Radicalisation et extrémisme violent : Le gouvernement libéral accuse un retard majeur

 

 18 mai 2017

La députée de Montarville pour la Coalition Avenir Québec, Nathalie Roy, révèle que deux ans après la présentation en grande pompe de son plan d’action pour contrer la radicalisation et l’extrémisme violent, le gouvernement libéral n’a même pas réalisé 50 % des mesures promises. Surtout, Philippe Couillard n’a pas réalisé une des propositions phares de son plan : la réalisation d’un « portrait de l’évolution des phénomènes de la radicalisation et de l’extrémisme violent ».

En réponse à plusieurs demandes d’accès à l’information de la CAQ, le Ministère de la Sécurité publique et la Sûreté du Québec confirment ne pas avoir de portrait en main, ni même d’avoir commencé sa rédaction.

Nathalie Roy rappelle que le Plan d’action gouvernemental doit prendre fin en 2018. Ainsi, à 1 an de son échéance, les libéraux prétendent s’attaquer à un problème dont ils ne connaissent même pas l’ampleur.

Soins à domicile : La CAQ réclame un portrait national avant le forum

 

 17 mai 2017

Le ministre de la Santé doit commander à son ministère un portrait complet de l’attente pour les soins à domicile, car actuellement, il ne sait pas combien de patients attendent, ni depuis combien de temps, a suggéré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis.

Paradis a dénoncé l’absence d’un tel portrait alors que le gouvernement gère et finance les soins à domiciles sans même savoir combien de patients attendent, depuis combien de temps et dans quelles régions du Québec. Il se questionne à savoir comment M. Barrette pourra adopter des mesures qui répondront véritablement aux besoins des familles et aînés du Québec.

Couverture cellulaire sur les routes du Québec : Les automobilistes laissés à eux-mêmes

 

 17 mai 2017

Le Ministère des Transports (MTQ) ne détient aucune liste des routes non-couvertes par un réseau cellulaire et aucun plan d’action pour développer la couverture du réseau sur les tronçons problématiques, a révélé le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de transports, Benoit Charette.

La couverture cellulaire dans les régions du Québec est déficiente et dangereuse pour la sécurité des Québécois, mais tout indique que l’enjeu n’est pas assez important pour que le gouvernement libéral en fasse une priorité. Résultat : lors de situations d’urgence, comme l’importante tempête de mars dernier, des automobilistes sont incapables de rejoindre leurs proches ou d’appeler pour de l’aide.

Le député Benoit Charette a souligné qu’en 2017, la sécurité routière ne se limite pas seulement aux photos radars. Le ministre Laurent Lessard doit emboiter le pas et se doter d’un portrait de la couverture cellulaire sur toutes les routes du Québec pour qu’aucune portion du territoire n’échappe à une couverture de base.

Soutien aux parents d’enfants lourdement handicapés et majeurs

 

 16 mai 2017

(Repentigny) Le 16 mai, 2017 – Il y a quelques mois, le gouvernement du Québec annonçait une nouvelle aide financière pour soutenir certains parents d’enfants lourdement handicapés d’âge mineur. C’est un pas dans la bonne direction, mais le programme ne répond pas aux besoins puisque sur les 3087 demandes reçues, seulement 561 ont été acceptés et 698 ont été refusés. De plus, cette nouvelle aide financière versée cesse d’être versée lorsque l’enfant handicapé atteint 18 ans.

Les parents d’enfants handicapés majeurs qui s’occupent de leur enfant reçoivent moins de support financier de l’État que s’ils confiaient leur enfant à une famille d’accueil.

«Ce n’est pas parce qu’un enfant handicapé souffle ses 18 bougies sur son gâteau d’anniversaire que ses problèmes disparaissent par magie. Les parents doivent continuer de s’occuper de leurs enfants handicapés même s’ils sont majeurs et doivent parfois abandonner leur travail. », de souligner madame Lavallée, députée de Repentigny.

Aujourd’hui, les parents d’enfants majeurs lourdement handicapés souhaitent un traitement juste et équitable.

La Coalition Avenir Québec a la ferme intention de poursuivre son soutien à ces familles afin qu’ils obtiennent du gouvernement libéral un traitement équitable. Les parents de l’organisme Parents pour toujours peuvent compter sur notre appui.

«Le gouvernement du Québec a déjà lui-même reconnu que cette situation était injuste pour les parents d’enfants handicapés mineurs, mais cette même injustice frappe aussi les parents d’enfants handicapés qui atteignent la majorité. Le plus grand acquis pour ces enfants est sans contredit l’amour de leurs parents. Et ces derniers n’abdiqueront jamais!», de conclure madame Lavallée.

 

-30-

Source :

Clément Bourassa, attaché politique

Bureau de circonscription de Repentigny

Tél. 450-581-6102

clement.bourassa@assnat.qc.ca

Modification à la carte électorale : Les vraies intentions du Parti libéral exposées au grand jour

 

 16 mai 2017

En laissant grande ouverte la porte à une modification de la carte électorale, adoptée en toute indépendance par le Directeur général des élections et la Commission de la représentation électorale, dans le but de sauver des comtés libéraux, Philippe Couillard ne respecte pas le travail de nos institutions, a déploré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de justice, Simon Jolin-Barrette.

Vendredi dernier, lors d’une allocution au Côte Saint-Luc Men’s Club, Philippe Couillard a tenu des propos inquiétants : il n’exclut pas de changer la loi électorale pour conserver trois circonscriptions libérales. M. Couillard a d’ailleurs assuré que de « sérieuses discussions » se tiendront quant à une possible modification de la Loi électorale. Pour Simon Jolin-Barrette, Philippe Couillard ferait mieux de mettre ses énergies dans une vraie réforme du mode de scrutin québécois, afin d’assurer la juste représentation de toutes les régions du Québec.

Lors de la période des questions, le premier ministre a ajouté une couche supplémentaire, affirmant que les critères en place pour modeler la carte électorale devront être revus. M. Couillard a même réaffirmé son invitation aux citoyens à saisir les tribunaux pour assurer que la loi sera modifiée.

Référendums municipaux : les municipalités du Québec sont dans le flou total

 

 16 mai 2017

Il serait complètement illogique pour le gouvernement libéral de faire adopter son projet de loi 122 sur l’autonomie des municipalités sans avoir pris connaissance des recommandations du comité de travail qu’il a mis en place justement pour assurer la pleine participation et consultation des citoyens, a indiqué le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’affaires municipales, Mario Laframboise.

Pourtant, c’est exactement ce que le ministre Martin Coiteux a laissé entendre, mardi, en refusant de s’engager à attendre les recommandations du groupe avant d’adopter le projet de loi 122.

L’improvisation libérale est déplorable, a souligné Mario Laframboise. Le député caquiste a exigé de voir les recommandations du groupe de travail, attendues d’ici le 1er juillet, avant de voter le projet de loi.

900 nouvelles ressources : De la poudre aux yeux, dénonce la CAQ

 

 11 mai 2017

Alors qu’il avait promis l’embauche de près de 900 ressources partout au Québec pour offrir des services directs aux élèves, le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx n’a en réalité ajouté que 111 postes professionnels dans le réseau durant la dernière année scolaire, soit à peine 13 % des embauches effectuées. En contrepartie, plus du quart des embauches annoncées sont pour du personnel de soutien.

Le réseau a pourtant cruellement besoin d’orthophonistes, d’orthopédagogues, de psychologues, de psychoéducateurs et de conseillers d’orientation pour venir en aide aux élèves les plus vulnérables et mettre fin aux longs délais dans le diagnostic des troubles et difficultés d’apprentissage, soutient le député de la Coalition Avenir Québec, Jean-François Roberge. Le gouvernement libéral a beau faire croire qu’il a embauché 900 nouvelles ressources en services directs aux élèves, dans les faits, il embauche du personnel de soutien, mais trop peu de professionnels.

Si le ministre veut vraiment ajouter des services pour les élèves en difficultés, il doit donner aux commissions scolaires une ligne directrice claire et exiger l’embauche de ressources professionnelles, a lancé le député caquiste.

Inondations de 2015 à Pohénégamook : Les libéraux n’ont pas tenu parole

 

 11 mai 2017

Lorsque les caméras ne seront plus braquées sur les sinistrés et les inondations exceptionnelles des derniers jours, le gouvernement libéral continuera-t-il de répondre aux cris du cœur des familles québécoises ? Si l’on se fie à la gestion libérale des inondations de 2015 à Pohénégamook, rien n’est certain, s’inquiète la porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour la région du Bas-Saint-Laurent, Sylvie D’Amours.

Pour la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, dont la circonscription est actuellement aux prises avec d’importantes inondations, les libéraux ne doivent pas simplement faire des belles promesses. Ils doivent respecter leur parole. Or, le non-respect des promesses de Jean D’Amour déteint sur l’ensemble du gouvernement libéral.

Outrée par ce drame sans fin pour les citoyens de Pohénégamook, Mme D’Amours somme le gouvernement à aider une bonne fois pour toutes la Ville et s’engager à ne pas rejouer dans le même film lorsque viendra le temps d’indemniser et planifier les travaux de réfection dans les régions du Québec présentement affectées.

Cliniques juridiques dans les universités : La CAQ met une proposition sur la table pour améliorer l’accès à la justice

 

 11 mai 2017

Pour que tous les Québécois bénéficient d’un meilleur accès à la justice, le député de Borduas pour la Coalition Avenir Québec, Simon Jolin-Barrette, a déposé jeudi, à l’Assemblée nationale, le projet de loi 697, visant à permettre aux étudiants en droit, à l’intérieur de cliniques juridiques universitaires, d’offrir des avis et des conseils juridiques à la population, sous la supervision d’un avocat ou d’un notaire en exercice.

Appuyé par l’Association des étudiants en droit de l’Université de Montréal, M. Jolin-Barrette souhaite que les juristes de demain contribuent pleinement au système de justice, en renseignant les Québécois sur leurs droits. Le projet de loi de la CAQ permettrait aux universitaires de :

–       Donner des conseils juridiques ;

–       Tenir des consultations ;

–       Partager des informations juridiques aux citoyens.

Toutes les tâches qu’ils effectueront seront soumises à des règles précises, à l’intérieur de cliniques juridiques accréditées et affiliées à un établissement d’enseignement de niveau universitaire, ainsi qu’à la supervision d’un membre en règle du Barreau ou d’une chambre des notaires.

Santé et saines habitudes de vie : Chantal Soucy questionne les ministres pour sa circonscription

 

 10 mai 2017

La députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a profité de la période d’étude de crédits budgétaires à l’Assemblée nationale pour s’adresser aux ministres Gaétan Barrette et Lucie Charlebois afin de les sensibiliser à trois enjeux locaux d’importance.

Des besoins criants en pédopsychiatrie

La députée de Saint-Hyacinthe a d’abord interpellé le ministre de la Santé et des Services sociaux au sujet du grave manque de services en pédopsychiatrie, à Saint-Hyacinthe. En Montérégie, seul l’Hôpital Charles-LeMoyne possède les ressources nécessaires pour hospitaliser les patients en pédopsychiatrie. Qui plus est, en l’absence d’un corridor de services déterminé, l’Hôpital Charles-LeMoyne est en droit de refuser de traiter les patients que lui réfère l’Hôpital Honoré-Mercier.

Après avoir cité deux cas réels vécus dernièrement à l’hôpital de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy a demandé au ministre Gaétan Barrette de s’assurer minimalement qu’un corridor de services soit établi, afin que les jeunes citoyens de sa circonscription nécessitant des soins en pédopsychiatrie puissent être traités dans les plus brefs délais à l’Hôpital Charles-LeMoyne.

Pour plus de détails sur les cas cités et pour visionner l’intervention complète : https://www.youtube.com/watch?v=g6ima2xACbA&t=1s

Fermeture imminente de Jeunes en santé

En commission parlementaire, la députée de Saint-Hyacinthe est également revenue à la charge dans un dossier qu’elle défend depuis plusieurs mois : la fermeture imminente de Jeunes en santé. Dans le cadre de sa nouvelle politique de prévention en santé, le gouvernement libéral annonçait récemment qu’il injecterait 20 millions de dollars dans le soutien aux nouvelles initiatives. Saisissant la balle au bond, Chantal Soucy a interpellé la ministre Lucie Charlebois à ce sujet en commission parlementaire. « Jeunes en santé atteint déjà plusieurs cibles gouvernementales de prévention en santé », a-t-elle déclaré. « Dans votre politique gouvernementale, vous mentionnez que le gouvernement mise sur la prévention de la santé et l’importance d’agir en amont. C’est exactement ce que fait Jeunes en santé. Alors j’aimerais rassurer mes citoyens et leur dire que le gouvernement ne laissera pas tomber Jeunes en santé, qui est reconnu par tous les acteurs du milieu. De quelle façon Jeunes en santé pourrait-il se prévaloir de ce financement? »

La ministre a indiqué qu’elle attendait le dépôt du plan d’action de sa politique avant de dévoiler les organismes qui en profiteraient. « Avec la réponse de la ministre, on espère que le plan d’action sera déposé bientôt, parce que le temps presse pour Jeunes en santé! », a souligné la députée de Saint-Hyacinthe.

Rappelons que le financement gouvernemental dont bénéficie Jeunes en santé depuis 10 ans sera épuisé dès le mois de juin prochain.

Pour visionner l’intervention complète : https://www.youtube.com/watch?v=8imDJurTlWA

À la recherche d’un financement pour « Les Collations de l’entraide »

Lors de la même commission parlementaire, Chantal Soucy s’est également informée sur les possibilités pour le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe d’obtenir un financement gouvernemental pour son programme « Les Collations de l’entraide ». Instaurée en 2008, cette initiative permet de compléter les boîtes à lunch de centaines d’enfants provenant de milieux défavorisés de la région. L’an dernier, plus de 24 000 collations furent ainsi distribuées dans les écoles de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Or, le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe ne bénéficie d’aucun financement gouvernemental pour soutenir ce projet et peine à suffire à la demande.

« Dans le budget déposé en mars dernier, le gouvernement prévoit allouer un montant de 5 millions de dollars au projet de distribution de collations de fruits et de légumes pour les jeunes en milieu scolaire défavorisé. Je tenais à l’informer de ce qui se fait déjà ici, à Saint-Hyacinthe, par le Centre de bénévolat, qui manque de ressources financières pour répondre à la demande», a déclaré Chantal Soucy, à l’issue de l’étude des crédits budgétaires. La députée caquiste a également tenu à s’assurer que le montant de 5 millions de dollars serait entièrement dédié aux services aux élèves et non aux structures organisationnelles.

Pour visionner l’intervention complète : https://www.youtube.com/watch?v=P5Jt6dxHM9g