Meilleure conciliation famille‑travail

 

 28 novembre 2019

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, a déposé aujourd’hui à l’Assemblée nationale le projet de loi visant principalement à améliorer la flexibilité du régime d’assurance parentale afin de favoriser la conciliation famille‑travail.

Selon le ministre, ce projet de loi permettra de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des familles tout en soutenant le développement économique du Québec.

Le projet de loi, s’il est adopté, permettrait :

  • d’améliorer la flexibilité du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) afin de répondre au contexte actuel du marché du travail et de faciliter la conciliation famille-travail;
  • d’encourager un plus grand partage des prestations parentales entre les parents afin de favoriser un meilleur équilibre de l’investissement de ces derniers dans la sphère familiale;
  • d’adapter le RQAP aux situations particulières vécues par certains parents, comme une naissance ou une adoption multiples.

Au nombre des principales mesures proposées dans le projet de loi, notons que :

  • La période à l’intérieur de laquelle les prestations parentales, de paternité et d’adoption peuvent être prises passerait de 52 à 78 semaines.
  • L’exemption permettant de cumuler des revenus de travail en plus des prestations serait augmentée.
  • Quatre semaines additionnelles de prestations partageables seraient attribuées lorsque les deux parents utilisent un minimum de 10 semaines de prestations parentales ou d’adoption chacun.
  • Cinq semaines de prestations exclusives seraient octroyées à chacun des parents lors d’une naissance ou d’une adoption multiples.
  • Cinq semaines de prestations exclusives seraient offertes à tous les parents adoptants. De plus, dans le cas d’une adoption hors Québec, cinq semaines exclusives supplémentaires seraient ajoutées pour les parents devant séjourner à l’extérieur du Québec.

S’adapter au marché du travail

En améliorant la flexibilité du RQAP, les parents pourraient convenir avec leur employeur de retourner au travail plus tôt afin de répondre à des besoins périodiques de l’entreprise, tout en conservant leurs prestations pour les utiliser à un moment plus opportun. De plus, avec l’augmentation des exemptions de revenus de travail, les parents pourraient maintenir une plus grande présence en emploi ou envisager un retour progressif sans que cela affecte le montant de leurs prestations.

Rappelons que deux diminutions successives des taux de cotisation du RQAP ont été annoncées : la première, de 4 %, effective cette année; et l’autre, de 6 %, qui s’appliquera à partir du 1er janvier 2020. Elles généreront des économies annuelles estimées à 131 M$ pour les entreprises et à 93 M$ pour les salariés.

« Les parents québécois peuvent compter sur nous pour mettre en place des conditions favorables à l’épanouissement des familles du Québec dans le contexte actuel du marché du travail. S’il est adopté, ce projet de loi amènera une plus grande flexibilité afin de permettre aux nouveaux parents de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle. Cet enjeu représente d’ailleurs une préoccupation pour des milliers d’entre eux, mais également pour leurs employeurs. Votre gouvernement est en action en ce sens et restera à l’écoute des familles afin que le projet de loi, une fois adopté, puisse réponde adéquatement aux besoins. », a déclaré Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

« Votre gouvernement a à cœur le bien-être des familles québécoises. Nous souhaitons donner la souplesse nécessaire aux parents afin de leur permettre de faire les choix qui correspondent le mieux à leurs besoins, notamment pour conjuguer leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Ce projet de loi contribuerait directement à améliorer leur qualité de vie, et c’est ce qui nous motive dans cette démarche. », a souligné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais.

« En favorisant un plus grand partage des prestations parentales, ce projet de loi vient favoriser une plus grande équité des responsabilités familiales. Puisque les parents ont le droit de réaliser leurs objectifs professionnels tout en fondant une famille, votre gouvernement souhaite leur donner les moyens pour y arriver. », a indiqué Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

Faits saillants :

Le RQAP est entré en vigueur en 2006. Il a pour objectif d’assurer un remplacement de revenu aux travailleuses et travailleurs qui s’absentent du travail à l’occasion de l’arrivée d’un enfant, en versant des prestations de maternité, de paternité, parentales et d’adoption.
Parmi les familles qui participent au RQAP, huit sur dix utilisent toutes les semaines de prestations mises à leur disposition.
La participation des mères au RQAP a toujours été importante, se situant autour de 78 % depuis 2012.
La proportion des pères qui ont bénéficié du RQAP a nettement progressé, gagnant 14 points de pourcentage entre 2006 et 2017, pour se situer à 70 %.
En moyenne, le RQAP verse annuellement 2 milliards de dollars en prestations à près de 130 000 nouveaux parents.

Transformation majeure des milieux d’hébergement pour aînés

 

 26 novembre 2019

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, madame Marguerite Blais, a annoncé aujourd’hui les détails d’un grand projet de transformation des services en matière d’hébergement et de soins de longue durée qui prendra forme au Québec au cours des prochaines années.

Ainsi, la ministre a présenté son plan visant la transformation de plus de 2 500 places de centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) pour adapter davantage certains milieux de vie aux besoins des aînés. De nombreux CHSLD existants feront l’objet de rénovation, alors que d’autres seront reconstruits en cohérence avec la nouvelle approche en matière de services d’hébergement.

La ministre Blais a aussi dévoilé les détails du concept de maisons des aînés et de maisons alternatives. Du même coup, elle a confirmé la création de 2 600 nouvelles places d’ici 2022. La maison des aînés accueillera des aînés en perte d’autonomie modérée qui seront accompagnés jusqu’à la perte d’autonomie majeure. Quant à la maison alternative, elle permettra d’accueillir une clientèle adulte ayant des besoins spécifiques.

Au total, ce projet de transformation des services d’hébergement pour aînés va nécessiter un investissement de plus de 2,6 milliards de dollars par le gouvernement. Il s’agit de sommes importantes qui permettront de mieux prendre soin des personnes les plus vulnérables de la société, tout en offrant au personnel des environnements de travail mieux adaptés et plus fonctionnels, ce qui contribuera à l’attractivité et à la rétention de la main-d’œuvre.

« Aujourd’hui est le début d’un grand redressement des milieux d’hébergement pour les aînés, partout au Québec. Que ce soit en CHSLD, en maisons des aînés ou alternatives, nous allons offrir un véritable milieu de vie aux gens qui y résident, et au personnel qui y travaille. Notre gouvernement établit un nouveau standard de qualité pour nos aînés en perte d’autonomie et nos adultes ayant des besoins spécifiques, et leur redonne enfin la dignité qu’ils méritent. », a déclaré Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Faits saillants :

Ce projet de transformation permettra de renouveler graduellement les CHSLD de partout au Québec et d’offrir aux résidents des milieux de vie modernes, plus fonctionnels et, surtout, à dimension humaine et centrés sur leurs besoins, qui se rapprochent davantage de ce qu’ils avaient à domicile.

Les projets de reconstruction de CHSLD et d’aménagement de maisons des aînés et de maisons alternatives seront guidés par les principes directeurs suivants :

  • des unités de vie qui regroupent chacune douze résidents partageant des caractéristiques et des intérêts similaires;
  • des chambres individuelles plus grandes, avec une salle de toilette privée et une douche adaptée, facilitant les soins d’hygiène selon le besoin requis;
  • des espaces communs où on combat l’ennui par des activités ainsi que des thématiques favorisant l’engagement des résidents et de leurs proches dans des activités stimulantes;
  • un espace dédié aux proches aidants afin de favoriser leurs visites et de leur offrir du répit, que ce soit le jour ou la nuit;
  • une conception éliminant le plus possible toute ressemblance avec le milieu institutionnel, notamment avec des postes infirmiers dissimulés;
  • des espaces extérieurs accessibles, sécuritaires et ouverts à la communauté.

La Société québécoise des infrastructures agira à titre de gestionnaire de projet. Les projets de construction liés aux nouvelles places seront tous autorisés d’ici mai prochain.

Notons que les projets seront conçus afin d’obtenir une certification LEED en cohérence avec les orientations gouvernementales en matière de développement durable.

Lien connexe :

Pour visionner la vidéo et voir les maquettes, consultez le www.msss.gouv.qc.ca/presse.

Plus de 5 M$ pour le secteur de la construction bois

 

 25 novembre 2019

Le Gouvernement du Québec annonce le lancement de deux nouveaux programmes visant à soutenir le secteur de la construction bois. L’investissement total est de plus de 5 M$.

Optimisation et automatisation

Face à la concurrence, à la mutation des marchés et à la rareté de la main-d’œuvre, il est impératif que les entreprises québécoises de la construction repensent leur modèle d’affaires en se tournant davantage vers la préfabrication et l’offre de solutions intégrées.

Une somme de 3,2 M$ est donc consacrée au Programme préfabrication en bois : optimisation et automatisation (PPBOA) afin d’accroître la compétitivité des producteurs de produits préfabriqués en bois. Ce programme permettra aux entreprises d’automatiser et d’optimiser leurs processus de fabrication et d’affaires, afin d’offrir des produits à plus grande valeur ajoutée, et ce, à moindre coût. Ces entreprises pourront ainsi répondre à l’augmentation de la demande mondiale pour les produits structuraux préfabriqués en bois utilisés dans la construction de bâtiments non résidentiels et multifamiliaux.

Formation continue

Doté d’une enveloppe de 2 M$, le Programme de formation continue sur l’utilisation du bois dans la construction (PFCBC), financé par le Fonds vert, a pour objectif de bonifier l’offre de formation continue sur le bois et son utilisation dans la construction.

Ces formations répondront à des besoins ciblés par les professionnels et les gens de métier dans le domaine de la construction des bâtiments non résidentiels et multifamiliaux pour actualiser leurs connaissances. La formation devra impérativement comprendre un élément de sensibilisation à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) lié à la construction en bois.

« Ces programmes accroîtront la compétitivité des entreprises dans le secteur de la construction bois. Nul doute que l’annonce d’aujourd’hui se traduira, d’ici trois ans, en une amélioration des processus de fabrication et d’affaires des entreprises soutenues afin d’augmenter leur productivité. À terme, c’est l’ensemble de l’économie québécoise qui en sortira gagnante. », a déclaré M. Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs.

« Le bois est un choix intéressant pour réduire l’empreinte carbone des bâtiments, puisqu’il génère peu d’émissions de GES pendant son cycle de vie si on le compare à d’autres matériaux couramment utilisés dans la construction. C’est pourquoi le Gouvernement du Québec a choisi d’utiliser des sommes du Fonds vert, afin de mieux faire connaître les avantages relatifs au matériau bois et de faire évoluer les pratiques. Le Programme de formation continue sur l’utilisation du bois dans la construction constitue un bon investissement pour le climat! », a souligné M. Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Liens connexes :

Pour connaître les détails concernant le Programme préfabrication en bois : optimisation et automatisation (PPBOA), visitez le https://mffp.gouv.qc.ca/les-forets/transformation-du-bois/ppboa/.
Pour tout savoir sur le Programme de formation continue sur l’utilisation du bois dans la construction (PFCBC) : https://mffp.gouv.qc.ca/les-forets/transformation-du-bois/formation-continue/
Pour obtenir des renseignements sur le Ministère et en savoir plus sur ses activités et ses réalisations, consultez le mffp.gouv.qc.ca et les réseaux sociaux :
https://www.facebook.com/ForetsFauneParcs

Plus grand accès aux services gouvernementaux partout au Québec

 

 22 novembre 2019

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, annonce l’accélération du déploiement des bureaux de Services Québec, lequel sera complété d’ici l’été 2020.

Quatre-vingts centres locaux d’emploi seront transformés en bureaux de Services Québec. Au cours de la prochaine année, le nombre de bureaux compris dans le réseau de Services Québec passera à 160 sur tout le territoire. Ce projet émane de la volonté du gouvernement de simplifier les relations des citoyens et des entreprises avec l’État en faisant de Services Québec la porte d’entrée du gouvernement du Québec sur tout le territoire.

Les citoyens sont accueillis dans les bureaux de Services Québec par du personnel qui a pour mandat de les accompagner dans leurs recherches et leurs démarches administratives, notamment celles qui peuvent être effectuées sur Internet. Ce personnel peut également répondre aux questions concernant l’ensemble des programmes et des services offerts par les ministères et les organismes du gouvernement du Québec.

En ce qui concerne les 17 régions administratives, notons que les centres locaux d’emploi situés dans les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Mauricie sont déjà intégrés au grand réseau des bureaux de Services Québec.

« Ce projet majeur de transformation du réseau de bureaux de mon ministère permettra de simplifier les relations des citoyens et des entreprises avec l’État en consolidant la présence de Services Québec, qui devient la porte d’entrée pour les services gouvernementaux sur tout le territoire. Nous accélérons ainsi un changement important de la culture du service à la clientèle au sein de l’administration publique, ce qui nous permet de mieux servir la population et qui sera bénéfique particulièrement pour les populations vulnérables. », a déclaré Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Faits saillants :

  • Les bureaux de Services Québec
  • sont situés dans un environnement géographiquement accessible;
  • offrent un accompagnement aux citoyens et aux entreprises dans leurs recherches et leurs démarches administratives;
  • représentent un moyen de contribuer à la pérennisation des emplois dans les communautés.
  • Pour connaître les adresses de ces bureaux de même que les différents services offerts à chacun des endroits, rendez-vous sur le site Québec.ca, à la section Nous joindre.

Soutien dans les interventions contre les incendies forestiers

 

 19 novembre 2019

Le gouvernement du Québec annonce un investissement de 42 M$ CA pour moderniser huit avions-citernes de type CL-415 appartenant au Service aérien gouvernemental (SAG). C’est le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, M. Pierre Dufour, qui en a fait l’annonce aujourd’hui au nom du ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel.

Le SAG met ses avions-citernes à la disposition de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs afin de les soutenir dans leurs interventions contre les incendies forestiers. Cette modernisation assurera la pérennité des avions afin de conserver la capacité du Québec à lutter contre les feux de forêt et à protéger ses ressources naturelles.

« Les CL-415 sont des avions-citernes performants permettant une attaque initiale rapide et soutenue sur les feux de forêt. Leur modernisation assurera donc un maintien des services de lutte contre les incendies forestiers et prolongera leur exploitation au-delà des 25 prochaines années. », a souligné François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie.

« La modernisation des avions-citernes de type CL-415 est une excellente nouvelle. Cela nous permettra de maintenir notre capacité à protéger nos ressources naturelles, des ressources essentielles pour le développement économique de notre province, ainsi que de contribuer à la protection des communautés forestières en appui à la sécurité civile. », a déclaré Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec.

Faits saillants

  • Le SAG possède 14 avions-citernes, dont 6 CL-215 et 8 CL-415.
  • La modernisation des CL-415 sera effectuée par l’entreprise Viking Air Limited, un leader mondial en matière d’avions utilitaires et d’avions amphibies pour les services de protection contre les incendies. La livraison du dernier CL-415 modernisé est prévue pour 2024.
  • La modernisation consistera principalement à remplacer des équipements électriques et électroniques utilisés pour la navigation.
  • La modernisation n’entraînera aucune interruption de service en ce qui concerne la lutte contre les feux de forêt.

Liens connexes

Service aérien gouvernemental (SAG)
Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU)
Gestion des feux de forêt (MFFP)
Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook.

Lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

 

 19 novembre 2019

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, confirme que le crédit d’impôt pour solidarité sera versé directement à toutes les personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale. Cette mesure représente un montant de près de 12 millions de dollars par année.

Il est estimé que 40 000 personnes recevront 292 $ d’ici juin 2020. Ce changement permettra ainsi aux personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale qui ne sont pas en mesure de remplir leur déclaration de revenus de recevoir le montant de base de la composante relative à la TVQ du crédit d’impôt.

Dans son plus récent rapport, la protectrice du citoyen se disait préoccupée par le fait qu’une partie des personnes parmi les plus vulnérables de la société ne recevaient pas le crédit d’impôt pour solidarité.

Partageant les mêmes préoccupations, le gouvernement du Québec a donc décidé d’agir pour simplifier l’obtention de ce crédit et ainsi aider davantage les personnes en situation de pauvreté.

D’autres mesures de soutien offertes

Le ministre a tenu à préciser que son ministère et Revenu Québec poursuivront les efforts visant à encourager les personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale à produire une déclaration de revenus. De cette manière, elles pourraient avoir droit à d’autres crédits d’impôt.

Également, il a rappelé que Revenu Québec soutient plusieurs organismes communautaires et bénévoles qui peuvent aider ces personnes et les personnes à faible revenu à remplir leur déclaration de revenus. En 2018, 165 000 personnes avaient obtenu de l’aide pour remplir leur déclaration.

« Il est de la responsabilité du gouvernement de soutenir les personnes les plus vulnérables de notre société. En permettant aux personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale de recevoir les montants auxquels elles ont droit, votre gouvernement agit concrètement et poursuit son action pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, toujours pour faire du Québec une société plus équitable, plus juste et plus inclusive. », a déclaré Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Faits saillants :

  • Le crédit d’impôt pour solidarité comprend trois composantes : celle relative à la TVQ ainsi que la composante relative au logement et la composante relative à la résidence sur le territoire d’un village nordique.
  • Revenu Québec versera le montant de base de la composante relative à la TVQ aux personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale qui résidaient au Québec au mois de décembre 2018 et qui n’ont pas produit de déclaration de revenus pour cette année.
  • Le versement débutera d’ici le mois de juin 2020 et la mesure s’appliquera rétroactivement à juillet 2019. Pour les années subséquentes, le montant fera l’objet d’une indexation.