« Vacciner le Québec, c’est gagner contre la pandémie »

 

 23 février 2021

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ont annoncé aujourd’hui, directement du plus important centre de vaccination au Québec, soit les installations du Stade olympique de Montréal, que la vaccination de la population générale va commencer la semaine prochaine. La campagne de vaccination contre la COVID-19 va donc officiellement s’amorcer le 1er mars prochain dans la population, en fonction des groupes d’âge.

La vaccination dans la population se déroulera par étapes. Ainsi, les personnes de 85 ans et plus (nées en 1936 ou avant) seront invitées, dès jeudi prochain, le 25 février, à 8 h, à prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

L’inscription sur la page Québec.ca/vaccinCOVID est le moyen le plus simple et le plus rapide pour prendre rendez-vous. Pour celles et ceux qui n’ont pas accès à Internet ou qui éprouvent des difficultés à l’utiliser, il est possible de composer le 1 877 644-4545 pour recevoir du soutien.

Il est important de souligner que les personnes qui ne font pas partie du groupe prioritaire en cours de vaccination doivent éviter de téléphoner ou de se présenter sur place pour se faire vacciner. Chaque groupe sera informé de la prise de rendez-vous au moment opportun. La première étape s’adresse donc exclusivement aux personnes de 85 ans et plus.

« Nous allons commencer par les personnes de 85 ans et plus de la grande région de Montréal, parce que le virus y est plus présent. Ensuite, nous procéderons avec les autres régions. Mais partout au Québec, les personnes de 85 ans et plus peuvent prendre leur rendez-vous dès jeudi », a déclaré le premier ministre.

Vacciner le Québec, c’est vaincre la pandémie

La campagne de vaccination qui commence représente évidemment une étape importante de l’opération d’envergure qui s’est amorcée à la mi-décembre 2020. À l’heure actuelle, tous les CHSLD ont procédé à l’opération vaccination. Conséquemment, le nombre de décès liés à la COVID-19 a chuté catégoriquement dans nos CHSLD. Également, environ la moitié des résidences pour personnes âgées ont déjà terminé leur effort de vaccination et l’autre moitié devrait être en mesure de mener l’opération à terme d’ici une semaine. Cela, sans compter les 200 000 travailleurs de la santé qui ont également été vaccinés.

« L’espoir est vraiment là. La vaccination va s’accélérer dans les prochaines semaines et dans les prochains mois. On est proches du but, mais on n’est pas encore tout à fait arrivés », a rappelé le premier ministre.

La prudence reste de mise

Il faut noter qu’un délai de trois semaines après l’injection est nécessaire pour que le vaccin fasse pleinement effet. Même si elles le seront bientôt, nos personnes âgées ne sont donc pas encore protégées. Il faut absolument nous assurer qu’une personne âgée qui vient d’être vaccinée n’était pas contaminée avant de recevoir le vaccin. C’est une responsabilité collective que de demeurer vigilants et de continuer de nous protéger en respectant les consignes sanitaires.

Une autre raison de rester très prudents, c’est la présence des variants du virus. Le variant britannique est présent au Québec. Les résultats préliminaires indiquent qu’entre 5 % et 10 % des cas positifs sont des variants. La présence des variants justifie notamment le maintien des mesures en place jusqu’à la fin de la semaine de relâche, minimalement. « La semaine de relâche nous inquiète. Le facteur le plus important pour éviter une troisième vague à cause des variants, c’est d’éviter les rassemblements privés et les contacts en dehors de la bulle familiale. Soyons clairs : les rassemblements privés, c’est illégal », a tenu à rappeler le premier ministre.

« Vacciner le Québec, c’est gagner contre la pandémie. La vaccination de la population générale va commencer la semaine prochaine. C’est une grande nouvelle parce que les vaccins, c’est notre meilleur espoir de sortir de la pandémie et de gagner cette bataille qu’on mène depuis presque un an. Dans quelques semaines, on va avoir vacciné les personnes vulnérables. Dans quelques mois, on va avoir vacciné la majorité de la population. Ça achève. D’ici là, on ne lâche pas. Je compte sur vous. »

François Legault, premier ministre du Québec

« L’opération de vaccination doit se dérouler par étapes, afin de protéger les personnes les plus à risque en priorité. Au fil des semaines, les Québécois seront de plus en plus nombreux à se faire vacciner contre la COVID-19, nous rapprochant d’un retour à une vie normale. J’invite la population à suivre de près la séquence de vaccination dans sa région. J’invite également les personnes âgées qui auraient des difficultés à utiliser Internet à ne pas hésiter à demander le soutien de leurs proches. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Faits saillants :

Plusieurs livraisons importantes de doses sont prévues au cours des prochaines semaines. À mesure que plus de vaccins seront disponibles au Canada, la vaccination sera élargie à de plus en plus de personnes. La population est invitée à suivre la séquence de vaccination dans sa région.

Grâce à une planification rigoureuse, tout a été mis en œuvre afin que les vaccins soient administrés rapidement, dès la livraison des doses. Le Québec est ainsi prêt à offrir gratuitement la protection vaccinale à toute personne présente sur son territoire qui voudra être vaccinée au cours de l’année 2021.

Comme annoncé antérieurement, en raison de la situation épidémiologique prévalant dans la région de Montréal et des préoccupations quant à l’émergence des nouveaux variants, la répartition du nombre de doses a été ajustée afin que ce territoire en reçoive davantage au cours des deux premières semaines de mars.

Nouveau volet d’avenir pour l’industrie aérospatiale

 

 18 février 2021

Le gouvernement du Québec confirme la signature, avec l’entreprise Télésat LEO inc. (Télésat) et la Corporation MacDonald Dettwiler et Associés (MDA Montréal), de deux ententes de principe représentant des investissements estimés à 1,8 milliard de dollars au Québec. Ces ententes visent la réalisation de leur projet au Québec relativement au futur réseau Télésat Lightspeed. Ce projet consiste à déployer, en orbite terrestre basse, une constellation de 298 satellites de nouvelle génération intégrés à un réseau terrestre de pointe.

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie du ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon.

Dans le cadre du projet de Télésat, MDA Montréal a été retenue pour développer et fabriquer les antennes actives, une technologie clé de ces satellites. Le projet Lightspeed permettra à MDA Montréal de créer jusqu’à 280 emplois directs bien rémunérés à Montréal. MDA est également en pourparlers avancés avec Thales Alenia Space pour l’assemblage final et la fabrication des satellites Lightspeed au Québec. De son côté, Télésat prévoit notamment d’implanter au Québec son centre d’exploitation du réseau, ce qui permettra de créer au moins 320 emplois directs bien rémunérés du côté de Gatineau. Ces satellites visent à offrir un service global de télécommunications à haute bande passante et à faible latence, dont la performance serait comparable à celle d’un réseau de fibre optique.

Les ententes de principe annoncées aujourd’hui représentent la première étape de cet important projet de développement pour le Québec, dont les détails seront connus au cours des prochains mois. Le soutien financier du gouvernement du Québec de 400 millions de dollars pour Télésat et de 50 millions de dollars pour MDA, sous forme d’avance remboursable avec une partie pardonnable de 50 millions, est conditionnel à la finalisation de l’entente entre Télésat LEO et le gouvernement fédéral.

« C’est une nouvelle extraordinaire aujourd’hui, pour le secteur de l’industrie aérospatiale québécois, mais aussi pour le Québec. Avec la consolidation de 650 emplois existants en plus de la création de 600 nouveaux emplois à près de 100 000 $ par année, c’est comme ça que le Québec va éliminer son écart de richesse avec ses voisins. C’est pour parvenir à cet objectif que je suis en politique. Avec la pandémie, la construction d’avions va évidemment souffrir pendant un certain temps. Il s’agit donc d’un moment parfait pour accélérer le développement des satellites, un nouveau volet d’avenir pour l’industrie aérospatiale. Votre gouvernement continue d’investir pour créer des emplois mieux payés au Québec, pour bâtir un Québec plus prospère, un Québec plus fier! »

François Legault, premier ministre du Québec

« Le projet Télésat va offrir un rayonnement international au génie québécois et à notre industrie aérospatiale. Il nous positionne avantageusement dans la nouvelle course à l’espace avec le secteur privé. C’est un investissement qui va faire beaucoup de bien à notre industrie aérospatiale qui ne l’a pas eu facile depuis un an. Le Québec est déjà un leader dans le domaine, mais avec notre annonce d’aujourd’hui, nous démontrons qu’on va faire ce qu’il faut pour être un leader de demain. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation

« Télésat apprécie le grand soutien et la participation du gouvernement du Québec alors que nous nous lançons dans Lightspeed, le programme le plus considérable et ambitieux de nos 50 ans d’histoire. La vaste expertise aérospatiale présente au Québec, associée au leadership et à la vision du gouvernement pour la nouvelle économie spatiale en forte croissance, fournit à Télésat les arguments convaincants et incontestables pour déployer des investissements substantiels dans la province, notamment la fabrication des satellites Lightspeed et l’établissement de nos importantes opérations techniques. Nous apprécions infiniment le talent et les capacités de classe mondiale du Québec et nous sommes ravis d’accueillir ce talent dans la famille de Télésat. »

Daniel S. Goldberg, président et directeur général, Télésat Canada

« Nous sommes très fiers d’avoir été sélectionnés pour ce rôle essentiel sur Télésat Lightspeed, ce qui nous permettra d’étendre notre présence au Québec et de créer des emplois hautement qualifiés et bien rémunérés tout en nous engageant auprès de notre chaîne d’approvisionnement locale dans le cadre de ce programme novateur. Grâce au rôle clé que nous jouons dans l’élaboration de la technologie des antennes de prochaine génération, combiné à nos capacités de fabrication avancées, nous prévoyons une croissance importante de notre entreprise de systèmes satellitaires basée à Montréal. Nous tenons à remercier Télésat pour sa confiance envers MDA ainsi que le gouvernement du Québec pour son soutien financier. »

Mike Greenley, président et directeur général, MDA Montréal

Faits saillants :

· Les quelque 600 emplois qui seront créés chez Télésat et MDA seront rémunérés à près de 100 000 $/année.

· Télésat est l’un des principaux opérateurs de satellites de télécommunications au monde, avec 15 satellites en orbite géostationnaire en activité.

· L’entreprise, dont le siège social est situé à Ottawa, dispose d’installations et de bureaux au pays et ailleurs dans le monde.

· MDA Montréal se spécialise dans la conception, le développement et la fabrication de charges utiles et de produits tels que des antennes spatiales et des systèmes électroniques de haute performance destinés au domaine spatial.

· L’entreprise emploie près de 640 personnes au Québec et est considérée comme le principal maître d’œuvre du secteur spatial québécois.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :

· twitter.com/economie_quebec

· facebook.com/EconomieQc

· linkedin.com/company/économie-québec

· youtube.com/user/MDEIEQuebec

· instagram.com/economieqc

Appel à la prudence durant la semaine de relâche

 

 17 février 2021

Bien que l’évolution de la situation épidémiologique demeure encourageante, le premier ministre du Québec, François Legault, a réitéré son appel à la prudence des derniers jours, annonçant par la même occasion le maintien des principales mesures en place au moins jusqu’au 8 mars.

En effet, pour contrer les risques entourant la semaine de relâche scolaire, le gouvernement maintient en place le couvre-feu à 20 h en zone rouge et à 21 h 30 en zone orange. Les rassemblements demeurent par ailleurs interdits et les déplacements interrégionaux fortement déconseillés sur l’ensemble du territoire.

La situation demeure fragile, particulièrement en raison de l’émergence des nouveaux variants et de la disponibilité limitée des doses de vaccin. Dans ce contexte, le respect des mesures sanitaires demeure crucial pour éviter une nouvelle augmentation de la propagation.

« Les variants sont beaucoup plus contagieux que le virus qui circule actuellement. La question du variant britannique n’est pas de savoir s’il va devenir dominant au Québec, mais plutôt quand il va prendre le dessus. Nous sommes donc dans une course contre la montre et il faut retarder le plus longtemps possible la prévalence de ce variant », a déclaré le premier ministre.

Assouplissements en zones rouges

Afin de permettre aux familles de profiter de la semaine de relâche scolaire de manière sécuritaire pour tous, le premier ministre a annoncé certains assouplissements qui seront en vigueur à partir du vendredi 26 février dans les régions se trouvant en zone rouge.

Des allègements seront ainsi apportés au palier d’alerte maximale (rouge) :

· Les cinémas pourront de nouveau accueillir la clientèle, dans le respect des mesures en vigueur :

o Port obligatoire du masque de procédure, respect des deux mètres et maximum de 250 personnes par salle, même dans les salles de très grande taille. Une attention particulière devra être portée pour garantir que la distanciation soit également respectée dans les aires communes ainsi qu’aux différentes entrées et sorties de ces établissements. Il n’y aura aucune vente de nourriture. Aucun rassemblement ne doit être toléré avant, pendant ou après les projections.

· Les activités sportives et récréatives seront permises à l’extérieur dans des lieux publics pour les personnes d’une même résidence ou pour un maximum de 8 personnes de résidences différentes.

o Une personne responsable de l’encadrement peut s’ajouter pour assurer la supervision ou l’animation.

· Les piscines et les arénas auront la possibilité de rouvrir, mais partiellement. Les activités qui y seront permises seront limitées à la pratique libre du sport et à l’entraînement individuel ou en duo, avec un instructeur.

Rassemblements intérieurs toujours interdits

Pour limiter la propagation du virus, il est essentiel de limiter les déplacements entre les régions et de ne pas organiser de rassemblements privés. « Si vous êtes pris dans un rassemblement privé avec des personnes qui ne sont pas de la même adresse, vous êtes passibles d’une amende », a averti le premier ministre.

Le premier ministre a ajouté que les policiers mèneront des opérations spéciales dans des endroits habituellement visités par les Québécois lors de la période de relâche, comme les lieux de villégiature populaires où il y a de nombreux chalets. Même si la location de chalets demeure permise, il est strictement interdit pour des personnes provenant de deux adresses différentes de s’y rassembler. La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, fera le point sur ces opérations policières spéciales prévues pour la relâche dans les prochains jours.

Appel à la flexibilité des employeurs pour la relâche

Avec la semaine de relâche qui s’en vient, le premier ministre a tenu également à lancer un important appel aux employeurs. Considérant le contexte actuel, les employeurs sont invités à faire preuve de souplesse et de flexibilité pour accommoder les employés qui auraient à prendre des congés pour s’occuper de leurs enfants. « On parle seulement de cinq jours, du 1er au 5 mars. Si des employés ont besoin d’un congé pour garder leurs jeunes enfants, je demande aux employeurs d’être compréhensifs », a indiqué le premier ministre.

M. Legault a rappelé qu’il est fortement recommandé d’éviter de confier la garde des enfants aux grands-parents, qui sont davantage susceptibles de présenter une forme grave de la COVID-19, particulièrement ceux âgés de 65 ans ou plus.

Mise à jour des paliers d’alerte

Par ailleurs, il a également été annoncé, en vertu d’une situation épidémiologique stable et de la recommandation de la Santé publique, que la région de l’Outaouais passera au palier orange le 22 février prochain. Il s’agit de la seule région à changer de palier d’alerte, et ce, jusqu’au 8 mars minimalement.

Pour les régions de Québec, Chaudière-Appalaches, Estrie, Mauricie et Centre-du-Québec, la situation s’est améliorée, c’est vrai, mais aucune n’est assez stable depuis assez longtemps pour que le gouvernement prenne un risque en la faisant passer à l’orange. « Il faut se donner encore quelques semaines et, si la situation est restée stable, on va pouvoir faire passer certaines régions à l’orange après la semaine de relâche », a indiqué François Legault.

« On voit la situation s’améliorer, mais la bataille n’est pas finie. On voit venir le moment où on va avoir vacciné la majorité des personnes vulnérables, mais d’ici là, il y a des risques importants devant nous. Le plus près de nous, c’est la semaine de relâche scolaire et le désir des Québécois de se revoir dans les résidences ou dans les chalets. Je veux rappeler à tout le monde que, sauf pour quelques exceptions, les rassemblements privés sont interdits. Le couvre-feu est maintenu sur l’ensemble du territoire. Les rassemblements privés sont illégaux. Les policiers ne donnent plus d’avertissements, ils donnent des amendes. La semaine de relâche scolaire ne doit pas devenir une semaine de relâchement sanitaire. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Tous ensemble, nous avons réussi à réduire la transmission du virus dans la communauté. Les chiffres le démontrent sans équivoque. Il faut continuer dans cette voie et contenir la propagation, d’autant plus que la menace d’un nouveau variant plus transmissible nous incite à une grande prudence. Avec la semaine de relâche qui approche, cette vigilance sera encore plus de mise. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Liens connexes :

Pour en savoir davantage sur le système d’alertes régionales et d’intervention graduelle : msss.gouv.qc.ca/presse.

Pour en savoir plus sur le coronavirus et les mesures mises en place : Québec.ca/coronavirus.

Plus de 22 M$ pour soutenir des initiatives culturelles en région

 

 17 février 2021

La ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, attribue une aide financière de 22,1 M$ à 184 municipalités et municipalités régionales de comté dans le cadre d’ententes de développement culturel qui seront pour la plupart d’une durée de 3 ans. Il s’agit d’un nombre record d’ententes reconduites et conclues dans une même année.

Ces ententes participent concrètement à l’enrichissement et la vitalité culturels des régions. Elles s’adaptent aux besoins cernés par les villes et les MRC et font en sorte que les citoyens aient accès à des œuvres et à des activités culturelles en phase avec leur réalité.

Cette aide financière du gouvernement du Québec s’ajoute aux mesures mises en place pour préserver l’écosystème culturel dans le contexte de la pandémie de COVID-19. En soutenant la réalisation d’activités dans le respect des règles sanitaires en vigueur, ce montant assurera une reprise plus rapide des activités culturelles lorsque la situation le permettra.

« Je suis heureuse de donner un levier supplémentaire de plus de 22 M$ aux projets culturels structurants et innovants qui prennent vie dans les régions à la grandeur du Québec. L’engouement pour ces projets ne se dément pas, et le nombre record d’ententes de développement culturel cette année en est la preuve concrète. En misant sur de tels partenariats avec les municipalités et les MRC, notre gouvernement maintient le cap sur son objectif de rendre accessible à tous les Québécois cette culture qui nous distingue et qui nous rend si fiers! »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

Faits saillants

  • Le gouvernement du Québec annonce 184 ententes de développement culturel, dont 16 nouvelles, avec des municipalités et MRC autres que Québec et Montréal pour les 3 prochaines années.
  • Il s’agit du nombre le plus élevé d’ententes atteint depuis l’existence du programme Aide aux initiatives de partenariat.
  • Les sommes octroyées dans le cadre d’une entente de développement culturel sont appariées par les municipalités et les MRC (majoritairement 50 % – 50 %).