processus de gestion contractuelle de la commission scolaire English-Montréal

Vérification en cours

 

 23 janvier 2019

Le gouvernement du Québec, par la voix du ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, M. Christian Dubé, entame une vérification concernant le processus de gestion contractuelle de la commission scolaire English-Montréal.

Ces vérifications se font en vertu de l’article 27.1 de la Loi sur les contrats des organismes publics, qui permet au président du Conseil du trésor de vérifier si l’adjudication et l’attribution des contrats, par une commission scolaire, respectent les règles établies.

Cette vérification s’effectuera en concertation avec l’enquête annoncée la semaine dernière par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, portant sur l’administration et la gouvernance de la commission scolaire English-Montréal.

Relâche scolaire et période estivale 2019

Aide financière de plus de 24 000 $ pour soutenir des projets de garde dans la région de l’Estrie

 

 23 janvier 2019

Dans le but d’améliorer la conciliation de la vie professionnelle, familiale et étudiante des parents-travailleurs ou étudiants d’enfants d’âge scolaire, le gouvernement du Québec accorde une somme de 24 116 $ dans la région de l’Estrie.

Cette somme permettra la réalisation de deux projets dans le cadre du Programme de soutien à des projets de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale 2019. Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, a fait cette annonce aujourd’hui, au nom du ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe.

« C’est une excellente nouvelle pour les familles de la région de l’Estrie! En raison de leur emploi du temps souvent chargé, les parents ont besoin de soutien pour conjuguer les différentes responsabilités en lien avec la famille, le travail ou les études. Avec l’aide financière annoncée aujourd’hui, nous pourrons les appuyer davantage en ce sens »., a annoncé François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie.

Rappelons que ce programme permet de concrétiser de nouveaux projets, de bonifier ou d’accroître l’offre de garde existante pour les enfants d’âge scolaire en offrant, notamment, de nouveaux camps de jour.

« Notre nouveau gouvernement souhaite mettre en place des moyens pour aider les familles du Québec dans la conciliation famille-travail-études. L’annonce d’aujourd’hui répond de façon concrète au besoin de plusieurs familles d’avoir accès à un service de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale. », a souligné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

Faits saillants

  • Dans le cadre de ce programme, le ministère de la Famille offre un appui financier non récurrent pouvant atteindre 15 000 $.
  • Pour l’ensemble du Québec, il s’agit d’un investissement total de plus de 670 000 $ permettant la réalisation de 86 projets.
  • Le Programme de soutien à des projets de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale 2019 s’inscrit dans la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021.

Accès à des installations modernes et sécuritaires

5 M$ pour l’agrandissement et la modernisation du complexe sportif du Collège André-Grasset

 

 23 janvier 2019

Dans le but d’assurer la pérennité du complexe sportif du Collège André-Grasset et de favoriser son utilisation par la population locale et régionale, une aide financière pouvant atteindre près de 5 millions de dollars est allouée pour son agrandissement et sa modernisation. Ce projet sera réalisé dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives – phase IV du Fonds pour le développement du sport et de l’activité physique.

« Nous nous réjouissons de la subvention accordée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. La cure de rajeunissement de nos installations positionnera le Collège en tant que pôle sportif d’importance sur le territoire montréalais. Elle en fera un levier important pour promouvoir les saines habitudes de vie et enrichir la programmation offerte à nos étudiants ainsi qu’aux citoyens. », a déclaré Patrick Caron, directeur général du Collège André-Grasset.

Le député de Bourget, M. Richard Campeau, en a fait l’annonce au nom de la ministre déléguée à l’Éducation et députée de Brome-Missisquoi, Mme Isabelle Charest.

« Étant diplômé du Collège André-Grasset, je prends un plaisir particulier à revenir dans ce lieu d’enseignement de qualité, d’autant plus lorsque j’ai l’occasion d’annoncer de bonnes nouvelles comme celle d’aujourd’hui! Il est primordial d’entretenir et d’améliorer constamment nos infrastructures sportives pour en assurer la pérennité au bénéfice de la population. Comme vous pouvez le constater, votre gouvernement est en action en ce sens, et je suis heureux de savoir que plusieurs personnes pourront en profiter. », a annoncé Richard Campeau, député de Bourget.

Le projet consiste principalement à regrouper les installations sportives intérieures, à ajouter un plateau sportif et une salle de conditionnement physique modernes et sécuritaires ainsi que des locaux de services. Le projet prévoit également la modernisation et la mise à niveau des installations existantes, l’amélioration du lien entre les locaux intérieurs et les terrains sportifs extérieurs, de même qu’une meilleure accessibilité aux gradins, à l’entrée secondaire et à tous les autres espaces. Le coût total du projet est estimé à près de 10,4 millions de dollars. En plus de l’aide gouvernementale de près de 5 millions, le Collège André-Grasset investit près de 3,5 millions et la Fondation Collège André-Grasset, 2 millions.

« En tant que ministre déléguée à l’Éducation, responsable du sport et du loisir, j’ai fait de la démocratisation du sport ma priorité! Nous allons assurer à toute la population le plus large accès possible à des infrastructures sportives et de loisir de qualité, sécuritaires et au goût du jour. Cet investissement majeur au Collège André-Grasset viendra assurément donner un nouveau souffle à ses installations, et ce, au grand plaisir des utilisateurs actuels et des nouveaux adeptes, dans le but ultime de donner le goût de bouger à tous. », a indiqué Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et députée de Brome-Missisquoi.

Loi sur l'immatriculation des armes à feu

Le gouvernement à l’écoute des Québécois

 

 23 janvier 2019

Le 29 janvier 2018, la Loi sur l’immatriculation des armes à feu est entrée en vigueur. À l’approche de la date limite d’enregistrement fixée au 29 janvier 2019, le gouvernement du Québec souhaite réitérer que le Fichier d’immatriculation des armes à feu est là pour rester. Cependant, le gouvernement tient à mentionner qu’il a pris connaissance des points litigieux qui ont été soulevés. Il rappelle toutefois l’importance de l’immatriculation des armes à feu et l’obligation qu’ont les propriétaires concernés de se conformer à cette loi, sans quoi ils s’exposent à des sanctions.

« Je l’ai affirmé à plusieurs reprises et je le répète : notre gouvernement se fait un devoir d’écouter la population. Nous avons pris connaissance de ses demandes et nous souhaitons agir en conséquence. J’ai bon espoir de présenter ces modifications rapidement et j’espère que les partis d’opposition collaboreront. Il s’agit d’une position raisonnable qui rallie plusieurs points de vue divergents. Nous soutenons l’application du fichier. C’est pourquoi nous souhaitons proposer des modifications législatives qui rendront le processus d’enregistrement des armes plus convivial et efficace. », a annoncé Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

Dans ce contexte, la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Mme Geneviève Guilbault, a annoncé aujourd’hui qu’elle proposera des modifications à la loi. Celles-ci auront pour objectif de simplifier le processus d’enregistrement des armes à feu afin de maximiser les inscriptions au fichier. Elles porteront sur :

  • l’obligation d’aviser le Service d’immatriculation des armes à feu lorsqu’il y a changement temporaire du lieu où est gardée l’arme. Présentement, un avis est nécessaire pour tout déplacement de 15 jours et plus;
  • le numéro d’immatriculation, qui doit être transmis sur demande à un agent de la paix;
  • et la nécessité de fournir, lors de la demande d’immatriculation, la mesure de la longueur du canon.

Faits saillants :

  • La Loi sur l’immatriculation des armes à feu, entrée en vigueur le 29 janvier 2018, rend obligatoire l’immatriculation des armes à feu sans restriction présentes sur le territoire du Québec.
  • Les armes à feu sans restriction sont des armes qui sont généralement utilisées pour la chasse, comme les fusils ou les carabines.
  • L’échéance pour demander l’immatriculation des armes à feu détenues avant l’entrée en vigueur de la loi est fixée au 29 janvier 2019.
  • Après la date limite, le Service d’immatriculation des armes à feu continuera de traiter les demandes qu’il reçoit.
  • Les demandes d’immatriculation peuvent notamment s’effectuer en ligne sur le site siaf.gouv.qc.ca ou encore par la poste au moyen d’un formulaire papier disponible dans les bureaux de Services Québec ou sur le site Internet.
  • Tout propriétaire s’expose à des sanctions si un agent de la paix le trouve en possession d’une arme à feu non immatriculée et pour laquelle il existe une obligation d’en avoir demandé l’immatriculation.

Investissement dans le tourisme de nature et d’aventure dans la région de la Chaudière-Appalaches

 

 22 janvier 2019

Le gouvernement du Québec est fier d’accorder une aide financière de 167 200 $ au Club Parentaide Beauce-Centre pour l’appuyer dans la bonification de l’offre touristique au Village Aventuria, une initiative qui permettra la construction d’un bâtiment d’accueil au sommet de la montagne et la diversification des activités de groupes. Ce projet totalise des investissements de 545 000 $ dans la région de la Chaudière-Appalaches.

La future salle multifonctionnelle du Village Aventuria. (Groupe CNW/Cabinet de la ministre du Tourisme)

La ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, et le député de Beauce-Nord, M. Luc Provençal, en ont fait l’annonce aujourd’hui.

« Le Québec est un immense terrain de jeux où l’on peut pratiquer une multitude d’activités de plein air en toutes saisons. Le sentier aérien et le circuit de tyroliennes constituent des produits très attrayants pour la clientèle touristique en quête d’adrénaline. Le projet du Club Parentaide Beauce-Centre permettra de recevoir adéquatement ces amateurs de plein air. Je suis convaincue que ces nouvelles installations attireront davantage de visiteurs dans la région, ce qui contribuera à la vitalité de son économie. », a annoncé Caroline Proulx, ministre du Tourisme.

L’aide financière provient du Programme de soutien aux stratégies de développement touristique, volet 3 ‒ Appui à la Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d’aventure du ministère du Tourisme.

« La région de la Chaudière-Appalaches a beaucoup de potentiel, notamment en raison de ses nombreux attraits naturels, et de plus en plus de visiteurs apprécient les activités qui y sont proposées. Ce projet de construction d’un bâtiment d’accueil, issu d’un partenariat dont je suis fier, permettra de répondre à cette demande croissante. C’est grâce à l’énergie déployée par l’ensemble des acteurs de l’industrie touristique, répartis dans toutes les régions du Québec, que notre destination se démarquera de la concurrence. », a indiqué Luc Provençal, député de Beauce-Nord.

Faits saillants :

  • Le bâtiment comprendra un poste d’accueil, divers services, un lieu d’entreposage d’équipements ainsi qu’une salle multifonctionnelle vitrée avec vue sur la forêt. Un volet d’interprétation de la faune, de la flore et des minéraux de la région sera également développé, alors qu’un stationnement sera aménagé à proximité du bâtiment pour en faciliter l’accès.
  • Cette initiative permettra au Club Parentaide Beauce-Centre d’adapter ses installations en fonction des nouveaux besoins de la clientèle en forte croissance au Village Aventuria. Ce parc thématique se spécialise dans l’animation auprès des écoles, des camps de jour, des familles, des entreprises et de la clientèle touristique. Dorénavant, les vocations communautaires et touristiques seront distinctes. Les activités destinées aux adolescents, aux entreprises et à la clientèle touristique seront offertes dans les nouvelles installations.
  • Ce projet contribuera notamment à la structuration et à la forfaitisation d’une offre multiactivité et multisaison.
  • L’investissement du gouvernement du Québec permettra entre autres de stimuler la création d’emplois et entraînera une augmentation du nombre de visiteurs ainsi qu’un accroissement des dépenses touristiques dans la région.
  • La Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d’aventure vise à faire du Québec une destination reconnue qui mise sur ses grands espaces et se distingue par son offre multiactivité.

Première mission en France de François Legault

Augmenter les échanges commerciaux et plus d’investissements étrangers

 

 22 janvier 2019

Le premier ministre du Québec, François Legault, a conclu, aujourd’hui, sa première mission en France, en s’adressant à plus de 300 intervenantes et intervenants des secteurs privé et public issus de domaines très variés, mais principalement économiques, à l’occasion d’un déjeuner-conférence. Cette activité a permis à M. Legault de réitérer son souhait de voir augmenter les échanges commerciaux du Québec avec la France et d’attirer plus d’investissements étrangers, notamment de l’Europe, au Québec.

« Nos délégations à l’étranger doivent en faire plus pour aider nos entreprises à exporter davantage. Nous allons donc mettre à jour la politique internationale du Québec avec cette volonté d’augmenter notre force de frappe économique à l’étranger. Ce que nous sommes en train de mettre en place, c’est une stratégie internationale de conquête des marchés étrangers. Je lance donc l’invitation aux chefs d’entreprise français et européens. Nous avons tout ce qu’il faut pour être la principale porte d’entrée des entreprises européennes en Amérique du Nord. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

C’est un véritable virage économique, que le premier ministre entend donner aux relations internationales du Québec. Pour ce faire, il a annoncé que d’importants changements surviendront afin qu’Investissement Québec joue un plus grand rôle avec les délégations, les bureaux et les différentes antennes du Québec à l’étranger. Il souhaite notamment faire de l’axe France-Québec un carrefour économique et commercial entre l’Europe et l’Amérique du Nord; un objectif gagnant-gagnant pour les deux États.

Au chapitre des faits marquants de cette visite, soulignons la déclaration commune du premier ministre du Québec et du président de la République française, Emmanuel Macron. Ceux-ci ont notamment annoncé une intensification des rencontres stratégiques des ministres titulaires de responsabilités économiques, couplée d’activités de maillage entre les entreprises québécoises et françaises à l’occasion des grands rassemblements économiques internationaux.

En plus de son passage à l’Élysée, le premier ministre du Québec a discuté avec le Premier ministre de la France, Édouard Philippe, qui a accepté son invitation à venir le visiter au Québec, en 2020, lors des rencontres alternées entre les Premiers ministres français et québécois. Il s’est aussi entretenu avec le président du Sénat français, Gérard Larcher, et le président de l’Assemblée nationale de la France, Richard Ferrand.

Sur le plan économique, le programme de la mission s’est aussi révélé fructueux, comportant de nombreuses rencontres du premier ministre avec des dirigeants de grandes entreprises, telles que BNP Paribas, Fleury Michon, L’Oréal, Soprema, Safran et Air liquide, afin de discuter de leurs projets et des avantages de faire des affaires au Québec.

M. Legault se dirige maintenant vers Davos pour participer au 49e Forum économique mondial, accompagné du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon. La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, sera, quant à elle, en Bavière du 23 au 25 janvier.

Abitibi-Témiscamingue

Six projets reçoivent une aide de plus de 630 000 $

 

 21 janvier 2019

En soutien à la Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2018-2022, le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière de 630 227 $ pour la réalisation de six projets soumis en Abitibi-Témiscamingue dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).

« Je tiens à féliciter tous les organismes partenaires pour leur travail de concertation. Une fois de plus, des initiatives de qualité et mobilisatrices ont été présentées au comité régional de sélection de projets. Ces dernières contribueront grandement au rayonnement de l’Abitibi-Témiscamingue, et j’en suis très fier. », a souligné Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec

C’est le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, M. Pierre Dufour, qui en a fait l’annonce aujourd’hui, au nom de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest. Pour l’occasion, il était accompagné de la présidente de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue, préfète de la MRC de Témiscamingue et membre du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions, Mme Claire Bolduc.

« Grâce à cette aide financière, le gouvernement du Québec donne aux élus de l’Abitibi-Témiscamingue les moyens d’élaborer et de soutenir des projets porteurs qui contribueront à optimiser le potentiel socioéconomique de la région. Ces initiatives misent sur les forces de la collectivité et rendront plus attrayant son milieu de vie », a annoncé Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Les annonces d’aujourd’hui démontrent que notre région foisonne de projets dans une panoplie de secteurs. Nous avons des idées et des gens prêts à les concrétiser. Ces personnes sont, de bien des façons, de formidables entrepreneurs. La concertation régionale et l’esprit de collaboration qui anime tous les territoires de notre région sont les atouts qui permettent d’obtenir des résultats comme ceux-ci. », a indiqué Claire Bolduc, présidente de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue, préfète de la MRC de Témiscamingue et membre du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions.

Ces initiatives répondent à quatre des six priorités établies pour la région, lesquelles se trouvent également au cœur de la Stratégie, à savoir :

  • Accroître le niveau de qualification et de diplomation tout en développant une culture de formation, d’apprentissage et de perfectionnement en continu;
  • Renforcer l’attractivité de l’Abitibi-Témiscamingue pour favoriser l’établissement et la rétention de nouveaux arrivants;
  • Consolider et diversifier les filières agricole, forestière, minière, touristique et d’avenir au sein de l’économie régionale;
  • Agir pour offrir des conditions de vie favorables et des milieux de vie stimulants et sécuritaires afin d’améliorer le développement global, la santé et le bien-être de la population.

Faits saillants :

  • Le FARR a été créé en complément du Fonds de développement des territoires afin de permettre aux élus municipaux et régionaux d’élaborer et de soutenir des projets structurants qui contribueront à maximiser le développement des communautés.
  • Dans le cadre du FARR, près de 2 M$ ont été accordés à la région de l’Abitibi-Témiscamingue pour 2018-2019.
  • Des sommes totalisant près de 3,6 M$ ont déjà été annoncées depuis la mise en place du FARR pour la réalisation de 14 initiatives dans la région.

Relâche scolaire et période estivale 2019

Aide financière de plus de 59 000 $ pour soutenir des projets de service de garde

 

 21 janvier 2019

Dans le but d’améliorer la conciliation de la vie professionnelle, de la vie familiale et de la vie étudiante des parents-travailleurs ou parents-étudiants d’enfants d’âge scolaire, le gouvernement du Québec accorde une somme de 59 930 $ pour la réalisation de projets de garde dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cette somme permettra le développement de sept projets dans le cadre du Programme de soutien à des projets de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale 2019. La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Andrée Laforest, a fait cette annonce aujourd’hui au nom du ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe.

« C’est une excellente nouvelle pour les familles de la région de Saguenay-Lac-Saint-Jean! En raison de leur emploi du temps souvent chargé, les parents ont besoin de soutien pour conjuguer les différentes responsabilités en lien avec la famille, le travail ou les études. Avec l’aide financière annoncée aujourd’hui, nous pourrons les appuyer davantage en ce sens », a annoncé Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Rappelons que ce programme permet de concrétiser de nouveaux projets, de bonifier ou d’accroître l’offre de garde existante pour les enfants d’âge scolaire en offrant, notamment, de nouveaux camps de jour.

« Notre nouveau gouvernement souhaite mettre en place des moyens pour aider les familles du Québec dans la conciliation famille-travail-études. L’annonce d’aujourd’hui répond de façon concrète au besoin de plusieurs familles d’avoir accès à un service de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale. », a souligné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

Faits saillants

  • Dans le cadre de ce programme, le ministère de la Famille offre un appui financier non récurrent pouvant atteindre 15 000 $.
  • Pour l’ensemble du Québec, il s’agit d’un investissement total de plus de 670 000 $ permettant la réalisation de 86 projets.
  • Le Programme de soutien à des projets de garde pendant la relâche scolaire et la période estivale 2019 s’inscrit dans la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021.

71e jour du Drapeau

Soulignons le jour du Drapeau

 

 21 janvier 2019

Le gouvernement du Québec invite la population québécoise à souligner le 71e jour du Drapeau. En effet, le 21 janvier 1948 à 15 h, le drapeau du Québec était hissé pour la toute première fois au sommet de la tour centrale de l’hôtel du Parlement.

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, ainsi que la ministre de la Justice, procureure générale du Québec et ministre responsable de l’application de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec, Mme Sonia LeBel, invitent les citoyennes et citoyens du Québec à profiter de cette journée pour se remémorer leur histoire.

« C’est pour moi un grand honneur de célébrer le jour où le fleurdelisé est devenu le symbole officiel de la nation québécoise. Le drapeau du Québec représente, ici comme ailleurs au Canada et à l’international, la fierté d’un peuple envers son histoire et ses accomplissements. Québécoises et Québécois, célébrons cette journée qui nous unit, peu importe nos origines. C’est un moment privilégié de réflexion sur notre passé, notre présent et notre futur en tant que nation. Bâtissons notre avenir à l’image du Québec que nous voulons! », a souligné François Legault, premier ministre du Québec.

« De tous les temps, le drapeau a été utilisé comme moyen d’identification par les communautés partageant les mêmes valeurs et idéaux. Le drapeau du Québec est le symbole de notre identité nationale; nous devons lui témoigner respect et honneur. À titre de ministre responsable de l’application de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec, je salue cette journée qui sert d’occasion de nous rassembler autour de ce qui nous unit. », a mentionné Sonia LeBel, ministre de la Justice et procureure générale du Québec.

À cette occasion, le premier ministre a remis au président de la République française, M. Emmanuel Macron, un drapeau du Québec lors de sa visite à l’Élysée, à Paris.

À propos du drapeau du Québec

Le drapeau du Québec se compose de deux éléments principaux. Le premier est la fleur de lys, l’un des plus anciens emblèmes du monde, que Jacques Cartier introduisit en Amérique en érigeant une croix à trois fleurs de lys sur les terres de Gaspé, prenant ainsi possession du territoire au nom du roi de France. Le second est inspiré du pavillon bleu à croix blanche de forme carrée, que les navires commerciaux arboraient au temps de Samuel de Champlain.

À propos du jour du Drapeau

Le jour du Drapeau a été instauré officiellement par décret en 1998, lors des célébrations du 50e anniversaire de la première levée du drapeau du Québec. Cette journée a été entérinée en 1999 par la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec. Cette loi établit les autres symboles officiels du Québec, soit les armoiries du Québec comme emblème de l’État, le bouleau comme arbre emblématique, l’iris versicolore comme fleur emblématique et le harfang des neiges comme oiseau emblématique du Québec.

Fonds d'appui au rayonnement des régions

Les produits de la Zone boréale du Saguenay-Lac-Saint-Jean reçoivent 450 000$ en aide financière

 

 21 janvier 2019

Le gouvernement du Québec est fier d’accorder, dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), une aide financière de 450 000 $ à la Table agroalimentaire du Saguenay−Lac-Saint-Jean pour le déploiement de la Zone boréale. Ce projet, qui représente des investissements totaux de près de 559 500 $ sur trois ans, vise à développer des marchés et à améliorer des pratiques d’approvisionnement en produits locaux.

« L’industrie agroalimentaire est un important levier de développement économique pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Avec cette initiative, les produits de notre terroir boréal seront davantage connus et appréciés par les gens de chez nous et du reste du Québec. », a annoncé Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C’est la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et députée de Chicoutimi, Mme Andrée Laforest, qui en a fait l’annonce aujourd’hui. Pour l’occasion, elle était accompagnée de l’adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et député du Lac-Saint-Jean, M. Éric Girard, ainsi que du préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay et président du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions, M. Gérald Savard.

« L’engouement pour nos produits régionaux est bien réel et grandissant. D’ailleurs, c’est l’ensemble de nos producteurs et des partenaires agroalimentaires qui profiteront des retombées économiques et touristiques du déploiement de la Zone boréale. », a ajouté Éric Girard, adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Le projet inclut plusieurs actions concrètes qui permettront de faire la promotion et la différenciation des produits agroalimentaires de la Zone boréale ainsi que de les mettre en marché efficacement.

« La Zone boréale est un bel exemple d’initiatives que le comité régional de sélection de projets souhaite appuyer. Par son leadership, la Table agroalimentaire du Saguenay−Lac-Saint-Jean a su développer un projet qui contribuera certainement au rayonnement et au dynamisme économique de la région. », a indiqué Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay et président du comité régional de sélection de projets du Fonds d’appui au rayonnement des régions.

Cette initiative répond à l’une des priorités du Saguenay−Lac-Saint-Jean qui prévoit de soutenir les efforts de commercialisation des produits de la région.

Faits saillants :

  • Le FARR a été créé en complément du Fonds de développement des territoires afin de permettre aux élus municipaux et régionaux d’élaborer et de soutenir des projets structurants qui contribueront à maximiser le développement des communautés. L’objectif est d’appuyer la Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2018-2022.
  • Dans le cadre du FARR, une somme de près de 2,5 M$ a été accordée à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour l’année financière 2018-2019.
  • Depuis le début du FARR, une aide financière totalisant près de 6,1 M$ a déjà été annoncée pour la réalisation de 18 initiatives au Saguenay-Lac-Saint-Jean.