AGA de la Fédération des producteurs acéricoles : Le gouvernement doit s’inspirer de l’ambition des producteurs

 

 30 mai 2018

En marge de l’Assemblée annuelle de la Fédération des producteurs acéricoles, Sylvie D’Amours, porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, a pris la parole devant les membres présents pour réitérer toute l’importance qu’ont les producteurs agricoles au sein de sa formation politique. La CAQ s’est d’ailleurs engagée, depuis sa création, à ne pas ménager les efforts pour faire du secteur agroalimentaire l’un des grands moteurs de notre économie.

 

Mme D’Amours a martelé, durant son discours, l’importance que l’État se dote d’objectifs ambitieux, fasse preuve de leadership et qu’il s’inspire de toute l’ambition et la passion qui habitent nos producteurs agricoles, afin de mieux tirer notre épingle du jeu sur la scène internationale.

 

La députée de Mirabel maintient que le marché agricole doit accroître ses exportations, investir en transformation alimentaire en misant sur l’innovation, renforcer l’identité québécoise autour de nos produits et améliorer l’empreinte écologique de l’agriculture, ultimement dans le but de rapprocher le consommateur du producteur.

Gestion de l’offre : La CAQ continuera de défendre tous les producteurs du Québec

 

 18 avril 2018

La Coalition Avenir Québec réitère son engagement à défendre avec vigueur la gestion de l’offre. Depuis sa fondation, la CAQ a porté la voix de milliers de producteurs agricoles, et a défendu leurs intérêts afin de renforcer notre agriculture.

La porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, soutient que le système de gestion de l’offre est essentiel pour assurer aux producteurs agricoles d’obtenir un prix juste par rapport aux coûts de production qu’ils doivent défrayer au Québec. La députée de Mirabel a ajouté que le modèle de fermes familiales dont s’est doté la collectivité agricole dynamise nos régions et assure leur pérennité.

Mme D’Amours a rappelé que la CAQ a toujours fait du maintien de la gestion de l’offre un pilier de son programme en agriculture. Les récentes attaques du Parti Québécois et du Parti libéral du Québec, visant à laisser croire le contraire, ne font que témoigner de la panique généralisée qui s’est emparée de ces deux partis à l’approche des élections d’octobre prochain.

Règlementation sur les pesticides : La CAQ réclame une commission parlementaire

 

 13 mars 2018

 À la suite des récentes révélations concernant le manque de transparence du Centre de recherche sur les grains vis-à-vis du ministère de l’Agriculture, la députée de Mirabel pour la Coalition Avenir Québec, Sylvie D’Amours, réclame une commission parlementaire pour se pencher sur l’enjeu des pesticides.

Depuis la présentation du nouveau règlement en matière de gestion des pesticides, de nombreux producteurs se disent écartés, au moment même où des soupçons de favoritisme planent et l’indépendance des agronomes est remise en question, a souligné Sylvie D’Amours.

La caquiste a dit partager l’inquiétude des producteurs agricoles, d’autant plus que le ministre de l’Agriculture n’était même pas présent lors de l’annonce du nouveau règlement sur la gestion des pesticides. Il est temps pour Laurent Lessard de reprendre le contrôle de son ministère et de mettre fin aux risques de conflits d’intérêts qu’amène la nouvelle réglementation.

Financiarisation des terres agricoles : Les libéraux bloquent un mandat d’initiative de la CAQ

 

 8 février 2018

Malgré l’urgence d’accompagner la relève agricole, le gouvernement libéral a refusé, jeudi, un mandat d’initiative réclamé par la députée de Mirabel et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, visant à étudier sérieusement l’enjeu que représente la financiarisation des terres agricoles.

Pour le milieu agricole, c’est un dossier prioritaire, a déclaré Sylvie D’Amours, qui pense notamment à tous les jeunes agriculteurs qui démarrent et qui souhaitent devenir propriétaires de terres. L’achat de terres à des fins autres qu’agricoles contribue de plus en plus à la surinflation du prix des terres, ce qui pose de nombreux obstacles pour la relève, a-t-elle souligné.

La députée caquiste souhaitait donc une commission parlementaire afin d’aider les agriculteurs à faire face à ce nouveau contexte. Malheureusement, les députés libéraux Serge Simard (Dubuc), Paul Busque (Beauce-Sud), Norbert Morin (Côte-du-Sud), Germain Chevarie (Îles-de-la-Madeleine), Guy Bourgeois (Abitibi-Est) et Guy Hardy (Saint-François) ont unanimement refusé d’étudier le dossier.

Sylvie D’Amours n’est cependant pas étonnée : cela ne fait que prouver une fois de plus que l’agriculture, pour le Parti libéral, n’est pas prioritaire. La CAQ continuera de défendre les intérêts de tous les agriculteurs du Québec, particulièrement ceux de la relève.

Congrès de l’UPA : Un gouvernement de la CAQ agira en agriculture pour créer de la richesse partout au Québec

 

 7 décembre 2017

Finis les comités, les tables d’experts, les forums et les consultations : un gouvernement de la Coalition Avenir Québec dirigé par François Legault, fera du domaine agroalimentaire un des plus grands moteurs de notre économie. Voilà le message qu’a lancé le chef de la CAQ, François Legault, lors d’une allocution devant les membres de l’Union des producteurs agricoles, réunis en congrès mercredi.

Accompagné de sa porte-parole en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, François Legault a réitéré sa promesse de mettre sur pied un fonds d’au moins 50 millions de dollars pour augmenter les investissements privés en agriculture. Après près de 15 années de règne libéral, où tous les dossiers stratégiques ont pris la poussière, il est essentiel de stimuler la production et la transformation agroalimentaire par tous les moyens. L’aide promise par la CAQ permettra aux agriculteurs qui n’en ont pas les moyens de s’acheter de nouveaux équipements et d’augmenter ainsi leur productivité.

 Pour accompagner cette transformation et percer de nouveaux marchés, il faut aider nos producteurs à innover et à saisir les opportunités d’affaires. Or, sous les libéraux, le Québec est en train de prendre un retard considérable par rapport au reste du Canada, a déploré le chef de la CAQ.

 Legault s’est également engagé à créer un département chez Investissement Québec spécialisé en agriculture, qui aidera les projets au mérite, ainsi qu’à obliger les institutions publiques qui offrent un service alimentaire de s’approvisionner d’abord auprès des producteurs locaux.

Congrès de l’UPA : Un gouvernement de la CAQ agira en agriculture pour créer de la richesse partout au Québec

 

 6 décembre 2017

Finis les comités, les tables d’experts, les forums et les consultations : un gouvernement de la Coalition Avenir Québec dirigé par François Legault, fera du domaine agroalimentaire un des plus grands moteurs de notre économie. Voilà le message qu’a lancé le chef de la CAQ, François Legault, lors d’une allocution devant les membres de l’Union des producteurs agricoles, réunis en congrès mercredi.

Accompagné de sa porte-parole en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, François Legault a réitéré sa promesse de mettre sur pied un fonds d’au moins 50 millions de dollars pour augmenter les investissements privés en agriculture. Après près de 15 années de règne libéral, où tous les dossiers stratégiques ont pris la poussière, il est essentiel de stimuler la production et la transformation agroalimentaire par tous les moyens. L’aide promise par la CAQ permettra aux agriculteurs qui n’en ont pas les moyens de s’acheter de nouveaux équipements et d’augmenter ainsi leur productivité.

Pour accompagner cette transformation et percer de nouveaux marchés, il faut aider nos producteurs à innover et à saisir les opportunités d’affaires. Or, sous les libéraux, le Québec est en train de prendre un retard considérable par rapport au reste du Canada, a déploré le chef de la CAQ.

M. Legault s’est également engagé à créer un département chez Investissement Québec spécialisé en agriculture, qui aidera les projets au mérite, ainsi qu’à obliger les institutions publiques qui offrent un service alimentaire de s’approvisionner d’abord auprès des producteurs locaux.

OGM : La CAQ réitère son appui à l’étiquetage obligatoire

 

 7 novembre 2017

Alors que l’organisme Vigilance OGM déposait mardi une pétition signée par plus de 20 000 citoyens du Québec réclamant l’étiquetage obligatoire des organismes génétiquement modifiés (OGM), la porte-parole de la Coalition Avenir Québec (CAQ) en matière d’agriculture et députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, a réitéré son appui à une telle démarche et a invité le gouvernement libéral à bouger sur le dossier.

Les consommateurs sont en droit de savoir ce qui compose les aliments qu’ils consomment, peu importe leur provenance, a souligné Sylvie D’Amours, qui rappelle que l’étiquetage obligatoire des OGM figurait dans la plateforme électorale de la CAQ dès 2012. Il s’agit d’une question d’intérêt public qui bénéficie d’un large consensus dans la société. En 2017, il est inacceptable que le Parti libéral ne soit pas encore allé de l’avant avec cette mesure.

La députée de Mirabel a fait savoir que le Parti libéral s’était engagé en 2003 à rendre obligatoire l’étiquetage. Après près de 15 années de règne libéral, rien n’a été fait au ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation et ce sont encore une fois les consommateurs québécois qui sont pénalisés.

Agriculture : La députée Sylvie D’Amours renoue avec sa passion

 

 16 octobre 2017

À la suite de l’arrivée dans le caucus de la Coalition Avenir Québec de la nouvelle députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, est fière d’annoncer qu’elle devient porte-parole de la CAQ en matière d’Agriculture, d’Alimentation et des Pêcheries, une responsabilité qu’elle a déjà occupée avec vigueur par le passé.

Pour Mme D’Amours, c’est un retour à son premier amour. Personnellement absorbée par les enjeux agroalimentaires, Sylvie D’Amours a toujours été habitée par cette passion. Faire de l’agriculture son principal cheval de bataille à l’Assemblée nationale est un honneur et une grande source de fierté et de motivation.

Bien qu’elle fasse un retour dans le dossier, la députée de Mirabel a tenu à faire savoir qu’elle n’a jamais cessé de parler aux agriculteurs et aux producteurs sur le terrain. Parti de l’économie et des familles, la CAQ continuera de les défendre, peu importe la région dont ils proviennent. Après près de 15 années de gouvernement libéral, tous souhaitent voir un changement positif dans ce secteur, essentiel pour le développement économique et la richesse collective du Québec.

Utilisation de pesticides : La CAQ dénonce une règlementation excessive

 

 7 septembre 2017

Le projet de réglementation des pesticides proposé par le ministre de l’Environnement, David Heurtel, n’est pas acceptable dans sa forme actuelle, déplorent les députés de la Coalition Avenir Québec, Mathieu Lemay et Donald Martel. La CAQ joint sa voix à celle des Producteurs de grains du Québec et exige plus de souplesse, au bénéfice des travailleurs agricoles.

Selon le critique caquiste en matière d’environnement, Mathieu Lemay, il est essentiel de mieux encadrer l’utilisation de pesticides dangereux afin de protéger l’environnement et la santé de la population, mais la réalité est que le ministre Heurtel s’apprête à ajouter de nombreuses contraintes et une réglementation excessive, entièrement sur le dos des agriculteurs. Le gouvernement libéral a réussi à convaincre ni la communauté agricole ni l’industrie agrochimique, si bien que tous craignent des pertes importantes de productivité au cours des prochaines années. Pour le député de Masson, il est évident que la réglementation doit être appuyée sur une base scientifique solide et des études d’impact réalistes.

De son côté, le porte-parole de la CAQ en matière d’agriculture, Donald Martel, presse le ministre Laurent Lessard à se saisir lui aussi du dossier et de rassurer les gens qu’ils représentent. Laurent Lessard ne peut tolérer que le ministère de l’Environnement joue les trouble-fêtes dans un secteur aussi essentiel pour l’économie québécoise et s’en prenne à la compétitivité de nos entreprises agricoles, indique le député de Nicolet-Bécancour.

Vernissage et épluchette de blé d’Inde gratuite au centre-ville: Chantal Soucy et le 1855, Exposition collective invitent les citoyens à participer en grand nombre!

 

 24 août 2017

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy et le 1855, Exposition collective ouvriront leurs portes samedi, le 2 septembre prochain, de 12h à 16h, dans le cadre d’un vernissage sous le thème « Saint-Hyacinthe, terre agricole ».

Pour l’occasion, les citoyens seront d’abord invités à participer à une épluchette de blé d’Inde, qui se tiendra devant les locaux du 1855, Exposition collective. Ils seront ensuite dirigés au bureau de la députée Chantal Soucy, où ils pourront admirer les œuvres inédites d’artistes locaux, échanger avec leur députée et savourer un gâteau offert par la boutique Produits de l’érable 4 saisons.

« Cette journée est l’occasion parfaite pour les familles de se réunir pour découvrir nos produits locaux et encourager les artistes de notre région. C’est toujours un plaisir pour moi de m’associer avec des événements qui, comme celui-ci, visent à promouvoir l’agriculture et l’art de chez nous. J’invite donc les citoyens à venir nous visiter en grand nombre! » a déclaré la députée Chantal Soucy.

Pour sa part, Jeannot Caron, gestionnaire du 1855, Exposition collective, a tenu à souligner l’importance de cet événement pour la communauté maskoutaine et les artistes locaux : « Depuis sa création, la vocation du 1855 est de démocratiser l’art et de le rendre accessible dans notre région. L’épluchette du 2 septembre prochain s’inscrit donc parfaitement dans le cadre de notre mission, puisqu’en plus de pouvoir admirer les œuvres, les gens pourront rencontrer les artistes à la galerie. Nous sommes très heureux que notre députée, Chantal Soucy, accepte une fois de plus de prendre part à notre projet et d’exposer les toiles de nos artistes à son bureau. Elles y seront d’ailleurs jusqu’à la fin novembre », a-t-il déclaré.

L’épluchette de blé d’Inde, ainsi que le vernissage, seront offerts gratuitement et se tiendront le 2 septembre prochain, de 12h à 16h, au 1855, Exposition collective, situé au 1855, rue des Cascades, ainsi qu’au bureau de la députée Chantal Soucy, au 1970, rue des Cascades O., à Saint-Hyacinthe.