Rapport du Protecteur du citoyen : La CAQ réclame une fois de plus un Protecteur de l’élève indépendant

 

 31 octobre 2017

Le dernier rapport du Protecteur du citoyen sur la « course à obstacles » qu’est devenu le processus de plaintes pour les parents dans le réseau scolaire est catastrophique pour le gouvernement Couillard, a déclaré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de protection de la jeunesse, Sébastien Schneeberger.

Selon le député de Drummond–Bois-Francs, ce rapport donne entièrement raison à la CAQ qui exige, depuis un an maintenant, que le gouvernement libéral mette en place un Protecteur de l’élève indépendant des commissions scolaires pour assurer une meilleure protection des élèves et un traitement plus équitable des plaintes.

Sébastien Schneeberger a dit regretter de voir les parents du Québec laissés entièrement à eux-mêmes. Les conclusions du rapport du Protecteur du citoyen sont à cet égard préoccupantes.

Il est grand temps pour le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, d’agir pour renforcer le processus de plainte et de mettre en place un Protecteur de l’élève digne de ce nom.

UPAC : Encore trop de questions sans réponses

 

 31 octobre 2017

Bien qu’ils prennent acte de la déclaration du député Guy Ouellette à l’Assemblée nationale et du point de presse du commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, le leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec, François Bonnardel, et le porte-parole caquiste en matière de sécurité publique, André Spénard, réitèrent leur demande de mise sur pied d’une commission parlementaire afin de faire toute la lumière sur les événements des derniers jours, mais aussi sur les allégations graves qui pèsent toujours contre l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

De trop nombreuses questions demeurent en suspens et l’UPAC a attendu beaucoup trop longtemps avant de fournir des explications aux Québécois, ont regretté les caquistes. Ces derniers ont réitéré leur souhait d’entendre en commission parlementaire le député de Chomedey, Guy Ouellette, l’ex-analyste au Ministère des Transports, Annie Trudel, ainsi que des dirigeants de l’UPAC, notamment le commissaire associé aux vérifications de l’intégrité des entreprises à l’UPAC, Marcel Forget.

François Bonnardel et André Spénard ont dénoncé le fait qu’après 14 ans au pouvoir, les libéraux n’ont toujours pas compris que la transparence est essentielle dans des situations semblables, après que ceux-ci aient refusé leur demande. Ils ont aussi déploré le refus du premier ministre Couillard de renforcer l’indépendance de l’UPAC.

Rappelons que François Legault talonne Philippe Couillard en chambre depuis la semaine dernière pour exiger que le poste de commissaire à la lutte contre la corruption soit soumis à l’avenir à un vote des deux tiers de l’Assemblée nationale et qu’un comité de surveillance de l’UPAC soit mis en place.

Déménagement d’Anacolor : Philippe Couillard refuse de réitérer son engagement électoral de dernière minute

 

 31 octobre 2017

Bien qu’il l’ait promis en grande pompe à la fin de la dernière élection partielle, Philippe Couillard a refusé de réitérer son engagement électoral sur le déménagement d’Anacolor lors de la période des questions à l’Assemblée nationale. Pire : il a refusé de répondre aux questions de la nouvelle députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, prétextant l’absence du ministre Sébastien Proulx.

Pour Geneviève Guilbault, il est clair que le premier ministre improvise dans le dossier Anacolor. Alors qu’il promettait en pleine campagne électorale dans Louis-Hébert que « cette entreprise-là va déménager. Je répète, elle va déménager », il refuse de se commettre aujourd’hui.

Le dossier Anacolor hante les citoyens de Cap-Rouge depuis trop longtemps, a fait savoir Mme Guilbault. Il est temps de savoir quels sont le plan de match et l’échéancier concret du gouvernement. La caquiste a critiqué le double discours du gouvernement libéral, qui, d’un côté, dit qu’Anacolor va déménager et, de l’autre, continue de faire payer les contribuables du Québec pour espérer voir l’entreprise se conformer.

Affaire Guy Ouellette: La CAQ demande d’entendre en commission parlementaire Guy Ouellette, Annie Trudel et l’UPAC

 

 30 octobre 2017

Le leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec, François Bonnardel, ainsi que le porte-parole en matière de sécurité publique, André Spénard, souhaitent convoquer en commission parlementaire Guy Ouellette, Annie Trudel ainsi que l’UPAC afin de faire toute la lumière sur une affaire qui porte ombrage à nos institutions et à notre démocratie.

Les parlementaires ont entre les mains tous les outils nécessaires pour entendre les importants témoignages de toutes ces personnes sans mettre en péril la nécessaire indépendance policière et l’intégrité des enquêtes.

Tant et aussi longtemps que la lumière ne sera pas faite, la CAQ prendra tous les moyens pour reporter l’adoption du projet de loi 107, visant notamment à accroître les pouvoirs de l’UPAC.

La CAQ demande à l’UPAC de poursuivre son travail afin que l’enquête Mâchurer sur le financement illégal au PLQ aille jusqu’au bout.

Rappelons que la semaine dernière, François Legault a réitéré sa proposition de nommer le commissaire de l’UPAC par un vote au deux tiers de l’Assemblée nationale.

Centre universitaire de santé McGill : La CAQ tient sa promesse faite aux infirmières et professionnels

 

 27 octobre 2017

La Coalition Avenir Québec tient parole et dépose aujourd’hui au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, une pétition signée par plus de 14 000 personnes, dont des infirmières et des professionnels en soins infirmiers et cardio-respiratoires du Centre universitaire de Santé McGill (CUSM). Les députées Nathalie Roy et Lise Lavallée estiment qu’il est grand temps pour le Dr Barrette de sortir de sa tour d’ivoire et de venir en aide à tous ceux qui portent le CUSM à bouts de bras.

Depuis 2012, le CUSM a été la cible d’importantes coupures budgétaires de 120 millions de dollars, tant des gouvernements libéral et péquiste précédents. Si bien que la qualité des soins, l’accès à des unités de traitement et la charge de travail imposée aux infirmières et professionnels de l’hôpital ont pris tout un coup.

En juin dernier, les caquistes Nathalie Roy et Lise Lavallée ont soutenu les infirmières et les professionnels en soins infirmiers et cardio-respiratoires en promettant de porter le dossier à l’Assemblée nationale. C’est ce qu’elles ont fait, jeudi, en déposant au bureau du ministre Barrette les 14 000 noms amassés au cours des derniers mois, tout en exigeant du gouvernement libéral qu’il répare les pots qu’il a cassés.

Boucherie de Norbert Morin : La CAQ demande que l’enquête soit véritablement indépendante

 

 27 octobre 2017

Le fait que le ministre de l’Agriculture, Laurent Lessard, demande à son propre sous-ministre d’enquêter sur le traitement des avis de non-conformité attribués à la boucherie du député libéral de Côte-du-Sud, Norbert Morin, ne projette pas l’indépendance requise dans les circonstances. Ce n’est pas acceptable que le MAPAQ enquête sur le MAPAQ.

Les témoignages d’employés du MAPAQ qui affirment que des raisons politiques les ont empêchés de poursuivre leur travail dans le dossier de la boucherie de M. Morin sont très inquiétants. L’apparence d’ingérence politique doit être dénoncée et une véritable enquête indépendante doit être déclenchée par Laurent Lessard.

Rappelons que M. Morin était vice-président de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles et adjoint-parlementaire du ministre de l’Agriculture lorsque la loi sur le bien-être animal a été adoptée en 2015.

UPAC : Philippe Couillard a des réflexes de fin de régime

 

 26 octobre 2017

Philippe Couillard préfère jouer au donneur de leçons plutôt que de rétablir la confiance des Québécois en nos institutions, a vivement dénoncé le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault.

Le premier ministre a refusé la proposition de François Legault de changer le mode de nomination du directeur de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) pour que celui-ci soit soumis à un vote des deux tiers des membres de l’Assemblée nationale. Pourtant, il s’agit là d’un premier geste concret pour rassurer les citoyens sur l’indépendance de nos institutions.

François Legault s’est dit inquiet des événements des dernières heures, qui ne font qu’ajouter à la forte odeur de fin de régime qui plane sur la colline parlementaire depuis des mois.Quand un parti est au pouvoir depuis trop longtemps dans une société, c’est la démocratie qui en souffre, a déclaré M. Legault

Arrestation de Guy Ouellette : La CAQ demande le report d’un vote sur le projet de loi 107

 

 26 octobre 2017

Le leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec, François Bonnardel, de même que le porte-parole caquiste en matière de sécurité publique, André Spénard, ont annoncé jeudi que leur formation politique allait déposer une motion de report afin de repousser le vote sur l’adoption de principe du projet de loi 107.

Pour la CAQ, les circonstances actuelles, avec l’arrestation par l’UPAC du président de la commission étudiant le projet de loi visant à donner plus de pouvoirs à l’UPAC, sont loin d’être idéales pour que se tienne ce vote. Les différentes rumeurs et théories qui circulent laissent place à une grande confusion sur la colline parlementaire. La CAQ demande à ce que les députés puissent exercer leur vote après avoir obtenu plus d’informations sur ce qui s’est produit hier.

Projet de loi 144 : Sébastien Proulx trace la voie pour l’accès aux écoles religieuses illégales

 

 26 octobre 2017

Sébastien Proulx propose dans son projet de loi un mode d’emploi pour avoir accès aux écoles religieuses illégales

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’éducation, Jean-François Roberge, n’en revient tout simplement pas que Sébastien Proulx permettra à des enfants de fréquenter une école religieuse sans suivre un programme scolaire digne de ce nom. La scolarisation à la maison, selon la vision du Parti libéral, ne comprend ni cours d’histoire, niscience, ni examens ministériels.

Le député de Chambly a déposé plusieurs amendements pour qu’un enfant scolarisé à la maison soit exposé à l’ensemble du programme du ministère, passe des examens ministériels et voit minimalement quelques notions de science et d’histoire. Ils ont tous été refusés par le ministre Proulx. Avec le projet de loi 144, le ministre ouvre une voie légale aux écoles religieuses qui jusqu’à hier étaient illégales et clandestines.

Préinscription des patients orphelins : Gaétan Barrette présente sa « grande illusion »

 

 25 octobre 2017

À deux mois de l’échéance de sa cible de 85 %, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a admis son échec en présentant sa « grande illusion » : l’attribution artificielle d’un médecin de famille à tous les Québécois qui n’en ont toujours pas un.

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis, a dénoncé cet autre tour de passe-passe, qui ne fait que tromper la population. Ce que le ministre Barrette tente de nous faire croire, c’est que la majorité des patients orphelins n’a pas besoin de voir un médecin de famille tout de suite. Pourtant, selon des données de son propre ministère, il y a près de 100 000 patients de 60 ans et plus qui se cherchent un médecin de famille, a fait savoir François Paradis. M. Barrette va donc préinscrire artificiellement ces patients, sans leur dire combien de temps ça va prendre avant qu’ils soient véritablement pris en charge.

Le député de Lévis a conclu en affirmant que si la préinscription des patients orphelins était réellement une bonne idée, Gaétan Barrette l’aurait adopté en 2015. Il n’aurait pas attendu qu’il soit minuit moins une.