Baisser les impôts et augmenter les investissements privés

 

 21 janvier 2016

Il est urgent que le gouvernement Couillard présente un plan économique viable et crédible aux Québécois selon François Legault.

Le chef de la Coalition Avenir Québec mentionne que la relance économique passe par une baisse immédiate des impôts.

«Ça prend un plan car actuellement il n’y en a pas. Il faut redonner de la confiance et surtout de l’oxygène aux ménages québécois qui sont très endettés. Et pour cela, il faut baisser les impôts des contribuables», a-t-il souligné en entrevue au Journal de Québec.

La Coalition Avenir Québec croit aussi que le gouvernement libéral doit stimuler davantage les investissements privés au Québec. Actuellement, ils se situent à 30 milliards $ alors qu’il devraient atteindre les 50 milliards $ par année.

Rappelons que pour une deuxième année de suite, le Québec traîne au dernier rang des provinces canadiennes quant au revenu disponible par habitant, une « une véritable honte» selon François Legault.

Semaine fructueuse pour François Legault

 

 21 janvier 2016

L’importante présence médiatique du chef de la Coalition Avenir Québec cette semaine n’est pas passée inaperçue auprès des différents chroniqueurs politiques.

François Legault en a profité pour mettre de l’avant les enjeux qui seront priorisés par sa formation politique au cours des prochains mois.

Il souhaite notamment une baisse d’impôts pour les contribuables, inciter le gouvernement à aller chercher des investissements privés et faire valoir la position nationaliste de la CAQ.

La chroniqueuse au Journal de Montréal, Josée Legault, souligne dans son plus récent billet qu’«il ne faudrait surtout pas sous-estimer la nouvelle offensive du chef caquiste ».

Dans les coulisses de la vie politique

 

 20 janvier 2016

Isabelle Brais, l’épouse du chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, s’est ouverte sur la réalité des coulisses de la vie politique en entrevue avec Paul Arcand mardi matin.

Voici quelques passages qui ont été remarqués par le Journal de Montréal:

«C’est un battant. C’est mon Rocky Balboa. Je ne le vois pas faire autre chose. Il veut vraiment. Il sait qu’il est capable de faire quelque chose d’important pour le Québec », dit-elle, parlant de son mari, François Legault.

«Si mon mari n’était pas en politique, j’aimerais m’occuper des jeunes. Si j’avais la possibilité, j’aiderais tous ceux qui sont dans la rue et j’essaierais d’ouvrir une école spécialisée pour eux.»

«Je suis une nationaliste économique. J’ai des bottes faites au Québec, des jeans faits au Québec. J’essaie toujours d’acheter d’abord au Québec quand c’est possible.»

Sortir le Québec de sa torpeur économique

 

 20 janvier 2016

En entrevue au micro de Sylvain Bouchard au FM93 mercredi matin, François Legault a rappelé que la première priorité de sa formation politique est la relance économique du Québec.

« Moi, je veux un Québec riche. Je veux que les Québécois soient plus riches. C’est ma priorité, et de loin, devant les autres priorités. On a besoin d’un État efficace qui crée de la richesse. Notre nouveau slogan à la CAQ, c’est « Un Québec ambitieux ». On veut réduire les impôts des contribuables et attirer des investisseurs privés. C’est de cette manière qu’on va pouvoir relancer l’économie du Québec », explique-t-il.

François Legault souligne que le gouvernement actuel n’a aucune vision en ce sens.

« Le problème qu’on a au Québec, ce n’est pas seulement le nombre d’emplois. C’est la qualité des emplois. Pourquoi sommes-nous derniers au pays pour le revenu disponible par habitant? C’est parce que nous avons beaucoup d’emplois à 10-15$ de l’heure et pas beaucoup à 25-30-35$ de l’heure. Ça serait naïf de croire que le gouvernement n’a pas de rôle à jouer, mais actuellement il le fait mal », ajoute-t-il.

Questionné sur le positionnement nationaliste de la Coalition Avenir Québec, François Legault rappelle que c’est l’arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois qui a ramené la question identitaire à l’avant-plan.

« À la CAQ, nous avons un projet qui est à l’intérieur du Canada. Si vous n’êtes pas pour la souveraineté, vous pouvez voter pour la Coalition Avenir Québec. Par contre, contrairement aux libéraux, nous demandons des pouvoirs additionnels, notamment sur la question de la langue et de l’immigration. Si on est capable de regrouper les Québécois autour d’un projet nationaliste et que nous demandons ces pouvoirs à Justin Trudeau, je pense qu’il ne pourrait pas résister », conclut-il.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez ici.

«On est une équipe» – Isabelle Brais

 

 19 janvier 2016

La conjointe de François Legault, Isabelle Brais, a accordé une entrevue ce matin à Paul Arcand, au 98,5.

Il a été notamment question de son implication politique auprès de son mari.

«Mon mari est un battant. C’est mon Rocky Balboa. Il sait qu’il est capable de faire quelque chose pour le Québec d’important. Il veut le faire. Et moi je l’appuie à 150%. On est une équipe », souligne-t-elle.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez ici.

« Ça suffit les beaux discours » -François Legault

 

 19 janvier 2016

François Legault s’est entretenu avec Mario Dumont à LCN mardi, où il a été question, entre autres, de relance économique.

« Il faut réduire le fardeau fiscal, créer des emplois de qualité et investir en éducation », soutient-il.

Appelé à commenter la présence de Philippe Couillard au Forum économique mondial de Davos, qui débutera demain, le chef de la CAQ soutient que le premier ministre doit passer de la parole aux actes.

« Au Québec, il nous manque 20 milliards de dollars d’investissements privés. Ça suffit les beaux discours, ça prend des deals », clame-t-il.

Concernant la position nationaliste, François Legault indique qu’«il y en a plusieurs, au Parti québécois, qui sont en réflexion».

Il estime que son option est un juste milieu entre «le rêve imaginaire» que propose le PQ avec la souveraineté, et le «monopole» exercé par le Parti libéral, qui ne «défend pas notre identité» et qui «n’a pas de plan ambitieux en économie».

Un Québec plus riche, le but ultime de la CAQ

 

 19 janvier 2016

En entrevue au micro de Benoit Dutrizac au 98,5 mardi, François Legault réclame que Philippe Couillard passe de la parole aux actes concernant la relance économique du Québec.

«Il faut être capable d’aller chercher des gros investisseurs. Combien de deals Philippe Couillard va aller chercher à Davos?», s’interroge-t-il sur la présence du premier ministre au Forum économique mondial qui débutera demain.

Questionné sur la position identitaire de la CAQ, François Legault est très clair: « La CAQ est nationaliste, ce qui veut dire qu’on souhaite aller chercher plus de pouvoirs pour le Québec, à l’intérieur du Canada. Nous sommes convaincus, notamment, qu’il est possible de négocier avec le gouvernement fédéral pour aller avoir tous les pouvoirs en matière de langue et d’immigration », explique-t-il.

Le chef de la CAQ se dit confiant de rallier une grande partie des nationalistes avec ce positionnement, afin de mettre un terme au monopole libéral.

Au terme de l’entrevue, Benoît Dutrizac a souligné à François Legault que selon lui, « vous êtes la vraie opposition, la CAQ. Sincèrement, on se rend compte que vous en avez plus à dire que le PQ ».

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez ici.

Mettre un terme au monopole libéral

 

 19 janvier 2016

En entrevue à l’émission Le 15-18 sur les ondes de Radio-Canada Première, François Legault rappelle l’importance de rallier les forces nationalistes afin de mettre un terme au monopole libéral pour les prochaines élections.

« La seule façon de mettre un terme au monopole libéral, c’est de rassembler les nationalistes. Tous les souverainistes sont nationalistes, mais tous les nationalistes ne sont pas souverainistes », soutient le chef de la CAQ.

Pour François Legault, les Québécois ont besoin d’un vrai parti de centre qui a un réel plan de relance pour l’économie du Québec. « À la CAQ, nous souhaitons réduire le fardeau fiscal des contribuables tout en gardant nos services. Pour ça, nous avons besoin d’investissements privés. Il faut créer de la richesse », explique-t-il.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez ici.

Le Québec au dernier rang

 

 18 janvier 2016

En 2014, le Québec s’est classé, pour une deuxième année consécutive, au dernier rang parmi les provinces et territoires en ce qui concerne le revenu disponible par habitant avec une moyenne de 26 046 $.

C’est l’Alberta qui arrive en tête, grâce à un revenu disponible de 40 495 $ par habitant, alors qu’au Canada, le revenu disponible s’élève à 30 270 $ souligne Radio-Canada.

Ce retard du Québec s’explique notamment par la rémunération des salariés, principale composante du revenu disponible, qui demeure nettement plus faible que dans le reste du pays.

Déclaration de François Legault en réaction aux attentats au Burkina Faso

 

 17 janvier 2016

À la suite des attentats terroristes qui ont eu lieu, hier, à Ouagadougou, au Burkina Faso, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, désire faire la déclaration suivante :

« Comme de nombreux Québécois, je suis sous le choc. Le terrorisme islamiste a encore une fois frappé. Hier, 29 personnes ont trouvé la mort dans une attaque insensée, au Burkina Faso. On apprend aujourd’hui que six Québécois figurent parmi les victimes. C’est une tragédie qui nous bouleverse tous. Jeudi encore, nous perdions un homme d’affaires, qui habitait Laval, dans un attentat terroriste à Jakarta. Au nom de ma formation politique, je tiens à présenter aux familles de toutes les victimes de ces attentats inqualifiables mes condoléances les plus sincères. Notre solidarité est totale et inconditionnelle.

Il s’agit d’une fin de semaine noire pour le Québec entier. Une fois de plus, nous devons nous rassembler dans ces moments difficiles et ne pas céder à la peur. La communauté internationale doit tout faire pour mettre fin au fléau du terrorisme islamiste. Plus que jamais, le terrorisme ne peut plus être considéré comme une vague menace, bien loin de notre réalité. Le danger est aujourd’hui réel. Nos gens sont maintenant attaqués, où qu’ils soient dans le monde. »