Crise au SPVM : Le député péquiste Stéphane Bergeron doit rendre des comptes

 

 28 février 2017

« Le cynisme des vieux partis est encore mis en évidence ce matin. Le Parti québécois déchire sa chemise depuis des jours sur les allégations faites par d’ex-policiers du SPVM, mais le gouvernement qu’il formait avait pourtant été avisé de la situation dès février 2014 », a déclaré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de sécurité publique, André Spénard. Pour la CAQ, il apparait peu probable que le député de Verchères Stéphane Bergeron, ministre de la Sécurité publique à l’époque, n’ait pas été informé d’allégations aussi graves.

Le quotidien La Presse rapporte mardi que les ex-policiers du SPVM Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione, qui ont sonné l’alarme publiquement la semaine dernière quant à des allégations troublantes sur le corps de police montréalais, avaient prévenu le ministère de la Sécurité publique en février 2014, alors que M. Bergeron était ministre. Cette missive de 6 pages a même fait l’objet d’un accusé de réception du ministère. Pour la CAQ, le gouvernement péquiste de l’époque aurait dû déclencher une enquête indépendante sur le champ.

« La crise au SPVM est sérieuse et sans précédent. Elle nécessite une transparence implacable. Il est primordial pour M. Bergeron de nous confirmer, d’abord, qu’il a été mis au courant de la lettre. Ensuite, qu’il nous dise à qui il en a parlé à l’époque, mais également la semaine dernière, lorsque l’affaire a été rendue publique. Est-ce qu’il a informé M. Lisée ? Si c’est le cas, comment se fait-il que M. Lisée ait laissé ses députés accuser les libéraux de ne pas déclencher d’enquête indépendante, alors qu’eux-mêmes n’en avaient pas déclenchée ? Ce serait le comble du cynisme », a déclaré André Spénard.

Rappelons qu’en novembre dernier, le péquiste Stéphane Bergeron a été forcé de quitter son poste de critique de l’opposition officielle en matière de sécurité publique puisqu’il a été révélé publiquement qu’il avait incité la Sûreté du Québec à enquêter sur des sources journalistiques à la demande de l’ex-président de la FTQ, Michel Arsenault.

Concernant les allégations très lourdes de fabrication d’éléments de preuve qui pèsent sur le SPVM, la CAQ persiste et signe : le ministre Martin Coiteux doit déclencher une enquête indépendante du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), en plus de suspendre le directeur du SPVM, Philipe Pichet.

Grève des juristes et notaires de l’État : Les députés de la CAQ voteront contre le bâillon de Philippe Couillard

 

 27 février 2017

« De la nonchalance, mais surtout de l’incompétence : voici comment Philippe Couillard a géré le dossier du conflit de travail des juristes de l’État », a déclaré le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, qui a pourfendu le refus de Philippe Couillard de rencontrer les juristes et notaires de l’État. À quelques heures du dépôt d’une loi spéciale pour forcer leur retour au travail, le chef de la CAQ a annoncé que ses députés voteront contre le bâillon libéral.

Le chef de la CAQ a déploré que les libéraux aient sous-estimé les impacts de ce conflit sur le gouvernement, mais aussi sur les familles du Québec. « De nombreux dossiers ont été reportés chez Revenu Québec, à la SAAQ ou pour les accidentés du travail, par exemple. Cela entraîne encore, en ce moment même, des délais indécents pour les citoyens et des pertes d’argent importantes pour le gouvernement. Le premier ministre a largement sous-estimé les impacts de cette grève et la détermination des juristes. Résultat : les familles du Québec ont personnellement été affligées, puisque la grève a retardé de nombreux litiges, en plus de paralyser le gouvernement et les travaux de l’Assemblée nationale. Les libéraux ont été incapables de limiter les pertes pour les citoyens », a-t-il dénoncé.

De son côté, le député de Borduas a dit craindre le pire pour la suite des choses, puisque l’imposition d’une loi spéciale envoie un mauvais signal aux juristes de l’État, en plus de briser leur lien de confiance avec le gouvernement, déjà fortement effrité. « Cette loi va créer un climat de travail épouvantable et laissera des cicatrices profondes entre l’État et ses juristes. Le Parti libéral doit nous dire rapidement quel est son plan pour assurer la rétention des avocats et notaires de l’État et comment renouer avec eux afin de préserver la qualité des services publics pour les familles québécoises. À cela, il faut ajouter les retards considérables qui devront être rattrapés dans une multitude de dossiers. Les libéraux ont laissé pourrir la situation », a déclaré Simon Jolin-Barrette.

Le chef de la CAQ a conclu en confirmant que ses députés allaient voter contre le bâillon imposé par les libéraux.

Émanations toxiques d’Anacolor : Les libéraux plus préoccupés par les chevreuils d’Anticosti que par les enfants de Cap-Rouge, dit Éric Caire

 

 24 février 2017

« Philippe Couillard et David Heurtel imposent plus de contraintes à Pétrolia, qui veut explorer sur une île quasiment inhabitée, qu’à Anacolor où la santé physique d’enfants est directement menacée. Deux poids, deux mesures ! L’heure est grave. L’école du quartier a même annulé les récréations à l’extérieur en raison des maux de tête des élèves et certains saignent même du nez. Mais le gouvernement libéral refuse toujours de bouger. C’est à se demander si pour les libéraux la santé des familles de Cap-Rouge est moins importante que celle des chevreuils sur Anticosti », a ironisé le porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour la région de la Capitale-Nationale, Éric Caire.

Alors qu’une rencontre est prévue ce vendredi entre le maire de Québec Régis Labeaume et le ministre de l’Environnement David Heurtel, le député Éric Caire a réitéré la nécessité pour le gouvernement libéral de déposer une injonction immédiate pour forcer l’entreprise industrielle à diminuer radicalement ses émissions toxiques polluantes. Il a du même coup appelé Sam Hamad à défendre les citoyens de son comté.

« C’est le seul geste à poser. Tous l’ont compris sauf Philippe Couillard, David Heurtel et le député de Louis-Hébert, Sam Hamad, que tout le monde cherche d’ailleurs. Depuis des semaines, j’entends des témoignages de parents, qui disent que leurs enfants ont des maux de tête et de cœur, en plus d’être confinés entre quatre murs à longueur de journée tellement l’air est pollué. Pendant ce temps-là, rien ne bouge. Le gouvernement semble plus préoccupé à saboter les plans de Pétrolia pour protéger des chevreuils, mais quand il est question des enfants de Cap-Rouge, il donne carte blanche à Anacolor. Quelle insensibilité », a dénoncé Éric Caire.

Les familles de Cap-Rouge n’ont plus de député

Selon le député de La Peltrie, le député de Louis-Hébert n’a aucune excuse pour justifier son absence. En effet, les signaux sont très clairs, puisque l’entreprise a reçu 7 avis de non-conformité au cours des trois dernières années, en plus de nombreux avertissements du Directeur de la santé publique depuis le mois de décembre. « Si Sam Hamad continue d’être invisible, la CAQ continuera de se tenir debout, elle, aux côtés des familles de Cap-Rouge, tant et aussi longtemps que le gouvernement n’assumera pas ses responsabilités. Tout ce qu’on demande, c’est que Philippe Couillard mette ses culottes et cesse de jouer avec la santé de nos enfants », a conclu Éric Caire.

Saines habitudes de vie chez les jeunes : Le gouvernement force des organismes à mettre la clé sous la porte, déplore la CAQ

 

 23 février 2017

Alors que des organismes destinés à faire la promotion de saines habitudes de vie à travers le Québec devront fermer leurs portes faute de budget et d’appui du gouvernement libéral, la Coalition Avenir Québec entend mener le combat pour leur survie. Les députés François Bonnardel et Chantal Soucy ont réclamé dans le prochain budget libéral la reconduite du Fonds pour la promotion des saines habitudes, institué par une loi de l’Assemblée nationale en 2007.

La mort de ce Fonds placera de nombreux organismes dans un statut précaire et laissera des centaines de jeunes sans aucune autre alternative, ont dénoncé François Bonnardel et Chantal Soucy. C’est notamment le cas de Jeunes en santé, à Saint-Hyacinthe, qui obtenait 240 000 $ par année du Fonds.

« Après plusieurs démarches, le personnel de cabinet de la ministre Lucie Charlebois a fermé le dossier et celle-ci n’a même pas voulu me rencontrer pour trouver une solution à court terme. C’est tout un message d’espoir pour nos jeunes ! », a ironisé Mme Soucy. « À court d’argent, l’organisme s’apprête à plier bagage, ce qui entraînera une perte de services pour les enfants des garderies et des écoles. On parle d’exercices de psychomotricité, d’ateliers culinaires, d’escouades santé, d’activités parascolaires et j’en passe. Comment le gouvernement libéral peut-il expliquer aux pères et aux mères de ces jeunes que toutes ces activités, c’est du passé et qu’ils devront se débrouiller autrement ? », s’est interrogée la députée de Saint-Hyacinthe.

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a regretté de voir ces organismes disparaître prochainement, puisqu’au fil des ans, ils ont acquis une expertise essentielle dans la promotion des saines habitudes de vie. « Depuis dix ans, la Fondation Chagnon et le gouvernement font la promotion des saines habitudes de vie chez les jeunes. Chaque année, ils versent chacun 20 millions de dollars à différents organismes. Malheureusement, ce sont nos jeunes qui subiront les conséquences de cette coupure » a souligné François Bonnardel, qui a invité le ministre des Finances à débloquer les sommes nécessaires dans son prochain budget pour poursuivre le financement du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie.

Ultime tentative au salon bleu : Chantal Soucy se lève pour revendiquer le renouvellement du financement de Jeunes en santé

 

 23 février 2017

Ce matin, la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, s’est à nouveau levée en chambre pour interpeller cette fois-ci la ministre Lucie Charlebois et l’exhorter à sauver la mission de l’organisme Jeunes en santé, qui, faute de financement, craint de devoir fermer ses livres.

La fin d’une entente

En juin 2007, l’Assemblée nationale adoptait  la loi instituant le Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie. Le gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon s’étaient alors engagés à verser chacun 20 millions de dollars annuellement, pendant dix ans, pour faire la promotion des saines habitudes de vie à travers la province. Grâce à ce fonds, des organismes tels que Jeunes en santé ont pu voir le jour et s’implanter dans leur communauté. Or, dix ans plus tard, cette entente arrive à échéance et le gouvernement libéral refuse de la reconduire, mettant ainsi en péril la survie de ces organismes faisant la promotion de saines habitudes de vie chez les jeunes de 0 à 17 ans.

Des impacts concrets dans la grande région de Saint-Hyacinthe

Pour la députée de Saint-Hyacinthe, cette décision des libéraux aura des conséquences importantes dans sa circonscription. « Il faut comprendre que Jeunes en santé offre actuellement des services de qualité à plus de 6 000 enfants de la MRC des Maskoutains et d’Acton. C’est un organisme qui est présent dans nos écoles et garderies et qui propose des activités telles que des exercices de psychomotricité donnés aux classes d’adaptation scolaire et aux maternelles, des ateliers culinaires, une escouade santé dans les camps de jour, des vidéos « J’bouge en classe », des activités parascolaires actives et j’en passe ! » a indiqué Chantal Soucy, qui lutte depuis près d’un an pour que le financement de Jeunes en santé soit reconduit. « Ça fait des mois que j’essaie de sensibiliser la ministre par différents moyens et de lui faire comprendre qu’il est ridicule de mettre en place des comités de travail et des plans d’action gouvernementaux à coup de millions de dollars, alors qu’on laisse fermer un organisme ayant développé une expertise pendant plus de 10 ans et qui ne nécessite qu’un financement de 240 000$! », a condamné Chantal Soucy.

Dans sa réponse, la ministre Lucie Charlebois s’est contentée de réitérer que des plans d’action allaient être mis en place, tout en refusant du même souffle de s’engager à sauver la mission de Jeunes en santé. « Les réponses de la ministre aujourd’hui nous montrent que ce dossier n’est pas sa priorité. Elle coupe dans des services concrets, qui aident directement nos jeunes, pour privilégier des programmes hypothétiques, qui, j’en ai bien peur, resteront sur les tablettes. J’ai peine à comprendre l’entêtement de la ministre. Je ne peux pas accepter, les bras croisés, ces pertes de services à venir pour les enfants de mon comté », a conclu la députée caquiste.

Aide médicale à mourir et cas graves d’Alzheimer : La CAQ réclame une commission parlementaire

 

 23 février 2017

« Nous sommes tous ébranlés face à cette problématique qui n’est pas facile à aborder, mais qui nécessite une action concrète. Nous ne pouvons rester les bras croisés », ont lancé les députés de la Coalition Avenir Québec, François Paradis et François Bonnardel, qui exigent une commission parlementaire sur les soins de fin de vie et l’application de l’aide médicale à mourir aux cas de personnes atteintes de démence et d’Alzheimer sévère.

Le dossier est hautement sensible, mais il y a urgence d’agir, ont reconnu les députés caquistes. C’est la raison pour laquelle une lettre, signée par le député de Lévis et porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, a été acheminée jeudi au président de la Commission de la santé et des services sociaux, M. Richard Merlini, dans l’objectif de mettre sur pied une commission parlementaire portant spécifiquement sur cette question.

« Je pense aux fils et aux filles, aux conjoints et aux conjointes qui, quotidiennement, veillent auprès d’une personne atteinte d’Alzheimer. Aujourd’hui, ils se tournent vers nous, élus, pour trouver un remède à cet enjeu. Aujourd’hui, ce n’est pas le député qui adresse cette question, mais l’être humain. Nous devons leur tendre la main, dans une volonté non partisane, et pousser la réflexion, réfléchir ensemble et voir concrètement jusqu’où peut-on aller dans l’application de l’aide médicale à mourir. Donnons-nous la chance de contribuer à améliorer la vie des familles québécoises aux prises avec cette souffrance indescriptible », a déclaré François Paradis.

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a ajouté que dans une société vieillissante comme celle du Québec, on ne peut pas passer à côté d’un tel débat. Alors que lui-même veille depuis une quinzaine d’années sur sa mère, atteinte d’Alzheimer, M. Bonnardel a invité le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à accepter la proposition de sa formation politique et de lancer ce chantier de réflexion. « J’ai vu ma mère dépérir au fil des années. Je l’ai vu ne plus me reconnaître, ne plus sourire, ne plus parler, ne plus apprécier la vie. Pendant tout le débat sur l’aide médicale à mourir, je me suis posé de nombreuses questions. Je constate que nous avons oublié ceux et celles qui sont atteints de la maladie d’Alzheimer ou de démence et je souhaite qu’on puisse se concerter pour tenter de faire une différence. Nous sommes la deuxième nation au monde la plus vieillissante après le Japon. Il faut apporter des pistes de solution. Le Québec est prêt. Le Québec est rendu là », a conclu le député de Granby.

Sylvie D’Amours exige des mesures immédiates pour renforcer la sécurité de l’autoroute 50

 

 23 février 2017

L’annonce du gouvernement libéral d’inscrire au Plan québécois des infrastructures (PQI) les travaux d’agrandissement de celle que l’on qualifie « d’autoroute de la mort » est un pas timide dans la bonne direction croit la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours.

Toutefois, la députée s’inquiète du manque d’empressement à améliorer la sécurité des Mirabellois sur les tronçons les plus dangereux.  « Nous sommes intervenus en ce sens dès le début de mon mandat et nous avions pressé le pas depuis quelques semaines. Rehausser la sécurité sur cette partie de l’autoroute devrait être une priorité pour nos élus et notre gouvernement » estime Sylvie D’Amours.

Rappelons qu’une partie de l’autoroute 50, entre Lachute et le site aéroportuaire, possède toujours deux voies en contresens sur le territoire de Mirabel. Plusieurs accidents mortels ont été répertoriés au fil des ans et cinq personnes y ont perdu la vie dans les six derniers mois seulement. « Le gouvernement ne peut laisser la situation empirer et doit agir rapidement. La priorité doit s’axer autour de la sécurité des citoyens ! » martèle la députée.

« Maintenant que le projet est inscrit au PQI, il faudra s’assurer de garder un œil sur le processus afin d’éviter que les échéanciers ne s’échelonnent sur plusieurs années. Trop de vies ont déjà été fauchées sur ce tronçon d’autoroute ! » conclut Sylvie D’Amours.

Deux gains de la CAQ pour les citoyens de Québec et Chaudière-Appalaches

 

 22 février 2017

L’acharnement de la CAQ aura fini par payer.

Le gouvernement Couillard change d’idée et consent finalement à mettre sur pied un bureau de projet sur la réalisation d’un troisième lien entre Québec et Lévis, comme le réclamait la CAQ!

Le discours du ministre contraste avec celui qu’il tenait la semaine dernière.

Et après des mois de cafouillage et de tergiversation, le gouvernement du Québec a finalement donné le feu vert à l’élargissement de l’autoroute Laurentienne, à Québec mais seulement au nord, pour l’instant.

Cette annonce est finalement arrivée, mais pas exactement comme tous pouvaient l’espérer Pour la portion sud jusqu’à la rue de la Croix-Rouge, il faudra attendre encore.

Affaire Pietro Perrino : François Legault reproche à Philippe Couillard de passer l’éponge sur le passé de son bras droit

 

 22 février 2017

Le chef de la CAQ, François Legault, a mis au défi mercredi le premier ministre Philippe Couillard de regarder les Québécois droit dans les yeux et de leur jurer qu’il aurait nommé Pietro Perrino comme son secrétaire général associé même s’il n’avait pas fait carrière au Parti libéral. M. Couillard a refusé de donner suite à sa demande.

M. Legault s’est dit très surpris des nouvelles révélations de Luigi Coretti concernant Pietro Perrino dans l’affaire BCIA. En effet, on apprend notamment que c’est M. Perrino qui serait intervenu auprès d’un ministre libéral pour faire débloquer une demande de permis de port d’arme qui avait été refusée à un dirigeant de BCIA. M. Coretti avait également l’intention de faire témoigner plusieurs libéraux influents lors de son procès, qui a été annulé l’automne dernier. Le chef caquiste a tenté de savoir si Philippe Couillard était au courant de ces allégations lorsqu’il a nommé Pietro Perrino numéro 2 de l’appareil gouvernemental québécois, une des plus hautes fonctions de l’État québécois.

« Pensez-vous sérieusement qu’un simple citoyen qui aurait contre lui des allégations comme celles de Pietro Perrino aurait été nommé secrétaire général associé ? Lorsqu’on regarde le CV de Pietro Perrino, on voit qu’il a passé l’essentiel de sa carrière au Parti libéral du Québec. Que savait Philippe Couillard ? Savait-il tout cela lorsqu’il l’a choisi comme numéro 2 de la fonction publique, avec un salaire à vie de 179 000 $ par année ? » a déclaré François Legault.

Rappelons que la Coalition Avenir Québec talonne le gouvernement libéral depuis plusieurs semaines sur le passé de Pietro Perrino.

Me Sonia LeBel se joint au cabinet de François Legault

 

 21 février 2017

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est fier d’annoncer aujourd’hui la nomination de Me Sonia LeBel au poste de directrice adjointe au Cabinet du chef du deuxième groupe d’opposition. M. Legault a également annoncé lui avoir confié un mandat spécial visant la lutte contre la corruption.

Ex-procureure en chef de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (CEIC), Me Sonia LeBel possède plus de 20 années d’expérience comme procureure au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Détentrice d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal, elle s’est notamment fait remarquer pour sa ténacité, sa droiture et son sens de l’intégrité lors des travaux de la commission Charbonneau, a souligné François Legault.

« Me LeBel a consacré sa vie à la justice. Elle a d’ailleurs une connaissance approfondie des mécanismes de la collusion et de la corruption, ainsi que du système de justice québécois. Sa volonté de poursuivre son service public en politique démontre son grand sens de l’engagement. Son arrivée à la CAQ constitue une excellente nouvelle pour tout le Québec », a déclaré François Legault.

Mandat spécial anticorruption

Comme directrice adjointe au Cabinet du chef de la deuxième opposition, Sonia LeBel aura notamment comme tâche d’élaborer une série de propositions visant à lutter contre la corruption. Un gouvernement de la CAQ déploierait ces mesures après avoir pris le pouvoir, en octobre 2018. « Son arrivée dans l’équipe de la CAQ lance un signal fort : nous voulons faire du Québec un exemple d’intégrité. Nous voulons que les Québécois reprennent confiance en leurs institutions », a poursuivi François Legault.

Me Sonia LeBel a pour sa part indiqué qu’elle compte défendre, aux côtés de M. Legault, les mêmes valeurs de justice et d’équité qu’elle a portées tout au long de sa carrière dans le système de justice. « Le Québec peut en faire plus pour lutter contre la corruption et la collusion. Je ne veux surtout pas que le travail de la commission Charbonneau soit laissé en plan et que nous retournions en arrière. Il faut aller au bout de cette démarche que nous avons entreprise », a affirmé Me Sonia LeBel