Tarifs de garderie : Philippe Couillard agit comme une « toupie », selon François Legault

 

 5 juin 2018

Lors de la campagne électorale en 2014, on entendait Philippe Couillard dénoncer haut et fort l’augmentation des tarifs de garderie par le Parti québécois. Une fois élu cependant, le premier ministre a toutefois changé de discours et renié sa promesse électorale de ne pas les accroître au-delà de l’indexation. Il les a alors augmenté jusqu’à 22$ par jour, selon le revenu familial des parents.

Coup de théâtre : à quatre mois des élections, il promet maintenant d’éliminer les frais de garderie, mais seulement pour les enfants de 4 ans. Aucune mesure pour ceux de 0 à 3 ans. Interpellé par le chef de la CAQ sur cette évidente incohérence, Philippe Couillard semble sortir de son hibernation et finalement reconnaître l’importance de stimuler les enfants de 4 ans, comme le démontrent de nombreuses études. Selon François Legault, le premier ministre a eu quatre ans pour agir, mais a préféré le statu quo.

Le chef de la Coalition Avenir Québec soutient que Philippe Couillard agit comme une « toupie » dans ce dossier : il gèle les tarifs, puis les augmente, puis les réduit.

Fermeture du foyer Christophe-Colomb : Une décision inhumaine, déplore la CAQ

 

 9 novembre 2017

La ministre déléguée à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, refuse de s’engager à revoir la décision inhumaine du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal de fermer le foyer Christophe-Colomb, qui vient en aide à des dizaines de jeunes femmes vulnérables, enceintes ou avec de jeunes bébés. Elle souscrit donc à sa fermeture pour des raisons de « performance » et d’« optimisation financière ».

Mme Charlebois vient de signer l’arrêt de mort du foyer : il fermera ses portes samedi. Pour la députée de Louis-Hébert et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de famille, Geneviève Guilbault, le gouvernement libéral place une trentaine de mères, dont certaines ne sont encore que des adolescentes, de même que leurs enfants dans une situation extrêmement précaire pour des motifs purement budgétaires.

Ce que la ministre Charlebois semble oublier, c’est que les femmes qui bénéficient des services du foyer Christophe-Colomb vivent dans la pauvreté et dans l’isolement, a fait savoir Mme Guilbault. Véritable phare pour elles, ce centre leur permet de développer leurs compétences parentales et de grandir dans ce nouveau rôle dans un milieu sécuritaire.

Le besoin est réel et urgent, a mentionné la caquiste, qui est attristée de voir une expertise unique s’envoler en fumée. La porte-parole en matière de famille a imploré le gouvernement libéral de revenir sur cette décision inhumaine et de rassurer ces femmes.

Garderies en milieu familial : Un rapport du ministère de la Famille inquiète la CAQ

 

 24 octobre 2017

Malgré une analyse d’impact de son propre ministère qui démontre clairement que son projet de loi entraînera des pertes de revenus et d’emplois, le ministre Luc Fortin continue de s’attaquer aux services de garde en milieu familial et met en péril tout un modèle de services de garde porté par des milliers de femmes.

La députée de Louis-Hébert et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de famille, Geneviève Guilbault, ne comprend pas pourquoi le gouvernement libéral s’entête à vouloir abaisser le ratio de six à quatre enfants dans les services de garde en milieu familial. S’il est adopté, ce changement aura un effet désastreux pour beaucoup de garderies privées en milieu familial, regrette Geneviève Guilbault.

La députée caquiste souhaite par-dessus tout améliorer la qualité des services de garde et veiller au bien-être et à la sécurité des enfants, mais visiblement, les libéraux choisissent le mauvais moyen pour y parvenir, puisqu’ils briment à la fois le libre choix des parents et la liberté d’entreprendre de nombreuses éducatrices en milieu familial.

Inondations printanières : La CAQ talonne le gouvernement Couillard pour venir en aide aux sinistrés

 

 19 septembre 2017

L’hiver approche à grands pas et le temps risque de manquer à des centaines de sinistrés des inondations du printemps dernier pour reconstruire, déplore la députée de Mirabel pour la Coalition Avenir Québec, Sylvie D’Amours.

Malgré le cri de cœur de plusieurs citoyens affectés, le gouvernement libéral est toujours incapable de garantir qu’ils seront tous dédommagés rapidement et qu’ils pourront passer l’hiver dans leur maison.

La députée caquiste rappelle que la bureaucratie libérale est en voie d’en venir à bout des sinistrés, qui attendent toujours la visite d’évaluateurs du gouvernement plus de 4 mois après les inondations. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, doit mettre fin au cauchemar bureaucratique et garantir que les ressources de son ministère sont suffisantes et mises entièrement à contribution.

Rappelons que la CAQ a demandé, la semaine dernière, que le Protecteur du citoyen se penche sur l’incapacité des libéraux à venir en aide aux sinistrés dans un délai acceptable suivant une inondation.

LES GRANDS OUBLIÉS : LES FAMILLES DES LAURENTIDES

 

 29 mars 2017

Le caucus des députés des Laurentides de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a déploré l’absence de considération pour les familles des Laurentides dans le dernier budget du gouvernement libéral. En effet, aucun investissement majeur n’a été annoncé dans la région, la croissance démographique des Laurentides n’a nullement été prise en compte et les familles recevront seulement 1 $ de plus par semaine comme répit fiscal.

« C’est inacceptable ! Une fois de plus, ce gouvernement, comme tous ces prédécesseurs, fait subir aux citoyens des Basses-Laurentides les effets d’une mauvaise planification et d’un choix politique des priorités qui servent à d’autres régions ! Cela fait plus de 40 ans que les citoyens attendent le parachèvement de l’autoroute 19 avec voies réservées au transport collectif. Au cours de ces années, le Parti libéral du Québec a annoncé 5 fois son parachèvement. Il s’agit d’un manque de respect flagrant pour les automobilistes des Basses-Laurentides. Ce projet est nécessaire et urgent à réaliser pour la qualité de vie des usagers. En 2018, nous nous souviendrons !», a déclaré le député de Blainville, M. Mario Laframboise.

Le député de Deux-Montagnes et président du caucus des Laurentides, M. Benoit Charette, a tenu à renchérir : « Dans l’ensemble, les familles des Laurentides sont complètement délaissées par le gouvernement. Elles ne recevront aucun oxygène au niveau fiscal tout en voyant la congestion routière se détériorer en raison de la croissance démographique. C’est la même chose en matière d’éducation et de santé, deux réseaux qui ont fortement été endommagés par les coupures libérales des dernières années. L’argent ne suit pas la migration des citoyens vers les Basses-Laurentides. C’est complètement indécent que le gouvernement rate systématiquement chaque occasion de rectifier le sous-financement des Laurentides!  »

Dans son budget, le gouvernement propose une réduction fiscale de près de 1 $ par semaine pour chaque contribuable. À titre comparatif, rappelons que le gouvernement de M. Philippe Couillard a pigé 1300 $ dans les poches des familles québécoises depuis 2014.  La députée de Mirabel et porte-parole en matière de famille pour la CAQ, Mme Sylvie D’Amours, déplore le ridicule de l’action libérale : «  À 1 $ par semaine de baisse d’impôt, tu ne donnes pas un électrochoc à l’économie et encore moins un répit aux familles québécoises. L’objectif unique de la mesure est à saveur électorale et ce n’est pas avec ça que nous allons construire le Québec! C’est rire du monde qui se lève pour travailler chaque matin!  »

Les députés caquistes profiteront des travaux parlementaires autour du budget 2017-2018 pour exposer la réalité des Laurentides. Ils invitent la population à les suivre sur les réseaux sociaux afin d’obtenir davantage d’informations sur l’action parlementaire de la Coalition Avenir Québec.

Philippe Couillard augmente le fardeau fiscal de nos aînés, déplore François Legault

 

 14 février 2017

Après s’être attaqué aux familles québécoises en augmentant leurs taxes et leurs tarifs de près de 1000 $ depuis 2014, le gouvernement Couillard s’en prend aux aînés, déplore le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, qui revient à la charge et exige une baisse d’impôts immédiate pour les familles.

En haussant l’âge d’admissibilité au « crédit d’impôt en raison de l’âge » de 65 à 70, à partir de cette année, Philippe Couillard fait le choix délibéré de viser nos aînés les plus vulnérables, soit ceux qui n’ont plus la capacité de travailler. Ce faisant, il vient piger dans leurs poches jusqu’à 500 $ par personne, a indiqué François Legault, qui constate que tant les familles que les aînés ont eu à endurer les hausses de tarifs et de taxes libérales.

« Depuis plus d’un an, je propose au premier ministre de baisser les impôts de 500 $ pour chaque Québécois gagnant moins de 150 000 $. C’est urgent, non seulement pour donner un peu d’air aux Québécois, mais aussi pour permettre aux aînés de maintenir leur pouvoir d’achat. La réponse du premier ministre est d’aller piger dans les poches de nos aînés. Est-il conscient que leurs revenus n’augmentent pratiquement pas, mais que les taxes scolaires, les tarifs d’électricité et les taxes municipales, elles, augmentent ? Nos aînés méritent un répit. Quand le premier ministre va-t-il le leur accorder ? » a déclaré François Legault.

Philippe Couillard prouve une fois de plus qu’il est loin de la réalité des familles du Québec, qu’il est inconscient de ce qu’elles vivent au quotidien et de l’impact qu’ont eu sur elles toutes les hausses de taxes et de tarifs qu’il a imposées depuis 2014, a poursuivi le député de L’Assomption. « Notre priorité à la CAQ reste la même : donner de l’oxygène à nos familles, incluant les aînés, qui sont étouffées depuis deux ans et demi par les hausses de taxes et tarifs libérales. Les Québécois méritent mieux ! Le gouvernement libéral n’a pas respecté sa parole et nos familles s’en souviendront », a conclu François Legault.

La députée Sylvie D’Amours portera le dossier des familles du Québec pour la Coalition Avenir Québec

 

 25 janvier 2017

Après avoir porté les dossiers des agriculteurs du Québec depuis 2014 à l’Assemblée nationale, l’heure était au changement pour Sylvie D’Amours, députée de Mirabel. En effet, dans la foulée de l’arrivée du nouveau député caquiste Éric Lefebvre, elle s’est vu confier un important dossier pour sa formation politique, soit la mission de défendre l’ensemble des familles du Québec.

« Bien que je tienne énormément à l’agriculture et que je continuerai de défendre la réalité des entreprises agricoles de ma circonscription avec autant d’ardeur, je me réjouis de ces nouvelles fonctions et suis sincèrement enthousiaste de devenir porte-parole des familles du Québec, dossier qui transcende les ministères. En effet, celles-ci sont complètement délaissées par le gouvernement libéral de Philippe Couillard et en tant que mère de famille, je ne peux rester les bras croisés devant une telle situation. Nous avons donc beaucoup à faire et de nombreux citoyens à rencontrer ! » a-t-elle indiqué à Saint-Jean-sur-le-Richelieu, en marge du caucus présessionnel de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

En plus de porter le dossier de la famille, elle aura également le mandat d’être la porte-parole en matière de tourisme ainsi que des régions de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine et du Bas-St-Laurent.

C’est avec la même passion qu’on lui connait qu’elle compte défendre pleinement ses nouveaux dossiers « C’est avec plaisir que je mettrai en valeur des régions aussi riches en promesses que le Bas-St-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Je suis une femme de terrain et je crois fermement que le Québec doit davantage profiter des ressources et des gens de qualité qui résident en périphérie des grands centres. Ce sera la même chose pour le tourisme. Nous cherchons de l’argent neuf au Québec pour faire rouler notre économie et je ne vois rien de plus positif et valorisant qu’un étranger qui vient nous visiter et qui admire nos richesses culturelles » estime-t-elle en conclusion.

Jeu libre dans les rues : La CAQ invite les municipalités à se mettre au jeu

 

 20 novembre 2016

Pour encourager les jeunes à adopter de saines habitudes de vie, assurer le bien-être des familles et freiner la progression de l’embonpoint et de l’obésité juvénile, le député de Borduas pour la Coalition Avenir Québec, Simon Jolin-Barrette, a fait part de son intention d’encourager les municipalités à adopter une réglementation qui encadre de façon sécuritaire le jeu libre dans toutes les rues du Québec.

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, Simon Jolin-Barrette a souligné qu’enfants et parents devraient pouvoir jouer à l’extérieur en toute légalité. Il n’est pas normal qu’en 2016, des avertissements, pouvant mener à des contraventions et des constats d’infraction, soient encore émis par la police parce que nos jeunes veulent bouger, a indiqué le député de Borduas, qui déposera la semaine prochaine à l’Assemblée nationale un projet de loi pour favoriser le jeu à l’extérieur en proposant aux municipalités qui le désirent un cadre réglementaire.

« Jouer, c’est le seul moment où un enfant est totalement libre. C’est par le jeu qu’il apprend à vivre en société, qu’il teste ses propres limites. Malheureusement, aujourd’hui, le jeu libre est très restreint. Trop restreint. Si bien que l’embonpoint et l’obésité chez les jeunes sont devenus des fléaux de société. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le quart des jeunes âgés de 6 à 17 ans étaient en situation de surplus de poids entre 2009 et 2013 et seulement 13 % des garçons et 6 % des filles atteignent présentement les recommandations de 60 minutes d’activité physique par jour. On ne peut pas rester les bras croisés. C’est par un accès facilité à nos rues que nous serons en mesure de renverser cette tendance », a déclaré le député de la CAQ Simon Jolin-Barrette, qui reçoit l’appui d’une quinzaine d’organismes et de regroupements, dont la Coalition québécoise sur la problématique du poids, l’Association pour la santé publique du Québec et la Ville de Belœil.

Le caquiste s’est grandement inspiré de Belœil qui, en avril dernier, est devenue la première ville au Québec à permettre le jeu dans l’espace public dans le cadre d’un projet pilote. « La Ville de Belœil a jeté les bases d’un vrai projet de société. Si elle a su établir des balises claires et sécuritaires pour faire de l’activité physique une partie intégrante du mode de vie des jeunes enfants, pourquoi le reste du Québec ne pourrait pas le faire ? Il y a des leçons à en tirer. Il est temps de leur dire qu’ils sont en droit d’être des enfants. Dans nos rues, faut que ça bouge ! » a conclu Simon Jolin-Barrette, qui entend sensibiliser personnellement les ministres Gaétan Barrette (Santé), Lucie Charlebois (Saines habitudes de vie) et Martin Coiteux (Affaires municipales) à cet enjeu touchant la vie de nombreuses familles québécoises.

La CAQ dénonce le blocage de la réforme du droit de la famille par des députés libéraux

 

 27 octobre 2016

Les prochaines élections générales ayant lieu dans 18 mois, il n’y a aucune raison de précipiter les choses et d’accoucher de la réforme tant attendue du droit de la famille, selon un député libéral. Des propos qui ont fait bondir les députés de la Coalition Avenir Québec.

Les députés de la CAQ, Simon Jolin-Barrette et Lise Lavallée, n’en reviennent pas de cette déclaration, une autre preuve flagrante de l’inaction du gouvernement libéral. Pourtant, la société québécoise a grandement évolué au cours des 35 dernières années et il est tout à fait normal que le droit s’adapte à la réalité des familles. C’est la raison pour laquelle la CAQ souhaitait doter la Commission des institutions d’un mandat d’initiative, afin d’entamer une étude approfondie et sérieuse des recommandations du rapport du comité consultatif sur le droit de la famille, qui dort sur une tablette depuis 16 mois maintenant.

« Le gouvernement nous dit que ça ne sert à rien de commencer à travailler une réforme puisque nous n’aurons pas le temps de la finir avant les élections de 2018. Est-ce que les libéraux vont cesser de déposer des projets de loi et toutes nouvelles commissions parlementaires à partir de maintenant? C’est franchement ridicule. Il faut adapter nos lois à la réalité des familles d’aujourd’hui. Adoption, mères porteuses, intérêts des enfants nés hors mariages et j’en passe : toutes des réformes essentielles que nous devons mener, mais les libéraux refusent constamment de les aborder », a déclaré Simon Jolin-Barrette, critique de la CAQ en matière de justice et instigateur du mandat d’initiative refusé par le gouvernement.

La porte-parole en matière de famille, Lise Lavallée, aurait pour sa part espéré voir un plan de match concret, à tout le moins un échéancier, de la part du gouvernement plutôt que de recevoir des commentaires non fondés et partisans. « Je tiens à rappeler aux députés libéraux que nous sommes en 2016, ce qui signifie qu’il nous reste deux années de travail avant le rendez-vous électoral. On ferme boutique, voilà leur solution? Les Québécois s’attendent à mieux de leurs élus. Ce n’est pas vrai qu’en deux ans nous ne pouvons rien faire pour améliorer le sort et les conditions de vie de nos familles. Nous ne resterons pas les bras croisés! » a promis la députée de Repentigny.