Entente avec la FMSQ : Les libéraux toujours plus généreux avec les médecins spécialistes

 

 25 avril 2018

Alors qu’on apprenait ce matin que l’entente-cadre entre le Québec et les médecins spécialistes ne se chiffre pas à 2 milliards de dollars, tel qu’annoncé initialement, mais bien au double de ce montant, le chef de la CAQ, François Legault, a de nouveau talonné le premier ministre Couillard lors de la période des questions à l’Assemblée nationale.

 

Pour M. Legault, le problème actuel a commencé en 2007 alors que Philippe Couillard siégeait à titre de ministre de la Santé, et que Gaétan Barrette occupait le poste de président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. À quoi peut-on s’attendre, aujourd’hui en 2018, alors que ces deux individus sont respectivement premier ministre et ministre de la Santé?, s’est-il demandé. Pour lui, le principal héritage de Philippe Couillard comme premier ministre sera la signature d’une entente sans qu’il connaisse l’état de la situation de la rémunération des médecins-spécialistes du Québec versus celle des médecins-spécialistes des autres provinces du Canada.

Réforme électorale : Les libéraux refusent que les Québécois soient mieux représentés

 

 25 avril 2018

La Coalition Avenir Québec est en faveur d’un mode de scrutin proportionnel mixte, tout comme les autres partis d’opposition, mais le PLQ s’obstine à défendre un système qui sert bien ses intérêts.

Questionnée en chambre et à l’occasion de l’étude de crédits budgétaires sur la question, la ministre Weil a soutenu que les Québécois souhaitaient un système électoral qu’ils seront en mesure de comprendre. Pour la Coalition Avenir Québec, c’est donc dire que la ministre considère que les électeurs québécois sont moins intelligents que ceux de plusieurs pays qui eux, ont un système proportionnel.

Simon Jolin-Barrette, porte-parole de la CAQ en matière de réforme des institutions démocratiques, a profité de la période des questions à l’Assemblée nationale, mercredi, afin de souligner que la ministre Weil manque de leadership dans le dossier. Il a de plus déploré que les libéraux fassent passer leurs intérêts partisans avant ceux des Québécois.

 

Francisation des immigrants : La CAQ exige que le gouvernement écoute les Québécois

 

 24 avril 2018

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 84% des Québécois sont d’avis que les cours de français pour les nouveaux arrivants devraient être obligatoires, alors qu’au troisième trimestre de 2017, trois immigrants sur cinq ne parlaient pas français. Pour la CAQ, il s’agit d’une réelle distorsion entre le souhait des Québécois et la réalité.

Claire Samson, porte-parole de la CAQ en matière de protection et de promotion de la langue française, exige que le gouvernement libéral écoute les Québécois, qui estiment que l’apprentissage de la langue française des nouveaux arrivants est un enjeu vital pour l’avenir du Québec.

Rappelons que la Coalition Avenir Québec est la seule formation politique à proposer la francisation obligatoire pour ceux et celles qui souhaitent faire du Québec leur terre d’accueil.

Fusion des C.A. et de la direction du CHUM et du CHU Sainte-Justine : Philippe Couillard refuse d’admettre son erreur

 

 24 avril 2018

Il a fallu deux ans et demi pour que le gouvernement libéral se rallie au bon sens et entende raison. Malgré que la CAQ ait talonné à plusieurs reprises le gouvernement de faire marche arrière dans le dossier de la fusion entre les C.A. du CHUM et du CHU Sainte-Justine, les libéraux ont persisté à affirmer que les effets de cette centralisation étaient positifs pour les deux établissements.

Pendant ce temps, ce sont les professionnels œuvrant dans le domaine de la santé qui ont écopé de cette erreur de gestion du ministre Barrette, en leur faisant perdre temps et énergie. Selon François Legault, la conséquence de cette volonté du ministre de faire fi de l’opinion des professionnels en matière de santé à Sainte-Justine a été de démotiver un grand nombre de ceux-ci.

Arrivée massive de migrants : La pression augmente en milieu scolaire au Québec

 

 24 avril 2018

Selon les derniers chiffres publiés sur le site d’Immigration Canada, 59% des passages illégaux au pays ont eu lieu à la frontière québécoise, au cours du mois de mars. Pour la Coalition Avenir Québec, l’inaction des libéraux depuis le début de la crise jusqu’à tout récemment fait en sorte que le réseau scolaire n’a toujours pas les ressources nécessaires pour accueillir convenablement ces jeunes migrants. Ceux-ci arrivent au Québec avec des besoins particuliers de francisation, de soutien psychologique et d’éducation. Il est de notre responsabilité de veiller à ces besoins, et ce, sans qu’il n’y ait de répercussions, d’aucune façon, sur l’apprentissage et le cheminement scolaire des élèves.

Jean-François Roberge, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation, soutient que des centaines d’enfants subiront les contrecoups de la mauvaise gestion libérale dans le dossier et exige un plan concret du ministre de l’Éducation, pour soulager nos écoles qui sont à bout de bras.

Des potagers urbains gratuits pour les citoyens de la circonscription de Saint-Hyacinthe : une initiative signée Chantal Soucy

 

 23 avril 2018

C’est avec fierté que la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a lancé son projet de distribution de potagers urbains gratuits, dans le cadre du jour de la Terre. Cette initiative, réalisée en partenariat avec les programmes Production horticole et Horticulture et jardinerie de l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe, vise à promouvoir l’agriculture urbaine dans la région.

La députée caquiste espère que ce projet incitera les citoyens de sa circonscription à adopter ce type de jardinage, qui comporte plusieurs bienfaits : « L’agriculture urbaine est écologique, économique et elle favorise une saine alimentation. C’est une pratique qui mérite d’être plus répandue et je voulais permettre aux citoyens de ma circonscription de l’apprivoiser. Le plaisir et la satisfaction qu’on retire à récolter soi-même ses propres fines herbes, fruits et légumes frais, ça ne s’achète pas à l’épicerie! », a-t-elle lancé en conférence de presse.

Les citoyens intéressés à se prêter au jeu devront choisir parmi trois types de potagers : un pot de fines herbes et fleurs comestibles, un panier suspendu de fraises, ou un pot varié contenant légumes, fleurs comestibles et fines herbes. Pour la confection de ces potagers urbains, la députée Chantal Soucy a pu compter sur la précieuse collaboration des enseignants et des élèves de l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe : «Lorsque Mme Soucy m’a présenté son projet, j’ai été emballé par l’idée! Avec l’industrie qui utilise de plus en plus de pesticides, les gens ont une volonté de revenir à quelque chose de plus naturel et on sent un engouement croissant pour le jardinage », a déclaré François Ducasse, enseignant du programme Horticulture et jardinerie de l’EPSH. « On n’aura jamais autant parlé de jardins urbains dans nos classes! Certains de mes élèves ont même manifesté l’intérêt de reproduire nos créations pour leur famille et leurs amis. On sent vraiment qu’ils ont attrapé la piqûre du jardinage et je suis convaincu qu’il en sera de même pour les citoyens. Mais je dois les avertir d’avance : quand ils auront goûté aux tomates de leur potager, ils ne seront plus jamais capables de manger des tomates d’épicerie! », a-t-il lancé avec humour.

Les élèves de l’EPSH ont également participé à la réalisation de capsules vidéo informatives qui guideront les nouveaux propriétaires de potagers urbains dans l’entretien de leurs plants. Ces capsules seront diffusées sur la page Facebook, le compte Instagram, ainsi que le compte Twitter de la députée, tout au long du mois de juin. « Ce que je voulais, avec ce projet, c’était, oui, d’encourager les passionnés de jardinage, mais aussi, et surtout, d’inciter les novices à faire leurs premiers pas dans l’agriculture urbaine. Ces capsules leur permettront de se lancer avec confiance dans cette belle aventure! », a expliqué la députée.

Un concours pour les amateurs de jardinage

En plus d’obtenir leur potager gratuit, les passionnés de jardinage pourront également participer à un tirage et ainsi courir la chance de gagner l’un des trois potagers urbains géants sur pattes, d’une valeur de 165 $. Les gagnants du concours seront dévoilés le 16 mai, à 12h, sur la page Facebook de la députée.

Inscription et distribution des potagers urbains

Les citoyens peuvent s’inscrire dès maintenant au potagerschantalsoucy.ca pour réserver leur potager urbain et participer au concours. Les inscriptions prennent fin le 15 mai, à 16h. Les personnes inscrites doivent s’assurer d’être disponibles le samedi 19 mai, de 10h à 12h, pour venir récupérer leur potager urbain, face à l’entrée 6 des Galeries St-Hyacinthe, située sur la rue Cusson. Puisque les quantités sont restreintes, les commandes sont limitées à un potager et à une participation au concours par adresse postale. Les participants doivent être âgés de 18 ans ou plus et être citoyen de la circonscription électorale provinciale de Saint-Hyacinthe. Tous les détails sont disponibles au potagerschantalsoucy.ca

Marché du carbone : Le gouvernement doit rendre publique la déclaration de la cimenterie McInnis

 

 23 avril 2018

Selon Mathieu Lemay, porte-parole de la CAQ en matière d’environnement, il est nécessaire, voire même primordial, que le gouvernement rende publique la déclaration de GES de la cimenterie McInnis, dès sa réception, d’ici juin prochain. Le député de Masson mentionne que les libéraux ont subventionné le projet le plus polluant de l’histoire et qu’il est du droit des Québécois d’être informés si ces émissions dépasseront le seuil de 25 000 tonnes et donc que la cimenterie devra souscrire au marché du carbone. Il soutient que ce sont les contribuables qui paient la facture de ce projet dévastateur d’un point de vue environnemental et économique, qui porte la signature des deux vieux partis : le Parti libéral et le Parti québécois.

La Coalition Avenir Québec dénonce le double discours des libéraux en matière d’environnement. D’une part, ils laissent présager à la population la mise en œuvre d’initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). D’autre part, ils lancent des projets qui ne font qu’empirer notre empreinte environnementale. C’est sans rappeler que la cimenterie McInnis a reçu un investissement de 350 M$ du gouvernement libéral, pour un projet créateur de 200 emplois : cela équivaut à 1,5 M$ par emploi.

Lutte contre le gaspillage de fonds publics: La CAQ présente 4 mesures pour récupérer 800M$

 

 22 avril 2018

Le député de La Peltrie, porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour le Conseil du trésor et l’efficacité gouvernementale, Éric Caire, ainsi que les candidats dans Chomedey et Saint-Jérôme, Alice Khalil et Youri Chassin, ont dévoilé quatre mesures qu’un gouvernement de la CAQ mettrait en place pour réduire le gaspillage de fonds publics par le gouvernement et pour que les Québécois en aient pour leur argent.

Ces quatre mesures permettront à un gouvernement caquiste d’économiser, au bout de 4 ans, 800M$ par année.

Voici le détail des mesures proposées :

Regroupement des centres de traitement informatique (CTI) :

Outre le souhait annoncé du gouvernement libéral, en décembre dernier, de regrouper les 457 CTI du Québec d’ici 2023, aucune action concrète n’a été réalisée sous la gouverne libérale. Il semble que la bureaucratie libérale ait freiné les changements envisagés. On a même construit de nouveaux CTI, notamment celui de l’Agence du revenu du Québec l’an dernier. Pourtant, selon un rapport d’Ernst and Young de juin 2014, commandé par le Secrétariat du Conseil du trésor, le gouvernement pourrait économiser 100M$ par année par la conciliation des CTI.

Un gouvernement de la CAQ irait rapidement de l’avant pour regrouper les CTI et ainsi faire économiser 100M$ par année de l’argent si chèrement gagné par les Québécois.

Passer au numérique

Il est aberrant de constater qu’il se perd encore des millions en photocopies inutiles et en cartouches d’impression dans les ministères du gouvernement. Le gouvernement doit adopter un plan pour numériser l’ensemble de ses services administratifs. C’est ce que font toutes les grandes organisations en ce moment et le gouvernement libéral nous a fait prendre du retard. À terme, l’ensemble des transactions administratives devrait pouvoir s’effectuer en ligne plutôt qu’en personne dans un centre de services du gouvernement. Malgré de belles intentions, le gouvernement libéral n’a aucun plan de numérisation concret.

Un gouvernement de la CAQ établira un plan d’action gouvernemental afin de numériser l’ensemble des services administratifs du gouvernement d’ici 4 ans, ce qui permettra d’économiser au minimum 10 M$ par année.

Réduire les coûts d’approvisionnement en biens et services

Le gouvernement du Québec dépense plusieurs milliards de dollars annuellement en services et contrats d’approvisionnement de toutes sortes. Cependant, la gestion de ces contrats n’est pas efficiente actuellement.  Beaucoup d’exemples l’ont confirmé au cours des dernières années. Il est impératif que le gouvernement du Québec s’attaque aux méthodes d’approvisionnement et aux modalités d’appels d’offres afin d’en réduire la facture pour les Québécois.

La CAQ propose donc de revoir les méthodes d’approvisionnement afin d’y introduire un maximum de concurrence. Il est possible de faire des économies en mettant en place de meilleures pratiques de gestion, comme en mettant fin à la règle du plus bas soumissionnaire conforme ou en faisant moins appel aux firmes externes, par exemple. En revoyant tous les processus, un gouvernement de la CAQ se donne comme objectif de réduire d’au moins 10 % les coûts d’approvisionnement du gouvernement. Cet objectif correspond à des économies annuelles de 590M$ par année.

Diminution et meilleure gestion des dépenses en technologies de l’information (TI)

Malgré les nombreux rapports accablants, le gouvernement libéral n’a jamais fait de véritables changements dans la gestion des TI au cours des dernières années. Le Centre des services partagés du Québec (CSPQ) devait être une solution à la bonne gestion des TI au gouvernement, mais il n’a pas donné les résultats escomptés. Donc, plutôt que d’être un succès, le CSPQ est devenu un énième organisme bureaucratique libéral, sclérosé, coûteux et inefficace.

Un gouvernement de la CAQ va donc abolir le CSPQ et le poste de Dirigeant principal de l’information (DPI) et créer le Centre d’excellence en technologies de l’information du Québec (CETIQ). Ce nouveau centre aura comme mission de réduire les dépenses en TI des différents ministères et organismes à un niveau plus acceptable. Il sera ainsi possible d’économiser 100M$ par année. Un gouvernement de la CAQ visera aussi à remplacer 30% des ressources externes en TI par des ressources internes, ce qui aura pour effet d’augmenter l’expertise du gouvernement.

Élection générale de 2018: Claire IsaBelle portera les couleurs de la CAQ dans Huntingdon

 

 20 avril 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est très fier d’annoncer que la professeure et chercheuse, Claire IsaBelle, portera les couleurs de sa formation politique dans la circonscription de Huntingdon lors de la prochaine élection générale. M. Legault présentera d’ailleurs cette nouvelle candidate aux militants caquistes de Huntingdon lors d’un cocktail vendredi soir. Il se réjouit de pouvoir compter sur cette femme reconnue dans la région et qui a de grandes ambitions pour l’avenir de l’éducation au Québec.

 

Claire IsaBelle est, depuis plusieurs années, la présidente de la Commission politique de la CAQ. « Claire est très impliquée à la CAQ, et ce, depuis la fondation du parti. Je suis très fier de l’avoir à mes côtés aujourd’hui. Elle a participé activement à l’élaboration de nos propositions en éducation : l’implantation de la prématernelle quatre ans, non obligatoire, dans toutes les écoles du Québec et l’ajout de cinq heures par semaine dans toutes les écoles secondaires pour plus de sports, d’arts et d’aide aux devoirs. Claire et moi partageons cette passion qu’est l’éducation. Un gouvernement de la CAQ va recommencer à investir dans ce secteur de la plus haute importance. Il s’agit du meilleur investissement que l’on puisse faire comme société », a déclaré François Legault.

 

Claire IsaBelle, professeure titulaire et chercheuse en leadership scolaire à l’Université d’Ottawa, a un objectif bien clair en tête : améliorer le taux de diplomation au Québec, notamment dans le comté d’Huntingdon. « On retrouve, dans certaines de nos commissions scolaires, des taux de décrochage très élevés. Dans la région, on parle d’un jeune sur trois qui décroche. On doit aider tous nos jeunes à obtenir au moins leur diplôme d’études secondaires », a expliqué la candidate caquiste.

 

Protéger les emplois en agriculture

 

Claire IsaBelle est bien placée pour savoir à quel point l’agriculture est un pilier économique de Huntingdon. « J’ai grandi à St-Michel. Je sais à quel point l’agriculture, c’est important pour les gens du comté. Dans la région de Napierville, l’agriculture, la fabrication et le transport représentent 30% des emplois et pratiquement autant dans le Haut-St-Laurent et à Ste-Martine. On parle, ici, de milliers d’emplois dans le secteur agroalimentaire. Nous devons protéger ces emplois. Un gouvernement de la CAQ va mettre à la disposition des agriculteurs un fonds de 50 millions de dollars par année pour les aider à acheter des équipements modernes. Les agriculteurs méritent d’être considérés comme des entrepreneurs de premier rang », a ajouté Claire IsaBelle.

 

Pour François Legault, les libéraux ont abandonné la région. « La preuve, c’est l’hôpital du Suroît, à Valleyfield. C’est à cet endroit que l’on retrouve le pire taux d’occupation au Québec. Aujourd’hui, il est à 164%. Ça ne fait pas de sens ! Je prends l’engagement qu’un gouvernement de la CAQ renégociera une entente avec les médecins de famille pour qu’ils soient disponibles lorsque les patients sont malades, plutôt que de forcer les patients à se rendre à l’urgence », a conclu le chef de la CAQ.

Prolongement de l’autoroute 19 : Encore une annonce recyclée par les libéraux

 

 20 avril 2018

C’est le jour de la marmotte : les libéraux viennent d’annoncer pour une deuxième fois le prolongement de l’autoroute 19. Rappelons que non seulement le projet traine sur la table puis les 40 dernières années, mais également que le Parti libéral de Jean Charest avait fait une annonce identique, en 2010.

 

Le député de Blainville pour la Coalition Avenir Québec, Mario Laframboise, invite les Québécois à ne pas se laisser berner par le comportement purement électoraliste des libéraux, qui n’ont pas livré la marchandise en matière d’infrastructures routières depuis 15 ans et qui ne font que recycler de vieilles annonces à l’approche de l’élection.

 

Le parachèvement de l’autoroute 19 est une priorité, non seulement pour la région de Montréal, mais également pour la Coalition Avenir Québec, qui s’est engagée à débuter les travaux dès que possible, une fois au pouvoir. Par le passé, ce projet a été budgété huit fois par le gouvernement du Québec. Un gouvernement de la CAQ passera à l’action et donnera suite aux préoccupations des familles de la grande région de Montréal, qui attendent depuis trop longtemps la concrétisation de ce projet.