

Il est essentiel de créer des emplois payants et combler le manque de main-d’œuvre spécialisée

« Il faut se rendre compte qu’il existe un problème dans le secteur de l’emploi au Québec. Dans certaines régions, il manque d’emplois et dans d’autres, il y a un criant manque de main-d’œuvre spécialisée. Il faut rapidement harmoniser les formations pour qu’il y ait moins de jeunes ultra‑diplômés qui ne trouvent pas d’emplois alors que dans le même temps, des entreprises manquent de main‑d’œuvre qualifiée pour pouvoir se développer adéquatement et dynamiser notre économie. Porter la CAQ au pouvoir est le meilleur moyen de régler ce problème », a conclu Mme Lecours.

Crise à la Commission des droits de la personne : Simon Jolin-Barrette invite la présidente à s’expliquer publiquement et rapidement

 

 30 août 2017

Face aux faits troublants relatés par le quotidien La Presse mercredi, relativement à un climat de travail malsain à la Commission des droits de la personne depuis l’arrivée de la nouvelle présidente Tamara Thermitus, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice et député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a tenu à faire la déclaration suivante :

« Les faits allégués sont troublants et les Québécois méritent des explications. Il faut que la lumière soit faite, rapidement. Le personnel de la Commission des droits de la personne fait un travail consciencieux et dévoué auprès de la population québécoise. Il s’agit d’une institution essentielle au bon déroulement de notre démocratie. En aucun cas, la réputation de cet organisme ne doit être entachée.

Le climat malsain qui semble s’être installé au sein de la Commission des droits de la personne n’aide en rien cette crise de confiance des citoyens en leurs élus et leurs institutions de représentation à laquelle le Québec est confronté. Je tiens à rappeler d’ailleurs que le poste de président de la Commission des droits de la personne est un de ceux qui relèvent directement de l’Assemblée nationale.

Rapidement et publiquement, j’invite la présidente Tamara Thermitus à faire preuve de transparence totale et à s’expliquer publiquement sur les allégations relativement à son comportement. Elle a le devoir de rassurer l’ensemble des citoyens, mais également les députés de l’Assemblée nationale, qu’elle est apte à remplir le mandat que l’Assemblée nationale lui a accordé. »

Attaques personnelles : La CAQ demande à François Blais de retirer ses propos méprisants

 

 30 août 2017

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, doit retirer immédiatement ses propos méprisants tenus mercredi à l’endroit de la députée de Montarville pour la Coalition Avenir Québec, Nathalie Roy.

 

À l’entrée du Conseil des ministres, M. Blais a réagi aux déclarations formulées la veille par Mme Roy, qui accusait le gouvernement de ne pas avoir de plan et d’agir en catastrophe de façon improvisée dans le dossier des demandeurs d’asile. « Je ne pense pas que Mme Roy a déjà géré quelque chose dans sa vie », a déclaré mercredi François Blais. « Vous lui poserez la question, qu’est-ce qu’elle a déjà géré dans sa vie », a-t-il renchéri.

Mme Roy ne peut tolérer de tels propos méprisants et condescendants, alors qu’elle s’exprimait comme députée de l’Assemblée nationale, dignement élue par les citoyens de Boucherville et de Saint-Bruno-de-Montarville. Ex-journaliste et chef d’antenne reconnue, productrice et avocate, Mme Roy refuse de se faire donner la leçon par les libéraux plus longtemps, pour la simple raison qu’elle dénonce l’improvisation dans le dossier des migrants. Elle disait depuis une semaine qu’il ne fallait pas les amener au Palais des congrès.

Le porte-parole de la CAQ pour la région de Québec, Éric Caire, se demande pour sa part si François Blais a la même opinion de ses collègues députées Véronyque Tremblay et Christine St-Pierre, toutes deux ex-journalistes également.

Annonce du candidat de la CAQ dans Portneuf : Vincent Caron portera les couleurs de la CAQ

 

 30 août 2017

C’est avec beaucoup de fierté que le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, annonce que Vincent Caron portera les couleurs de sa formation politique dans Portneuf lors des prochaines élections générales.

« Tout comme moi, Vincent est un entrepreneur, un homme d’affaires. Avec son associé, il a fondé le Manoir du Lac Sept-Îles, une entreprise florissante qu’il préside, qui comprend aussi plusieurs chalets et un village d’accueil. Originaire de France, Vincent s’est intégré rapidement à la société québécoise et a contribué au développement touristique de ce beau coin du Québec. Il saura défendre à coup sûr les intérêts de ses concitoyens de Portneuf », a déclaré le chef de la CAQ.

Pour la création d’emplois payants

Vincent Caron veut créer des emplois payants pour les Québécois et pour ses concitoyens de Portneuf. « Je suis absolument convaincu que le développement économique du Québec passe aussi par l’accompagnement de nos PME afin qu’elles puissent se développer et pour permettre à celles qui vont se créer de s’épanouir pleinement. Plus nos entreprises seront prospères, plus elles offriront des emplois de qualité, mieux rémunérés, plus nos familles verront leur confort familial et leur qualité de vie s’améliorer. C’est pour ça que nous avons besoin d’un gouvernement de la Coalition Avenir Québec », a soutenu l’entrepreneur portneuvois et candidat de la CAQ.

Immobilisme libéral dans le dossier des soins de santé

Vincent Caron est aussi préoccupé des lenteurs dans le domaine de la santé. « Toute la problématique qui entoure le rétablissement et la sauvegarde des soins de santé dans la région m’interpelle, mais aussi l’accessibilité à un médecin de famille dans le Nord-Ouest de Portneuf. Je déplore qu’il ait fallu attendre la naissance d’un comité de citoyens, le dépôt d’une pétition de 20 000 signatures et l’intervention en chambre du député François Paradis pour que le gouvernement libéral commence à daigner s’intéresser à cette situation inquiétante. J’invite mes concitoyens à se joindre à nous pour porter François Legault et la CAQ au pouvoir en 2018 », a conclu M. Caron.

Caucus de la rentrée : La CAQ demande une mise à jour économique avec des baisses d’impôts

 

 29 août 2017

Alors que les finances du Québec affichent un surplus de 2,5 milliards de dollars, les familles du Québec méritent un répit dès cet automne, a déclaré le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, qui réclame une mise à jour économique, laquelle inclurait une baisse d’impôt de 1 000 $ par famille.

L’heure de redonner de l’argent aux familles est arrivée, a déclaré le chef caquiste, en rappelant que les libéraux n’avaient redonné que 295 M$ des 2,5 G$ de surplus accumulés en pigeant dans leurs poches. Pourtant, Philippe Couillard lui-même avait promis, lors de la dernière campagne électorale, que non seulement il éliminerait la taxe santé, mais qu’en plus, les surplus budgétaires seraient alloués à 50 % aux réductions d’impôt, a rappelé M. Legault.

Il est urgent de redonner un peu d’air aux pères et aux mères de famille, a insisté le chef caquiste, car pendant que les libéraux de Philippe Couillard ont haussé leur fardeau fiscal de 817 $, leur revenu disponible a drastiquement chuté, si bien que le Québec occupe dorénavant le tout dernier rang au Canada, territoires compris. Un Québécois gagne ainsi près de 4 500 $ de moins que la moyenne canadienne.

François Legault a ainsi demandé au premier ministre Couillard de tenir parole et d’accorder des baisses d’impôts pour redonner confiance aux Québécois et leur permettre de consommer davantage.

Patients orphelins: La cible de Gaétan Barrette ne sera pas atteinte, déplore la députée Chantal Soucy

 

 29 août 2017

Réunis en caucus présessionnel à Shawinigan, les députés de la Coalition Avenir Québec ont dévoilé, hier, des chiffres alarmants concernant le nombre de patients orphelins en Montérégie, où plus de 91 200 citoyens sont toujours inscrits sur la liste d’attente pour obtenir un médecin de famille.

Ici, la situation est critique : « Dans la région Richelieu-Yamaska seulement, près de 20 000 personnes attendent toujours d’avoir un médecin de famille. Et ça, c’est sans compter tous les citoyens qui n’ont pas de médecin, mais qui ne se sont pas inscrits au  guichet d’accès universel. Le ministre de la Santé nous avait promis qu’au 31 décembre 2017, 85 % des Québécois auraient un médecin de famille. Or, pour atteindre sa cible, ici, dans la région, il faudrait qu’il puisse trouver un médecin pour 13 904 patients. C’est un objectif irréaliste si on considère qu’il reste à peine quatre mois avant la date que le ministre s’était fixée », a déclaré la députée Chantal Soucy. « C’est déplorable. Les libéraux font beaucoup de promesses, mais sur le terrain, on constate que la situation ne s’améliore pas. À l’heure actuelle, 21,6 % des citoyens de notre région n’ont pas accès à un médecin de famille. Le plus inquiétant, c’est que bon nombre d’entre eux ont déjà des problèmes de santé importants qui doivent faire l’objet d’un suivi médical serré », a-t-elle ajouté, préoccupée par les nombreux cas lui étant rapportés à son bureau de circonscription.

« Uniquement cette année, nous avons perdu quatre médecins de famille dans la région. Le ministre m’a récemment confirmé que trois nouveaux médecins ont été attribués à Saint-Hyacinthe cette année. On se retrouve donc à -1, alors qu’on était déjà loin de répondre à la demande. La santé des citoyens de mon comté demeure ma priorité et, comme je l’ai fait avec l’agrandissement de l’urgence de l’Hôpital Honoré-Mercier, je ne lâcherai pas le morceau! », a conclu la députée de Saint-Hyacinthe.

À l’aube de la rentrée parlementaire, la CAQ s’engage à continuer de talonner le ministre de la Santé afin que la situation s’améliore. Elle demande à Gaétan Barrette de modifier immédiatement la cible fixée dans l’entente signée avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), afin que tous les patients orphelins puissent être pris en charge par un médecin de famille. La CAQ précise que le ministre détient le pouvoir d’agir, en vertu de la disposition spécifique à ce sujet figurant dans l’entente de principe conclue entre la FMOQ et son ministère.

La CAQ propose également de revoir le mode de rémunération à l’acte des médecins de famille, afin de récompenser la prise en charge complète des patients, plutôt que le nombre d’actes médicaux effectués.

Patients orphelins : La cible de Gaétan Barrette ne sera pas atteinte, dévoile la CAQ

 

 28 août 2017

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne pourra pas tenir sa promesse d’offrir un médecin de famille à tous les Québécois qui en cherchent un d’ici le 31 décembre 2017, a révélé le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, flanqué de son porte-parole en matière de santé, François Paradis.

La CAQ a obtenu de nouvelles données de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), qui démontrent l’échec du plan du ministre Barrette. En effet, en date du 3 juillet 2017 :

* 76,2 % des Québécois ont un médecin de famille, alors que la cible établie par Gaétan Barrette doit être de 85 % d’ici les 6 prochains mois. Les médecins doivent inscrire 8,8 % de la population d’ici le 31 décembre 2017, ce qui est impossible ;
* Même si dans 32 régions, la cible de 85 % d’inscription a été dépassée, 46 500 patients sont encore orphelins.

Résultat : des dizaines de milliers de patients resteront orphelins d’un médecin de famille d’ici la fin de l’année, malgré la promesse solennelle de Gaétan Barrette. Le député de Lévis, François Paradis cite en exemple la région de Chaudière-Appalaches, où il y a actuellement 11 500 patients qui cherchent un médecin de famille, alors que 89,6 % de la population est inscrite à un médecin de famille.

Pour remédier à la situation, la CAQ demande au ministre Barrette de changer immédiatement la cible fixée dans l’entente signée avec la FMOQ afin que tous les patients qui cherchent un médecin de famille puissent en trouver un. Le gouvernement libéral doit également revoir le mode de rémunération à l’acte des médecins de famille, afin de récompenser la prise en charge complète des patients plutôt que de rémunérer la quantité des actes médicaux effectués.

Le chef caquiste, François Legault, a également annoncé que son député et porte-parole en santé, François Paradis, effectuera dans les prochains mois une tournée dans plusieurs régions du Québec pour rencontrer les acteurs et les spécialistes du réseau de la santé afin de proposer des solutions précises en vue des élections générales de 2018.

Légalisation du cannabis : Le pot n’est pas le bienvenu sur les campus

 

 26 août 2017

L’improvisation libérale doit cesser : la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, doit dire clairement aux Québécois si elle accepte que le cannabis soit en libre circulation sur les campus des cégeps et universitaires. Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, somme le gouvernement libéral à cesser de tergiverser avec une question aussi sérieuse pour nos jeunes.

À la CAQ, c’est clair : le cannabis n’est pas le bienvenu sur les campus. Comme l’ont si bien expliqué les psychiatres québécois jeudi, la marijuana est la source de nombreux dommages dans les écoles, en plus d’être un déclencheur de maladies mentales précoces chez les plus jeunes. Que la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, dont la mission première est d’encourager et d’assurer la réussite scolaire des Québécois, ouvre la porte à une drogue forte dans les cégeps et universités, en toute légalité, est hautement préoccupant, a indiqué Simon Jolin-Barrette.

La CAQ présentera prochainement son propre cadre réglementaire afin de protéger les familles québécoises des effets pervers de la marijuana.

Vernissage et épluchette de blé d’Inde gratuite au centre-ville: Chantal Soucy et le 1855, Exposition collective invitent les citoyens à participer en grand nombre!

 

 24 août 2017

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy et le 1855, Exposition collective ouvriront leurs portes samedi, le 2 septembre prochain, de 12h à 16h, dans le cadre d’un vernissage sous le thème « Saint-Hyacinthe, terre agricole ».

Pour l’occasion, les citoyens seront d’abord invités à participer à une épluchette de blé d’Inde, qui se tiendra devant les locaux du 1855, Exposition collective. Ils seront ensuite dirigés au bureau de la députée Chantal Soucy, où ils pourront admirer les œuvres inédites d’artistes locaux, échanger avec leur députée et savourer un gâteau offert par la boutique Produits de l’érable 4 saisons.

« Cette journée est l’occasion parfaite pour les familles de se réunir pour découvrir nos produits locaux et encourager les artistes de notre région. C’est toujours un plaisir pour moi de m’associer avec des événements qui, comme celui-ci, visent à promouvoir l’agriculture et l’art de chez nous. J’invite donc les citoyens à venir nous visiter en grand nombre! » a déclaré la députée Chantal Soucy.

Pour sa part, Jeannot Caron, gestionnaire du 1855, Exposition collective, a tenu à souligner l’importance de cet événement pour la communauté maskoutaine et les artistes locaux : « Depuis sa création, la vocation du 1855 est de démocratiser l’art et de le rendre accessible dans notre région. L’épluchette du 2 septembre prochain s’inscrit donc parfaitement dans le cadre de notre mission, puisqu’en plus de pouvoir admirer les œuvres, les gens pourront rencontrer les artistes à la galerie. Nous sommes très heureux que notre députée, Chantal Soucy, accepte une fois de plus de prendre part à notre projet et d’exposer les toiles de nos artistes à son bureau. Elles y seront d’ailleurs jusqu’à la fin novembre », a-t-il déclaré.

L’épluchette de blé d’Inde, ainsi que le vernissage, seront offerts gratuitement et se tiendront le 2 septembre prochain, de 12h à 16h, au 1855, Exposition collective, situé au 1855, rue des Cascades, ainsi qu’au bureau de la députée Chantal Soucy, au 1970, rue des Cascades O., à Saint-Hyacinthe.

Sylvie D’Amours et Benoit Charette déplorent la lenteur des dossiers!

 

 22 août 2017

Près de trois mois après les importantes crues printanières, la députée de Mirabel et le député de Deux-Montagnes déplorent la lenteur du gouvernement à donner suite à ses engagements du printemps dernier pour venir en aide aux familles sinistrées. Sylvie D’Amours et Benoit Charette demandent aux ministres Christine St-Pierre et Martin Coiteux d’intervenir sans délai pour que la machine accélère la cadence.

« Plusieurs sinistrés me partagent leur ras-le-bol et leur découragement. Certains d’entre eux sont toujours logés à l’hôtel, chez des amis ou dans leur famille immédiate. Alors que la rentrée scolaire approche à grands pas, imaginons un instant le scénario insoutenable pour ces familles déracinées qui devront planifier les déplacements de leurs enfants, matin et soir. Malheureusement, rien ne bouge et le gouvernement Couillard semble les avoir abandonnés. Ce ne sont pas des citoyens de seconde zone! Ils ont des droits et méritent d’être soutenus en conséquence », a rappelé, Sylvie D’Amours.

Le député Benoit Charette a abondé dans le même sens que sa collègue. «On nous rapporte qu’il est difficile d’obtenir des informations du ministère de la Sécurité publique, même un simple retour d’appel. De plus, les rapports d’évaluation sont livrés au compte-gouttes et certains sinistrés n’ont pas encore reçu la visite de l’évaluateur. Cette situation est inacceptable, et c’est pourquoi j’interpelle la ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre, et son collègue Martin Coiteux pour accélérer le processus. C’est une question de respect et de dignité.»