Pour des municipalités et des régions encore plus fortes!

 

 26 septembre 2019

Le gouvernement du Québec a conclu un accord de principe avec la Fédération québécoise des municipalités (FQM), l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la Ville de Montréal et la Ville de Québec en vue de la signature d’une entente fiscale pour les cinq prochaines années. Grâce au Partenariat 2020-2024 : pour des municipalités et des régions encore plus fortes, les municipalités bénéficieront de gains de 1,2 G$ générés par de nouvelles initiatives, principalement la croissance du point de TVQ qui leur est accordée.

C’est le premier ministre du Québec, M. François Legault, qui en a fait l’annonce aujourd’hui, lors du 78e congrès annuel de la FQM. Rappelons que le mandat de conclure une nouvelle entente entre le gouvernement du Québec et les municipalités avait été confié à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et au ministre des Finances, M. Éric Girard.

« Notre gouvernement est le gouvernement des régions. Avec le nouveau pacte fiscal, nous voulions aller plus loin pour rendre les municipalités et les régions encore plus fortes. C’est pourquoi nous avons tenu notre engagement de transférer un point de TVQ aux municipalités et que ce transfert soit indexé, chaque année, à son taux de croissance. Nous avons aussi concrétisé le nouveau Fonds régions et ruralités, qui permettra aux municipalités d’avoir plus de moyens pour que toutes les régions soient des partenaires de la croissance économique du Québec. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

« Il était essentiel qu’au final, notre entente réponde tant aux préoccupations des élus municipaux qu’aux besoins des citoyennes et des citoyens de toutes les régions. Il était également important qu’elle génère des retombées positives autant pour les plus petites municipalités que pour les grands centres. C’est un réel bonheur d’être arrivés à un consensus qui bénéficiera à l’ensemble des Québécoises et des Québécois. », a souligné Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation.

« Le Partenariat 2020-2024 permettra d’assurer la prévisibilité des sommes transférées aux municipalités. Il contribuera aussi au juste équilibre du développement socioéconomique et de l’offre de services entre les régions et les grands centres ainsi qu’entre le milieu rural et le milieu urbain. », a indiqué Éric Girard, ministre des Finances.

Faits saillants :

  • Le Partenariat 2020-2024 fait suite à l’Accord de partenariat avec les municipalités 2016-2019, qui vient à échéance en décembre 2019.
  • Les mesures de l’Accord de partenariat avec les municipalités 2016-2019 seront reconduites.
  • Un montant qui représentera la valeur de la croissance d’un point de la TVQ sera transféré aux municipalités pour un total estimé à environ 660 M$ sur cinq ans. De plus, dans l’attente des retombées de cette nouvelle mesure, les municipalités bénéficieront d’une dotation spéciale de fonctionnement de 70 M$, pour la première année uniquement.
  • Le Fonds régions et ruralité sera créé, notamment à partir du Fonds de développement des territoires et du Fonds d’appui au rayonnement des régions, afin de donner un élan au développement local et régional, à la coopération intermunicipale ainsi qu’à l’occupation et à la vitalité des territoires. Il sera doté d’une enveloppe qui totalisera 1,3 G$ sur cinq ans.
  • Pour les exercices gouvernementaux 2022-2023 et 2023-2024, les sommes accordées en 2021-2022 pour le Fonds de développement économique de Montréal et le Fonds de développement de la région de la Capitale-Nationale seront reconduites.
  • Le programme de partage des redevances sur les ressources naturelles sera bonifié de 4 M$, la première année, et de 13 M$, pour les années suivantes, ce qui totalisera 56 M$.
  • Le programme de péréquation municipale sera bonifié de 2 M$, pour la première année, et de 7 M$, pour les autres années, pour un total de 30 M$.
  • Les compensations qui tiennent lieu de taxes pour les terres publiques seront augmentées de 1,5 M$, pour la première année, puis de 5 M$, pour les années suivantes, pour un total de 21,5 M$.
  • De plus, pour 2019-2020, 200 M$ seront attribués à l’aide à la voirie locale, en plus des 50 M$ prévus annuellement.

Projet de loi établissant un nouveau mode de scrutin

 

 25 septembre 2019

Le gouvernement du Québec respecte sa promesse et dépose, avant le 1er octobre 2019, un projet de loi qui, si les Québécois le souhaitent, implantera un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales, au terme de la prochaine élection provinciale. Le premier ministre du Québec, M. François Legault, et la ministre de la Justice, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information, Mme Sonia LeBel, ont présenté, ce mercredi, les grandes lignes du projet de loi no 39 établissant un nouveau mode de scrutin.

Ce nouveau mode de scrutin permettrait une meilleure adéquation entre les votes et les sièges qu’obtiennent les partis, et ce, en maintenant la représentation des régions ainsi que la capacité pour les Québécois de faire élire des gouvernements stables. En vertu de ce projet de loi, l’Assemblée nationale compterait désormais 80 députés de circonscription et 45 députés de région. Cette nouvelle manière de fonctionner permettrait une plus grande collaboration entre les partis représentés à l’Assemblée nationale, au bénéfice des citoyens. L’instauration d’un seuil national permettrait également de s’assurer que les partis représentés à l’Assemblée nationale recueillent l’appui d’une portion significative de la population québécoise.

La réforme du mode de scrutin émane de la volonté commune de trois partis représentés à l’Assemblée nationale. C’est dans un esprit de consensus et de collaboration que seront menés les travaux.

À terme, cette réforme en profondeur de nos institutions démocratiques doit appartenir au peuple québécois. C’est pourquoi, une fois le projet de loi adopté, la population serait consultée par voie référendaire au même moment que le scrutin électoral de 2022. Il est primordial, autant pour la réforme elle-même que pour sa mise en application, que chaque vote compte.

« Comme gouvernement, c’est notre devoir de réussir. Cependant, précipiter les choses ne serait pas responsable. Il y a un principe fondamental qu’on se doit de respecter et de protéger : la démocratie appartient au peuple. Nous avons beaucoup écouté, depuis plusieurs mois, et force est de constater qu’une réforme aussi fondamentale doit être décidée par les Québécois eux-mêmes. On ne se trompe jamais, en démocratie, quand on consulte la population. Nous proposons donc la tenue d’un référendum au moment des prochaines élections, soit en 2022. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

« Ce nouveau mode de scrutin fera en sorte que l’Assemblée nationale sera plus représentative du vote des citoyens. Cela favorisera une meilleure collaboration entre les partis politiques. Évidemment, la mise en place d’une telle réforme nécessitera du travail et de l’adaptation, car cela fait très longtemps que notre démocratie, que notre façon de voter, est la même. Il reste donc encore beaucoup de travail à faire. C’est le début d’une conversation. Je suis très fière du travail que nous avons accompli. Nous vous présentons une réforme ambitieuse, mais responsable. », a souligné Sonia LeBel, ministre de la Justice, ministre responsable des Relations canadienne et de la Francophonie canadienne et ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information.

Lien connexe :

Quebec.ca/reforme-mode-scrutin

Vers une stratégie nationale sur les commotions cérébrales

 

 24 septembre 2019

La ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, accompagnée de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, madame Isabelle Charest, a annoncé aujourd’hui le lancement des travaux qui mèneront à l’élaboration de la toute première stratégie nationale sur les commotions cérébrales.

La démarche vise à élaborer une stratégie globale qui inclura tous les volets de prévention des commotions cérébrales, mais aussi leur prise en charge pour l’ensemble de la population. Jusqu’à maintenant, les différents plans d’action et protocoles de gestion se rapportant à la problématique des commotions cérébrales étaient orientés principalement vers les jeunes et les sportifs. Bien que ceux-ci soient évidemment concernés, d’autres clientèles sont également touchées par les commotions cérébrales, notamment les aînés. Les experts confirment d’ailleurs que la prévention est un moyen efficace et incontournable pour réduire le risque de commotion cérébrale chez l’ensemble de la population.

« Les travaux qui s’amorcent permettront d’agir dans un cadre plus large que ce qui a été réalisé jusqu’à maintenant, tant au regard de la prévention que de la prise en charge des commotions cérébrales. En plus des jeunes et des sportifs qui subissent trop souvent ce type de blessures, je pense aux personnes âgées, par exemple, qui sont particulièrement vulnérables et qui en sont souvent victimes. Nous avons le souci d’intervenir de façon concertée afin d’assurer, pour tous, une prise en charge au bon moment, par le bon professionnel. », a déclaré Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux.

« L’annonce d’aujourd’hui confirme que votre gouvernement prend les bons moyens pour faire face au phénomène des commotions cérébrales. Cette stratégie visera à poursuivre les actions déjà entreprises dans le cadre d’activités récréatives et sportives, mais en allant plus loin. Nos deux ministères collaboreront étroitement afin de mieux protéger toutes les personnes concernées. », a souligné Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine.

Faits saillants :

  • La mise en place d’un comité aviseur pour l’élaboration d’une stratégie nationale est la première étape des travaux. La stratégie se veut une référence faisant l’adéquation entre les besoins de la population et l’offre de service en matière de prévention et de prise en charge des commotions cérébrales par le réseau de la santé et des services sociaux et les autres ressources disponibles. La stratégie se veut aussi un moyen de sensibilisation au risque de commotion cérébrale à travers les activités de la vie quotidienne et les autres activités de loisirs ou de sport.
  • Notons qu’une deuxième campagne gouvernementale de sensibilisation sur la gestion efficace des commotions cérébrales sera lancée dès cet automne.
  • Enfin, rappelons que les commotions cérébrales peuvent causer un ensemble de symptômes, soit des maux de tête, de la fatigue, des difficultés de concentration, des problèmes de sommeil et de la sensibilité à la lumière et aux bruits. Bien que les manifestations de ces symptômes tendent à disparaître après quelques semaines ou quelques mois, environ 15 à 20 % des personnes atteintes souffrent de troubles persistants, notamment des problèmes d’ordre cognitif, de la fatigue ou d’autres manifestations physiques.

Accélération des travaux du tronçon entre Gatineau et L’Ange-Gardien

 

 23 septembre 2019

Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, et le ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Outaouais, M. Mathieu Lacombe, ont confirmé la décision du gouvernement d’accélérer le cheminement des travaux d’élargissement de l’autoroute 50 entre le chemin Findlay, à Gatineau, et le chemin Doherty, à L’Ange-Gardien.

Rappelons qu’au cours de la dernière année, le gouvernement du Québec a posé des gestes importants sur ce tronçon pour des raisons de sécurité. En effet, les études d’avant-projet sont en cours, et une équipe consacrée à ce projet est déjà basée à Gatineau.

L’évaluation préliminaire des coûts permet de confirmer que cet élargissement ne dépassera pas les 100 millions de dollars. Étant donné que la préparation et la réalisation de ce tronçon sont indépendantes de celles des autres tronçons, le projet n’a plus à être assujetti à la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique, ce qui permet son cheminement et la poursuite du travail déjà accompli. Le début des travaux d’élargissement est prévu au printemps 2021.

Lancement de l’appel d’offres pour la glissière de sécurité

En parallèle de ce projet, les deux ministres ont également annoncé que l’appel d’offres pour la réalisation du projet pilote d’installation d’une glissière à câbles sera lancé au début du mois d’octobre afin de commencer les travaux ce printemps. Rappelons que cette glissière, installée au centre des voies contiguës, vise entre autres à limiter les collisions frontales.

« Depuis notre arrivée au gouvernement, nous travaillons sans relâche pour offrir aux gens de l’Outaouais une autoroute sécuritaire. Je déplore les accidents survenus sur ce lien routier, qui aurait dû être sécurisé depuis longtemps, et je souhaite voir la mise en place des solutions visant une diminution notable des risques d’accident rapidement. Grâce au travail acharné de mes collègues Mathieu Lacombe, Mathieu Lévesque et Robert Bussière, et de nos équipes du ministère des Transports, nous pourrons commencer les travaux dans les meilleurs délais possible. », a déclaré François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie.

« L’élargissement de l’autoroute 50 entre Gatineau et L’Ange-Gardien ainsi que l’installation d’une glissière à câbles prouvent l’engagement de notre gouvernement à assurer la sécurité routière, qui est au centre de nos préoccupations et de nos interventions. Le cheminement de ces projets manifeste mon engagement envers ce lien routier stratégique pour la région de l’Outaouais et ma circonscription. », a souligné Mathieu Lacombe, ministre de la Famille, ministre responsable de la région de l’Outaouais et député de Papineau.

Faits saillants

  • Le projet d’amélioration de l’autoroute 50 entre Gatineau et Mirabel consiste à réaliser des travaux permettant d’améliorer la sécurité, notamment en réduisant au maximum les risques de collision frontale.
  • La longueur du tracé à l’étude est de 115 km. Sur plus de 95 km, les voies sont contiguës. Le projet majeur vise à doubler les voies pour séparer les chaussées et améliorer la sécurité des usagers.
  • La planification de ce projet majeur se poursuit à un bon rythme, notamment pour le tronçon situé entre Lachute et Mirabel. Pour ce tronçon de 23 km, le mandat de services professionnels pour la conception préliminaire et pour les études hydrauliques et environnementales a été attribué, et la réalisation des études d’avant-projet a commencé en avril 2019.
  • Le tronçon Gatineau-L’Ange-Gardien (7 km) devient un projet distinct.
  • Le projet, en cours de conception, est réalisé dans le cadre de la programmation régulière du ministère des Transports.
  • La date visée pour le début des travaux est le printemps 2021.

1er Sommet international jeunesse universitaire pour l’action climatique

 

 19 septembre 2019

Le gouvernement du Québec s’associe à l’Université Laval pour l’organisation de la première édition du Sommet international jeunesse universitaire pour l’action climatique. De plus, le gouvernement contribuera à la tenue de cet événement en y allouant plus de 300 000 $. Ce sommet aura lieu à l’Université Laval pendant cinq jours au cours de l’été 2020. En plus de poursuivre des objectifs de formation et de réseautage, le Sommet aura pour but d’amener les jeunes à discuter d’enjeux liés aux changements climatiques dans leur globalité et développer leur capacité d’agir face à l’urgence climatique à court comme à long terme.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, et l’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse, M. Samuel Poulin, en ont fait l’annonce ce jeudi à l’Université Laval. Ils se trouvaient en compagnie du vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, M. Rémy Normand, de la rectrice de l’Université Laval, Mme Sophie D’Amours, ainsi que du directeur de l’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société, M. Étienne Berthold.

  • Le soutien financier gouvernemental à l’événement se détaille de la façon suivante :
  • une subvention de 200 000 $ du Secrétariat à la jeunesse;
  • une subvention de 50 000 $ du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur;
  • une subvention de 50 000 $ du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.
  • En outre, les Offices jeunesse internationaux du Québec couvriront les frais de déplacement et d’hébergement de participants, une contribution estimée à 20 000 $.

L’événement rassemblera quelque 300 étudiantes et étudiants d’établissements d’enseignement supérieur du Québec, d’ailleurs au Canada et de l’étranger. L’Université Laval mobilisera son réseau local, national et international de partenaires afin de favoriser la venue de participants et de grands conférenciers d’ici et d’ailleurs. Des étudiants autochtones du Nord et inuits seront invités afin de traiter spécifiquement des enjeux climatiques qui leur sont propres.

L’Université Laval organisera le Sommet, appuyée par deux comités, soit un comité directeur, auquel siégeront le Secrétariat à la jeunesse (SAJ) et le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) pour le gouvernement du Québec, et un comité scientifique. En concertation avec les autres ministères, le MELCC et le SAJ contribueront entre autres à la détermination des actions et des thématiques qui seront mises en valeur lors de l’événement. Le MELCC fera notamment le lien avec les orientations gouvernementales en matière de lutte contre les changements climatiques, dont le Plan d’électrification et de changements climatiques qui verra le jour au début de 2020, et le SAJ, avec les priorités d’action qui figureront au plan 2021-2026 pour la jeunesse.

L’Université Laval entend faire de ce Sommet un événement récurrent, biennal, qui aurait une notoriété et des retombées à l’échelle planétaire ainsi que des liens étroits avec d’autres initiatives locales, nationales et internationales, dans le but d’une action climatique concertée. Elle espère notamment que le Sommet donne lieu à la conception d’outils et au partage de bonnes pratiques pour intégrer la lutte contre les changements climatiques dans le quotidien des citoyens, des organisations et des institutions.

« Si nous voulons relever le défi que posent les changements climatiques, nous avons besoin de l’action déterminée des gouvernements de partout dans le monde, d’une réorientation massive des investissements du secteur privé et d’une mobilisation de la société civile, dont les jeunes. Alors que nous devons plus que jamais innover, faire les choses autrement, la contribution de la jeunesse est salutaire. C’est pourquoi le gouvernement du Québec a mis sur pied un groupe de travail formé exclusivement de jeunes dans le cadre de son vaste chantier en vue de l’élaboration du futur Plan d’électrification et de changements climatiques. Pour la même raison, il soutient le Sommet international jeunesse universitaire pour l’action climatique. », a déclaré Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« Le gouvernement du Québec est heureux de s’associer au 1er Sommet international jeunesse universitaire pour l’action climatique. Nous sommes fiers qu’il se tienne au Québec, un État qui se dotera bientôt d’un plan ambitieux en matière de lutte contre les changements climatiques et d’adaptation à leurs impacts, pour la prochaine décennie. Fort de l’implication de sa jeunesse, le Québec pourra relever le défi que posent les changements climatiques tout en inspirant d’autres États de la planète et en assurant sa prospérité économique. Merci à l’Université Laval de vouloir canaliser ainsi les réflexions des jeunes d’ici et d’ailleurs afin qu’elles s’incarnent dans des actions efficaces et durables. », a souligné Samuel Poulin, adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse.

« La Ville de Québec entend participer activement avec ses partenaires à la création de réseaux d’échange pour favoriser les pratiques innovantes en matière de lutte et d’adaptation aux changements climatiques. Les savoirs qui émergeront du Sommet jeunesse universitaire pour l’action climatique aideront les acteurs de première ligne comme les villes à prendre des décisions éclairées et efficaces pour faire face aux enjeux climatiques. », a indiqué Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec.

« Depuis plus de 12 ans, l’Université Laval est animée par son engagement profond envers le développement durable, mais la société exige plus de nous. Elle demande que les universités posent des actions concrètes. Qu’elles prennent position. Qu’elles s’engagent publiquement à participer à la lutte globale contre les changements climatiques. Aujourd’hui, nous réitérons avec force cet engagement, auprès de toutes et tous, en invitant les jeunes leaders des quatre coins du monde à ce premier sommet. Nous sommes convaincus que les jeunes diplômés et jeunes universitaires porteront avec passion cet engagement. L’Université Laval puisera dans toute notre expertise, afin de donner une voix plus puissante à ces jeunes et exposer haut et fort leurs idées, leurs ambitions et leurs craintes sur cet enjeu criant des changements climatiques. », a mentionné Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval.

250 emplois payants dans la région de Montréal

 

 19 septembre 2019

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, accompagné du ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, annonce que Mitsubishi Aircraft Corporation établira un centre de recherche et de développement dans le grand Montréal. À terme, le nouveau Centre montréalais SpaceJet engendrera un investissement pouvant atteindre 135 millions de dollars, avec la création de quelque 250 emplois payants.

Le gouvernement du Québec accorde, par l’entremise de son mandataire Investissement Québec, un prêt sans intérêt d’une valeur maximale de 12 millions de dollars. Le centre aura notamment pour mandat d’appuyer la conception et l’homologation de la famille des avions régionaux SpaceJet de Mitsubishi Aircraft.

« Le Québec possède une expertise indéniable dans le développement, le design et l’homologation de produits aéronautiques. La recherche et l’innovation, dans l’industrie aérospatiale, sont névralgiques pour notre économie et font la fierté du Québec. Par ailleurs, l’arrivée de Mitsubishi Aircraft Corporation, au Québec, ouvrira l’accès de la chaîne d’approvisionnement québécoise à la grande famille des produits SpaceJet et générera des emplois payants. Il y aura un effet d’entraînement important qui se créera autour de ce projet et qui, j’en suis convaincu, sera bénéfique pour notre économie et la croissance de l’industrie aérospatiale québécoise. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

« La réalisation de ce projet permettra l’ajout d’un nouveau maître d’œuvre dans l’écosystème aérospatial québécois. L’implantation de ce centre d’excellence en développement aérien contribuera à accroître l’expertise, la créativité et la capacité d’innover qui constituent la marque de commerce du Québec à l’international. De plus, ce projet majeur rejoint de près la vision de notre gouvernement d’accroître les investissements étrangers au Québec, notamment dans la grande région de Montréal, reconnue comme étant le centre de la recherche en aérospatiale le plus important au Canada. », a indiqué Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

« Montréal international, l’agence de promotion économique du grand Montréal, a accompagné l’entreprise à toutes les étapes de son projet d’implantation. L’arrivée, dans la région, d’un acteur majeur comme Mitsubishi Aircraft Corporation renforce l’ensemble de l’écosystème et consolide le positionnement de Montréal parmi les grands centres mondiaux de l’aérospatiale. Nous devons miser sur les forces de cette industrie d’avenir, qui fait partie des secteurs prioritaires au cœur de notre stratégie d’attraction des investissements étrangers. », a souligné Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal international.

Fait saillant :

Le Centre montréalais SpaceJet est une filiale de l’entreprise internationale Mitsubishi Aircraft Corporation, qui est spécialisée dans le développement des avions régionaux SpaceJet.

Efficacité de l’État – Projet de loi n.37

 

 18 septembre 2019

Le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé, en compagnie du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, a déposé, aujourd’hui, le projet de loi visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales (CAG) et Infrastructures technologiques Québec (ITQ). Il donne ainsi suite à un engagement formulé lors du dépôt du budget 2019-2020.

Le projet de loi vise l’amélioration de la gestion des technologies de l’information et des acquisitions, afin de maximiser les économies et d’augmenter l’efficacité tout en concentrant l’expertise au sein de deux nouveaux organismes adaptés aux défis propres à ces secteurs afin que ceux-ci bénéficient d’une capacité d’action optimale. Ces deux fonctions névralgiques gouvernementales, soit la gestion des services technologiques et les acquisitions, ont été ciblées, car elles ont une incidence directe sur la capacité de l’État à rendre des services de qualité auxquels les citoyennes et citoyens et les entreprises sont en droit de s’attendre. Actuellement, le modèle du Centre de services partagés du Québec ne permet pas de maximiser les retombées à l’échelle gouvernementale. À terme, le Centre de services partagés du Québec sera dissous.

Infrastructures technologiques Québec (ITQ)
Ce nouvel organisme aura pour mission d’assurer l’élaboration, l’exploitation et l’optimisation d’infrastructures technologiques et de services de soutien partagés. Il contribuera à accélérer la transformation numérique des services publics offerts par les ministères et organismes. Il verra également à rehausser la sécurité de l’information numérique gouvernementale.

Le Centre d’acquisitions gouvernementales (CAG)
Cet organisme sera destiné aux achats regroupés afin d’en accroître le volume et d’en maximiser les retombées. Le Centre sera responsable des achats regroupés de l’ensemble des ministères et organismes, incluant les réseaux de la santé et de l’éducation. En plus de prescrire aux organismes publics de recourir au Centre pour acquérir certains biens et services, le gouvernement pourra déterminer des cibles d’acquisitions pour favoriser la participation aux regroupements d’achats.

En concentrant l’ensemble de l’expertise au sein d’une même entité, en favorisant la proximité avec les secteurs pour bien comprendre leurs besoins, en rendant obligatoire l’adhésion aux achats regroupés ainsi qu’en renforçant la gouvernance en acquisition, le gouvernement met tout en œuvre pour atteindre les cibles établies.

Tel que s’y était engagé le gouvernement, toutes les activités du Centre de services partagés du Québec seront redéployées, et ce dernier sera dissous. Les groupes d’approvisionnement reconnus par le ministère de la Santé et des Services sociaux, soit le Groupe d’approvisionnement en commun de l’Est du Québec, le Groupe d’approvisionnement en commun de l’Ouest du Québec et SigmaSanté, seront également dissous.

« Par ce projet de loi, notre gouvernement démontre qu’il a l’audace d’agir pour optimiser les dépenses publiques. Voici donc notre vision : un gouvernement qui ose innover, remettre en question les façons de faire et mener les réformes nécessaires pour accroître la performance de l’État. Les technologies de l’information et les acquisitions sont au cœur de l’évolution et de la prestation des services publics. Pour moi, il fallait absolument et rapidement optimiser ces fonctions névralgiques. En fin de compte, ce sont les Québécoises et les Québécois qui bénéficieront de ces changements, qui se traduiront par une meilleure offre de services, plus efficiente. », a déclaré Christian Dubé, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor.

« Le nouvel organisme Infrastructures technologiques Québec contribuera à accélérer la transformation numérique des ministères et organismes, en s’attaquant à un secteur aussi névralgique que négligé par nos prédécesseurs. Comme l’essor constant des technologies fait croître les attentes, il nous faut rattraper le temps perdu et permettre aux citoyennes et citoyens du Québec d’interagir plus simplement avec l’État. J’ai confiance qu’Infrastructures technologiques Québec sera un des leviers pour y arriver. », a souligné Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

Lien connexe :

www.tresor.gouv.qc.ca

Priorités du gouvernement du Québec

 

 18 septembre 2019

Le premier ministre, M. François Legault, accompagné de la ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Mme Sonia LeBel, a dévoilé, ce mardi, les priorités du gouvernement du Québec en vue de l’élection fédérale du 21 octobre prochain. De plus, il a été annoncé que le Bureau du Québec à Ottawa, fermé sous le gouvernement Couillard, sera remis sur pied afin de défendre et de promouvoir les intérêts du Québec, notamment économiques, dans la capitale fédérale.

Le premier ministre a, d’entrée de jeu, annoncé que les principales demandes du gouvernement, c’est-à-dire celles qui sont structurantes pour le Québec, ont été adressées aux chefs des partis fédéraux dans une lettre à leur attention. Mais M. Legault a décidé de s’attarder plus longuement sur quatre demandes sous-jacentes au principe fondamental qui veut que le Québec forme une nation distincte et libre de faire ses choix dans tous les domaines liés à son existence :

1. Que le Québec obtienne plus de pouvoirs en matière d’immigration afin qu’il décide seul du nombre d’immigrants dans chaque catégorie, choisisse les conditions exigées avant d’accorder la résidence permanente, incluant une évaluation du niveau de français et une évaluation des connaissances des valeurs québécoises, et gère complètement le programme de travailleurs étrangers temporaires

2. Respect de la Loi sur la laïcité de l’État et engagement à ne participer à aucune contestation judiciaire

3. Assujettissement à la Charte de la langue française pour les entreprises sous compétence fédérale

4. Mise en place d’un rapport d’impôt unique géré par le gouvernement du Québec

Réouverture du Bureau du Québec à Ottawa

Le gouvernement du Québec décide aussi d’annoncer la réouverture du Bureau du Québec à Ottawa (BQO), accompagné d’un mandat plus fort sur le plan économique.

Le BQO aura un mandat de liaison avec le gouvernement fédéral et les partis politiques fédéraux et avec la Francophonie canadienne. Il aura également le mandat de renseigner le gouvernement québécois sur les politiques du gouvernement fédéral. Il sera aussi chargé de liaison avec la presse du Canada, de façon à bien informer les médias des politiques et des décisions du gouvernement du Québec. Le Bureau aura également le mandat de tisser des liens avec les ambassades étrangères à Ottawa. Finalement, il aura un important mandat économique et commercial, pour faire connaître les entreprises québécoises, ainsi que les atouts et les forces du Québec comme meilleure destination au monde pour investir.

« Le Québec forme une nation distincte et libre de faire ses choix dans tous les domaines qui touchent à son existence. Je pense en particulier à l’immigration, à la laïcité de l’État, à la culture et à la langue. Je demande aux chefs des partis fédéraux de s’engager à respecter les choix du Québec dans ces matières. Je veux également souligner la volonté du Québec et des Québécois d’être des partenaires à part entière dans la fédération. La base de tout partenariat, c’est le respect mutuel. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.

« Le Québec doit jouer un rôle de leadership dans la fédération canadienne. Nous devons défendre et faire la promotion de nos intérêts partout où nous pouvons le faire. Pour jouer ce rôle de leadership, le Québec doit se doter des moyens pour avoir une action efficace. Dans les derniers mois, nous nous sommes aperçus qu’il nous manquait un outil important : un Bureau du Québec à Ottawa. Cette présence à Ottawa avait été abolie par le précédent gouvernement. Nous souhaitons assurer une présence forte du Québec à Ottawa. Pour nous doter des moyens de nos ambitions, nous avons donc décidé de rouvrir le Bureau du Québec à Ottawa et de lui donner un mandat plus large et plus important que ce qu’il avait auparavant. », a mentionné Sonia LeBel, ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l’Accès à l’information et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

Électrification et changements climatiques

 

 16 septembre 2019

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et député de Deux-Montagnes, M. Benoit Charette, dresse un bilan positif de son passage à Saguenay, aujourd’hui, dans le cadre de la tournée de consultation des régions pour l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques. Il s’y trouvait en compagnie de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et députée de Chicoutimi, Mme Andrée Laforest, ainsi que du député de Lac-Saint-Jean et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, M. Éric Girard, de la députée de Roberval, Mme Nancy Guillemette, et du député de Dubuc, M. François Tremblay.

Une vingtaine de gens d’affaires de plusieurs secteurs d’activité ainsi que des représentants d’organismes et des élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean étaient rassemblés à l’hôtel et centre des congrès La Saguenéenne afin de participer à un atelier de travail avec le ministre. Les participants ont pu lui faire part de leur vision et de leurs idées pour stimuler la croissance économique verte dans leur région, réduire les émissions de gaz à effet de serre et favoriser l’adaptation aux changements climatiques.

Pour l’organisation de sa visite à Saguenay, le ministre Charette a pu profiter des connaissances et du soutien de représentants régionaux de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ). Leurs vocations complémentaires cadrent avec la volonté gouvernementale d’axer le Plan d’électrification et de changements climatiques à la fois sur l’économie et l’environnement.

Rappelons que cette tournée régionale à laquelle participent aussi les ministres Pierre Fitzgibbon, Jonatan Julien et Marie-Eve Proulx s’inscrit dans l’importante démarche de consultation et de recherche de solutions lancée le 18 juin dernier. Elle contribue à l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques dont le dévoilement doit être fait au début de 2020, comme s’y est engagé le premier ministre, M. François Legault.

Viendront s’ajouter à cette tournée, en novembre prochain, les recommandations des cinq groupes de travail réunissant 75 experts et représentants d’organisations qui sont à l’œuvre depuis le mois de juin. À noter qu’un groupe formé uniquement de jeunes a également été constitué afin d’offrir au gouvernement la vision de cette génération de plus en plus sensibilisée aux enjeux climatiques. Ces recommandations des groupes de travail seront rendues publiques par le gouvernement.

De même, une consultation publique en ligne est en cours. Les personnes et les groupes intéressés à y participer ont jusqu’au 15 octobre 2019 pour le faire.

« Je suis ravi de la participation d’acteurs importants du Saguenay–Lac-Saint-Jean à notre vaste exercice de consultation et de recherche de solutions. Grâce à eux, nous avons pu voir émerger des idées nouvelles et constructives qui nous seront extrêmement utiles dans le cadre de l’élaboration du Plan d’électrification et de changements climatiques. Je suis convaincu qu’à terme, cette tournée des régions aura contribué à déterminer les actions qui nous permettront d’atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques tout en réalisant une transition énergétique juste et efficace, notamment par l’électrification accélérée de notre économie. », a déclaré Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et député de Deux-Montagnes.

« Comme partout au Québec, les changements climatiques auront des impacts importants dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean sur l’environnement bâti, l’activité économique, la population et la nature. Leur ampleur et leurs coûts pourraient augmenter avec le temps. Les municipalités en sont particulièrement préoccupées, car les infrastructures et les bâtiments seront directement affectés, en particulier les infrastructures vieillissantes. Heureusement, dans la région, les leaders réfléchissent à la question et ont commencé à agir. C’est ce qu’ont révélé nos échanges d’aujourd’hui. », a indiqué Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et députée de Chicoutimi.

« Nos leaders régionaux ont pu présenter plusieurs initiatives locales porteuses en matière d’électrification, d’innovation et de lutte contre les changements climatiques, notamment le projet ÉLYSIS, qui contribueront à nourrir les réflexions du ministre de l’Environnement et de la Lutte pour les changements climatiques en vue du dépôt de son Plan d’électrification et de changements climatiques. », a mentionné Carl Laberge, président de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord.

« Le CREDD est heureux du déroulement de la journée et juge que ces consultations sont d’excellentes tribunes offertes aux acteurs régionaux pour mettre en lumière leurs initiatives en matière de lutte et d’adaptation aux changements climatiques. Mettre en commun l’expertise permettra, sans doute, de développer un plan correspondant aux particularités et aux besoins du Saguenay-Lac-Saint-Jean. », a souligné Monique Laberge, présidente du Conseil régional de l’environnement et du développement durable (CREDD) du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Faits saillants :

La tournée régionale en chiffres :

  • 4 ministres : MM. Benoit Charette (Environnement et Lutte contre les changements climatiques), Jonatan Julien (Énergie et Ressources naturelles) et Pierre Fitzgibbon (Économie et Innovation) ainsi que Mme Marie-Eve Proulx (Développement économique régional)
  • 2 partenaires clés (FCCQ et le RNCREQ)
  • 10 jours de tournée
  • 13 municipalités visitées
  • 17 régions administratives couvertes
  • Plus de 250 participants rencontrés
  • Carboneutralité : les GES liés aux déplacements des participants ainsi qu’à ceux des représentants et employés du gouvernement du Québec seront compensés.

Liens connexes :

Le changement se poursuit

 

 16 septembre 2019

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, a confirmé que son équipe gouvernementale était prête à amorcer une nouvelle session parlementaire, à l’issue du caucus de sa formation politique, qui s’est tenue à Rivière-du-Loup jeudi et vendredi.

M. Legault s’est dit très fier de la première année de son gouvernement et a affirmé que les importants changements attendus par les Québécois allaient se poursuivre. Il a d’ailleurs prédit un automne très chargé : éducation, santé, économie, culture et environnement seront les priorités du gouvernement.

Alors que s’amorceront les négociations avec la fonction publique, le premier ministre a réitéré que les surplus budgétaires n’étaient pas infinis et que ces surplus appartenaient aux Québécois. Le gouvernement entend donc poursuivre son objectif de remettre de l’argent dans le portefeuille des familles au cours de la prochaine session.

« Après un bon caucus et de bonnes discussions, l’équipe gouvernementale est prête à amorcer la nouvelle session parlementaire. Nous sommes très fiers de notre première année. Nous avons commencé à faire les changements demandés par les Québécois, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. Donc le changement se poursuit. Nous aurons un automne très chargé. », a déclaré François Legault, premier ministre du Québec.