L’eau doit être une priorité nationale

 

 22 avril 2016

À l’occasion de la Journée de la Terre, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’environnement et développement durable, Mathieu Lemay, a tenu à rappeler vendredi que les défis sont grands en matière de protection de l’eau et que le Québec a une responsabilité importante face à cet enjeu.

Le Québec possède à lui seul 3 % de toutes les réserves d’eau douce mondiale, ce qui constitue une richesse incontestable, a fait savoir Mathieu Lemay. Bien que depuis le tournant des années 2000, des efforts ont été faits pour préserver ce trésor collectif, beaucoup de chemin reste à parcourir pour défendre avec vigueur et conviction cette ressource naturelle, a précisé le député caquiste.

« L’eau est partout au Québec. Le Québec est littéralement synonyme d’eau. Or, on tient pour acquis que tous les Québécois ont accès à un verre d’eau potable, mais ce n’est pas le cas. En date du 15 mars dernier, on dénombrait au Québec 113 avis d’ébullition. Au total, 43 installations municipales étaient touchées dans 38 municipalités. C’est une triste réalité : il y a des Québécois qui n’ont pas d’accès à l’eau potable. C’est inacceptable, nous sommes en 2016 après tout », a déclaré Mathieu Lemay.

Pour lui, la gestion des eaux usées pose également d’énormes problèmes, avec plus de 45 500 débordements non traités répertoriés en 2013. « Plus jamais nous ne voulons de déversement comme celui effectué à Montréal en novembre dernier. C’est une évidence : une mise à niveau importante des infrastructures de traitement des eaux usées est nécessaire au Québec, pour permettre à celles-ci d’accueillir de plus grandes quantités d’eau en période de forts débits », a-t-il signalé.

Pour conclure, le député de Masson a exprimé son désir de voir le fleuve Saint-Laurent devenir un véritable axe de développement économique, une porte d’entrée sur l’Amérique, tout en préservant les écosystèmes marins et l’accès au fleuve pour tous les Québécois. « Le Saint-Laurent est la plus importante voie navigable en Amérique du Nord. Quel avantage pour notre compétitivité économique! Or, le gouvernement libéral tente tant bien que mal de valoriser cet atout stratégique avec sa Stratégie maritime, mais sans succès. Prenons conscience de la tâche qui nous incombe. Il y a tant à faire et malheureusement trop peu de considération politique, mais aussi sociale. Faisons de l’eau une priorité au Québec! » a insisté Mathieu Lemay.

Développement économique régional : À quoi sert Lise Thériault?

 

 22 avril 2016

À son arrivée vendredi à l’étude des crédits budgétaires pour le volet développement économique régional, le député de la Coalition Avenir Québec, Donald Martel, a été surpris de trouver en face de lui non pas la titulaire du portefeuille des régions au sein du gouvernement Couillard, Lise Thériault, mais plutôt le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales, Martin Coiteux. Cette absence est totalement injustifiée puisque les crédits sont l’exercice parlementaire le plus important de l’année pour les ministères, a indiqué Donald Martel.

« Je suis impliqué dans le milieu économique régional depuis plus de 20 ans et nous avons toujours eu un interlocuteur ciblé au sein du gouvernement. J’ai failli tomber en bas de ma chaise en entendant les propos du ministre Coiteux. Selon lui, il n’y pas de ministre attitré spécifiquement au développement régional. Tout le monde est ministre régionale à sa façon! À quoi sert Lise Thériault au juste? Elle est soudainement devenue ministre de rien! Ce qui me choque le plus, c’est qu’encore une fois, le gouvernement envoie un bien mauvais signal à nos régions, qui se trouvent déjà délaissées depuis l’arrivée de Philippe Couillard au pouvoir. À qui les régions doivent-elles s’adresser pour faire avancer leurs dossiers au sein de ce gouvernement? C’est le flou le plus total », a reproché le porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régionale.

Donald Martel aurait souhaité interroger Lise Thériault sur sa volonté de faire prospérer les régions, notamment après l’abolition des Conférences régionales des élus (CRÉ) il y a maintenant un an. Le caquiste a déploré la vision à court terme du gouvernement libéral, qui n’a pas su redonner aux régions un espace de concertation démocratique, ne laissant que les fonctionnaires se concerter entre eux.

Décrochage scolaire : François Legault à la défense d’un important programme qui donne des résultats

 

 21 avril 2016

Le ministère de l’Éducation est à la dérive, a déclaré le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, alors que le gouvernement libéral de Philippe Couillard tente de justifier tant bien que mal sa décision insensée de couper de 26 % le budget du programme Agir Autrement visant à lutter contre le décrochage scolaire.

Mis en place par M. Legault lorsqu’il était ministre de l’Éducation, Agir Autrement permet d’allouer un budget directement aux écoles en leur demandant de choisir elles-mêmes les moyens les plus appropriés pour lutter contre le décrochage dans leur milieu. Ce modèle de réussite est la marche à suivre pour enrayer ce fléau, a indiqué le chef caquiste. Or, le premier ministre a décidé de s’attaquer à un programme qui a fait ses preuves, a-t-il regretté.

« Lorsque j’étais ministre de l’Éducation, je me suis rendu compte que le choix des moyens pour lutter contre le décrochage scolaire était beaucoup trop centralisé. Le ministère de l’Éducation ignorait les réalités différentes de chacune de nos écoles. Ce sont nos écoles qui devraient choisir les moyens et le ministère devrait se contenter de mesurer les résultats. Le gouvernement libéral n’a pas encore les idées claires sur ce qu’il va faire avec les commissions scolaires, mais il est assez brillant pour couper dans un programme de lutte contre le décrochage qui marche », a ironisé François Legault.

Face à un Philippe Couillard évasif, refusant de s’engager à réinvestir dans le programme Agir Autrement, le député de L’Assomption a tenu à mentionner que le ministère de l’Éducation est le plus beau ministère qui soit. « Il s’agit surtout du ministère le plus important pour l’avenir du Québec. Malheureusement, l’éducation ne semble pas intéresser le premier ministre. Tout le monde reconnait sa culture générale, mais peut-il montrer un peu de passion pour l’éducation de nos enfants? » a lancé François Legault.

La CAQ déterre un dépassement de coûts de 500 M$

 

 21 avril 2016

Le gouvernement libéral a été incapable de justifier un dépassement de coûts de 500 millions de dollars révélé par la Coalition Avenir Québec pour le prolongement de la route 138 sur la Côte-Nord, jusqu’à Blanc-Sablon. Questionné par le porte-parole de la CAQ en matière de transports et député de Groulx, Claude Surprenant, le ministre des Transports Jacques Daoust ne s’est même pas levé pour garantir aux contribuables québécois qu’il n’y aura pas d’autre excès de la sorte dans les mois à venir.

C’est plutôt le titulaire de l’Énergie et des Ressources naturelles qui a défendu ce fiasco en chambre. Pierre Arcand avait d’ailleurs déjà admis lors des crédits budgétaires que le coût final sera de l’ordre de 1,5 milliard, plutôt que le milliard prévu initialement.

« Ce qui est inquiétant, c’est que ça pourrait coûter encore plus cher! Deux tronçons sont en ce moment à l’étude dans le Plan québécois des infrastructures 2016-2026, mais clairement le gouvernement n’a aucune idée de ce que ce projet nous coûtera réellement au final. La façon de travailler du gouvernement est simple à comprendre : on lance les travaux et on verra ensuite combien ça coûte. On le saura quand on sera rendu à Blanc-Sablon! Le prolongement de la route 138 est devenu un véritable gouffre financier », a déclaré Claude Surprenant.

Pour le député de Groulx, il ne fait plus aucun doute : le ministre des Transports est devenu un multirécidiviste des dépassements de coûts. « Le ministère des Transports, c’est le ministère des chèques en blanc. Contrairement à ce que pensent certains ministres, 500 millions, c’est pas des peanuts! », a conclu Claude Surprenant.

Pour une 2e fois en 2 jours : Le PLQ bloque une motion demandant une enquête interne sur les partis

 

 21 avril 2016

Le Parti libéral du Québec persiste et signe : il n’a pas l’intention d’ouvrir ses livres. En effet, pour une deuxième journée de suite, les députés libéraux ont refusé d’appuyer la motion de la Coalition Avenir Québec exigeant à l’Assemblée nationale de reconnaître la nécessité de déclencher une enquête sur le financement des partis politiques au cours des années 1996 à 2011.

Pourtant, pas plus tard qu’hier, le premier ministre et chef libéral, Philippe Couillard, a affirmé qu’il était prêt à montrer patte blanche, et ce, pour « toutes les époques » de sa formation politique. Pour la porte-parole de la CAQ en matière d’intégrité, Nathalie Roy, ce deuxième revers en dit long sur le malaise qui règne au sein du caucus libéral.

« Qu’ont-ils à cacher? On ne sait plus qui dit vrai dans ce parti! Le premier ministre se fait rabrouer deux fois plutôt qu’une par ses troupes, alors qu’il a finalement admis, après des semaines de pression, qu’il n’avait aucun problème à ce que le Directeur général des élections mette son nez dans les livres du Parti libéral pour les 20 dernières années. C’est simple : en refusant notre motion, non seulement Philippe Couillard revient sur ses propos, mais il refuse de s’engager à rembourser l’argent sale qui aurait été versé illégalement au cours de toute la période étudiée par la commission Charbonneau. Les Québécois ont de nombreuses questions et ils attendent des réponses. Combien Marc-Yvan Côté a-t-il ramassé d’argent? Est-ce qu’il s’agissait de contributions légales? Ce que les citoyens veulent, c’est que le gouvernement permette au DGE qu’il remonte dans le temps pour récupérer l’argent collecté illégalement! » a fait savoir Nathalie Roy.

« Qu’est-ce que Philippe Couillard a à cacher? » -François Legault

 

 20 avril 2016

Talonné par le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a finalement admis du bout des lèvres qu’une vérification interne était en cours dans son parti au sujet du financement politique illégal. Le chef libéral ne s’est toutefois pas engagé à rendre publics les résultats de cette vérification et à rembourser les sommes illégales pour les 20 dernières années.

Le chef caquiste a exigé que les conclusions de cette vérification interne soient rendues publiques. Il a également accepté la proposition de Philippe Couillard de passer au peigne fin le financement de tous les partis politiques, y compris celui de la CAQ et de l’ADQ depuis 1996. Toutefois, les modalités entourant cette enquête demeurent floues et le premier ministre n’a pas profité de la période des questions pour préciser ses intentions. La pire chose qu’il pourrait arriver est qu’il improvise ou qu’il recule pour sauver les intérêts du Parti libéral, a prévenu François Legault.

« Depuis des mois, nous voulons que le Directeur général des élections puisse enquêter sur les pratiques de financement des partis lors des 20 dernières années. Les mêmes règles qui s’appliquent aux firmes de construction doivent aussi s’appliquer aux partis politiques. Il faut agir rapidement et faire enfin la lumière sur les 20 dernières années noires du financement politique illégal. Depuis son retour en politique, le premier ministre sait que le Parti libéral est lié à de nombreuses histoires de financement illégal depuis 1996. La première action qu’il aurait dû prendre en devenant chef du Parti libéral aurait été de mener une vérification interne pour faire le ménage. Quel échéancier se donne-t-il pour sa vérification interne? Plutôt que d’être le garant de l’intégrité, le premier ministre est devenu le gardien des phrases floues. Il doit nous démontrer que son ouverture soudaine n’est pas celle d’un chef qui cherche à gagner du temps pour les intérêts du Parti libéral », a mentionné le chef de la CAQ.

La CAQ dévoile des primes et bonis de 77,5 M$ dans les commissions scolaires

 

 20 avril 2016

Les commissions scolaires du Québec ont versé des primes et des bonis de plus de 77,5 millions de dollars à leur personnel non-enseignant, a révélé la Coalition Avenir Québec, mercredi, à l’Assemblée nationale.

« C’est un scandale! L’année 2014-2015 a été une année plus que difficile pour le réseau de l’éducation. Les premières victimes des coupures du gouvernement libéral ont été les élèves, et pas n’importe lesquels. Ce sont les élèves en difficulté qui ont été frappés les premiers. Je me suis levé à de nombreuses reprises pour dénoncer les coupures. Je trouvais désolant que les commissions scolaires soient contraintes de faire un déficit de 44 millions pour essayer de sauver les services aux élèves. Aujourd’hui, tout est clair : au lieu de donner des services aux jeunes, 77,5 millions de dollars étaient versés en primes et bonis au personnel non-enseignant. Cette somme aurait pu permettre d’embaucher au moins 1 000 professionnels pour donner des services aux élèves. Or, 2014-2015, ce n’est pas là que l’argent est allé! C’est tout simplement ignoble », a dénoncé Jean-François Roberge, face à un ministre de l’Éducation complètement pris de court.

Le député de Chambly a indiqué avoir une pensée pour tous les parents qui ont des enfants en difficulté et qui ne reçoivent pas l’aide dont ils ont besoin. « Je pense aussi aux mamans des enfants en difficulté qui sont venues à trois reprises avec moi dénoncer le fait que leurs enfants ne reçoivent pas les services auxquels ils ont droit. Je pense à tous les Québécois qui travaillent fort, qui paient des impôts et qui apprennent que l’argent sert à donner 77,5 millions de primes et bonis dans les commissions scolaires, pendant que nos enfants n’arrivent pas à recevoir les services auxquels ils ont droit. Comment le ministre peut-il justifier un tel détournement de fonds? », a lancé Jean-François Roberge, sans obtenir de réponse.

«Objectif réussite Québec» : un colloque sur l’avenir de l’éducation

 

 20 avril 2016

Dimanche prochain à l’Université du Québec à Trois-Rivières, la Coalition Avenir Québec tiendra son colloque «Objectif réussite Québec» sur l’avenir de l’éducation.

Organisé et animé par le député et critique caquiste en matière d’éducation, Jean-François Roberge, l’événement réunira de nombreux experts et représentants du milieu de l’éducation au Québec.

Les participants pourront notamment entendre :
– Robert Gagné, directeur du Centre sur la productivité et la prospérité, HEC Montréal
– Égide Royer, professeur en adaptation scolaire à l’Université Laval
– Brigitte Dubé, porte-parole et membre fondatrice de la Coalition des parents d’enfants à besoin particuliers
– Pierre Gagnon, enseignant au primaire à l’École St-Gérard, Commission scolaire de Montréal
– Daniel McMahon, recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières
– Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps
– Martin Maltais, professeur au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Rimouski

D’ailleurs, Jean-François Roberge a récemment lancé son livre «Et si on réinventait l’école?».

Pour prendre connaissance de l’horaire et des activités du colloque : www.objectifreussite.quebec/

Pour écouter en direct ce dimanche via webdiffusion, cliquez ici.

Simon Jolin-Barrette remet la Médaille de l’Assemblée nationale à 3 bénévoles du CABVR

 

 19 avril 2016

Le 15 avril dernier, le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a remis la médaille de l’Assemblée nationale à trois bénévoles du Centre d’action bénévole de la Vallée-du-Richelieu (CABVR) afin de souligner leurs 30 ans de bénévolat pour l’organisme. Les récipiendaires sont : Mme Claire H. Guérette, Mme Gertrude Monaghan, ainsi que M. Bernard Alix et cette médaille leur a été remise à l’occasion d’une soirée reconnaissance organisée par le CABVR dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole 2016.

« Au cours des trente dernières années, ces trois bénévoles ont su se démarquer par leur générosité et leur engagement envers leur communauté. Leur implication sociale est remarquable et inspirante. Je suis heureux de pouvoir souligner leur grande contribution à la société en leur remettant la Médaille de l’Assemblée nationale en guise de reconnaissance », a déclaré Simon Jolin-Barrette.

Les trois récipiendaires

Mme H. Guérette, résidante de Beloeil, s’est impliquée dans divers services offerts par le CABVR tels que l’accompagnement-transport médical, la Popote roulante, ainsi que la guignolée. Elle est aujourd’hui encore très active. Mme Monaghan, qui demeure également à Beloeil, a aussi effectué de l’accompagnement-transport médical. De plus, pendant plusieurs années, elle a rendu visite à des personnes âgées vivant en résidence. Elle s’occupe actuellement de l’horaire des baladeurs de la Popote roulante. Enfin, M. Alix a parcouru chaque année, depuis 30 ans, de nombreux kilomètres en tant que bénévole pour le service d’accompagnement-transport médical. Ce résidant d’Otterburn Park a parfois cumulé plus de 500 heures de bénévolat par année.

La Médaille de l’Assemblée nationale du Québec

La Médaille de l’Assemblée nationale du Québec est remise par les députés de l’Assemblée en guise de reconnaissance à des personnalités de différents horizons qui, par leur carrière, leurs travaux ou leur engagement, se sont démarquées.

La CAQ se porte à la défense des producteurs en serre

 

 19 avril 2016

Le ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, est fermé à toute discussion entourant l’établissement de tarifs d’électricité plus abordables pour les agriculteurs et producteurs en serre du Québec. La porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’énergie, Chantal Soucy, a pourtant démontré, chiffres à l’appui, que les mesures énergétiques de la société d’État leur étant destinées sont nettement insuffisantes. En effet, en 2015-2016, seulement 14 clients agricoles et serriculteurs ont pu bénéficier de tarifs réduits, seulement 1 client de plus que l’année précédente.

« Le ministre dit qu’il réunira un comité de travail dans les prochains mois. Il est complètement dans le champ et je l’invite plutôt à visiter nos producteurs sur leurs terres! Il y a plus de 700 entreprises serricoles au Québec, mais le gouvernement libéral continue de vanter le statu quo qui n’aide qu’une poignée de personnes. Depuis des mois, nos producteurs lancent un cri du cœur au ministre Arcand. Pour la grande majorité d’entre eux, l’électricité représente jusqu’à 35 % des coûts de production selon la culture pratiquée, particulièrement en période hivernale. Un assouplissement des règles actuelles contribuerait à améliorer leur compétitivité et à renforcer ce secteur primordial pour toute l’économie du Québec », a déclaré Chantal Soucy.

La députée de Saint-Hyacinthe propose de baisser de 400 à 100 kilowatts par jour le seuil de puissance minimal pour bénéficier d’un tarif réduit pour l’éclairage de croissance des plants. Selon Chantal Soucy, ce simple geste permettrait à une cinquantaine de petites et moyennes entreprises serricoles de disposer de tarifs d’électricité à meilleur prix. Le ministre a rejeté cette suggestion.

Débat de société réclamé

La porte-parole de la CAQ en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, a pour sa part rappelé que sa formation politique est la première à avoir formellement suggéré de mettre à profit les surplus d’Hydro-Québec pour établir un tarif d’électricité préférentiel pour les producteurs de légumes en serre afin de leur donner un peu de répit.

« Ce qu’on souhaite, c’est qu’il y ait un vrai débat de société autour de cette question, mais les libéraux refusent qu’on le tienne. Nos producteurs ont besoin d’un coup de pouce pour garantir aux Québécois des légumes frais, mais surtout locaux et produits sur nos terres, dans de meilleures conditions. Avec un secteur de la production agricole en serre fort, c’est tout le Québec qui en sort gagnant. Soyons fiers de consommer local, soyons ambitieux pour nos producteurs québécois! » a conclu la députée de Mirabel.