Affaire Patrick Lagacé : La CAQ, très préoccupée, réaffirme la nécessité de protéger les sources journalistiques

 

 31 octobre 2016

« C’est une triste journée pour le droit à l’information », affirme la porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’intégrité, Nathalie Roy, alors qu’on apprenait lundi que le téléphone du journaliste et chroniqueur de La Presse, Patrick Lagacé, ait été placé sous enquête policière. Elle-même ancienne journaliste, Nathalie Roy se dit très troublée par ce cas d’espionnage et fait part de ses craintes pour la pérennité de la profession de journaliste à la suite de ces révélations.

« Il n’y a rien de plus important pour les journalistes que leurs sources. Quand les sonneurs d’alerte osent parler pour dénoncer, ils doivent se sentir protégés. Ce matin, ce n’est plus cas. Que va-t-il arriver à ces sources si, par craintes tout à fait légitimes, elles refusent de communiquer avec les journalistes pour leur fournir des éléments d’informations et des pistes d’enquête, sachant que c’est possible que le téléphone soit sous haute surveillance? C’est très inquiétant. Autant les journalistes vivent de leurs sources pour gratter le fond des histoires, autant nous, politiciens, dépendons aussi de ces témoignages pour faire bouger les choses », a déclaré la députée de Montarville.

Critique de la CAQ en matière de justice, le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, fait savoir qu’une réflexion sérieuse devra être lieu afin d’apporter des suggestions pour que les sonneurs d’alerte soient réellement protégés. « L’affaire Lagacé est extrêmement préoccupante, pas seulement pour les journalistes, mais pour la libre circulation de l’information. Il faut ouvrir toutes les portes aux sonneurs d’alerte et non en fermer en créant une partie de pêche aux sources journalistiques comme ça semble être le cas dans le dossier concernant le chroniqueur Patrick Lagacé », affirme Simon Jolin-Barrette.

François Paradis et la CAQ font part de leurs attentes au ministre Barrette

 

 31 octobre 2016

Alors que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a lancé le coup d’envoi aux négociations portant sur la rémunération avec les syndicats des médecins, leporte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis, est catégorique : il faut investir en santé, assurer des soins et des services de santé de qualité, plutôt que d’en mettre davantage dans les poches des médecins.

«En 2016, les médecins gagnent suffisamment. Le rattrapage salarial avec les autres provinces est plus qu’atteint », indique François Paradis, précisant que depuis 2007, les revenus moyens nets des médecins de famille ont augmenté de 60 %, pour passer en moyenne de 144 000$ à 231 000$. La même tendance a été observée du côté des médecins spécialistes, qui ont vu leurs revenus moyens nets bondir de 77 %, pour passer de 237 000 $ à 439 000$.

À l’aube de ces nouvelles négociations, qui auront indéniablement une incidence majeure sur les finances publiques du Québec, le député de Lévis fait part de ses attentes au ministre Barrette.

Tout d’abord, la CAQ réclame un gel de la hausse de rémunération des médecins afin de  réinvestir dans les soins directs à la population. « Il ne faut pas oublier que les médecins bénéficient déjà de hausses qui seront étalées jusqu’en 2021-2022, ainsi que d’une clause remorque avec les autres fonctionnaires de l’État qui leur donneront 368 M$ de plus par année. Ils n’ont plus besoin d’enveloppe supplémentaire », souligne François Paradis.

Ensuite, il est impératif de revoir le mode de rémunération à l’acte des médecins pour le transformer par un système de rémunération mixte. « Le statu quo équivaudra à une hausse infinie de la rémunération des médecins. Il faut bonifier la rémunération pour la prise en charge réelle et réduire les paiements à l’acte », insiste le critique caquiste en matière de santé.

Finalement, la CAQ demande une fois de plus au gouvernement Couillard de mettre fin à l’incorporation des médecins, qui prive les gouvernements du Québec et du Canada d’au moins 150 millions de dollars par année. « Investissons plutôt ces millions dans les soins à domicile, pour aider nos milliers de patients, souvent des aînés, qui n’ont plus d’autres recours que d’être soignés chez eux. Gaétan Barrette doit prouver, au terme de ces négociations, qu’il n’y en a pas seulement pour les médecins au Québec, mais aussi pour les patients », conclut François Paradis.

Signature de l’Accord de libre-échange Canada-UE : Philippe Couillard doit obtenir des garanties pour nos producteurs laitiers

 

 30 octobre 2016

Alors que Philippe Couillard s’est envolé en catimini pour la Belgique pour assister à la signature de l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Europe, la Coalition Avenir Québec espère qu’il profitera de cette tribune pour rappeler au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, son engagement pris en mai dernier de compenser financièrement les producteurs de lait québécois.

Sylvie D’Amours, porte-parole de la CAQ en matière d’agriculture, souligne que cet accord, bien que bénéfique pour l’économie du Québec dans son ensemble, ouvre grande la porte à une concurrence déloyale pour nos producteurs artisans de fromage, puisque les marchés européens pourront exporter de grandes quantités de fromages industriels. Malgré l’aide promise par le premier ministre Justin Trudeau, le milieu agricole québécois est toujours dans le flou alors que se tient le sommet Canada-UE. Philippe Couillard a le devoir de défendre nos producteurs laitiers et revenir au Québec avec des garanties concrètes, estime Mme D’Amours.

« La signature de cet accord est une bonne nouvelle pour les économies canadienne et québécoise ainsi que pour la poursuite de nos échanges commerciaux avec l’Europe, mais les producteurs laitiers à travers le Québec risquent de perdre beaucoup au change. Oui, le marché européen constitue une opportunité d’exportation exceptionnelle pour des milliers d’entre eux, mais c’est massivement que les entreprises européennes se pointeront à l’horizon sur le marché québécois, au moment même où nos producteurs subissent déjà des pertes financières importantes à cause du lait diafiltré. Il faut qu’à la suite de la signature de cet accord, il y ait un engagement clair du fédéral d’offrir une aide financière aux agriculteurs d’ici, qui se démarquent avec des produits de grande qualité, souvent artisanaux. Il faut tout faire pour qu’ils puissent concurrencer les Européens à armes égales », déclare Sylvie D’Amours.

La députée de Mirabel invite le gouvernement libéral à mener ce combat de front pour démontrer qu’il met véritablement les intérêts du Québec et le développement économique régional au premier plan. La caquiste lui rappelle d’ailleurs que le Québec ne peut se passer de l’apport économique de la production laitière, qui rapporte plus de 450 millions de dollars annuellement dans les coffres de l’État. « Philippe Couillard n’est pas parti à Bruxelles comme touriste, mais comme porte-parole du peuple québécois. Il doit parler avec Justin Trudeau et obtenir un plan de compensation, tel qu’il s’est engagé à le faire. J’espère que Philippe Couillard saura s’imposer sur la scène internationale pour défendre notre économie et nos intérêts », conclut Sylvie D’Amours.

Chronique de Donald Martel à la radio de CKBN, le vendredi 28 octobre 2016

 

 29 octobre 2016

Agrandissement de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska : La CAQ se réjouit pour les citoyens, mais dénonce l’électoralisme des libéraux

 

 28 octobre 2016

Alors que la Coalition Avenir Québec demande depuis de nombreuses années l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska et que le gouvernement libéral bloque ce projet important pour les citoyens de la région, le ministre Gaétan Barrette profite d’une fenêtre électorale pour finalement débloquer le projet. Pour le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de développement économique régional, Donald Martel, cette annonce sent l’électoralisme à plein nez et Gaétan Barrette devrait porter un sac de papier brun sur la tête lors de sa conférence de presse aujourd’hui, tellement la situation est embarrassante pour les libéraux.

M. Martel se dit persuadé que les citoyens d’Arthabaska se souviendront que les libéraux ont bloqué le projet pendant si longtemps et que la seule raison pour laquelle ils font volte-face, c’est l’imminence d’une élection partielle dans cette circonscription.

« Ça fait 7 ans que les gens du comté d’Arthabaska attendent cet agrandissement. 7 ans que l’ADQ, puis la CAQ, les appuient dans cette demande. 7 ans que les libéraux disent NON à la population d’Arthabaska, dont les besoins en matière de santé sont pourtant si importants. Pourquoi maintenant, à la veille du déclenchement des élections partielles, les libéraux font volte-face? Est-ce que cette annonce aurait eu lieu si le siège de député n’était pas en jeu? Tout le monde sait bien que non. Les citoyens de Victoriaville et des municipalités avoisinantes ne tomberont pas dans le panneau. Ils savent que le seul parti qui a poussé pour ce projet au fil des ans, c’est la CAQ », assure Donald Martel.

Le premier ministre ne s’en tirera pas aussi facilement avec le crédit, prévient le député de la CAQ. Cette annonce est avant tout une première victoire pour la population d’Arthabaska, qui s’est battue corps et âme pour l’agrandissement de son hôpital. « Ils ont amassé 12 millions de dollars, soit le tiers du coût du projet, sans que le gouvernement ne leur verse un seul sou. Si j’étais Gaétan Barrette, je serai gêné! Il devrait se présenter à sa conférence de presse avec un sac de papier brun sur la tête. Le milieu a lutté pendant des années pour cet agrandissement et nous continuerons de nous battre à leurs côtés », a assuré Donald Martel.

Don d’une stèle à la Paroisse Notre-Dame-du-Bon-Conseil : « Diane Descôteaux immortalise une émotion fugace » – Sébastien Schneeberger

 

 28 octobre 2016

Le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, a participé à l’inauguration d’une stèle que la poète Diane Descôteaux a donnée à la Paroisse Notre-Dame-du-Bon-Conseil et qui a été installée à la Halte Vélo Theurillat dans le rang de la Rivière.

Il s’agit d’une pièce artisanale en acier inoxydable fabriquée par Jean Fortin, un artiste pratiquant le travail du métal en dilettante, et sur laquelle est gravé ce poème de Mme Descôteaux : « dessein prometteur – / aux ressources naturelles / celles-là du cœur ». La stèle s’inscrit dans la démarche de l’écrivaine, qui nous fait connaître l’écriture poétique brève à la manière japonaise des haïkus.

Subventionnée par la MRC de Drummond, l’œuvre a été réalisée pour le Sentier poétique et d’interprétation multimédia parrainé par l’école Jean-Raimbault, et dévoilée en 2009 au Village québécois d’antan. Elle y est demeurée jusqu’à ce que Diane Descôteaux l’offre à sa municipalité, qui l’a acceptée d’emblée avec plaisir.

« Ce qui me frappe, a commenté Sébastien Schneeberger, c’est qu’une stèle peut à la fois nous relier aux plus anciennes civilisations et nous projeter dans un lointain futur. En faisant graver une émotion fugace dans l’acier, Mme Descôteaux a su immortaliser un instant qui file entre nos doigts. »

Jamais n’a-t-on vu un premier ministre aussi soumis face au fédéral

 

 27 octobre 2016

« Jamais un premier ministre du Québec n’a été aussi soumis à la vision du gouvernement fédéral », a soutenu le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, alors qu’un texte signé par Philippe Couillard a refait surface, dans lequel il remet en cause la nécessité de maintenir une hausse de 6% des transferts fédéraux en santé. La réaction du premier ministre, qui assume toujours son texte, constitue une erreur grave qui démontre qu’il est tout à fait à l’aise avec l’idée qu’Ottawa puisse utiliser son pouvoir de dépenser pour dicter des choix au Québec, selon le chef de la CAQ.

Alors que le ministre de la Santé joue la comédie depuis des mois en s’indignant contre la baisse de ces transferts et contre les conditions que veut lui imposer Ottawa, son chef Philippe Couillard partage exactement la vision du gouvernement Trudeau, a constaté M. Legault. Une chose est certaine pour le chef caquiste : ces écrits démontrent que Philippe Couillard est d’accord pour que les transferts en santé du fédéral soient conditionnels.

En rupture avec Robert Bourassa et Jean Lesage

En chambre, plutôt que de faire amende honorable et de revenir sur son point de vue embarrassant, Philippe Couillard s’est dit fier de son article qui nuira pourtant considérablement à son ministre de la Santé dans ses négociations avec Ottawa. Il a également laissé entendre qu’on ne pouvait pas s’indigner du pouvoir fédéral de dépenser tout en croyant que le Québec a une place au sein du Canada.

Auparavant, le chef caquiste avait dénoncé la vision soumise de Philippe Couillard des relations Québec – Canada. « Jamais Robert Bourassa ou Jean Lesage, qui étaient des premiers ministres nationalistes, n’auraient accepté les propos du premier ministre actuel », avait-il mentionné. « J’invite le premier ministre à se ressaisir. C’est possible pour le Québec de protéger son autonomie et sa liberté de faire les choix qu’il veut en santé à l’intérieur du Canada. Mais M. Couillard est soumis face au fédéral », a conclu François Legault.

La CAQ dénonce le blocage de la réforme du droit de la famille par des députés libéraux

 

 27 octobre 2016

Les prochaines élections générales ayant lieu dans 18 mois, il n’y a aucune raison de précipiter les choses et d’accoucher de la réforme tant attendue du droit de la famille, selon un député libéral. Des propos qui ont fait bondir les députés de la Coalition Avenir Québec.

Les députés de la CAQ, Simon Jolin-Barrette et Lise Lavallée, n’en reviennent pas de cette déclaration, une autre preuve flagrante de l’inaction du gouvernement libéral. Pourtant, la société québécoise a grandement évolué au cours des 35 dernières années et il est tout à fait normal que le droit s’adapte à la réalité des familles. C’est la raison pour laquelle la CAQ souhaitait doter la Commission des institutions d’un mandat d’initiative, afin d’entamer une étude approfondie et sérieuse des recommandations du rapport du comité consultatif sur le droit de la famille, qui dort sur une tablette depuis 16 mois maintenant.

« Le gouvernement nous dit que ça ne sert à rien de commencer à travailler une réforme puisque nous n’aurons pas le temps de la finir avant les élections de 2018. Est-ce que les libéraux vont cesser de déposer des projets de loi et toutes nouvelles commissions parlementaires à partir de maintenant? C’est franchement ridicule. Il faut adapter nos lois à la réalité des familles d’aujourd’hui. Adoption, mères porteuses, intérêts des enfants nés hors mariages et j’en passe : toutes des réformes essentielles que nous devons mener, mais les libéraux refusent constamment de les aborder », a déclaré Simon Jolin-Barrette, critique de la CAQ en matière de justice et instigateur du mandat d’initiative refusé par le gouvernement.

La porte-parole en matière de famille, Lise Lavallée, aurait pour sa part espéré voir un plan de match concret, à tout le moins un échéancier, de la part du gouvernement plutôt que de recevoir des commentaires non fondés et partisans. « Je tiens à rappeler aux députés libéraux que nous sommes en 2016, ce qui signifie qu’il nous reste deux années de travail avant le rendez-vous électoral. On ferme boutique, voilà leur solution? Les Québécois s’attendent à mieux de leurs élus. Ce n’est pas vrai qu’en deux ans nous ne pouvons rien faire pour améliorer le sort et les conditions de vie de nos familles. Nous ne resterons pas les bras croisés! » a promis la députée de Repentigny.

Victimes d’agressions sexuelles : Les libéraux bloquent un projet de loi de la CAQ

 

 27 octobre 2016

Alors que les questions entourant les agressions sexuelles et la dénonciation de la culture de viol sont largement débattues sur la place publique depuis quelques jours, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, a vivement déploré la fermeture du gouvernement Couillard face à l’abolition des délais de prescription empêchant les victimes d’agressions sexuelles à poursuivre leur agresseur au-delà d’un certain nombre d’années.

À l’Assemblée nationale, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a refusé d’appeler le projet de loi 596 du député Jolin-Barrette, au feuilleton depuis l’hiver dernier. Selon lui, il est primordial de lever la limite de temps dans le système judiciaire québécois, qui nuit injustement aux victimes qui ont été agressées avant 2010. « Ce projet de loi permettrait de soutenir encore plus de victimes et les encourager à dénoncer leurs agresseurs. Il est temps pour l’État d’aider les victimes et de cesser de protéger les agresseurs. Au-delà des paroles et des discours en appui aux victimes, nous pouvons tous ensemble poser des gestes concrets. La ministre de la Justice doit faire sa part pour les victimes et soutenir notre proposition », a déclaré le caquiste Simon Jolin-Barrette.

Le député de Borduas a rappelé que pour de nombreuses victimes, les délais de prescription actuels les empêchent carrément de tourner la page et de repartir à zéro. « C’est un outil que nous nous devons d’accorder à toutes les victimes d’agressions sexuelles. La ministre sait très bien qu’une victime agressée en 2009 et qui a connaissance des faits n’a plus de recours civils contre son agresseur pour obtenir réparation. Assez, c’est assez! Agissons dès maintenant, aidons les victimes qui ont le courage de dénoncer leurs agresseurs et qui ne demandent qu’à obtenir réparation », a insisté Simon Jolin-Barrette.

Hausse des tarifs d’électricité : Un autre cadeau des libéraux, dénonce la CAQ

 

 27 octobre 2016

Depuis le dépôt du projet de loi 106 en juin dernier, la députée de la Coalition Avenir Québec, Chantal Soucy, a tenté tant bien que mal de faire entendre raison au ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, quant à l’augmentation des tarifs d’Hydro-Québec qu’il accorde personnellement, puisqu’il compte utiliser Hydro-Québec pour financer des projets d’infrastructures liés à l’électrification du transport collectif.

Rencontres privées, questions au Salon bleu, présentation d’amendements : la porte-parole de la CAQ en matière d’énergie, Chantal Soucy, a talonné le gouvernement libéral jusqu’à la toute fin. Malheureusement, les libéraux ont forcé l’adoption des articles qui donnent le pouvoir à Hydro-Québec d’accorder des aides financières pour l’électrification des transports et de refiler l’ensemble de ces nouvelles dépenses aux Québécois.

« Le gouvernement libéral a d’abord nié mes soupçons. Par la suite, Hydro-Québec a confirmé que pour couvrir ces dépenses, “il faut ajuster les tarifs d’un certain pourcentage”. La porte était grande ouverte, mais aujourd’hui, elle est défoncée et il n’y a pas de retour en arrière. Parce qu’il n’a aucun plan économique, parce qu’il n’a aucune vision, le Parti libéral veut refiler la facture aux familles québécoises, déjà étouffées par leurs factures d’électricité. Le ministre Arcand veut le beurre et l’argent du beurre. Aujourd’hui, les libéraux démontrent une fois de plus leur vrai visage », s’est offusquée la députée Soucy, rappelant que le projet de loi 106 vise notamment le futur projet de train électrique montréalais de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La députée de Saint-Hyacinthe a dénoncé également la tentative du ministre Pierre Arcand, qui tente de faire croire à la population que la CAQ se prononce contre le projet de la Caisse, contre les transports collectifs, contre les énergies vertes et contre toute innovation. « La coupe est pleine ! Le gouvernement fait dérailler le débat. Ce que fait le gouvernement, c’est se laver les mains de toute décision budgétaire, pour ensuite poser avec le sourire aux lèvres dans les photos lors de cérémonies d’inauguration et s’en tirer en prenant tout le crédit. C’est de la vieille politique. Les Québécois s’en souviendront », a conclu Chantal Soucy.