Les priorités des Québécois au cœur du premier budget

 

 21 mars 2019

Le Plan budgétaire du Québec – Mars 2019, déposé aujourd’hui par le ministre des Finances, M. Eric Girard, remplit plusieurs engagements du nouveau gouvernement du Québec à l’égard des préoccupations des Québécois. Ainsi, ce sont 5,2 milliards de dollars qui seront retournés d’ici cinq ans dans les poches des Québécois, et des investissements majeurs dans les grands réseaux de l’éducation et de la santé sont annoncés. Les nouveaux investissements totalisent 16,2 milliards de dollars sur six ans et visent à :

  • remettre de l’argent dans le portefeuille des Québécois;
  • offrir des services de qualité en éducation et en santé;
  • augmenter le potentiel de l’économie;
  • agir pour l’environnement;
  • soutenir les collectivités;
  • mettre en chantier des projets attendus par les Québécois.

Par les gestes posés lors de la mise à jour budgétaire automnale et du budget 2019‑2020, le gouvernement redonnera 1,1 milliard de dollars dès cette année aux Québécois, notamment en amorçant dès 2019 l’abolition de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants et l’uniformisation de la taxe scolaire1. Ces nouvelles mesures portent à 5,2 milliards de dollars le montant qui sera remis dans le portefeuille des citoyens d’ici cinq ans.

Dans le respect des engagements pris envers les Québécois, pour la prochaine année, les dépenses en éducation et en enseignement supérieur seront haussées de 5,1 %, alors que celles en santé et en services sociaux augmenteront de 5,4 %. Ces nouveaux investissements visent à offrir des services de meilleure qualité et à mieux répondre aux besoins de la population. Ils totaliseront 7,3 milliards de dollars d’ici cinq ans.

« Avec notre premier budget, nous remplissons nos engagements envers les Québécois. Nous remettons de l’argent dans leur portefeuille et nous investissons pour offrir de meilleurs services en santé et en éducation. Nous soutenons aussi le développement économique pour nous permettre d’offrir à long terme des services publics de qualité. Tous nos choix sont guidés par le désir de répondre aux préoccupations de la population, tout en respectant la capacité de payer des Québécois et en ne compromettant pas l’équilibre budgétaire. », a annoncé Eric Girard, ministre des Finances du Québec.

Le gouvernement se donne également comme objectif d’accroître le potentiel économique du Québec, notamment en incitant les travailleurs d’expérience à demeurer au travail, en favorisant l’intégration des immigrants sur le marché du travail et en augmentant la productivité des entreprises. À cette fin, le budget 2019-2020 prévoit des initiatives totalisant près de 3,7 milliards de dollars d’ici cinq ans.

D’importantes mesures sont également déployées pour la lutte contre les changements climatiques, un dossier au centre de l’attention du nouveau gouvernement. Des investissements de près de 1,3 milliard de dollars sur six ans sont ainsi prévus pour, notamment, bonifier des initiatives prévues dans le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, protéger l’environnement et améliorer la gestion des matières résiduelles.

Investir davantage dans les infrastructures publiques
En raison de l’imposant déficit de maintien d’actifs accumulé au cours des quinze dernières années, situation qui afflige particulièrement le réseau scolaire et les élèves du Québec, le gouvernement annonce une hausse de 15 milliards de dollars des investissements en infrastructures publiques au cours de la prochaine décennie. Cela porte le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2019-2029 à un total de 115,4 milliards de dollars au bénéfice, notamment, des secteurs de l’éducation, de la santé et des transports.
Équilibre budgétaire et maintien des objectifs de réduction de la dette
Le cadre financier du Québec prévoit le maintien de l’équilibre budgétaire pour les cinq prochaines années, et ce, sans avoir recours à la réserve de stabilisation. Les versements au Fonds des générations s’établiront à 2,5 milliards de dollars en 2019-2020 et atteindront 2,7 milliards de dollars l’année suivante.

De plus, le gouvernement confirme que l’objectif de réduction de la dette, qui est de ramener le poids de la dette brute à 45 % du PIB d’ici 2025-2026, sera atteint cinq ans plus tôt que prévu.

La réduction du poids de la dette permettra au Québec d’assurer un financement accru des infrastructures et des services publics, de préserver une marge de manœuvre pour faire face à un éventuel ralentissement de l’économie et d’augmenter l’autonomie financière du Québec dans la fédération.

Faits saillants :

  • 5,2 milliards de dollars seront retournés d’ici cinq ans dans le portefeuille des Québécois.
  • De nouveaux investissements de 7,3 milliards de dollars d’ici cinq ans seront faits en santé et en éducation.
  • Des initiatives totalisant près de 3,7 milliards de dollars d’ici cinq ans seront mises en œuvre pour accroître le potentiel économique du Québec.
  • L’équilibre budgétaire sera maintenu pour les cinq années du cadre financier, et l’objectif de réduction du poids de la dette sera atteint cinq ans plus tôt que prévu.
  • L’augmentation des investissements en infrastructures se traduira par une bonification de 15 milliards de dollars du PQI 2019-2029.

Lien connexe :

Tous les détails du budget 2019-2020 :
http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/budget/2019-2020/.

50 800 $ à la Corporation de développement communautaire du Roc

 

 21 mars 2019

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, est fière d’accorder, dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), une somme de 50 800 $ à la Corporation de développement communautaire (CDC) du Roc. Avec ce soutien financier, l’organisme pourra mesurer la valeur sociale et économique du travail effectué par les six CDC du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Les CDC contribuent grandement au développement de notre société en améliorant la qualité de vie des citoyennes et des citoyens, tant sur le plan individuel que collectif. Cette aide financière leur permettra de poursuivre encore plus efficacement leur mandat. », a annoncé Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce projet permettra également aux organismes communautaires membres des CDC de mieux faire connaître la portée de leurs actions. En effet, il inclut aussi la production d’outils de communication et l’élaboration de stratégies de diffusion. L’initiative en question répond à l’une des priorités du Saguenay−Lac-Saint-Jean, qui prévoit de soutenir la lutte contre la pauvreté, l’inclusion sociale et la participation citoyenne.

« Cette étude permettra de faciliter la collaboration avec les différents partenaires de la région, puisqu’ils seront en mesure de mieux comprendre toutes les retombées du travail accompli par les organismes communautaires. C’est l’ensemble des municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui en bénéficieront. », a souligné Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay et président du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions.

Faits saillants :

  • Le FARR a été créé en complément du Fonds de développement des territoires afin de permettre aux élus municipaux et régionaux d’élaborer et de soutenir des projets structurants qui contribueront à maximiser le développement des collectivités. L’objectif est d’appuyer la Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2018-2022.
  • Depuis le début du FARR, une aide financière totalisant près de 6,6 M$ a déjà été annoncée pour la réalisation de 19 initiatives au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Liens connexes :

Pour en savoir plus sur les activités du MAMH, suivez-nous sur les médias sociaux :

https://www.facebook.com/AffairesMunicipalesHabitation

https://twitter.com/MAMhQC/

Projet de loi #17

 

 20 mars 2019

Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, a déposé aujourd’hui un projet de loi proposant une vaste réforme de l’encadrement légal des services de taxi et de transport sur demande par application mobile.

« Depuis longtemps, notre gouvernement s’était engagé à moderniser l’industrie du taxi et des nouveaux services offerts par applications mobiles. Avec le dépôt de ce projet de loi, nous tenons parole. Nous mettons en place une solution permanente, qui aura pour effet de rendre l’ensemble de l’industrie plus équitable, d’alléger le fardeau administratif et réglementaire, tout en favorisant l’innovation. Nous avons résolument choisi de placer les intérêts des usagers, qui veulent bénéficier de services compétitifs et accessibles, au centre de ce projet de loi. », a annoncé François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie.

La Loi concernant le transport rémunéré de personnes par automobile place les usagers au cœur de son action, instaure davantage de transparence et assure une meilleure équité entre les différents joueurs de l’industrie du transport rémunéré de personnes.

Le projet de loi encourage une offre de services diversifiée en transport de personnes par automobile et facilite le covoiturage avec l’émergence d’innovations et l’utilisation de moyens technologiques tels que les applications mobiles. Il réduit de manière substantielle les charges administratives imposées aux chauffeurs et aux propriétaires d’automobiles utilisées pour offrir du transport rémunéré de personnes. De plus, la nouvelle loi facilitera l’entrée sur le marché des aspirants au métier de chauffeur et améliorera la rentabilité des services de transport par automobile offerts aux usagers.

Enfin, le projet de loi contribuera à l’atteinte de plusieurs cibles de la Politique de mobilité durable du Québec, notamment en favorisant le covoiturage comme option au voiturage en solo.

Faits saillants :

Les principales mesures prévues au projet de loi sont les suivantes :

  • Abolition des permis de propriétaire de taxi transférables, des territoires de desserte et des quotas de permis par agglomération de taxi permettant ainsi aux chauffeurs d’offrir des services de transport partout au Québec.
  • Allégement des démarches administratives pour l’ensemble de l’industrie du transport rémunéré de personnes par automobile.
  • Possibilité d’offrir soit une tarification traditionnelle établie par la Commission des transports du Québec pour une course hélée ou demandée de personne à personne, soit une tarification dynamique lorsque la course est demandée à partir d’un moyen technologique qui permet d’en connaître le prix maximal et d’y consentir avant d’être mis en relation avec un chauffeur.
  • Exigences uniformes pour devenir chauffeur qualifié en vertu de la loi.
  • Exigences uniformes pour qu’une automobile puisse être utilisée pour offrir du transport rémunéré de personnes.
  • Introduction d’un régime de répondants ayant la responsabilité d’assurer la surveillance des chauffeurs et des automobiles inscrits auprès d’eux.
  • Limitation des formalités pour assurer que les titulaires de permis de chauffeur et de propriétaire de taxi, de même que d’intermédiaire en services de transport par taxi, puissent poursuivre leurs activités sous le nouveau régime proposé sans contrainte.

Liens connexes :

Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook.

Journée internationale de la Francophonie

1 M$ pour la réalisation de projets de promotion du français

 

 20 mars 2019

À l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, Mme Nathalie Roy, en collaboration avec la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Mme Nadine Girault, et la ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Mme Sonia LeBel, annonce un soutien de 1 M$ pour des initiatives de promotion et de valorisation du français dans l’espace public.

« Je me réjouis de cette annonce qui s’inscrit dans la priorité accordée par le Québec à la promotion et la valorisation de la langue française. Alors que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) célèbrera prochainement son 50e anniversaire, ce sont davantage d’initiatives que le Québec pourra mettre en valeur à l’international, afin d’illustrer son leadership en faveur d’un espace francophone plus fort où la langue française continuera de rayonner. », a annoncé Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Ces projets seront mis en œuvre par cinq sociétés d’État relevant de la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, à hauteur de 200 000 $ chacune.

« Notre langue est au cœur de notre culture et de notre identité. Elle contribue à notre vitalité et suscite notre fierté d’appartenir à la plus grande nation francophone des Amériques. Notre gouvernement a à cœur de promouvoir et de mettre en valeur la langue française dans l’espace public, et nous sommes ainsi très heureux de contribuer, par cet important soutien, à la réalisation d’initiatives qui permettront de cultiver l’attachement à notre langue commune. Cette annonce est donc toute désignée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie, alors que nous célébrons notre fierté collective de vivre, de travailler et de créer en français au Québec et partout dans le monde! », a indiqué Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française.

Conseil des arts et des lettres du Québec
Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) s’est associé au Regroupement du conte au Québec (RCQ) afin d’appuyer la réalisation du projet Circuit Paroles Vivantes pour l’organisation de tournées de cinq conteurs et conteuses dans plusieurs régions du Québec au printemps 2019. Le projet est d’ailleurs lancé aujourd’hui, au Théâtre de la Ville à Longueuil, à l’occasion de la Journée mondiale du conte et de la Journée internationale de la Francophonie.

Par ailleurs, pour souligner le 25e anniversaire du CALQ, une série de conférences gratuites, mettant en vedette des écrivains et écrivaines membres de l’Ordre des arts et des lettres du Québec, sera présentée au public en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Télé-Québec
En s’arrimant elle aussi au Circuit Paroles Vivantes, Télé-Québec saisit l’occasion de créer des conditions favorables autour du conte et de le positionner non seulement comme une forme d’art incontournable, mais également comme un véhicule privilégié de la langue française. La Fabrique culturelle produit ainsi Ceux qui content, cinq portraits de conteurs et conteuses du Québec, sous forme de websérie assortie à une production immersive. Le premier épisode de la série sera d’ailleurs diffusé sur lafabriqueculturelle.tv dès aujourd’hui.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec
La Grande Bibliothèque accueille depuis janvier une classe d’adultes en francisation de la Commission scolaire de Montréal dans le cadre d’un projet expérimental liant étroitement l’apprentissage du français et l’immersion dans la culture du Québec. Laboratoire vivant, ce projet met à profit les collections et les services de BAnQ afin de mesurer et de maximiser le potentiel des bibliothèques publiques dans l’intégration des nouveaux arrivants.

Musée de la civilisation
Le projet Au-delà des mots : expérimentations numériques consiste à rassembler une dizaine de personnes de profils différents et d’imaginer des projets numériques explorant la richesse et la diversité de la langue française, en lien avec les collections et expositions du Musée de la civilisation.

Société de développement des entreprises culturelles

La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) appuie notamment les activités du Prix collégial du cinéma québécois qui invitent les cégépiens de tous horizons à visionner des films québécois, à les analyser et à débattre afin de couronner un film gagnant, offrant ainsiaux étudiants issus de l’immigration l’occasion de développer leur connaissance de la langue et de la culture d’ici.

La SODEC soutient également le concours de webvidéaste littéraire Livre-toi, une initiative de l’Association nationale des éditeurs de livres qui invite les jeunes du secondaire à diffuser sur le Web une critique littéraire de leur livre québécois ou franco-canadien préféré dans une courte vidéo qui sera ensuite diffusée sur les plateformes du concours.

« Le gouvernement du Québec est heureux de soutenir des initiatives qui démontrent et encouragent la vitalité de notre langue française. La fierté de parler français et l’attachement indélébile à nos racines francophones communes sont au cœur du renforcement de la solidarité entre les Québécois et les francophones de partout au Canada. La Journée internationale de la Francophonie est une occasion privilégiée pour faire résonner cette solidarité et faire connaître à tous la valeur ajoutée de la francophonie canadienne. », a souligné Sonia LeBel, ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Faits saillants :

  • Ces initiatives ont été appuyées dans le but d’instituer des pratiques exemplaires de promotion du français, susceptibles d’inspirer les milieux de la culture mis à contribution.
  • Ce soutien s’inscrit dans l’important virage amorcé par le gouvernement du Québec afin de stimuler la vitalité de la langue française dans l’espace public.
  • L’un des premiers jalons de ce virage a été posé lors de la nomination de Mme Ginette Galarneau à la tête de l’Office québécois de la langue française (OQLF).
  • Le gouvernement du Québec poursuit le travail en étroite collaboration avec la nouvelle direction de l’OQLF.

Liens connexes :

Politique culturelle du Québec : partoutlaculture.gouv.qc.ca/societe
Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française : https://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=5919

Appel de projets pour la création de 2 500 places subventionnées

 

 20 mars 2019

Pour répondre aux besoins de certaines clientèles en matière de services de garde éducatifs à l’enfance, le gouvernement du Québec lance aujourd’hui un appel de projets pour 2 500 places subventionnées, destinées en priorité à des poupons, dans le but d’optimiser des groupes ou d’en créer de nouveaux dans des installations existantes et de répondre aux besoins des parents-étudiants.

« Je suis heureux de lancer aujourd’hui cet appel de projets qui donne suite à l’engagement de notre gouvernement d’assurer à un plus grand nombre d’enfants l’accès à un service de garde éducatif à l’enfance. Avec cette annonce, nous répondons aux besoins de garde des familles du Québec, notamment en accordant une priorité aux besoins des parents-étudiants et à la création de places pour les enfants de 0 à 17 mois. », a annoncé Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

Le ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe, a fait cette annonce aujourd’hui. Celle-ci confirme l’engagement qu’il a pris le 20 février dernier d’accélérer l’accessibilité aux services de garde éducatifs à l’enfance.

Plus précisément, ces appels de projets visent à créer des installations situées dans un milieu d’études (cégeps, collèges universités) ou à proximité de centres d’éducation aux adultes et de centres de formation professionnelle, de même qu’à permettre à des installations existantes de services de garde subventionnés d’optimiser ou de créer de nouveaux groupes d’enfants.

Rappelons qu’actuellement environ 42 000 enfants sont en attente d’une place au guichet unique d’accès aux services de garde La Place 0-5.

Faits saillants

  • Les demandeurs ont jusqu’au 20 juin 2019 inclusivement pour préparer leur projet et le faire parvenir au ministère de la Famille.
  • Deux formulaires distincts sont disponibles :
  • un formulaire pour les demandes qui visent la création de places pour les parents-étudiants;
  • un formulaire pour les demandes qui visent la création ou l’optimisation de groupes.

Lien connexe

Documents relatifs à l’appel de projets, tant pour les parents-étudiants que pour la création ou l’optimisation de groupes
https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/services-de-garde/nouvelles-places/appel-de-projets/Pages/appel-de-projets-2019.aspx

172 000 $ au Festival international du film sur l’art

 

 20 mars 2019

Le gouvernement du Québec est heureux d’annoncer l’attribution d’une aide financière de 172 000 $ au Festival international du film sur l’art (FIFA), qui se déroulera du 19 au 31 mars 2019, à Montréal.

La ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, Mme Nathalie Roy, et la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, ont fait cette annonce aujourd’hui.

« La renommée du FIFA n’est plus à faire. Il offre une merveilleuse occasion à des milliers de spectateurs d’explorer l’art autrement et de poser un regard nouveau sur les diverses pratiques artistiques et les arts médiatiques. Il favorise le réseautage entre les professionnels du milieu et participe au développement de nouveaux marchés. Au nom du gouvernement du Québec, je salue l’équipe du festival pour son apport à l’art et à l’industrie du cinéma. Je tiens aussi à souligner les efforts accomplis pour former et sensibiliser les jeunes à l’art cinématographique et élargir leur culture. », a annoncé Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française.

Depuis 37 ans, le FIFA présente des productions cinématographiques spécialisées dans le créneau des films sur l’art et des arts médiatiques. Plus de 150 films en provenance de 40 pays animeront différentes salles de la métropole durant toute la durée du festival, contribuant à la vitalité économique et culturelle de Montréal.

« Le FIFA témoigne du dynamisme de notre métropole et offre aux créateurs, diffuseurs, producteurs et distributeurs des occasions uniques d’échanges et de rencontres. Le gouvernement du Québec est fier de soutenir ce rendez-vous culturel qui contribue au développement et à la notoriété de l’industrie cinématographique montréalaise et québécoise. », a déclaré Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal.

Liens connexes :

Ministère de la Culture et des Communications :

Suivez le Ministère dans les médias sociaux @MCCQuebec

Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation :

https://www.facebook.com/AffairesMunicipalesHabitation

Colloque en don et en transplantation d'organes 2019

994 488 $ à Transplant Québec

 

 19 mars 2019

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, annonce aujourd’hui, à l’occasion de l’édition 2019 du Colloque en don et en transplantation d’organes, qu’un financement de 994 488 $ est octroyé par le ministère de la Santé et des Services sociaux pour développer et optimiser les technologies de l’information chez Transplant Québec.

« Nous sommes très fiers de soutenir le travail de Transplant Québec, un partenaire de premier plan dans nos efforts collectifs pour mieux coordonner le processus de don et de transplantation d’organes. Notre objectif étant de favoriser le meilleur accès possible à ces soins cruciaux, le développement d’un système intégré d’information pour la transplantation d’organes s’avère une initiative essentielle dans laquelle nous avons à cœur d’investir, afin d’appuyer cet organisme dans sa mission de favoriser la plus grande disponibilité possible d’organes de qualité au Québec, grâce à une gestion optimale de l’information et des interventions auprès des patients. », a annoncé Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Le financement accordé permettra notamment de poursuivre et de finaliser le développement du Système d’information en don d’organes (SIDO), incluant la Base de données donneurs/receveurs (BDDR), qui constitue une innovation notable en matière de système expert pour la gestion de la compatibilité de chaque type d’organes entre les donneurs et les receveurs.

Faits saillants :

Cet investissement se décline ainsi :

  • projet de refonte de la BDDR : 305 460 $;
  • programmation de la phase 2 du programme des Indicateurs de qualité en don d’organes (IQDO) : 100 800 $;
  • frais annuels d’entretien et d’utilisation des applications informatiques iTransplant, de la BDDR, du SIDO et du programme des IQDO : 262 499 $;
  • financement pour le recrutement de deux ressources humaines supplémentaires au sein de Transplant Québec pour effectuer la gestion intégrée des projets informatiques et le pilotage des systèmes : 200 000 $;
  • remplacement de serveurs et d’appareils informatiques : 76 080 $;
  • programmation et tests dans la BDDR ainsi que dans la base de données partagée entre la BDDR et les laboratoires d’histocompatibilité des antigènes des leucocytes humains pour les adaptations requises relatives au progiciel Histotrac pour la compatibilité croisée : 49 649 $.

Investissements aéroportuaires 2019-2021

Plus de 50 M$ seront investis au Nunavik

 

 18 mars 2019

Le gouvernement du Québec annonce la liste de tous les projets aéroportuaires du ministère des Transports au Nunavik pour les années 2019-2021. Le député d’Ungava, M. Denis Lamothe, au nom du ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, en a fait l’annonce aujourd’hui.

« L’annonce d’aujourd’hui démontre l’importance qu’accorde le gouvernement du Québec au développement économique des communautés du Nunavik. Avec ces investissements, nous offrons aux gens d’ici des infrastructures qui, par leur efficacité et leur sécurité, rehaussent leur capacité à se déplacer sur le territoire. Notre gouvernement entend aussi continuer à être attentif aux besoins des communautés d’ici. », a annoncé Denis Lamothe, député d’Ungava.

Ces projets, qui visent à agir concrètement sur l’état des infrastructures, totalisent des investissements de 50 526 000 $ au Nunavik. Contrairement aux années antérieures, le gouvernement du Québec opte pour la transparence en rendant public l’ensemble des projets pour lesquels :

  • des travaux sont prévus en 2019-2020;
  • des activités de préparation sont prévues en 2019-2020 dans l’objectif de démarrer des travaux en 2020-2021.

« En investissant massivement comme nous le faisons aujourd’hui dans les infrastructures aéroportuaires, notre gouvernement contribue à améliorer et à maintenir nos installations dans le Nord-du-Québec. Contrairement à la pratique des anciens gouvernements, nous misons désormais sur la transparence dans les investissements aéroportuaires. Cela permettra aux citoyens d’avoir un regard complet sur la totalité des projets pour lesquels des travaux sont prévus au cours des deux prochaines années et d’obtenir une reddition de comptes du Ministère. », a déclaré François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie.

Faits saillants :

  • Parmi les projets, mentionnons :
  • la construction du garage à Kuujjuarapik;
  • le début de la construction de la nouvelle aérogare de Salluit.

Liens connexes :

La liste complète est disponible sur le site Web du ministère des Transports.

Bonifier l’offre sportive et récréative à Témiscouata-sur-le-Lac

 

 18 mars 2019

Les gouvernements du Canada et du Québec reconnaissent l’importance d’avoir de bonnes infrastructures récréatives qui incitent la population à adopter un mode de vie sain, qui permettent aux collectivités d’être plus inclusives et qui contribuent à créer des endroits de choix où il fait bon vivre.

Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, l’honorable François-Philippe Champagne, et la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, confirment un appui financier gouvernemental de près de 9,6 millions de dollars pour la construction d’un aréna dans le secteur Cabano et d’un centre communautaire, sportif et événementiel dans le secteur Notre-Dame-du-Lac.

« En travaillant conjointement avec ses partenaires du milieu municipal, notre gouvernement agit concrètement pour améliorer la qualité de vie des citoyens. Investir dans les infrastructures et dans la diversification des services en sports, en loisirs et en culture, c’est contribuer à l’attractivité des villes et des régions. », a indiqué La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest.

L’aréna Phil-Latulippe, qui s’est effondré en avril 2017, sera reconstruit et comprendra notamment une patinoire, une estrade d’environ 800 places, des chambres des joueurs, un restaurant, un atelier d’aiguisage et des espaces administratifs. Quant au nouveau centre communautaire, sportif et événementiel, il sera doté, entre autres, de salles polyvalentes, d’un espace intergénérationnel et d’un stationnement d’environ 125 espaces. Il abritera également un centre d’interprétation de l’autoroute Claude-Béchard. Une fois les travaux complétés, les résidents de Témiscouata-sur-le-Lac pourront profiter d’une offre sportive et récréative plus variée, dans des installations spacieuses et modernes.

« Les administrations locales sont les mieux placées pour connaître les besoins de leurs collectivités. C’est en faisant preuve d’écoute et de flexibilité que le projet de Témiscouata-sur-le-Lac a pu être révisé afin de reconstruire l’aréna et d’aménager un centre communautaire. Il est essentiel d’investir dans les infrastructures récréatives pour favoriser un mode de vie sain et aider à bâtir des communautés dynamiques. », a expliqué Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, l’honorable François-Philippe Champagne.

« Notre gouvernement souhaite assurer un large accès aux infrastructures sportives et de loisir. Nous voulons ainsi que la population, notamment nos jeunes, pratique de façon régulière des activités physiques s’inscrivant dans un mode de vie physiquement actif. Mais surtout, nous voulons que ces infrastructures soient adaptées aux besoins et à la réalité de la population. Cet investissement à Témiscouata-sur-le-Lac en est un parfait exemple. », a souligné La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest.

« Notre gouvernement, sensibilisé aux réalités de ses régions, est fier de contribuer à ce projet d’infrastructures sportives. Cet investissement, qui est une nécessité, permettra de répondre aux besoins des citoyens et des organismes sportifs du Témiscouata. », a indiqué Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, M. Denis Tardif.

« Nous sommes heureux de l’annonce des gouvernements pour un projet qui offrira des infrastructures complémentaires et tournées vers l’avenir, tout en respectant la capacité de payer des citoyens. », a exprimé Le maire de Témiscouata-sur-le-Lac, M. Gaétan Ouellet.

Faits en bref

  • Rappelons qu’en mai 2017, les gouvernements du Canada et du Québec ont annoncé une contribution financière de près de 9,6 millions de dollars pour la rénovation et l’agrandissement de l’aréna Jacques-Dubé pour y aménager un centre communautaire. Depuis cette annonce, la Ville de Témiscouta-sur-le-Lac a modifié son projet. L’aide financière gouvernementale demeure toutefois la même.
  • L’aide financière provient du Nouveau Fonds Chantiers Canada-Québec, volet Infrastructures provinciales-territoriales – Fonds des petites collectivités, un programme fédéral-provincial coordonné par Infrastructure Canada, en partenariat avec les provinces et les territoires. Au Québec, il est administré par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Ce programme vise à offrir aux municipalités canadiennes de moins de 100 000 habitants un soutien financier pour qu’elles puissent, notamment, se doter d’infrastructures qui contribuent à leur essor culturel, sportif, récréatif et touristique ou à la protection des biens publics.
  • Par l’entremise du plan d’infrastructure Investir dans le Canada, le gouvernement du Canada investit plus de 180 milliards de dollars sur une période de 12 ans dans le transport en commun, dans les infrastructures vertes et sociales, dans les infrastructures de transport à l’appui du commerce ainsi que dans les collectivités rurales et nordiques du Canada. De cette somme, 25,3 milliards de dollars sont consacrés à des projets d’infrastructures sociales réalisés dans les collectivités canadiennes.
  • Le Plan québécois des infrastructures 2018-2028 prévoit des investissements de près de 7,3 milliards de dollars dans le secteur des infrastructures municipales, sous la responsabilité du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. En ajoutant les contributions du gouvernement du Canada et des municipalités, plus de 14,3 milliards de dollars seront investis dans les infrastructures municipales au Québec au cours de cette période.Liens connexes

Carte des projets du Plan Investir dans le Canada : http://www.infrastructure.gc.ca/carte

Investissements fédéraux dans les projets d’infrastructure au Québec : http://www.infrastructure.gc.ca/map-carte/index-fra.html

Investir dans le Canada, le plan d’infrastructure à long terme du Canada : http://www.infrastructure.gc.ca/plan/about-invest-apropos-fra.html

Suivez-nous sur Twitter, Facebook et Instagram
Site Web : Infrastructure Canada

Rencontre de partenaires et intervenants du marché du travail dans le Centre-du-Québec

 

 18 mars 2019

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, a poursuivi sa tournée du Québec, réalisée dans le cadre de la Grande corvée, en faisant un arrêt dans la région du Centre-du-Québec pour y rencontrer des partenaires et intervenants du marché du travail.

Cette tournée vise à les mobiliser pour contrer les problématiques régionales liées à la rareté de la main-d’œuvre. Lors des échanges, M. Boulet a dévoilé un portrait du marché du travail de la région du Centre-du-Québec. Ce document d’information permet notamment de renseigner les intervenants du milieu, leur permettant ainsi d’obtenir un état de la situation pour cette région.

Pendant ce sixième arrêt de sa tournée du Québec, M. Boulet a fait connaître le bilan de la Grande corvée, qui vise à joindre, à écouter et à outiller les entreprises qui vivent des difficultés de recrutement. Cette action se déroule en continu et s’inscrit désormais comme une nouvelle façon de communiquer et d’échanger avec les entreprises du Québec.

En ce moment, près de 3 466 entreprises ont été appelées à travers le Québec. Pour le Centre-du-Québec, le personnel du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale a contacté jusqu’à présent 79 entreprises et il a pu échanger avec 43 d’entre elles au sujet de leurs besoins de main-d’œuvre. Des conseillers aux entreprises rencontrent par la suite plusieurs de ces entreprises. Ces activités s’ajoutent aux interventions déjà en cours dans les entreprises de la région.

Intégration à l’emploi des personnes en situation de handicap

M. Jean Boulet a profité de son passage dans le Centre-du-Québec pour souligner la mise en place d’un projet pilote visant à accompagner les personnes qui rencontrent des obstacles importants pour intégrer le marché du travail ou se maintenir un emploi en raison d’une situation de handicap.

« Chaque région a des besoins spécifiques, et ma tournée du Québec me permet d’être à l’écoute des régions pour ensuite pouvoir les aider efficacement. Il est important d’encourager l’intégration durable à un emploi des personnes faisant partie des groupes sous-représentés sur le marché du travail. Le Centre-du-Québec est une région exemplaire en la matière. Je suis persuadé que le projet pilote annoncé aura des retombées positives pour les personnes en situation de handicap et les entreprises qui en bénéficieront partout au Québec. », a annoncé Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie.

Dans le cadre de ce projet pilote, 28 agents d’intégration seront embauchés au Québec par l’intermédiaire des organismes spécialisés membres du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH).

Ils seront responsables d’accompagner des personnes en situation de handicap dont les besoins d’accompagnement en milieu de travail sont complexes et importants. Ce projet pilote, qui a débuté en janvier 2019, est coordonné par le ROSEPH. À terme, l’objectif est de favoriser l’intégration professionnelle et le maintien en emploi de 800 personnes en situation de handicap aux quatre coins du Québec.

« Le ROSEPH est fier de participer à ce projet pilote qui permettra à des personnes en situation de handicap de participer activement au marché du travail. L’expertise de nos membres et l’accompagnement des agents d’intégration donneront l’occasion à ces personnes de développer leur plein potentiel. Nous sommes persuadés que les personnes en situation de handicap seront des collègues appréciés dans les milieux de travail, en plus d’apporter une contribution importante au sein des entreprises. », a souligné Joseph Giulione, président du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées.

Faits saillants :

  • Le Ministère dispose de différents programmes pour l’intégration des personnes en situation de handicap, dont la mesure Contrat d’intégration au travail et le Programme de subventions aux entreprises adaptées, en plus de pouvoir soutenir des projets de formation et d’accompagnement qui bénéficient aux personnes en situation de handicap.
  • En 2017-2018, 19 309 personnes en situation de handicap ont participé à divers programmes du Ministère leur permettant d’être actives sur le marché du travail du Québec.
  • Parmi les principales tâches des agents d’intégration se trouvent les suivantes :
  • effectuer régulièrement des visites en milieu de travail pour encourager l’autonomie de la personne lors de son intégration;
  • fournir des outils personnalisés qui favorisent les apprentissages et diminuent le stress et l’anxiété chez le travailleur;
  • aider les personnes à acquérir de bonnes méthodes de travail;
  • assister l’employeur dans l’organisation du travail en plus de l’aider à bien encadrer et superviser le nouvel employé en fonction de ses difficultés tout en effectuant un travail de sensibilisation auprès des collègues n’ayant pas de handicap.
  • Les entreprises qui souhaitent obtenir plus d’information peuvent en tout temps joindre un conseiller aux entreprises du Ministère au bureau de Services Québec ou au centre local d’emploi le plus près.