Il est temps de donner une vraie leçon aux libéraux, dit François Legault

 

 15 septembre 2016

« Les Québécois doivent sanctionner le gouvernement Couillard  pour son inaction et son peu d’intégrité lors des élections partielles qui se tiendront cet automne. » C’est ce qu’a soutenu jeudi matin le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, alors qu’il présentait ses deux candidates aux élections de Marie-Victorin et Verdun.

« Il est temps de donner une vraie leçon aux libéraux », a lancé le chef caquiste, rappelant que les événements des dernières semaines ont prouvé que le Parti libéral a l’éthique élastique et fait de la démagogie son arme principale. « Que l’on parle d’éthique ou d’intégrité, les libéraux ne font qu’à leur tête. De Jean Charest à Philippe Couillard, c’est la même arrogance. Le gouvernement n’a plus d’excuses. Ce sont les mêmes visages, la même équipe qui est au pouvoir au Québec depuis 2003. Philippe Couillard prétend savoir mieux que la population ce qui est bon pour elle, mais cet automne, croyez-moi, les citoyens de Saint-Jérôme, Marie-Victorin, Verdun et Arthabaska sauront bien lui faire part de leur mécontentement face à son gouvernement », a indiqué François Legault, accompagné de ses deux candidates. 

Plus que jamais, les Québécois souhaitent mettre un terme aux problèmes d’éthique et d’intégrité au sein du gouvernement libéral. Pour y arriver, il faut toutefois envoyer de nouveaux visages à l’Assemblée nationale, a indiqué M. Legault. « C’est en votant pour Julie Chapdelaine dans Marie-Victorin et Ginette Marotte dans Verdun que les citoyens pourront véritablement sanctionner les libéraux. Nos deux candidates sont de deux générations différentes, mais elles représentent le même Québec : le Québec qui travaille, qui paie ses impôts, qui s’implique dans sa communauté, qui se lève chaque matin et qui a le désir de se prendre en main. Le Québec du vrai monde! D’ici 2018, il faut profiter de toutes les occasions pour envoyer un message à tout le Québec : les libéraux doivent cesser de se moquer de nous! », a soutenu le chef de la CAQ.

Dans Verdun, c’est Ginette Marotte, ancienne mairesse de Verdun et conseillère municipale à la Ville de Montréal, qui portera les couleurs de la CAQ.  Après une pause de la vie politique en 2013 pour s’occuper de sa mère atteinte d’un cancer, Mme Marotte est prête à replonger dans l’arène politique et compte faire de la dignité des aînés sa grande priorité. Dans Marie-Victorin, la CAQ présente Julie Chapdelaine, une femme issue du milieu de la restauration où elle a occupé des postes dans plusieurs établissements. Mme Chapdelaine complète actuellement un baccalauréat en gestion aux HEC après un retour aux études.

Une pétition pour dénoncer les frais de stationnement des hôpitaux

 

 13 septembre 2016

La Coalition Avenir Québec dénonce les frais de stationnement élevés dans les hôpitaux du Québec et invite la population à signer la pétition qui circule pour forcer le gouvernement à publier des directives.

À Québec, le coût de certains établissements, comme l’Hôtel-Dieu de Québec et l’Hôpital Saint-François d’Assise, peuvent atteindre 16 dollars pour la journée, ce qui est parmi les plus élevés dans la province.

Le député François Paradis s’indigne de ces frais exigés par certains hôpitaux.

«Encore une fois, on est dans un état de fait où les citoyens les plus vulnérables sont pris en otage parce qu’ils ne vont pas là par plaisir, mais par nécessité, autant pour celui qui est malade que pour ses proches. Tu n’es pas au Palais Montcalm ou au Grand Théâtre et que c’est budgété pour la soirée. Là, tu vas à l’hôpital », dénonce le député de Lévis en entrevue au Journal de Québec.

François Paradis s’étonne que malgré les promesses du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, rien n’ait été annoncé pour réguler la situation.

La CAQ rappelle qu’elle souhaite limiter les frais entre 7 et 10 $ et que les deux premières heures soient gratuites.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Fêtes religieuses et accommodements raisonnables : La CAQ fustige l’inaction des libéraux

 

 13 septembre 2016

Depuis près de 10 ans, les libéraux se traînent littéralement les pieds dans le dossier des accommodements raisonnables, déplore la Coalition Avenir Québec, qui regrette de voir la fête du Mouton, célébrée actuellement par la communauté musulmane, créer certains remous dans la société québécoise.

Tout d’abord, la porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, estime que la loi sur le bien-être animal dont s’est dotée Québec en décembre dernier est pleine de trous, malgré les avertissements lancés au ministre Pierre Paradis lors de son étude. « La loi permet en toute liberté l’abattage personnel d’un animal, mais en contrepartie soumet les abattoirs à des règles strictes pour limiter les souffrances de l’animal. Il y a ici un non-sens flagrant. C’est simple : aucun prétexte, même religieux, ne devrait permettre d’abattre un mouton dans sa cour arrière et de faire souffrir un animal ainsi. On ne peut tolérer ça comme société. Malheureusement, Pierre Paradis a choisi de fermer les yeux et d’éviter la question. Cela démontre une fois de plus la timidité et l’embarras du gouvernement face à toutes les questions portant sur les accommodements religieux », regrette la députée de Mirabel.

Congé « déraisonnable », dit la CAQ

Alors que certains professeurs de la Commission scolaire de Montréal ont obtenu un congé payé, lundi, pour célébrer la fête du Mouton, le porte-parole de la CAQ en matière d’éducation, Jean-François Roberge, se demande jusqu’à quand le gouvernement libéral compte laisser les écoles gérer elles-mêmes des enjeux aussi délicats comme celui d’accorder des absences liées à des fêtes religieuses.

Selon le député de Chambly, un employé de l’État ne devrait pas être rémunéré s’il ne travaille pas lors d’une fête religieuse. Le rapport des commissaires Bouchard-Taylor avait d’ailleurs mis les projecteurs sur ce point sensible en 2008, mais les libéraux n’ont pas encore agi à ce jour. « On ne peut plus continuer de pelleter ça dans la cour des écoles! La directive devrait être claire : si le ratio d’élèves pratiquant la fête religieuse fait en sorte que le taux d’absentéisme serait trop grand ce jour-là, on devrait faire coïncider une journée pédagogique à cette date. Mais on doit s’assurer que le service de garde demeure ouvert et en aucun cas on ne devrait accorder un congé payé aux enseignants. Présentement, le flou libéral sur les accommodements raisonnables laisse place à l’arbitraire », a expliqué M. Roberge.

C’est le statu quo depuis près de 10 ans dans le dossier des accommodements raisonnables. Or, les libéraux sont responsables de cette confusion. « Dès qu’il est question d’identité, ils balaient ça sous le tapis! Il est grand temps de s’attaquer aux accommodements raisonnables, de mettre en place des balises claires à partir desquelles les organismes pourront juger des demandes d’accommodement et s’assurer qu’elles respectent les valeurs québécoises », a pour sa part conclu la porte-parole caquiste en matière de laïcité, Nathalie Roy.

Rentrée parlementaire: Chantal Soucy se portera à la défense des intérêts des citoyens de sa circonscription

 

 13 septembre 2016

 

Une nouvelle session parlementaire s’amorcera le 20 septembre prochain à l’Assemblée nationale et Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, s’engage à suivre de près plusieurs dossiers nationaux et enjeux locaux.

 

Agrandissement de l’urgence de l’Hôpital Honoré-Mercier

Parmi les sujets chauds à surveiller, l’agrandissement de l’urgence de l’Hôpital Honoré-Mercier demeurera une priorité pour la députée caquiste, qui vise une annonce officielle très bientôt. « Il est grand temps pour le ministre Gaétan Barrette d’intervenir dans ce dossier qui, avouons-le, traîne au moins depuis 2008. L’urgence à Saint-Hyacinthe est complètement désuète, le manque de locaux est criant et on fait patienter les personnes malades dans une salle d’attente pas plus grande qu’un « Walk-in »! Le projet d’agrandissement est essentiel pour notre communauté et je n’en démordrai pas », déclare-t-elle. Invité par la députée de Saint-Hyacinthe à visiter les lieux en juin dernier, le ministre a pu constater le piètre état des installations maskoutaines. Chantal Soucy assure qu’elle continuera de multiplier ses interventions auprès de Gaétan Barrette afin que le projet de 33 M $ puisse voir le jour dans sa circonscription.

 

Projet de loi 106

Dès la reprise des travaux, la porte-parole de la CAQ en matière d’Énergie se penchera également sur le projet de loi 106 (loi concernant la mise en œuvre de la Politique énergétique 2030), dont elle a réclamé la scission en commission parlementaire cet été. Elle estime qu’il est primordial que ce projet de loi omnibus soit divisé, afin de permettre notamment une analyse approfondie et rigoureuse de la loi sur les hydrocarbures.

Chantal Soucy se portera également à la défense des contribuables en s’assurant que la proposition du gouvernement libéral ne se traduise pas en hausse des tarifs d’électricité pour les citoyens : « Présentement, avec leur projet de loi 106, les libéraux donnent toute la latitude nécessaire à Hydro-Québec pour augmenter ses tarifs, alors que les contribuables ont déjà subi une hausse de 21 % des coûts d’électricité au cours des 10 dernières années. C’est inadmissible! »

La députée proposera de nombreux amendements au projet de loi dès la reprise des travaux.

 

Un été productif pour la députée

Si la rentrée parlementaire promet d’être chargée, l’été a également été bien rempli pour l’élue caquiste. En plus de siéger à la commission parlementaire sur le projet de loi 106, elle a fait avancer plusieurs dossiers pour les citoyens de sa circonscription.

 

Obtention d’un financement supplémentaire pour la réfection des routes à La Présentation et Saint-Pie

La députée de Saint-Hyacinthe a récemment obtenu une aide financière supplémentaire de 100 000 $ pour La Présentation et de 50 000 $ pour Saint-Pie auprès du Ministère des Transports du Québec afin de permettre aux municipalités d’améliorer leur réseau routier.

 

Programme « Sors de ton coin! »

En juin dernier, Chantal Soucy et l’école de boxe Les Apprentis champions ont uni leurs forces pour lancer le projet « Sors de ton coin! ». Ce programme vise à aider les adolescents de la région à combattre différentes problématiques d’ordre social, dont l’intimidation, la pauvreté, la faible estime de soi et la gestion de la colère. Grâce à cette initiative, pas moins de 25 adolescents auront la chance de participer à des cours de boxe gratuits cet automne.

 

Obtention d’un financement récurrent pour le CAPRY

Malgré le contexte de restrictions budgétaires du gouvernement libéral, Chantal Soucy a réussi, avec la collaboration des membres du milieu communautaire, à obtenir un rehaussement de financement récurrent de 18 000 $ pour le Collectif d’action populaire Richelieu-Yamaska (CAPRY). Cette subvention a été obtenue au prix d’efforts acharnés de la part de la députée de Saint-Hyacinthe et des acteurs du milieu communautaire.

 

La députée caquiste promet de continuer à apporter son soutien aux organismes de la région. Au cours des prochaines semaines, elle fera d’ailleurs l’annonce d’un nouveau projet à vocation sociale, réalisé en collaboration avec le Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe.

 

3e lien entre Québec et Lévis : La CAQ exige que les libéraux dévoilent toutes les études.

 

 13 septembre 2016

Les citoyens de la région de Québec ont eu le droit à une belle mise en scène, mardi, en assistant au dévoilement d’une étude pour laquelle les conclusions étaient déjà connues, fustigent les députés de la Coalition Avenir Québec Éric Caire et François Paradis. D’ailleurs, ils soulignent que le ministre des Transports, Laurent Lessard, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, et l’ensemble du caucus libéral de Québec brillaient tous par leur absence lors de la présentation de l’étude de faisabilité d’un professeur de l’Université de Montréal.

Pour Éric Caire, député de La Peltrie, le fait que cette étude n’évoque qu’un seul scénario de tunnel à 4 milliards de dollars n’est pas représentatif de la volonté de la population de Québec. Ce que réclame la CAQ depuis des mois, c’est la publication d’une étude de faisabilité sur le troisième lien Québec-Lévis dans le cadre de la construction d’un nouveau pont sur l’île d’Orléans. Or, le gouvernement libéral a choisi de mener une étude sur un tunnel sans prendre en considération celles pourtant déjà existantes au ministère des Transports en lien avec le remplacement du pont de l’île d’Orléans. La CAQ a eu la confirmation de l’existence de ces études cachées par la loi sur l’accès à l’information.

« Ce que la population réclame, c’est une étude sérieuse portant sur tous les scénarios de 3e lien. Le gouvernement détient ces études depuis deux ans maintenant et refuse de les dévoiler. Pourquoi les cache-t-il encore? On nous sert une étude pour tenter de mettre le couvercle sur la marmite, mais ça ne fonctionnera pas », insiste Éric Caire, qui réclame plus que jamais un plan cohérent de mobilité pour la région afin de contrer le fléau qu’est devenu la congestion routière à Québec.

Le député de Lévis, François Paradis, rappelle que la grande majorité des gens de Québec et de Lévis souhaite un troisième lien. Seul le Parti libéral s’acharne à bloquer le consensus. « Si le gouvernement s’entête à ne pas publier les études sur le pont de l’Île qui se trouvent présentement dans les tiroirs de Laurent Lessard, la population comprendra que les libéraux ne veulent tout simplement pas de troisième lien », conclut François Paradis.

Contrat accordé à Philippe Cannon : La rentrée du manque d’intégrité se poursuit pour les libéraux

 

 12 septembre 2016

Cette rentrée parlementaire est définitivement marquée sous le signe du manque d’intégrité du gouvernement libéral de Philippe Couillard, fustige le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’efficacité de l’administration publique, Éric Caire, après avoir appris que Philippe Cannon, un libéral notoire et ex-collaborateur de Philippe Couillard, ait décroché un contrat sur l’organisation de la conférence de l’UNESCO sur la radicalisation qui se tiendra prochainement à Québec.

Les récompenses aux fidèles du Parti libéral pleuvent de toute part depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. Cette fois-ci, c’est Philippe Cannon, ex-chef de cabinets ministériels sous l’ère de Jean Charest, qui se voit remercié pour sa fidélité et ses loyaux services. Or, le député Éric Caire y voit un autre tour de passe-passe partisan totalement inacceptable.

« 36 000 $ : voilà le dernier chèque signé par les contribuables québécois pour arrondir les fins de mois d’un ami du régime. Comme le veut la vieille tradition, le gouvernement puise dans son réseau de contacts pour des postes importants. La radicalisation n’est pas un sujet banal : c’est un véritable fléau pour notre société et Philippe Couillard embauche avec comme simple prérequis le plus grand nombre d’années comme fidèle libéral. De toutes les personnes qui font de l’organisation d’événements au Québec, je ne peux pas croire qu’on avait comme seul choix un libéral de longue date! Sa seule compétence, c’est d’avoir participé à la campagne du PLQ avec Couillard en 2008 et d’avoir gravité dans les cabinets libéraux pendant de nombreuses années », critique Éric Caire.

Pour le député de La Peltrie, il devient de plus en plus évident que pour ce gouvernement, l’éthique n’est qu’une question d’apparence. « On a eu droit ces derniers jours à un lot de controverses et le contrat accordé à Philippe Cannon ne fait que s’ajouter au bilan catastrophique de Philippe Couillard en matière d’éthique. Malheureusement, le manque de jugement est devenu une norme généralisée au sein du gouvernement », déplore Éric Caire.

Refonte de la carte électorale : Les libéraux doivent cesser leurs manœuvres partisanes, dénonce Benoit Charette

 

 12 septembre 2016

Alors que les parlementaires sont réunis à l’Assemblée nationale pour l’étude du rapport préliminaire de la Commission de représentation électorale sur la refonte de la carte électorale, le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’institutions démocratiques, Benoit Charette, dénonce avec vigueur les pressions partisanes que les députés du Parti libéral tentent d’exercer sur le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) afin de sauver des comtés libéraux retirés par la nouvelle carte électorale.

« Les libéraux veulent carrément inventer de nouveaux critères pour délimiter la carte, au mépris des règles démocratiques prévues dans la Loi. Selon eux, il faudrait baser le découpage de la carte sur le nombre d’habitants plutôt que sur le nombre d’électeurs, ce qui aurait pour effet d’avantager plusieurs de leurs comtés en bafouant le principe voulant que chaque citoyen qui a le droit de vote a un poids égal dans la décision. Ça ne fait aucun sens! » déclare Benoit Charette.

Pour le député de Deux-Montagnes, il devient de plus en plus évident que le Parti libéral n’a que pour seul calcul la défense de ses propres intérêts partisans. « Ce que propose le Parti libéral est extrêmement inquiétant. Il ne cherche qu’à ajouter ou maintenir des circonscriptions dans des régions où historiquement il est plus fort et éviter d’en ajouter là où il est moins fort, sans tenir compte de la croissance démographique. C’est de la partisanerie pure et simple », fustige M. Charette.

La CAQ invite le premier ministre Philippe Couillard à rappeler ses troupes à l’ordre. Il est grand temps pour les libéraux de respecter les grands principes de notre démocratie et de favoriser la juste représentation de tous les Québécois. « L’image du Parti libéral se noircit davantage de jour en jour. Il est navrant de constater à quel point les libéraux refusent de collaborer lorsqu’il est question d’éthique. Quand vont-ils enfin comprendre que les Québécois ne veulent plus rien savoir de leurs vieilles façons de faire? » conclut Benoit Charette.

Commission de la Relève de la CAQ : Les jeunes caquistes veulent donner un coup de pouce aux universitaires

 

 10 septembre 2016

Les 150 jeunes présents au Congrès de la Relève de la Coalition Avenir Québec qui s’est déroulé samedi à Trois-Rivières ont adopté une résolution réclamant le remboursement de 15% des frais de scolarité universitaires aux étudiants à temps plein du premier cycle qui concluent leurs parcours d’étude. Pour le président, Samuel Lemire, cette résolution, tout comme plusieurs autres, démontre la qualité des débats qui ont eu lieu durant cet évènement.

« Je suis très fier des échanges et des résolutions ambitieuses qui ont été mises de l’avant, notamment en éducation. Le député Jean-François Roberge fait un travail remarquable pour rétablir les services de soutien aux étudiants en difficulté. D’un autre côté, il importe également d’encourager les jeunes à finir leurs études à temps complet, donc s’inscrire à un minimum de 12 crédits par trimestre. Un incitatif financier positif constitue l’option la plus efficace », souligne Samuel Lemire.

Il en a profité pour faire un appel à la convergence des jeunes sous la bannière de la CAQ. « Au fil du temps, nous avons su devenir une force positive au sein de la CAQ en initiant le rassemblement et la proposition de changements. On ne peut malheureusement pas en dire autant pour d’autres mouvements de jeunes qui ont été muselés par leur parti, notamment dans le dossier Uber. Notre porte est toujours ouverte à ceux qui veulent agir véritablement pour l’avenir du Québec. Bienvenue a ceux et celles qui veulent se joindre à une équipe de militants extraordinaires », poursuit-il.

Une résolution d’urgence pour les agriculteurs en détresse

Alors que le congrès s’est déroulé simultanément avec la 14e Journée mondiale de la prévention suicide, une résolution d’urgence a été déposée afin que chaque municipalité régionale de comté se dote d’un travailleur de rang afin de fournir du soutien préventif et réactif aux producteurs agricoles et à leurs familles, qui sont parmi les travailleurs les plus à risque de se suicider. « Selon Santé Canada, les agriculteurs ont un taux de suicide deux fois plus élevé que le reste des Québécois. Qui plus est, 51 % des travailleurs agricoles, contre 20 % pour l’ensemble des Québécois, se trouveraient en situation de détresse psychologique selon une étude de la Coop fédérée. Ces proportions sont alarmantes », affirme Fanny Cantin, responsable aux affaires politiques de la CRCAQ. Cette résolution a été grandement applaudie par la totalité des jeunes et des députés caquistes présents.

Le chef de la CAQ, François Legault, a pour sa part tenu à souligner « la rigueur, la qualité des débats, ainsi que les mesures ambitieuses » qui ont été soulevées par les jeunes durant le congrès.

Accès à un médecin de famille

 

 9 septembre 2016

« Actuellement, 1 patient sur 4 quitte l’urgence sans avoir vu de médecin, ce qui représente environ 16 000 personnes par année! Si tous les Lanaudois(es) étaient pris en charge, on règlerait une grande partie du problème d’engorgement à l’urgence », soutient Mathieu Lemay.

Alors que le premier ministre a admis que l’accès aux soins de santé dans la région de l’Outaouais était «long», les députés de la Coalition Avenir Québec dans Lanaudière souhaitent rappeler au premier ministre que la région de Lanaudière fait également les frais depuis les 10 dernières années de la mauvaise gestion libérale, avec seulement 73,4% de la population qui a accès à un médecin de famille.

« Le gouvernement libéral s’est traîné les pieds dans la prise en charge des patients par les médecins et tente de nous faire croire que le problème sera réglé avec une nouvelle structure comme les supercliniques. Si les médecins de famille acceptaient de prendre en charge plus de patients en groupe 7 jours sur 7, on n’aurait pas besoin d’une nouvelle structure. La population de Lanaudière n’a pas le luxe d’attendre les solutions magiques, elle mérite plus de leadership », a dénoncé le député de L’Assomption et chef de la CAQ, François Legault.

Mathieu Lemay, député de Masson et porte-parole de la région de Lanaudière pour la CAQ, rappelle que l’Hôpital Pierre-Le Gardeur connaît l’un des pires temps d’attente à l’urgence au Québec et l’un des plus hauts taux d’occupation. « Actuellement, 1 patient sur 4 quitte l’urgence sans avoir vu de médecin, ce qui représente environ 16 000 personnes par année! Si tous les Lanaudois(es) étaient pris en charge, on règlerait une grande partie du problème d’engorgement à l’urgence », a-t-il ajouté.

Pour Lise Lavallée, députée de Repentigny, le taux de croissance démographique important et le vieillissement de la population incitent à l’urgence d’agir. « D’ici les 15 prochaines années, la population du sud de Lanaudière augmentera de 24 % et le nombre de personnes âgées à plus de 150%. Les Lanaudois(es) méritent leur juste part, sans compter que notre région souffre d’iniquité interrégionale dans le financement des services en santé et services sociaux », a-t-elle conclu.

Remboursement de dons illégaux : Les libéraux et péquistes doivent collaborer et vider leur sac, exige la CAQ

 

 9 septembre 2016

Sept semaines après avoir été frappés d’un avis formel d’intention de réclamation du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) relativement à des contributions illégales, le Parti libéral et le Parti québécois semblent déterminés à trouver toutes les avenues possibles pour ne pas rembourser l’argent sale dûment réclamé, dénonce le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de réforme des institutions démocratiques, Benoit Charette.

« Assez, c’est assez! » tonne le caquiste, qui somme les deux vieux partis à faire preuve de bonne foi et à s’inspirer de la CAQ, qui, contrairement à eux, n’a pas attendu pour verser au DGEQ les montants illégaux perçus par la défunte Action démocratique du Québec.

« Nous avons collaboré, de façon honnête et transparente, et nous avons remboursé tout ce qui était exigé au mois d’août. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant de nos adversaires, qui préfèrent faire durer inutilement le suspense. Le PLQ et le PQ se sont tous deux fait prendre les culottes baissées et malgré cela, ils refusent de vider leur sac. Les montants sont sérieux, ce ne sont pas des peanuts : on parle de 500 000 $ pour le PLQ et de 250 000 $ pour le PQ. Après les nombreux scandales de financement et les révélations faites à la commission Charbonneau, les Québécois n’acceptent pas que de l’argent collecté illégalement ne soit pas remboursé immédiatement. C’est à se demander les raisons pour lesquelles les libéraux et les péquistes ne veulent pas mettre un terme à cette culture occulte, qui a suscité tant de cynisme dans la population », lance le caquiste Benoit Charette.

Le député de Deux-Montagnes ajoute que les derniers jours ont su démontrer à quel point les libéraux de Philippe Couillard n’ont aucune leçon d’éthique à donner. Il rappelle d’ailleurs que pas plus tard qu’en juin, le Parti libéral avait intentionnellement refusé de verser une somme de 3 500 $ récoltée illégalement et pour laquelle le DGEQ a réclamé un remboursement en 2015. « L’histoire ne doit pas se répéter. L’éthique est élastique dans ce gouvernement. La morale et le sens des valeurs au PLQ prennent le bord jour après jour. Le Parti libéral n’a pas changé », conclut-il.