Candidat de la CAQ dans Chapleau : L’avocat Mathieu Lévesque se présente pour la CAQ dans Chapleau

 

 28 février 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a annoncé que Mathieu Lévesque, avocat en droit des affaires, portera les couleurs de sa formation politique dans le comté de Chapleau lors de la prochaine élection générale. François Legault se réjouit de pouvoir compter sur un jeune Gatinois dynamique, motivé et brillant pour le comté de Chapleau.

« Mathieu incarne le changement. Et après 15 ans de gouvernement libéral, on a vraiment besoin de changement. Un changement pour remettre de l’argent dans le portefeuille des familles, pour mettre fin au gaspillage, pour réduire le fardeau fiscal, pour réduire l’attente dans les urgences. Les libéraux tiennent la région pour acquise depuis trop longtemps. C’est le temps de changer et en même temps, de vous donner un élu dynamique, qui fait partie de l’avenir de la politique québécoise », a affirmé François Legault.

De son côté, Mathieu Lévesque prend l’exemple de la santé pour démontrer à quel point l’Outaouais est encore et toujours négligée par les libéraux. « Les citoyens et les familles de Chapleau en souffrent au quotidien. Il y a de très long temps d’attente dans les urgences, une surcharge de travail de nos infirmières et une pénurie de médecins. La population doit souvent se rendre à Ottawa ou même sortir de la région et se rendre à Montréal pour obtenir des soins médicaux. C’est inconcevable pour la 4e ville en importance au Québec », a dénoncé le candidat caquiste.

Un changement bénéfique pour l’Outaouais

Le candidat de la CAQ invite les libéraux déçus à se rallier à lui, dans l’équipe du changement, pour passer un message clair au Parti libéral. « À chaque élection depuis les 50 dernières années, les libéraux ont joué la carte de la menace d’un référendum. Mais cette époque est terminée, elle est révolue. Il est maintenant possible de voter pour une troisième voie, la CAQ, puisque c’est possible d’avoir un Québec fort à l’intérieur du Canada. Le 1er octobre, la population de l’Outaouais et de Chapleau a rendez-vous avec le changement. Ce changement passe par l’élection d’un député et d’un gouvernement capable de remplir ses engagements, un gouvernement proche des Québécois et à l’écoute de leurs préoccupations, un gouvernement de la Coalition Avenir Québec », a conclu Mathieu Lévesque.

Budget fédéral : Le Québec loin d’être gagnant

 

 28 février 2018

Le budget du gouvernement fédéral est décevant pour le Québec, ont dénoncé les députés de la Coalition Avenir Québec, Nathalie Roy et Éric Lefebvre.

Alors que nous faisons face à une gestion d’accueil sans précédent de demandeurs d’asile, le gouvernement Trudeau n’a prévu aucune compensation financière pour les frais encourus par le Québec, notamment en santé, en éducation, en logement et en aide sociale, a vivement déploré la porte-parole de la CAQ en matière d’immigration, Nathalie Roy. La caquiste a rappelé qu’en 2017, le Québec a vu 25 500 personnes entrer illégalement en sol québécois par le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, soit plus de 50 % de toutes les arrivées au Canada. Philippe Couillard doit maintenant dire quel est son plan de match.

Bien qu’il salue les sommes investies par le fédéral dans le domaine de la science et de la recherche, le député d’Arthabaska et critique en matière de développement économique régional, Éric Lefebvre, a pour sa part exprimé son impatience quant à l’octroi de nouveaux contrats pour le Chantier Davie. Des centaines d’emplois sont toujours en jeu et le fédéral n’a pas été au rendez-vous, mardi, dans son budget. M. Lefebvre a également souligné l’occasion ratée pour Justin Trudeau d’assurer l’équité fiscale pour toutes les entreprises canadiennes et d’afficher sa volonté de lutter contre les paradis fiscaux.

Finalement, la CAQ a reproché au gouvernement libéral son attitude irresponsable : si le Québec n’a rien obtenu, c’est parce que Philippe Couillard n’a rien demandé, ont conclu Nathalie Roy et Éric Lefebvre.

Candidature de taille dans Pointe-aux-Trembles : Chantal Rouleau portera les couleurs de la CAQ

 

 27 février 2018

La Coalition Avenir Québec marque un grand coup en recrutant la mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui sera candidate dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles pour l’élection générale de 2018. Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier et honoré de pouvoir compter sur une femme d’une telle envergure dans son équipe, sur l’Île de Montréal.

« Chantal possède un grand bagage d’expérience en gestion et en politique, en plus d’avoir a été une femme d’affaires. Et comme élue de Montréal, elle a non seulement géré son arrondissement, mais elle a aussi siégé au Comité exécutif de la Ville. Chantal a notamment travaillé à la revitalisation du vieux Pointe-aux-Trembles, à l’aménagement de la Plage de l’Est et à la diversification économique de l’arrondissement. C’est donc une femme de grande expérience, qui sait obtenir des résultats », a-t-il expliqué.

Chantal Rouleau compte se servir de son expérience accumulée au cours des dernières années pour continuer à servir les citoyens de son arrondissement. « Je suis d’abord une femme de l’Est de Montréal. C’est mon coin, c’est ma passion. Beaucoup de décisions qui ont un impact ici se prennent à Québec. Je pense notamment au transport collectif, qui est une grosse préoccupation dans l’Est de Montréal. La circonscription de Pointe-aux-Trembles a un énorme potentiel. Mais pour développer des emplois payants, créer de la richesse, mettre en valeur le territoire, il faut la volonté, le courage et le pouvoir politique. J’ai cette volonté et je veux aller chercher les moyens de la réaliser le 1er octobre prochain », a-t-elle exprimé.

La candidate de la CAQ affirme qu’il est plus que nécessaire d’améliorer le transport collectif dans l’Est de Montréal. « Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de proposition de transport collectif pour l’Est de Montréal. Notre arrondissement a été abandonné par les libéraux. Cette époque tire à sa fin. Un gouvernement de la CAQ est prêt à étudier toutes les possibilités de projets pour trouver la solution la plus avantageuse au meilleur coût possible », a assuré Chantal Rouleau.

Un message fort aux Montréalais

Pour François Legault, la candidature de Chantal Rouleau lance un message fort et clair aux Montréalais : « Nous sommes sérieux. Montréal peut et doit faire partie du changement. Et comme vous pouvez l’imaginer, Chantal a l’expérience et la force pour faire entendre la voix de Montréal dans un gouvernement de la CAQ. Je suis très heureux et très fier de pouvoir compter sur elle. Chantal : bienvenue dans l’équipe du changement », a souligné le chef de la CAQ.

La CAQ se porte à la défense des pêcheurs et des pourvoyeurs

 

 25 février 2018

La décision du gouvernement libéral de mettre fin à la pêche aux poissons-appâts au Québec met à mal l’industrie de la pêche blanche, qui joue un rôle essentiel pour le développement économique de nos régions. Voici ce qu’a lancé le député de Masson pour la Coalition Avenir Québec, Mathieu Lemay, ce dimanche, lors d’un rassemblement de représentants de l’industrie dans une pourvoirie de L’Île-Perrot.

Appuyé par de plusieurs pêcheurs sportifs, le caquiste Mathieu Lemay a dénoncé la décision du ministre de la Faune, Luc Blanchette, d’interdire depuis le 1er avril dernier la pêche au mené vivant. M. Lemay a convenu qu’il faut en faire plus pour contrer la propagation d’espèces envahissantes dans nos écosystèmes, comme la carpe asiatique. Toutefois, ce n’est pas en mettant fin unilatéralement à la pêche aux poissons-appâts vivants que l’on redorera cette industrie, aux prises avec des permis de pêche en chute libre depuis plusieurs années.

Au lieu de consulter, d’échanger et de travailler de pair avec les acteurs de cette industrie, le gouvernement Couillard a imposé une décision qui a des impacts réels et négatifs pour des centaines de Québécois qui vivent et profitent de la pêche hivernale. Un gouvernement de la CAQ prendra le temps de rencontrer l’industrie de la pêche aux poissons-appâts, dans le but de moderniser la règlementation et d’assurer les meilleures pratiques environnementales, a déclaré Mathieu Lemay.

Indemnisation des victimes d’actes criminels : La CAQ demande une modernisation du régime

 

 22 février 2018

Le régime d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) a besoin d’un sérieux coup de barre afin d’aider les victimes et leurs familles. Le député de Borduas et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice, Simon Jolin-Barrette, a réclamé une modernisation de l’IVAC afin de le rendre plus équitable pour les victimes et leurs familles.

Alors que des familles directement touchées par des tragédies se sont déplacées à l’Assemblée nationale, jeudi, Simon Jolin-Barrette a réclamé des gestes concrets et immédiats de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, afin de mieux répondre aux besoins des victimes. Le caquiste vise principalement trois demandes :

  • Le remboursement des frais aux membres immédiats de la famille de victimes assassinées pour assister au procès de l’accusé ;
  • L’élargissement de la notion de victime à la famille et aux proches de la victime sans exiger de preuve de lien causal direct avec le crime ;
  • L’obtention d’une indemnisation pour les victimes hors Québec.

En réponse, la ministre Vallée a refusé de s’engager à agir, préférant défendre ses actions passées qui n’ont clairement pas fait leurs preuves.

Entente avec la FMSQ : Le gouvernement libéral tient un double discours, dénonce la CAQ

 

 22 février 2018

Depuis plusieurs jours, Philippe Couillard et Gaétan Barrette refusent catégoriquement de s’engager à ne pas signer l’entente avec les médecins spécialistes en prétextant que le gouvernement doit respecter sa signature. Pourtant, en novembre dernier, le gouvernement Barrette-Couillard a déposé le projet de loi 160 pour revenir sur sa signature avec 1 300 anciens cadres du réseau et éviter de payer 200 millions de dollars en primes de départ, a fait savoir le député de la Coalition Avenir Québec, François Paradis.

Gaétan Barrette tient un double discours : pour les primes d’anciens cadres, on est prêts à revenir sur la signature du gouvernement, mais pour les médecins spécialistes, dont le rattrapage salarial avec le Canada est atteint et même dépassé, c’est impossible. Ça ne peut pas être deux poids, deux mesures, a lancé M. Paradis, qui exige à nouveau au gouvernement libéral de ne pas signer son entente de 2 milliards avec les spécialistes.

Entente avec la FMSQ : Gaétan Barrette pénalisera les Québécois pour ménager l’orgueil de Philippe Couillard

 

 21 février 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a continué de talonner le gouvernement Barrette-Couillard, mercredi, au sujet de l’entente entre Québec et la Fédération des médecins spécialistes. Pour la deuxième journée consécutive, M. Legault s’est directement adressé au ministre de la Santé afin qu’il ne signe pas l’entente avec les médecins spécialistes pour la soumettre au vote des Québécois en octobre prochain.

En chambre, le ministre de la Santé est encore demeuré assis et n’a pas répondu à la question. Ce qui a fait dire à M. Legault que ce dernier faisait passer l’orgueil du premier ministre avant l’intérêt des Québécois.

Par ailleurs, Philippe Couillard tolère l’existence d’un écart de salaire entre les enseignants du Québec et ceux de l’Ontario, alors qu’il vient de donner des milliards aux médecins spécialistes, qui, eux, sont maintenant davantage payés que leurs confrères ontariens.

Une autre prime libérale : Gaétan Barrette donne 60 000 $ aux médecins qui supervisent une infirmière

 

 21 février 2018

Dans la foulée de l’entente survenue entre le gouvernement libéral et les médecins spécialistes, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis, a exigé du ministre Gaétan Barrette qu’il abolisse la prime de 60 000 $ annuelle que reçoivent depuis 2010 des médecins de famille pour superviser les infirmières praticiennes spécialisées.

François Paradis a remis à l’avant-scène, mercredi, une autre absurdité initiée par le Parti libéral : depuis 2010, des médecins de famille reçoivent une prime de 60 000 $ par année pour superviser les infirmières praticiennes spécialisées qui travaillent avec eux dans les cliniques.

La situation n’est plus tolérable, a lancé le caquiste François Paradis. En effet, d’ici 2025, il doit y avoir 2 000 infirmières praticiennes spécialisées dans le réseau de la santé. Est-ce que le gouvernement libéral entend vraiment verser 120 M$ en primes par année aux médecins pour superviser des infirmières parfaitement compétentes ?

Entente avec la FMSQ : François Legault demande aux libéraux de ne pas signer l’entente avant les élections

 

 20 février 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a mis au défi Philippe Couillard et son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de ne pas signer l’entente de principe conclue avec les médecins spécialistes du Québec et de la soumettre aux Québécois à l’élection d’octobre prochain. Ni Philippe Couillard ni Gaétan Barrette n’ont eu le courage politique de reculer.

Pour François Legault, cette entente n’est pas à l’avantage des Québécois. Elle consent de nouvelles augmentations aux médecins spécialistes québécois alors que ces derniers gagnent plus que leurs collègues ontariens, de l’aveu même du ministre Barrette.

Le chef caquiste a également dénoncé la mauvaise gestion libérale. Dans son entente de 2011, le gouvernement libéral s’était engagé à créer un comité pour suivre l’évolution de l’écart entre la rémunération des médecins du Québec et celle des médecins des autres provinces. En 2015, le Vérificateur général dénonçait le fait que ce suivi n’avait toujours pas été fait. Il est révoltant de voir Philippe Couillard verser aujourd’hui des milliards de dollars aux médecins sans avoir le portrait de cet écart, a dénoncé M. Legault.

Décision sur l’aérodrome de Mascouche : Isabelle Melançon doit faire respecter les lois environnementales du Québec

 

 19 février 2018

Le porte-parole en environnement de la Coalition Avenir Québec et député de Masson, Mathieu Lemay, tient à exprimer sa déception à l’égard du jugement de la Cour supérieure dans le dossier de l’aérodrome Terrebonne-Mascouche, dont la décision vient compromettre l’objectif de zéro perte nette de milieux humides et hydriques. Mathieu Lemay invite la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, à porter la décision du tribunal en appel.

En autorisant les travaux de déboisement sur le site du nouvel aéroport à Mascouche, la Cour supérieure vient de créer un dangereux précédent en matière environnementale. Il faut que Québec s’impose et fasse respecter ses lois environnementales, insiste M. Lemay. Le député de Masson rappelle que dans ce dossier, la CAQ a toujours demandé à ce que soient conjugués développement économique et développement durable. La région peut bénéficier de l’arrivée d’un nouvel aérodrome, en autant que cela se fasse avec l’appui du milieu local et des normes environnementales québécoises.