Niqab et burqa lors du serment de citoyenneté : La CAQ invite Philippe Couillard à clarifier sa position

 

 15 septembre 2017

Alors qu’il est réuni en caucus à Val-D’Or avec ses députés, le premier ministre Philippe Couillard doit dès aujourd’hui clarifier la position de son gouvernement quant au port du niqab et de la burqa lors du serment de citoyenneté canadienne, après que sa candidate dans Louis-Hébert, Ihssane El Ghernati, ait défendu avec vigueur vendredi matin le port de ces signes religieux oppressifs lors de cérémonies d’assermentation.

Le 16 septembre 2015, Philippe Couillard certifiait que son gouvernement « s’objecte formellement à la notion qu’un serment de citoyenneté puisse être prêté à visage couvert ». Pour le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de relations intergouvernementales canadiennes, Simon Jolin-Barrette, il est important que le Québec parle d’une seule voix face au gouvernement fédéral dans ce dossier qui préoccupe un grand nombre de Québécois. Le premier ministre doit donc choisir entre expliquer comment il peut tolérer que sa candidate ait une position différente de son gouvernement ou encore la rappeler à l’ordre.

Légalisation du cannabis : La CAQ propose un cadre réglementaire responsable

 

 13 septembre 2017

Au cours des derniers mois, la Coalition Avenir Québec a entendu les nombreuses craintes et inquiétudes des familles québécoises et présente aujourd’hui un cadre réglementaire pour la vente et la consommation de cannabis au Québec qui se veut délibérément restrictif afin de lutter contre la consommation de cette drogue ayant des effets néfastes pour la santé.

Les députés de la CAQ Simon Jolin-Barrette et Lise Lavallée, respectivement porte-parole en matière de justice et de santé publique, ont dévoilé une série de mesures contraignantes pour restreindre la consommation de marijuana, le plus possible. Parmi celles-ci, on compte notamment une interdiction de consommer du cannabis dans les lieux publics, une modification au Code de la sécurité routière pour imposer des peines sévères contre les conducteurs ayant consommé du cannabis, une interdiction de faire la culture du cannabis à domicile et un âge légal de 21 ans pour acheter du cannabis. Un document résumant l’ensemble des propositions a été remis lors de la conférence de presse.

Par ailleurs, les députés caquistes souhaitent que le gouvernement libéral demande à Ottawa de libérer son champ fiscal, afin que le Québec puisse bénéficier de tous les revenus de taxation sur la vente de cannabis. Ils ont spécifié que l’ensemble des revenus de taxation devraient servir à financer les coûts supplémentaires qu’entraînera la légalisation du pot en matière de santé, de prévention et de sécurité publique. Pour la CAQ, il serait inadmissible que le Québec ne touche pas l’ensemble des revenus de taxation, puisque l’ensemble des coûts supplémentaires liés à la légalisation seront refilés aux provinces.

Le comité d’action local de la CAQ à Saint-Hyacinthe, en route vers 2018!

 

 13 septembre 2017

Jeudi soir dernier a eu lieu l’Assemblée générale annuelle du comité d’action local (CAL) de la Coalition Avenir Québec, à Saint-Hyacinthe. Lors de la réunion, les membres de la CAQ présents ont procédé à l’élection de l’exécutif du CAL, désormais composé d’Olivier Blanchard (président), Laurence Beaupré (responsable du financement), Cindy Brown (secrétaire), Dominic Lepage (responsable des membres), Geneviève Lemay (responsable des aînés), Jean-François Brouillette (responsable des jeunes), Daniel Bousquet (responsable du contenu) et Virginie Brault-Lafleur (responsable des communications).

Olivier Blanchard, ainsi que la députée Chantal Soucy ont tenu à souligner l’apport considérable des membres de la CAQ à Saint-Hyacinthe. « Notre comité d’action local est fort, à Saint-Hyacinthe. J’occupe la présidence du CAL depuis 2014 et je peux vous dire qu’on a une équipe solide. Nos membres travaillent fort pour représenter les citoyens de notre comté et défendre leurs intérêts lors des congrès nationaux de la CAQ. C’est motivant d’avoir une équipe aussi dévouée », a déclaré le président du comité.

« Je me considère particulièrement choyée d’être entourée d’une équipe aussi jeune, dynamique et déterminée », a, pour sa part, renchéri Chantal Soucy. « Les enjeux des grands centres sont très différents de ceux auxquels nous sommes confrontés, ici, à Saint-Hyacinthe. En élisant un responsable des jeunes et une responsable des aînés au sein de notre CAL, nous nous assurons d’être à l’affût des préoccupations des différentes générations dans notre comté pour ensuite les faire valoir au national. Les membres de notre CAL jouent donc un rôle très important dans notre région et je les remercie grandement pour leur implication. Nous sommes prêts pour 2018 ! », a-t-elle conclu.

Les citoyens désirant s’impliquer au sein du comité d’action local de la CAQ à Saint-Hyacinthe peuvent communiquer avec Dominic Lepage, au 514 794-5721, ou en écrivant au caq.saint.hyacinthe@gmail.com.

Inondations printanières : Le gouvernement libéral a abandonné les sinistrés

 

 12 septembre 2017

Au lieu de reconnaître son erreur et de promettre une aide financière rapide aux nombreux sinistrés des inondations printanières, le ministre Martin Coiteux se défile de ses responsabilités et annonce d’autres mesures cosmétiques qui ne mettront pas fin à l’angoisse de centaines de citoyens éprouvés, ont dénoncé mardi les députés de la Coalition Avenir Québec André Spénard, Sylvie D’Amours et Benoit Charette. Pour l’occasion, ils étaient accompagnés de plusieurs sinistrés des inondations exceptionnelles du printemps dernier.

Y a-t-il quelqu’un au gouvernement libéral pour réveiller Martin Coiteux, a lancé le porte-parole de la CAQ en matière de Sécurité publique, André Spénard. M. Coiteux doit expliquer pourquoi à ce jour, nombre de sinistrés n’ont toujours pas reçu de signe de vie du gouvernement, alors qu’en juillet dernier, le ministre libéral avait promis qu’il recevrait sous peu entre ses mains un rapport d’évaluation des dommages.

La situation est devenue totalement hors de contrôle, a souligné Sylvie D’Amours, députée de Mirabel. Pour preuve : son bureau de circonscription est rendu à gérer les dossiers de citoyens de la circonscription voisine, Argenteuil, détenue par le libéral Yves St-Denis.

Il est grand temps pour le gouvernement libéral d’apprendre de ces erreurs, a commenté pour sa part le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette. Il a rappelé qu’après les inondations du Richelieu en 2011, des sinistrés n’avaient toujours pas reçu d’aide financière un an et demi après les faits. Il semble y avoir un dysfonctionnement majeur au sein de l’État que le gouvernement libéral est incapable de corriger.

Fusion des directions du CHU Sainte-Justine et du CHUM : La CAQ veut redonner à Sainte-Justine sa pleine autonomie

 

 11 septembre 2017

Au terme d’une rencontre avec des membres du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHU de Sainte-Justine, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, dénonce la politique de centralisation du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et s’engage à redonner à Sainte-Justine son autonomie entière, une fois élu premier ministre en 2018.

Sainte-Justine mérite son propre conseil d’administration et président-directeur général, explique M. Legault, qui exige l’annulation de la fusion des directions et des conseils d’administration de Sainte-Justine et du CHUM, tel que prévu par le gouvernement de Philippe Couillard. Selon le chef caquiste, cette fusion forcée n’amène aucune économie et aura un impact négatif sur la qualité des services.

De son côté, le critique caquiste en matière de santé, François Paradis, souligne que la décision de Gaétan Barrette ne tient pas debout. Il est faux de dire que chaque entité garde son indépendance financière avec le même PDG et le même conseil d’administration. M. Paradis joint sa voix à plusieurs médecins, dentistes et pharmaciens du CHU Saint-Justine qui ont, au cours des derniers mois, exprimé leur inquiétude sur la place publique. Rappelons que la CAQ a voté contre la loi 10 du gouvernement libéral justement pour éviter une centralisation excessive des pouvoirs, comme c’est le cas pour Saint-Justine.

Geneviève Guilbault sera la candidate de la CAQ dans Louis-Hébert

 

 10 septembre 2017

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est fier d’annoncer que Geneviève Guilbault, bien connue à Québec comme porte-parole du Bureau du coroner, portera les couleurs de sa formation politique pour l’élection partielle dans Louis-Hébert, à Québec.

« Geneviève est une candidate de grande valeur, promise à jouer un rôle important au sein d’un futur gouvernement de la CAQ. C’est une professionnelle, une communicatrice de grand talent, une femme déterminée, très engagée. Et, surtout, une femme intègre », a déclaré M. Legault. « C’est une jeune femme qui incarne parfaitement le renouvellement politique, le profond désir de changement des Québécois. Elle n’a que 34 ans et elle a déjà une solide expérience. Comme porte-parole du Bureau du coroner, elle a eu à gérer des situations très délicates, qui demandaient vraiment beaucoup de doigté. Elle m’impressionne, elle me donne confiance et je souhaite de tout cœur que les gens de Louis-Hébert lui accordent leur confiance », a-t-il poursuivi.

INTÈGRE

La nouvelle candidate caquiste, qui misera sur l’intégrité comme thématique de campagne, n’est pas demeurée indifférente aux événements qui sont survenus dans la partielle au cours des derniers jours. « Ce qui s’est passé la semaine dernière m’a confortée dans ma décision. On a pu voir que la CAQ et son chef prennent très au sérieux les questions d’intégrité et n’acceptent pas le manque de transparence. À la CAQ, c’est tolérance zéro », a-t-elle expliqué, tout en félicitant son chef pour sa rapidité d’action.

Sur les autres enjeux, Geneviève Guilbault a expliqué qu’elle placerait le sort des familles de Louis-Hébert au centre de ses priorités. « J’ai un attachement particulier envers Louis-Hébert. J’y réside depuis 12 ans. Je fais ma vie ici et j’ai à cœur d’aider nos familles, qui ont été soumises à des hausses de taxes et de tarifs de 4 200$ en moyenne depuis que Philippe Couillard est premier ministre. La CAQ est le seul parti qui demande des baisses d’impôt pour les citoyens et les familles de Saint-Augustin-de-Desmaures, de Cap-Rouge et de Pointe-Sainte-Foy. Je veux aussi mettre sur la table des solutions concrètes pour lutter contre la congestion routière dans l’Ouest de la région de Québec, ce qu’a échoué à faire le gouvernement libéral qui est pourtant là depuis près de 15 ans », a-t-elle déclaré.

Titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise avec mention d’honneur en communication, Geneviève Guilbault a eu souvent à composer avec des situations délicates. En tant que porte-parole du Bureau du coroner, elle a incarné la voix des autorités auprès de la population lors de tragédies qui ont bouleversé le Québec tout entier. La jeune femme de 34 ans, qui attend son premier enfant, s’est jointe à la CAQ pour promouvoir l’intégrité et la responsabilité, pour créer des emplois payants et soutenir nos familles. Sa décision constitue un signal fort envoyé aux femmes, notamment à celles qui voudraient s’impliquer en politique.

Rappelons que Geneviève Guilbault avait annoncé sa candidature dans Charlesbourg pour les élections générales de 2018, il y a quelques jours. Elle tient à remercier chaleureusement les nombreux citoyens rencontrés qui ont tous manifesté un fort enthousiasme à sa candidature.

C’est un nouveau départ dans Louis-Hébert. Maintenant qu’elle est candidate dans une circonscription où les questions éthiques ont été au centre du débat public dans les dernières années, la résidente de Saint-Augustin-de-Desmaures se dit encore plus motivée à placer l’intégrité au cœur de son engagement. « Si vous m’accordez votre confiance, je serai une députée intègre et je m’engage à vous représenter dignement », conclut celle qui fait totalement confiance aux citoyens de Louis-Hébert pour le vote du 2 octobre prochain…

Utilisation de pesticides : La CAQ dénonce une règlementation excessive

 

 7 septembre 2017

Le projet de réglementation des pesticides proposé par le ministre de l’Environnement, David Heurtel, n’est pas acceptable dans sa forme actuelle, déplorent les députés de la Coalition Avenir Québec, Mathieu Lemay et Donald Martel. La CAQ joint sa voix à celle des Producteurs de grains du Québec et exige plus de souplesse, au bénéfice des travailleurs agricoles.

Selon le critique caquiste en matière d’environnement, Mathieu Lemay, il est essentiel de mieux encadrer l’utilisation de pesticides dangereux afin de protéger l’environnement et la santé de la population, mais la réalité est que le ministre Heurtel s’apprête à ajouter de nombreuses contraintes et une réglementation excessive, entièrement sur le dos des agriculteurs. Le gouvernement libéral a réussi à convaincre ni la communauté agricole ni l’industrie agrochimique, si bien que tous craignent des pertes importantes de productivité au cours des prochaines années. Pour le député de Masson, il est évident que la réglementation doit être appuyée sur une base scientifique solide et des études d’impact réalistes.

De son côté, le porte-parole de la CAQ en matière d’agriculture, Donald Martel, presse le ministre Laurent Lessard à se saisir lui aussi du dossier et de rassurer les gens qu’ils représentent. Laurent Lessard ne peut tolérer que le ministère de l’Environnement joue les trouble-fêtes dans un secteur aussi essentiel pour l’économie québécoise et s’en prenne à la compétitivité de nos entreprises agricoles, indique le député de Nicolet-Bécancour.

Patients orphelins : Le ministre de la Santé n’a pas livré la marchandise

 

 2 septembre 2017

Quelque 27 500 patients attendent un médecin de famille au Centre-du-Québec et en Mauricie, révèlent les députés de Johnson et de Drummond-Bois-Francs, André Lamontagne et Sébastien Schneeberger. Pour l’ensemble du Québec, le nombre s’élève à 461 000.

« Le plan du ministre de la Santé et des Services sociaux ne fonctionne pas, dénonce Sébastien Schneeberger. Il appert qu’il ne tiendra pas sa promesse d’attribuer un médecin de famille à tous les patients du Centre-du-Québec et de la Mauricie d’ici le 31 décembre 2017. En effet, selon les données obtenues par la CAQ auprès de la Régie de l’assurance maladie, 27 494 patients centricois et mauriciens demeuraient inscrits sur la liste d’attente en date du 3 juillet dernier. »

« Dans Drummond, la cible de 85 % de la population fixée par le ministre est atteinte, remarque André Lamontagne. Cependant, ce qui semble bon pour lui ne l’est pas pour les 5500 patients orphelins restants de notre réseau local. Nous demandons donc au ministre de refaire ses devoirs afin que tous les patients puissent trouver un médecin. Il a le pouvoir d’agir, puisque cette disposition se retrouve dans l’entente de principe conclue entre son ministère et la Fédération des médecins omnipraticiens. »

Les députés de Johnson et de Drummond-Bois-Francs rappellent que la CAQ propose de revoir le mode de rémunération à l’acte des médecins de famille. La seule manière d’inscrire tous les patients orphelins à un médecin est de changer le mode de rémunération, expliquent-ils, afin de récompenser la prise en charge complète des patients, plutôt que de rémunérer la quantité des actes médicaux effectués.

« Le ministre de la Santé est mis devant le fait accompli, insiste M. Schneeberger. Les chiffres sont sans appel : des milliers de patients resteront orphelins dans notre région après l’échéance du 31 décembre 2017. »

« En un mot, le ministre de la Santé n’a pas livré la marchandise. Pour Drummond, que propose-t-il maintenant pour offrir un médecin aux 5500 patients encore en attente? », demande M. Lamontagne.