Mes vœux de Noël les plus chaleureux


 Publié le 21 décembre 2022

Sur cette photo, j’ai un an et des poussières… Assis sur les genoux de mon père Lucien, aux côtes de ma mère Pauline, tout sourire, je ne sais pas encore la chance que j’ai. Partager un repas de Noël en famille, recevoir la parenté, avoir des cadeaux sous le sapin, aussi modestes soient-ils, sont des privilèges dont on s’aperçoit quand on est grand.

En cette période économique difficile, je sais bien que plusieurs d’entre vous peinent à joindre les deux bouts. Les conséquences de l’inflation sont particulièrement dures pour le budget des gens à faible revenu et de la classe moyenne, qui n’ont pas toujours le coussin financier nécessaire pour passer à travers de telles hausses de prix. En cette fin d’année, vous protéger et vous assurer une qualité de vie demeurent des enjeux fondamentaux pour notre gouvernement. J’espère que les mesures de notre Bouclier contre l’inflation vous donneront le répit dont vous avez besoin pour le temps des Fêtes.

Puisque l’heure est aux bilans, j’en profite pour vous dire combien je suis fier d’être votre premier ministre. Les dernières années ont exigé de tout le monde bien des compromis et je salue aujourd’hui la résilience et la solidarité dont font preuve les Québécoises et Québécois.

Je vous souhaite de passer de très Joyeuses Fêtes, entourés de ceux et celles que vous aimez. Ayons une pensée pour les gens qui passeront les Fêtes isolés ou en manque d’un être cher. Le Québec est une nation chaleureuse, tissée serrée, qui sait fêter. Alors, fêtons!

Chaleureusement,

François Legault,

Chef de la Coalition Avenir Québec et premier ministre du Québec 

Noël chez les Brais-Legault

Chez nous, le temps des Fêtes, c’est des moments en famille, de la musique et des rires. Je vous partage ici une recette, un album et une tradition qui durent dans la famille d’année en année.

La compote d’oignons

Ce petit délice, concocté par Isabelle, se retrouve à notre table de Noël chaque année. Il accompagne à merveille les pâtés et les fromages.

  • 3 c. à soupe de beurre
  • 3 oignons rouges émincés finement
  • 2 c. à soupe de sirop d’érable
  • 1 c. à soupe de vinaigre de xérès (ou balsamique)
  • 3 c. à soupe d’alcool au choix (Isabelle change chaque année : Grand Marnier, cognac, ou autre.)

À feu moyen, fondre le beurre et attendrir les oignons pendant une vingtaine de minutes. Ajouter le sirop d’érable, le vinaigre et l’alcool, puis, laisser réduire environ 10 minutes. Retirer du feu. Saler et poivrer au goût. Voilà! Bon appétit!

Un des bas de Noël fabriqués par Isabelle

Les traditions qui ne se perdent pas

Malgré l’âge de nos fils, qui sont maintenant des adultes, les bas de Noël, fabriqués à la main par Isabelle quand les enfants étaient petits, trônent toujours fièrement dans notre salon.

La musique qui nous accompagne ? Un incontournable : Marie-Michèle Desrosiers chante les classiques de Noël. Avec l’Orchestre symphonique de Prague, la chanteuse reprend sur cet album les plus beaux airs de Noël. Un grand cru du temps des Fêtes!

Journées d’accès gratuit dans les parcs nationaux


 Publié le 20 décembre 2022

Afin de promouvoir la pratique d’activités de plein air et de donner la chance à tous de profiter des richesses de notre territoire québécois, le gouvernement du Québec offrira à l’ensemble de la population plusieurs journées d’accès gratuit dans les parcs nationaux au cours des prochains mois.

La ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Mme Isabelle Charest, la ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, et le président-directeur général de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), M. Jacques Caron, en ont fait l’annonce aujourd’hui au parc national de la Yamaska. Ainsi, du 28 décembre 2022 au 14 mars 2023, les visiteurs des parcs nationaux n’auront pas à débourser de droits d’accès quotidiens lors de 24 journées, selon un calendrier prédéfini et disponible en ligne sur le site de la Sépaq.

« Profiter du plein air comporte des bénéfices puissants pour notre santé physique et mentale. Et quoi de mieux que découvrir, en même temps, notre magnifique territoire? L’accessibilité à nos infrastructures est une de mes priorités. Fournir des occasions supplémentaires aux Québécoises et Québécois d’en profiter sans frais, c’est donner la chance à plus de gens de bénéficier de cette richesse naturelle, tout en favorisant leur bien-être. Je vous invite à profiter de cette occasion unique pour sortir prendre un bon bol d’air frais dans un parc national près de chez vous! »

Isabelle Charest, ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air

« Le tourisme de nature et d’aventure est de plus en plus populaire auprès des touristes québécois et d’ailleurs, et nous souhaitons maximiser l’accès à la nature afin d’en faire un caractère distinctif du Québec. Ces journées d’accès gratuit à nos parcs nationaux permettront à tous de profiter de ces joyaux. En plus de stimuler les activités touristiques en région pendant la saison froide, cette mesure permettra aux Québécois et à nos visiteurs de s’approprier notre magnifique hiver et de découvrir toutes les activités qu’il est possible de faire pendant cette saison. »

Caroline Proulx, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de Lanaudière

« La Sépaq est fière de faire partie de l’initiative gouvernementale qui vise à faire bouger davantage la population québécoise. Les territoires naturels et les activités de plein air ont un rôle à jouer dans l’amélioration de la santé publique et la promotion de saines habitudes de vie. Ces journées d’accès gratuit inciteront certainement différentes personnes à profiter des joies de l’hiver dans un décor naturel à couper le souffle. »

Jacques Caron, président-directeur général de la Sépaq

Faits saillants :

  • Les journées d’accès gratuit varient d’une semaine à l’autre de façon qu’elles soient le plus accessibles possible au plus grand nombre en fonction des différentes réalités individuelles.
  • Il en coûte généralement 9,25 $ par jour à un adulte pour accéder à un parc national de la Sépaq, et l’entrée est gratuite pour les jeunes de 17 ans et moins.
  • La Sépaq invite les intéressés à réserver leur journée gratuite en ligne jusqu’à 30 jours à l’avance afin de s’assurer une admission dans leur parc national préféré à la date ciblée.
  • La mesure gouvernementale offre l’accès gratuit aux parcs nationaux à certains moments, mais pas à l’ensemble des activités tarifées des établissements, ni à la location d’équipement. 

Liens connexes :

Pour consulter le calendrier des journées de gratuité et les modalités d’accès à cette mesure, visitez le site Web de la Sépaq .

Semaine débutant leJournée 1Journée 2
26 décembreMercredi 28 décembreJeudi 29 décembre
2 janvier 2023Mardi 3 janvierMercredi 4 janvier
9 janvier 2023Jeudi 12 janvierVendredi 13 janvier
16 janvier 2023Lundi 16 janvierMardi 17 janvier
23 janvier 2023Mardi 24 janvierMercredi 25 janvier
30 janvier 2023Mercredi 1 févrierJeudi 2 février
6 février 2023Jeudi 9 févrierVendredi 10 février
13 février 2023Jeudi 16 févrierVendredi 17 février
20 février 2023Lundi 20 févrierMardi 21 février
27 février 2023Mardi 28 févrierMercredi 1 mars
6 mars 2023Mercredi 8 marsJeudi 9 mars
13 mars 2023Lundi 13 marsMardi 14 mars

Au Québec, on bouge! :

https://www.facebook.com/auqconbouge/

Ministère de l’Éducation :

https://www.facebook.com/quebeceducation

https://www.linkedin.com/company/339645

https://www.youtube.com/channel/UCgcPCv5VQhsAY3vNNoH6Zrw

Sépaq :

https://www.facebook.com/reseausepaq

https://www.youtube.com/user/ReseauSepaq

6 M$ pour le développement d’activités aux aînés


 Publié le 19 décembre 2022

La ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger, annonce qu’à la suite de l’appel de projets 2022-2023 dans le cadre du Programme Action Aînés du Québec (PAAQ), un financement global de 5 915 510 $ est accordé à l’ensemble des régions pour la réalisation d’activités destinées aux personnes aînées.

Voici la répartition des sommes accordées par région :

  • 408 796 $ pour le Bas-Saint-Laurent;
  • 305 962 $ pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean;
  • 494 647 $ pour la Capitale-Nationale;
  • 225 242 $ pour la Mauricie;
  • 306 771 $ pour l’Estrie;
  • 1 392 800 $ pour Montréal;
  • 217 922 $ pour l’Outaouais;
  • 65 806 $ pour l’Abitibi-Témiscamingue;
  • 100 435 $ pour la Côte-Nord;
  • 3 395 $ pour le Nord-du-Québec;
  • 160 999 $ pour la Gaspésie‒Îles-de-la-Madeleine;
  • 318 185 $ pour la Chaudière-Appalaches;
  • 153 514 $ pour Laval;
  • 112 235 $ pour Lanaudière;
  • 251 466 $ pour les Laurentides;
  • 1 162 354 $ pour la Montérégie;
  • 234 981 $ pour le Centre-du-Québec.

Le PAAQ est un programme de soutien financier aux organismes pouvant contribuer au maintien de leurs activités destinées aux personnes aînées grâce à l’embauche de ressources humaines et à l’acquisition du matériel ou de l’équipement nécessaires à leur réalisation.

Les activités soutenues doivent prévenir le déconditionnement, contrer l’isolement social, valoriser les personnes aînées et encourager leur participation sociale ou assurer leur maintien dans leur communauté, et ce, en toute sécurité.

« Je salue l’ensemble des organismes qui ont présenté des demandes au Programme Action Aînés du Québec. Je demeure persuadée que les activités contribueront à stimuler et à favoriser l’épanouissement des aînés dans chacune des régions du Québec. Ces efforts doivent être appuyés et reconnus. Nous sommes très heureux d’aider à concrétiser de telles initiatives qui viendront briser l’isolement des aînés et les maintenir actifs dans leur communauté, au bénéfice de toute la collectivité. »

Sonia Bélanger, ministre déléguée à la Santé et aux Aînés

Faits saillants :

Rappelons que l’appel de projets s’est déroulé du 4 mai au 17 juin 2022. Il est à noter que 228 demandes ont été retenues et se partageront le financement global annoncé. L’aide financière maximale autorisée par ce programme est de 45 000 $, dont un maximum de 20 000 $ est autorisé pour l’acquisition de matériel ou d’équipement essentiels au déroulement des activités. L’aide est accordée pour une période maximale de 12 mois.

La mise en œuvre du Programme Action Aînés du Québec est l’une des mesures prévues au plan d’action Un Québec pour tous les âges 2018-2023 et découlant de la politique gouvernementale Vieillir et vivre ensemble, chez soi, dans sa communauté, au Québec pour soutenir les organismes engagés auprès des personnes aînées.

Lien connexe :

Les personnes intéressées à en savoir davantage sont invitées à consulter l’adresse suivante :

https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/personnes-agees/aide-financiere-organismes/action-aines .

Inauguration de la Maison du loisir et du sport 


 Publié le 19 décembre 2022

C’est avec une grande fierté que la ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Mme Isabelle Charest, a inauguré aujourd’hui la nouvelle Maison du loisir et du sport, à Saint-Léonard, en compagnie de la présidente du conseil d’administration du Regroupement Loisir et Sport du Québec, Mme Johanne Murphy, et de plusieurs représentantes et représentants des organismes provinciaux de loisir et de sport.

Pour l’occasion, la ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire et députée de Pointe-aux-Trembles, Mme Chantal Rouleau, l’adjoint gouvernemental au Sport, Loisir et Plein air et député de Jonquière, M. Yannick Gagnon, la députée d’Anjou─Louis-Riel, Mme Karine Boivin-Roy, la présidente du conseil d’administration du RLSQ, Mme Johanne Murphy, ainsi que le premier vice-président du Groupe MACH, M. Pierre-Jacques Lefaivre, étaient également présents.

L’ensemble des fédérations du RLSQ ont emménagé dans les nouveaux espaces à la fin de l’été 2022. Le nouvel immeuble, situé au 7665, boulevard Lacordaire à Montréal, dans l’arrondissement Saint-Léonard, comporte cinq étages et offre des locaux modernes et attrayants à de nombreux organismes provinciaux de loisir et de sport. L’enveloppe budgétaire prévue pour la réalisation de ce projet était de 25 millions de dollars.

La Maison du loisir et du sport, où sont maintenant regroupés quelque 600 employés, pourra poursuivre son mandat en offrant notamment des services partagés professionnels et techniques (services d’administration, juridiques, informatiques et de voyage).

« Un projet qui était attendu depuis longtemps que cette nouvelle et magnifique Maison du loisir et du sport, un projet tellement important pour tout l’écosystème du sport et du loisir québécois! Je souhaite que l’endroit devienne un lieu de rassemblement où règne un fort esprit de communauté, de proximité. Je suis certaine que le fait que tous ces organismes soient regroupés au même endroit fera émerger les meilleures pratiques et les meilleures idées afin d’inciter le plus de Québécoises et Québécois possible à adopter un mode de vie sain et physiquement actif. Merci à tous ceux et celles qui ont contribué au projet et longue vie à la Maison! »

Isabelle Charest, ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air

« Cette Maison du loisir et du sport est un projet attendu depuis plusieurs années et il s’est maintenant concrétisé. Pour nous tous, c’est une fierté d’accueillir les bénévoles, les travailleuses et les travailleurs dans un environnement lumineux, inspirant et mobilisateur. La qualité des installations reflète la vitalité, le rayonnement et le professionnalisme des organismes résidents. »

Sylvain B. Lalonde, président-directeur général du Regroupement Loisir et Sport du Québec

Faits saillants

  • L’enveloppe de 25 millions de dollars provient du Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique.
  • Le Groupe MACH est propriétaire du terrain et a investi plus de 60 millions de dollars dans la construction du bâtiment qui accueille la Maison du loisir et du sport. Par la suite, le RLSQ lui paiera un loyer, notamment grâce aux subventions gouvernementales.
  • Le RLSQ effectue présentement une analyse pour l’aménagement et la location d’espaces supplémentaires au cinquième étage dans le but d’accueillir des fédérations additionnelles.

Liens connexes :

Pour plus d’information sur la Maison du loisir et du sport, vous pouvez consulter le site 
RLSQ (associationsquebec.qc.ca) 

Au Québec, on bouge! :

https://www.facebook.com/auqconbouge/

Ministère de l’Éducation :

https://www.facebook.com/quebeceducation

https://www.linkedin.com/company/339645

https://www.youtube.com/channel/UCgcPCv5VQhsAY3vNNoH6Zrw

Lionel Carmant bonifie les budgets des centres de crise


 Publié le 15 décembre 2022

Le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, annonce que le financement récurrent destiné aux centres d’intervention de crise du Québec sera bonifié de 5 millions $ à compter de l’année 2023-2024.

Les centres d’intervention de crise sont des partenaires incontournables du réseau de la santé et des services sociaux. Ils répondent aux besoins psychosociaux de la population en situation de crise depuis 30 ans, et ce, sept jours sur sept, 24 heures sur 24.

Ce financement est versé annuellement aux organismes communautaires œuvrant comme centres d’intervention de crise. La bonification vise à consolider et renforcer leur offre de service dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre afin de contribuer à l’attraction et à la rétention du personnel. Par ailleurs, soulignons que l’accessibilité des centres d’intervention de crise diminue la pression sur les services du réseau en évitant de nombreuses consultations à l’urgence pour des problématiques psychosociales ou pour des troubles de santé mentale.

« Les centres de crise sont un maillon essentiel de la prise en charge immédiate et 24/7 des personnes en situation de détresse psychologique. Ces cinq millions de dollars que l’on injecte maintenant et qui seront récurrents vont permettre de maintenir des services de première ligne adéquats en santé mentale à la population. »

Lionel Carmant, ministre responsable des Services sociaux

Faits saillants :

  • Une partie de la bonification sera accordée pour l’année en cours (2022-2023).
  • Les établissements de santé et de services sociaux seront responsables de la répartition de la somme allouée pour la bonification du financement des centres d’intervention de crise sur leur territoire.
  • Rappelons que le Plan d’action interministériel en santé mentale 2022-2026 vise à favoriser la santé mentale optimale de la population ainsi qu’à faciliter l’accès à des soins et services de qualité pour les personnes présentant des troubles mentaux ou des symptômes associés, et leurs proches.
  • Par ce plan d’action, le gouvernement du Québec s’engage à mettre à contribution l’ensemble des acteurs concernés pour que toutes les Québécoises et tous les Québécois aient accès, au bon moment, à des actions, des services et un accompagnement adaptés à leurs besoins en matière de santé mentale.

Des gestes concrets pour protéger notre eau


 Publié le 15 décembre 2022

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, a profité, aujourd’hui, de sa participation à la COP15 afin de prendre des engagements qui visent à mieux protéger cet or bleu que représentent les réserves d’eau douce du Québec. Le gouvernement du Québec déposera, au courant de la prochaine session parlementaire, un projet de loi sur la protection de l’eau, dans un contexte où les réserves d’eau douce deviendront de plus en plus rares au cours des prochaines années.

Le Québec dispose de dizaines de milliers de rivières et de plus de trois millions de plans d’eau. Il détient 3 % des réserves d’eau douce renouvelable de la planète. Le fleuve Saint-Laurent, une véritable richesse collective, draine à lui seul plus de 25 % des réserves mondiales d’eau. En 2021, le Québec a reçu moins de 3 millions de dollars en redevances pour des prélèvements d’eau qui totalisaient 811 milliards de litres. Ce n’est pas une situation acceptable pour la population québécoise.

Ainsi, le projet de loi proposé viserait d’abord à hausser les redevances sur l’eau afin que celle-ci soit payée à sa juste valeur. Il proposerait également la création d’un fonds bleu, financé notamment à partir de la hausse des redevances. Ce fonds, qui pourrait atteindre 150 millions de dollars par année, d’ici 2026, permettrait au gouvernement du Québec de financer des projets de protection et de mise en valeur des cours d’eau sur son territoire. Il permettrait, par exemple, au Québec de lutter contre les espèces aquatiques envahissantes, de nettoyer des berges de rivières, de procéder à la revégétalisation de bandes riveraines et d’assurer la mise aux normes d’installations sanitaires individuelles.

Un appel à l’action

Enfin, le premier ministre a profité de sa participation à la COP15 pour faire un appel à l’action. À quelques jours de la fin de la COP15, il est temps que les États se concertent pour faire de la biodiversité une priorité réelle et mettre en place les actions nécessaires à l’atteinte de la cible de protection de 30 % des terres et des océans d’ici 2030.

« Comme premier ministre, comme gouvernement, on a le devoir de préserver ce que nos prédécesseurs nous ont laissé. On a le devoir, à l’égard de celles et ceux qui vont venir après nous, de leur laisser une qualité de vie aussi bonne que la nôtre. Moralement, on ne peut pas laisser aux prochaines générations la responsabilité de corriger nos erreurs. Ensemble, on doit profiter des quelques jours qu’il nous reste pour créer le « moment Montréal » dont la planète a besoin. Le Québec répond présent. »

François Legault, premier ministre du Québec

« Le Québec possède, sur son territoire, une réserve qui représente 3 % de l’eau douce du monde. C’est une donnée qui démontre toute l’importance qu’on doit accorder à la protection de notre eau, cette richesse qui est aussi notre or bleu. Avec cette annonce, le gouvernent affirme haut et fort son engagement à doubler d’effort pour protéger l’eau et la mettre en valeur. Maintenant, c’est le temps de passer à l’action et de travailler tous ensemble pour poser des gestes concrets et durables afin de préserver notre territoire et notre richesse naturelle. »

Benoit Charrette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs

Faits saillants :

  • Le gouvernement du Québec a annoncé plusieurs mesures, lors de la COP15, dont la mise en place du Plan nature 2030, qui prévoit des investissements de 650 millions de dollars sur sept ans. Ce plan vise l’atteinte de la prochaine cible mondiale de conservation de 30 % du territoire planétaire d’ici 2030. Il inclut notamment un soutien financier historique de 23 millions de dollars, sur quatre ans, pour appuyer les initiatives des communautés autochtones en matière de conservation de la biodiversité.
  • Le gouvernement a par ailleurs annoncé le lancement d’une feuille de route en finance durable, qui vise à doter le Québec des outils pour répondre le mieux aux défis environnementaux qui entraînent des risques pour les marchés financiers et les entreprises.
  • Le gouvernement a également annoncé l’implantation, à Montréal, d’un bureau du Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), afin d’y élaborer le programme mondial sur les villes vertes, résilientes et durables.
  • Le Québec est un membre actif de différents réseaux multilatéraux de gouvernements infranationaux liés à la biodiversité. Depuis 2018, il coordonne le Comité consultatif des gouvernements infranationaux pour la biodiversité, qui est reconnu comme la voix officielle des États fédérés au sein de la Convention sur la diversité biologique.
  • Le Québec est également un partenaire fondateur du Processus d’Édimbourg pour lesgouvernements infranationaux et locaux.

6 M$ pour les banques alimentaires du Québec


 Publié le 14 décembre 2022

Pour répondre aux besoins croissants des Québécois qui sollicitent de l’aide alimentaire, le gouvernement du Québec accorde une aide d’urgence de 6 millions de dollars aux Banques alimentaires du Québec.

La ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, Mme Chantal Rouleau, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, M. André Lamontagne, et la députée de Saint-François, Mme Geneviève Hébert, en ont fait l’annonce aujourd’hui.  

Le directeur général des Banques alimentaires du Québec, M. Martin Munger, s’est également joint à cette annonce importante pour le milieu communautaire qui est confronté à des défis liés à l’inflation et à la hausse des coûts des aliments et des denrées.

Les sommes accordées par notre gouvernement permettront aux Banques alimentaires du Québec de faire le plein de denrées supplémentaires et d’appuyer son réseau composé de 32 membres, notamment 19 membres Moisson, qui assurent une présence dans l’ensemble du territoire québécois. Ainsi, ce sont plus de 1200 organismes de terrain en lien avec ces partenaires qui se verront octroyer des moyens complémentaires pour venir en aide aux Québécoises et Québécois qui sollicitent leurs services en aide alimentaire.   

Une aide totale de 14 millions de dollars en 2022

Avec l’aide d’urgence de 6 millions de dollars annoncée aujourd’hui et la somme de 5 millions de dollars accordée en juin dernier, les investissements du gouvernement du Québec en 2022 pour appuyer les Banques alimentaires du Québec totalisent maintenant 11 millions de dollars. S’ajoute à ce montant un investissement de 3 millions supplémentaires qui a également été octroyé à d’autres organismes d’aide alimentaire qui sont présents sur le terrain, ce qui porte à 14 millions de dollars l’aide financière octroyée par le gouvernement du Québec en la matière en 2022.

« Avec cette aide d’urgence, notre gouvernement répond aux besoins pressants et croissants des banques alimentaires qui sont confrontées à l’inflation et à la hausse du coût de la vie. Nous avons entendu les demandes de soutien déposées par les Banques alimentaires du Québec et cette solution leur permettra de continuer à appuyer les personnes et familles québécoises qui sollicitent de l’aide alimentaire. Ainsi, ces nouvelles sommes auront des retombées extrêmement bénéfiques pour que personne ne soit laissé derrière non seulement à l’aube de la période des Fêtes, mais également tout au long de l’année. »

Mme Chantal Rouleau, ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire

« En plus d’être des acteurs importants en matière d’aide alimentaire au Québec, le réseau des Banques alimentaires du Québec et les organismes qu’il sert jouent un rôle important dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et, par le fait même, contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, deux objectifs qui figurent parmi les priorités de notre gouvernement. Aussi doivent-ils pouvoir compter sur des infrastructures adéquates et suffisantes afin d’être en mesure de répondre à l’augmentation du recours à l’aide alimentaire. »

M. André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

« Dans une société comme la nôtre, il est inconcevable de manquer de nourriture. Je suis heureuse que notre gouvernement rehausse son soutien aux banques alimentaires qui redistribuent toutes les denrées disponibles. Situé dans Saint-François, mais au service de la région, Moisson Estrie est l’un de ces organismes exemplaires très présents dans notre communauté pour les personnes en situation de vulnérabilité économique. »

Mme Geneviève Hébert, députée de Saint-François et whip adjointe du gouvernement

« Les organismes d’aide alimentaire de notre réseau font face à un niveau de demandes jamais vu dans l’histoire de notre organisation. À travers la province, la pression sur nos membres est immense à l’heure actuelle, c’est pourquoi le soutien annoncé par les ministères aujourd’hui, que ce soit pour l’achat à court terme de denrées ou pour la mise en place d’infrastructures plus adaptées, est un réel soulagement pour nous. »

M. Martin Munger, directeur général des Banques alimentaires du Québec

Faits saillants

  • Depuis 1988, le réseau des Banques alimentaires du Québec  contribue à nourrir, chaque mois, de nombreuses personnes qui ont besoin d’aide alimentaire.
  • Le réseau des Banques alimentaires du Québec est constitué de 19 membres Moisson et de 13 membres Associés et il dessert près de 1 200 organismes locaux.
  • En 2021-2022, le réseau des Banques alimentaires du Québec a mobilisé 476 supermarchés pour le Programme de récupération en supermarchés (PRS), permettant la récupération de 6,2 millions de kilogrammes de denrées et évitant ainsi l’émission de plus de 5 900 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) puisque ces aliments ont pu être consommés, plutôt que jetés ou compostés. L’organisme vise pour l’année 2025, par le biais du PRS, à collaborer avec près de 645 détaillants et à récupérer ainsi plus de 8,5 millions de kilogrammes de nourriture.

Pour en savoir plus sur les activités du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, suivez-le sur les médias sociaux :

facebook.com/EmploiSolidaritesocialeQc 
twitter.com/messqc 
linkedin.com/messqc 

Annexe

RégionBénéficiaireDescription du projetMontantaccordé
Abitibi-Témiscamingue   Centre de Bénévolat de la Vallée-de-l’OrConstruction d’un nouvel établissement500 000 $
Bas-Saint-LaurentMoisson Kamouraska          Construction d’un nouvel établissement400 000 $
MontérégieMoisson Rive-SudAcquisition d’un terrain et construction d’un nouvel établissement250 000 $
EstrieSOS Dépannage/Moisson GranbyAgrandissement d’infrastructures250 000 $
Bas-Saint-LaurentMoisson MitisAcquisition d’équipements de transformation alimentaire227 808 $
LaurentidesMoisson LaurentidesAménagement d’une cuisine de transformation alimentaire et acquisition d’un générateur électrique293 299 $
EstrieMoisson EstrieAménagement d’en espace d’entreposage64 970 $
MontréalMoisson MontréalAmélioration de l’unité de transformation et achat d’équipements216 593 $
Mauricie et Centre-du-QuébecMoisson Mauricie/Centre-du-QuébecAménagement et installation d’équipements210 648 $
Saguenay-Lac-Saint-JeanMoisson Saguenay-Lac-Saint-JeanAménagement d’un nouvel entrepôt203 173 $
Gaspésie-Îles-de-la-MadeleineCollectif Aliment-TerreAménagement de nouveaux locaux58 272 $
Capitale-NationaleMoisson QuébecInvestissement dans les équipements   21 898 $
Nord-du-QuébecCarrefour communautaire de ChibougamauAménagement d’espaces d’entreposage6 855 $

Accroissement de l’autonomie alimentaire


 Publié le 13 décembre 2022
Source : Louis-Charles Dumais

Le gouvernement du Québec et Investissement Québec annoncent une aide financière de plus de 32 millions de dollars à Ferme d’Hiver pour soutenir son projet d’expansion de ferme verticale vouée à la production de fraises à Vaudreuil-Dorion ainsi que son projet de mise en place d’une vitrine technologique. C’est le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec qui s’est rendu sur le site de l’entreprise pour en faire l’annonce au nom du gouvernement.

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation consent une aide financière pouvant atteindre 6 M$ issue du Programme d’aide financière pour favoriser le développement des serres. Cette aide sera octroyée sous la forme d’un ajustement aux coûts d’électricité, au cours des huit prochaines années. Ferme d’Hiver bénéficiera également d’une aide financière de 96 520 $ du programme Prime-Vert pour l’achat d’équipements et la construction d’infrastructures de gestion des résidus végétaux et des eaux usées.

Le ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, par l’entremise de son mandataire Investissement Québec, accorde un prêt de 7,5 M$ dans le cadre du programme ESSOR.

De son côté, Investissement Québec appuie Ferme d’Hiver depuis ses tout débuts et réalise un nouvel investissement de 5 M$ en débenture convertible, de ses fonds propres, afin de soutenir l’entreprise dans son développement.

Enfin, La Financière agricole du Québec octroie une garantie de prêt de 9,65 M$ à l’entreprise. En outre, sa filiale d’investissement stratégique, Capital Financière agricole, investit 1 M$ sous forme de capital de développement.

Ce projet d’expansion fait suite à un projet de démonstration technologique pour lequel le ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs avait accordé une aide financière pouvant atteindre 3,15 M$ dans le cadre du programme Technoclimat, qui s’inscrit dans la mesure 2.3.1 du Plan de mise en œuvre 2022-2027 du Plan pour une économie verte 2030 et qui vise à soutenir l’innovation pour stimuler le développement de solutions de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le projet répond également à la mesure 96.7 du Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétiques du Québec 2018-2023.

« Une agriculture propulsée par une variété de modèles d’affaires est essentielle à l’accroissement d’une autonomie alimentaire durable au Québec. Nous pouvons être fiers de compter sur une industrie agricole innovatrice et dynamique. Ferme d’Hiver illustre bien la créativité de nos entreprises. Notre gouvernement est heureux de soutenir ses efforts pour offrir aux consommateurs des produits d’ici, sains, à longueur d’année. »

André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

« Le concept d’agriculture verticale et d’éclairage intelligent de Ferme d’Hiver est innovant et payant pour le Québec. En plus de favoriser la production locale et l’achat de produits québécois, il contribue au développement d’une industrie agricole responsable. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, ministre responsable du Développement économique régional et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« Il faut agir et poser des gestes pour assurer une transition énergétique durable. Par l’entremise du programme Technoclimat, nous soutenons les entreprises qui posent des actions dans le respect de l’environnement. Je félicite Ferme d’Hiver qui, en plus de contribuer à nourrir les gens d’ici et d’ailleurs toute l’année, est un exemple concret du leadership du Québec en matière d’innovation pour la transition énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est avec fierté que notre gouvernement finance ce projet qui vise à implanter une agriculture d’hiver innovante pour assurer et développer notre autonomie alimentaire. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région des Laurentides

« Investissement Québec est fier de renouveler son soutien à Ferme d’Hiver. Ses solutions innovantes de production verticale répondent aux enjeux agroalimentaires et environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Ce nouveau projet permettra à l’entreprise d’accroître la production locale et de renforcer l’autonomie alimentaire du Québec. »

Guy LeBlanc, président-directeur général d’Investissement Québec

« La Financière agricole du Québec et sa filiale d’investissement stratégique, Capital Financière agricole inc., sont fières de soutenir des projets structurants et à caractère durable. Chapeau à l’entreprise qui, grâce à l’audace de ses dirigeants, a développé une nouvelle technologie permettant de diversifier les produits cultivés à l’année et ainsi de bonifier l’offre de fraises fraîches au Québec. »

Ernest Desrosiers, président-directeur général de La Financière agricole du Québec

« L’appui du gouvernement et l’arrivée de nouveaux partenaires témoignent de la nécessité d’innover pour développer une agriculture locale plus durable et plus compétitive face aux marchés des importations. C’est un vote de confiance envers le potentiel industriel de Ferme d’Hiver et notre capacité à livrer un fruit de qualité supérieure. »

Alain Brisebois, président et chef de la direction de Ferme d’Hiver

Faits saillants :

  • Le Programme d’aide financière pour favoriser le développement des serres a été bonifié dans le cadre de la Stratégie de croissance des serres au Québec 2020-2025.
  • La Stratégie permettra d’offrir davantage de fruits et de légumes en serre en misant sur des sources d’énergie renouvelables reconnues pour leur faible empreinte environnementale.
  • L’objectif de la Stratégie est de doubler la superficie en serres d’ici 2025, c’est-à-dire de passer de 123 hectares à 246 hectares. À ce jour, on compte 71 hectares de nouvelles serres, soit plus de 50 % de l’objectif.
  • Le programme ESSOR  vise à appuyer, dans une perspective d’accroissement de la compétitivité et de la productivité, de création d’emplois et de développement durable, les projets d’investissement réalisés au Québec.

Lien connexe :

Stratégie de croissance des serres au Québec 2020-2025 

Suivez le MAPAQ sur les réseaux sociaux :

https://www.facebook.com/mapaquebec/ 
https://twitter.com/mapaquebec 
https://www.instagram.com/mapaquebec/ 
https://www.linkedin.com/company/ministere-d-a-d-p-e-d-l/ 
https://www.tiktok.com/@mapaquebec?lang=fr 
https://www.youtube.com/channel/UCl9sW7bep-RcECV8y6JiicQ 

Mise en place du Bouclier anti-inflation


 Publié le 8 décembre 2022

Le ministre des Finances, M. Eric Girard, a confirmé aujourd’hui, dans la mise à jour économique et financière, des investissements additionnels totalisant plus de 13 milliards de dollars d’ici cinq ans pour mettre en place le Bouclier anti-inflation et ainsi aider les Québécois à faire face à la hausse du coût de la vie.

La mesure phare annoncée aujourd’hui est la bonification importante, s’élevant à 8,1 milliards de dollars, du montant pour le soutien aux aînés. Elle s’ajoute aux autres mesures du Bouclier déjà annoncées au cours des dernières semaines, soit le versement d’un nouveau montant ponctuel pouvant atteindre 600 $ et la limitation à 3 % de l’indexation de plusieurs tarifs gouvernementaux.

La bonne performance de l’économie au début de 2022 et la hausse de l’inflation ont engendré une augmentation des revenus autonomes. Le gouvernement fait donc le choix de redonner aux Québécois cet argent supplémentaire en mettant en place les mesures du Bouclier anti-inflation.

Globalement, les mesures annoncées en 2022 pour faire face à la hausse élevée du coût de la vie représentent une aide fiscale pouvant atteindre 3 100 $ pour un aîné seul de 70 ans ou plus et 2 200 $ pour un couple.

Bonification de 8 G$ du montant pour le soutien aux aînés

Dès cette année, le montant maximal du crédit d’impôt remboursable pour le soutien aux aînés passera de 411 $ à 2 000 $.

Cette bonification augmentera l’aide offerte aux aînés de 70 ans ou plus qui profitent déjà de cette aide fiscale et permettra d’accroître le nombre de personnes qui en bénéficieront. Ainsi, 398 500 aînés supplémentaires auront accès au crédit d’impôt, pour un total de plus de 1,1 million d’aînés.

Un nouveau montant ponctuel pour le coût de la vie pouvant atteindre 600 $

Comme annoncé le 9 novembre dernier, le gouvernement versera d’ici la fin de l’année un nouveau montant ponctuel pouvant atteindre 600 $ par adulte, ce qui aidera les Québécois à faire face à la hausse du coût de la vie, qui se reflète notamment dans les dépenses liées au panier d’épicerie et au loyer. 

Cette mesure est plus généreuse pour les ménages à faible revenu puisque le montant maximal sera versé aux personnes dont le revenu ne dépassait pas 50 000 $ en 2021. Plus de 71 % des 6,5 millions de Québécois admissibles recevront le plein montant.

L’indexation de plusieurs tarifs gouvernementaux limitée à 3 % pour les quatre prochaines années

Afin d’atténuer l’impact de l’inflation sur les Québécois, le gouvernement plafonnera l’indexation de plusieurs tarifs importants à 3 %, dont ceux d’Hydro-Québec, les droits sur le permis de conduire et l’immatriculation, les frais de services de garde à contribution réduite, les droits de scolarité universitaires et la contribution à payer en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). En plus d’atténuer les pressions inflationnistes, cette mesure représente une réduction de plus de 1,6 milliard de dollars des dépenses des Québécois sur cinq ans.

Indexation de 6,44 % du régime fiscal et des programmes d’assistance sociale

Les principaux paramètres du régime fiscal des particuliers et des programmes d’assistance sociale seront indexés de 6,44 % dès le 1er janvier 2023 afin de refléter la hausse du prix des biens et services. Ainsi, les Québécois profiteront d’un allègement important représentant plus de 2,3 milliards de dollars par année.

Favoriser l’abordabilité des logements et renforcer la sécurité à Montréal

Le gouvernement souhaite également favoriser l’abordabilité des logements, notamment pour les ménages québécois à plus faible revenu qui ont vu leur loyer augmenter au cours des dernières années. Ainsi, il prévoit des sommes de 445 millions de dollars pour permettre la réalisation de 3 000 logements sociaux et abordables au moyen d’un partenariat avec des fonds fiscalisés et Desjardins et pour bonifier le programme Allocation-logement.

Un investissement additionnel de plus de 250 millions de dollars sur cinq ans est aussi prévu afin d’accroître la sécurité dans la métropole avec l’ajout de 225 policiers et d’intervenants psychosociaux. Ce montant s’ajoute aux sommes déjà allouées pour la lutte contre les violences armées.

La croissance économique du Québec ralentit

À l’instar de l’économie mondiale, les perspectives économiques du Québec et du Canada se sont détériorées pour l’année 2023. La progression de l’activité économique au Québec devrait passer de 3,1 % en 2022 à 0,7 % en 2023. Il s’agit d’une importante révision à la baisse par rapport à la prévision de mars 2022, alors qu’une croissance de 2,0 % était attendue en 2023.

Après une hausse annuelle record en 2021 (4,1 %), la création d’emplois ralentira. La modération de l’activité économique atténuera la demande de travail, ce qui fera croître temporairement le taux de chômage. Après un creux annuel historique en 2022, il remontera pour se situer à 5 % en moyenne en 2023.

Sur une note plus positive, l’écart de niveau de vie du Québec avec l’Ontario continue à diminuer. Grâce aux efforts déployés, notamment en matière de productivité et de création de richesse, cet écart est passé de 16,4 % à 12,8 % en quatre ans. Le gouvernement continue de travailler sur plusieurs fronts pour compléter le rattrapage.

Un déficit budgétaire moins important que prévu en 2022-2023

Le déficit budgétaire pour 2022-2023 a diminué par rapport aux prévisions du budget de mars 2022, passant de près de 6,5 milliards de dollars à 5,2 milliards de dollars. Le retour à l’équilibre budgétaire est toujours prévu d’ici 2027-2028.

Depuis le budget de mars 2022, la hausse de l’inflation a eu pour effet d’augmenter les revenus autonomes de l’ordre de 14 milliards de dollars sur l’horizon du cadre financier. Le déploiement du Bouclier anti-inflation permet au gouvernement de redonner ces revenus aux Québécois.

La réduction du poids de la dette demeure une priorité pour le gouvernement, car elle favorise une meilleure équité intergénérationnelle en plus de contribuer positivement à la croissance économique. Le poids de la dette brute s’établira à 40,4 % du PIB au 31 mars 2023, ce qui est sous l’objectif de 45 % prévu par la Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations.

Un scénario économique alternatif prévoyant une récession

Dans le contexte économique actuel, où une forte incertitude plane sur les prévisions économiques, un scénario alternatif prévoyant une récession en 2023 a été élaboré afin d’évaluer l’incidence d’une modération plus importante que prévu du PIB réel sur le cadre financier et sur la dette du gouvernement du Québec.

Selon le scénario de récession, l’activité économique au Québec reculerait de 1,0 % en 2023 avant de progresser de 1,2 % en 2024. Il s’agit d’un écart de 1,7 point de pourcentage en 2023 et de 0,4 point de pourcentage en 2024 par rapport au scénario de référence.

Le recul temporaire de l’activité économique prévu dans le scénario de récession aurait une incidence à la hausse de plus de 5,0 milliards de dollars sur les déficits budgétaires, sur l’horizon du cadre financier. Dans ces circonstances, et afin de pallier les effets d’un ralentissement économique plus fort que prévu, le gouvernement fait preuve de prudence et de rigueur en prévoyant une provision pour risques économiques et autres mesures de soutien et de relance de 8,0 milliards de dollars.

« La hausse significative du coût de la vie a un impact sur tous, particulièrement sur les aînés et les personnes à faible revenu. Le gouvernement fait donc le choix d’aider rapidement les Québécois par le biais du Bouclier anti-inflation afin de protéger leur pouvoir d’achat. Cette action forte, combinée à un financement adéquat des principales missions de l’État et à un cadre financier prudent et rigoureux, nous permet d’être en bonne posture afin d’affronter l’incertitude économique qui guette le Québec et l’économie mondiale. »

Eric Girard, ministre des Finances et ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise

Faits saillants :

  • Le montant maximal du crédit d’impôt remboursable pour le soutien aux aînés passera de 411 $ à 2 000 $.
  • Compte tenu de la bonification importante de ce soutien, le crédit d’impôt pour activités des aînés ne sera pas reconduit.
  • Plus de 1,2 milliard de dollars, soit 65 % du crédit d’impôt pour le soutien aux aînés qui sera versé pour l’année 2022, profiteront à des aînés dont le revenu individuel est inférieur à 25 000 $.
  • Un nouveau montant ponctuel pour le coût de la vie pouvant atteindre 600 $ par personne sera versé à 6,5 millions de Québécois d’ici la fin de l’année.
  • L’indexation de plusieurs tarifs gouvernementaux sera limitée à 3 % pour les quatre prochaines années.
  • Les principaux paramètres du régime d’imposition des particuliers et des programmes d’assistance sociale seront indexés de 6,44 % dès le 1er janvier 2023.
  • Pour protéger la santé de nos jeunes, une contribution fiscale sera exigée sur les produits de vapotage au Québec comme au fédéral.
  • La croissance économique du Québec ralentit, et elle devrait se situer à 0,7 % en 2023.
  • Le déficit budgétaire 2022-2023, moins important que prévu, se situera à 5,2 milliards de dollars.
  • Le retour à l’équilibre budgétaire est toujours prévu pour 2027-2028.
  • Une provision pour risques économiques de 8,0 milliards de dollars est prévue pour pallier les effets d’un ralentissement économique plus fort qu’anticipé.

Lien connexe :
Le point sur la situation économique et financière du Québec : http://www.finances.gouv.qc.ca/lepoint .

Un excellent premier bilan du plan d’action contre l’exploitation sexuelle des mineurs


 Publié le 8 décembre 2022

 Le ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, est fier de déposer le premier rapport de mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental 2021-2026 en réponse aux recommandations de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs (PACSESM) à l’Assemblée nationale. Il dresse un bilan très positif de cette première année de mise en œuvre.

En effet, 34 des 37 mesures prévues au PACSESM sont en cours de réalisation et 1 mesure est déjà complétée. Les résultats obtenus à ce jour découlent du travail et de la collaboration des 18 ministères et organismes gouvernementaux partenaires du plan d’action.

« Ce premier bilan témoigne du sérieux accordé à la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs au Québec. Il démontre non seulement que notre gouvernement a respecté son engagement, mais surtout qu’il a su rallier de nombreux intervenants à cette priorité nationale. Beaucoup reste à faire pour combattre un tel fléau, mais nous sommes déterminés à poursuivre notre collaboration afin de protéger nos jeunes et de réduire le nombre d’actes criminels à la source. »

François Bonnardel, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Estrie

Faits saillants :

  • Le PACSESM, dévoilé le 3 décembre 2021, prévoit des investissements de 150 millions $ sur cinq ans. Intitulé Briser le cycle de l’exploitation sexuelle, il cible cinq axes d’intervention pour répondre aux besoins des populations touchées : la recherche; la communication et la sensibilisation; la prévention et la formation; la répression, ainsi que la reconstruction et la réhabilitation.
  • Il faudra plus d’un an pour mesurer tous les effets concrets des réalisations, mais plusieurs retombées sont déjà observables :
    • Les opérations de l’Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme et de la nouvelle Équipe intégrée de lutte contre la production et la distribution de pornographie juvénile ont conduit à 171 arrestations pour la période du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022;
    • La réalisation d’une campagne nationale de communication visant à sensibiliser la population aux pièges et aux conséquences de l’exploitation sexuelle a généré de nombreux résultats, dont plus de 14,4 millions de vues sur les plateformes numériques et une augmentation de 29 % du volume d’appels à la ligne Info-aide violence sexuelle le mois suivant le lancement;
    • La Journée nationale de la lutte contre l’exploitation sexuelle au Québec et la première semaine thématique annuelle, tenues en mars 2022, ont mené à plusieurs articles dans l’actualité et à diverses initiatives de partenaires sur les médias sociaux et sur leurs plateformes;
    • La bonification du Programme de prévention et d’intervention en matière d’exploitation sexuelle des jeunes a permis d’accorder 2,25 M$ à 35 organismes communautaires.
  • Par ailleurs, une mesure additionnelle, initialement non prévue au PACSESM, a aussi permis le financement du projet Sphères, une initiative regroupant six partenaires communautaires et institutionnels de la région montréalaise et qui offre des services personnalisés d’accompagnement aux personnes victimes d’exploitation sexuelle âgées de 12 à 24 ans. La somme octroyée au projet est de 880 000 $ sur trois ans.
  • Le prochain rapport de mise en œuvre sera déposé en décembre 2024. D’ici là, des avancements majeurs sont prévus en ce qui a trait à quatre grands enjeux, soit le financement des organismes œuvrant auprès des personnes victimes et de leurs proches; la particularité des interventions en contexte autochtone; les obstacles à la sortie de la prostitution et à la réinsertion sociale; et le développement des connaissances, qui se traduira notamment par des formations destinées aux milieux de l’intervention sociale, des forces de l’ordre, des services correctionnels et du système judiciaire.

Lien connexe :

Premier rapport de mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental 2021-2026 en réponse aux recommandations de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs  

Pour en savoir plus sur nos activités ministérielles, suivez-nous dans les médias sociaux :

www.facebook.com/securitepublique/ 
twitter.com/secpubliqueqc 
instagram.com/securitepubliqueqc