Déclaration de Benjamin Bélair, candidat de la CAQ dans Gouin

 

 2 juin 2017

Après le dévoilement des résultats de l’élection partielle dans Gouin, le candidat de la CAQ a tenu à faire la déclaration suivante :

Merci à tous pour votre soutien.

Nous avons mené une belle campagne et je suis fier du travail que nous avons effectué. Je me suis présenté à cette élection parce qu’il était important que les idées de la Coalition Avenir Québec soient mieux connues à Montréal. Grâce à notre visibilité dans les médias montréalais et aux nombreuses personnes rencontrées, nous pouvons dire mission accomplie!

Merci à toutes les personnes qui ont fait le déplacement pour aller voter ainsi qu’aux nombreux bénévoles.

En route vers 2018!

Un entrepreneur reconnu comme nouveau député d’Arthabaska

 

 15 décembre 2016

Le député de la CAQ, Éric Lefebvre, a été élu dans la circonscription d’Arthabaska  et s’est imposé face à son adversaire du Parti libéral, avec un résultat sans appel de 44 % des votes contre 28 pour son plus près adversaire.

Avec cette élection d’Éric Lefebvre, qui est également un entrepreneur reconnu dans Arthabaska, la CAQ se positionne une fois de plus comme le parti de l’entrepreneuriat, le parti le mieux placé pour comprendre les besoins des entrepreneurs québécois.

Plusieurs caractéristiques font d’Éric Lefebvre un représentant hors pair pour le comté d’Arthabaska et pour la Coalition Avenir Québec. Il ne fait aucun doute que ce nouveau député sera bientôt une personnalité remarquable de la vie politique québécoise.

Son expérience entrepreneuriale

Éric Lefebvre jouit d’une bonne connaissance du milieu entrepreneurial. Il est un entrepreneur reconnu qui a créé plusieurs dizaines d’emplois à Victoriaville et dans les environs.

M. Lefebvre a cofondé en 1999 le Restaurant Pub Caméléon à Victoriaville. Le but derrière la création de cette entreprise était d’offrir un lieu de rencontre agréable pour les 25 ans et plus.

Éric Lefebvre est également PDG de l’entreprise Chevrons Vigneault, spécialisée dans la fabrication de toitures et située dans la région de l’Érable.

Une bonne connaissance du milieu politique.

Les citoyens d’Arthabaska auront la chance de pouvoir compter sur un député qui jouit d’une vaste expérience acquise dans le milieu politique. Éric Lefebvre a en effet été conseiller municipal de la Ville de Victoriaville, adjoint au Ministre Denis Lebel, président du CA de la Société de développement commercial du centre-ville de

Victoriaville, membre de la Conférence régionale des élus (CRÉ) et membre de la Corporation de développement économique des Bois-Francs qui porte maintenant le nom de Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région.

Un élu au grand cœur

C’est peu dire qu’Éric Lefebvre est un homme  engagé auprès de ses concitoyens. Il s’est à de nombreuses reprises impliqué auprès de différents organismes pour soutenir plusieurs citoyens d’Arthabaska. Il a œuvré en qualité de président de campagne de financement de Centraide et de président d’honneur de plusieurs événements régionaux. Éric Lefebvre a aussi mis sur pied la fondation Christian-Larochelle pour réaliser les rêves d’enfants malades de la région et soutenir la pédiatrie de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska.

Ses engagements en tant que député

Éric Lefebvre continuera à talonner le gouvernement libéral pour que le projet d’agrandissement de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska soit mené à terme et s’assurer qu’il ait une première pelletée de terre avant les prochaines élections.

L’éducation, la culture, l’économie et la reconnaissance régionale seront également de grandes priorités pour le nouveau député. Il joindra d’ailleurs sa voix à celle des autres élus de la CAQ pour réclamer une baisse d’impôt de 1000$ par famille.

Élection partielle dans Arthabaska : « Je désire être votre porte-parole à l’Assemblée nationale » – Éric Lefebvre

 

 2 décembre 2016

Le candidat de la Coalition Avenir Québec dans la circonscription d’Arthabaska, Éric Lefebvre, tient à remercier les gens qui l’ont si bien accueilli au cours des dernières semaines et il rappelle l’importance du vote du 5 décembre prochain.

« Nous avons la chance de vivre dans un pays démocratique, dit-il. Voter, c’est participer aux décisions qui nous concernent. » Le candidat de la CAQ n’a pas ménagé les efforts pour rencontrer les citoyens des 17 municipalités du comté. Il se dit convaincu après discussions avec eux que ses engagements reflètent les attentes de ses concitoyens.

« La reconnaissance régionale notamment en santé, la réalisation plus rapide de l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu, la baisse d’impôt de 1000$ par famille, la création d’un fonds de 50 M$ par année dans l’industrie agricole, la création d’un registre public des délinquants sexuels, la restauration du réservoir Beaudet et l’amélioration des soins aux aînés dans les CHSLD sont autant de dossiers qui recevront une attention soutenue de M. Lefebvre une fois élu.

C’est donc sur la base de ces engagements et avec le sentiment du devoir accompli qu’Éric Lefebvre aborde sereinement le jour « J ». Il invite d’ailleurs ses concitoyens à se joindre à son équipe pour la soirée électorale lundi prochain dès 20h au Pub Caméléon à Victoriaville.

« Nous voilà à quelques jours de l’importante décision que vous aurez à prendre. Après avoir sillonné la région d’Arthabaska-L’Érable, après avoir discuté avec une foule d’entre vous, je me sens prêt à vous représenter à Québec et à travailler avec les différents acteurs de la circonscription pour qu’ensemble nous réalisions notre plein potentiel », conclut Éric Lefebvre.

Élection partielle dans Marie-Victorin : Julie Chapdelaine, une candidate intègre avec une position claire sur la défense de nos valeurs

 

 1 décembre 2016

La candidate de la Coalition Avenir Québec dans Marie-Victorin, Julie Chapdelaine, dresse un bilan très positif de sa campagne électorale et croit fermement que sa formation politique est la seule à avoir une position claire pour défendre les valeurs québécoises et la langue française.

Julie Chapdelaine soutient que c’est la CAQ qui a repris le flambeau de la protection de nos valeurs que défendait Bernard Drainville. « La CAQ est maintenant le seul parti qui se tient debout contre les accommodements religieux déraisonnables. Ceux qui se battent pour défendre nos valeurs contre les intégristes religieux, c’est nous. Je ne vous laisserai pas tomber, tout comme mon chef, François Legault! », soutient-elle.

Baisse d’impôt de 1000$ par famille

Julie Chapdelaine rappelle que la CAQ est le seul parti qui se soucie réellement de la population. « Alors que le gouvernement fait des surplus budgétaires, les Québécois ont vu les taxes et tarifs augmenter de 1300 $ depuis deux ans. C’est aberrant! Nous réclamons une baisse d’impôt de 1000 $ par famille pour donner un nouveau souffle aux contribuables. De cette manière, nous  apporterons un soutien important à notre économie locale. Il ne faut pas oublier que la consommation représente 60% du Produit intérieur brut du Québec », ajoute-t-elle.

Trois axes pour contrer la congestion routière

Julie Chapdelaine ajoute qu’elle a mis de l’avant trois propositions concrètes et réalistes afin d’améliorer la situation routière à Longueuil. « Il faut absolument améliorer l’accès aux stationnements incitatifs. Les tarifs du stationnement au métro de Longueuil doivent être revus à la baisse. Pendant que mes adversaires promettent mer et monde à la population, moi je crois que la première chose à faire est de reconduire le budget alloué au bureau de projet afin qu’il évalue la meilleure configuration du prolongement de la ligne de métro. Finalement, il faut harmoniser la tarification entre les réseaux de transports collectifs pour que le transport en commun soit accessible à tous », conclut-elle.

Élection partielle dans Arthabaska : Éric Lefebvre reçoit des appuis massifs de tous les horizons

 

 28 novembre 2016

Vingt-neuf personnalités du milieu des affaires, de la politique municipale, des organismes sociaux et communautaires, de la santé et du secteur culturel prennent position publiquement pour appuyer Éric Lefebvre, le candidat de la Coalition Avenir Québec dans Arthabaska-L’Érable.

Éric Lefebvre se réjouit de l’appui officiel des personnes suivantes : Harold Poisson, maire de Saint-Rosaire; Alexandre Côté, conseiller municipal de Victoriaville; Ricardo Dorcal; Gabriel Viens, ex-directeur de la Fondation HDA; Michel Larochelle, maire de Saint-Christophe-d’Arthabaska; Daniel Fleury, ancien professeur de Cégep; Georges Boucher, homme d’affaires; Clermont Paquet, homme d’affaires; Jocelyn Bédard, maire de Notre-Dame-de-Lourdes; Jean Marcotte, comptable CPA; Simon Arsenault, conseiller municipal de Saint-Christophe-d’Arthabaska; Jacques Gagnon, ex-conseiller municipal de Victoriaville; Donald Dumont, ex-conseiller municipal de Victoriaville; Bertrand Lambert, ex-conseiller municipal de Victoriaville; Francine Rainville, ex-conseillère municipale de Saint-Christophe-d’Arthabaska; Alain François; Yannick Fréchette, conseiller pédagogique; Philippe Rancourt, ex-dg de CHSLD; Jacques Leahey; Stéphane Bilodeau; Jean-Claude Laroche, ex-directeur de la Sécurité publique de Victoriaville; René Laprise, ingénieur; Michel Vigneault et Normand Vigneault, hommes d’affaires de Saint-Ferdinand; Robert Carrier; Jaïda Provencher; Bianca Hamel; Jean-François Dubois, homme d’affaires de Plessisville; Andrée-Anne Rochefort, présidente régionale de l’APCHQ Bois-Francs ; Robert Jutras, directeur général régional de l’APCHQ Bois-Francs.

Ces personnes se reconnaissent dans les thèmes et engagements d’Éric Lefebvre :

•       Une baisse d’impôt de 1000 $ par famille.

•       La reconnaissance régionale, notamment dans le système de santé où le gouvernement libéral a fermé la porte à un Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) pour le Centre-du-Québec.

•       L’importance de talonner le gouvernement pour accélérer la réalisation de l’agrandissement de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, alors que le gouvernement parle d’une première pelletée de terre dans cinq à sept ans.

•       Des investissements de 50 M$ par année dans l’industrie agricole du Québec, un engagement appuyé par le président de l’Union des producteurs agricoles, Marcel Groleau. Le montant, qui pourrait être plus important, proviendra des surplus annuels de la Financière agricole et sera donc sans impact sur le budget du Québec.

•       La restauration du réservoir Beaudet, l’une des principales sources d’eau potable de la Ville de Victoriaville.

•       L’amélioration des soins aux personnes aînées dans les CHSLD où la nourriture doit être de meilleure qualité et l’hygiène plus adéquate avec plus d’une douche par semaine.

Une campagne sous le signe du respect et de l’écoute : « J’ai la conviction que nous réaliserons de grandes choses ensemble » – Ginette Marotte

 

 28 novembre 2016

C’est accompagnée du chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, que Ginette Marotte a dressé un bilan très positif de sa campagne électorale qui se terminera le 5 décembre prochain. La candidate caquiste est convaincue que les citoyens de Verdun se sentent directement interpellés par les priorités de la CAQ et sont prêts pour le changement.

Baisse d’impôt pour les familles, qualité des soins aux aînés, lutte au décrochage scolaire, protection du patrimoine religieux et établissement d’un lien additionnel entre l’Île-des-Sœurs et la terre ferme, ce sont toutes des positions qui rejoignent la population de Verdun selon la candidate caquiste.

« Il ne faut pas oublier que depuis deux ans, les citoyens doivent payer 1 300$ de plus de leurs poches en raison des hausses de taxes et de tarifs de toutes sortes. Je l’ai bien senti sur le terrain, Verdun veut être entendu, respecté et représenté par quelqu’un qui leur ressemble. Dès le 5 décembre, je serai la députée de tous les Verdunois et je me ferai un devoir de les représenter dignement, avec transparence et éthique », a indiqué madame Marotte.

Deux ans après sa retraite de la politique municipale pour s’occuper de sa mère, Ginette Marotte a repris le travail avec la même énergie et les mêmes convictions qu’autrefois. « J’ai retrouvé des Verdunois toujours aussi engagés envers la communauté, intéressés par son développement et soucieux de son avenir. Tout au long de mes rencontres et lors du porte-à-porte, j’ai écouté et compris ce que les Verdunois voulaient d’une députée et je suis prête à leur offrir mon temps et mon expertise », a mentionné la candidate qui a été la première mairesse de Verdun.

Pour sa part, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault s’est dit « fier de pouvoir compter sur une candidate d’expérience qui connaît Verdun comme pas un et qui sera en mesure de mettre sur pied des projets répondant à leurs besoins. Verdun passera à l’histoire en élisant la première députée caquiste sur l’île de Montréal. Nous avons la meilleure députée pour représenter les citoyens de Verdun. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme Madame Verdun! », a-t-il lancé.

Fidèle à elle-même, Ginette Marotte a tenu à remercier son groupe de bénévoles qui l’accompagne sur le terrain et au local électoral depuis plusieurs semaines. Elle tient aussi à remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris le temps de la contacter, de l’accoster sur la rue ou qui lui ont ouvert leur porte afin d’échanger sur les défis et les opportunités qui touchent le comté de Verdun. Elle invite tous ses sympathisants à concrétiser leur engagement en votant pour elle le 5 décembre.

Élection partielle dans Saint-Jérôme : Seule la CAQ propose des baisses d’impôt de 1 000 $ par famille

 

 28 novembre 2016

Accompagné du chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, le candidat pour l’élection partielle dans Saint-Jérôme, Bruno Laroche, dresse un bilan positif de sa campagne. Il se dit convaincu d’être le seul candidat qui pourra redonner un « souffle » au portefeuille des familles, rétablir les services en santé, relancer l’économie, et protéger la langue française et les valeurs de la société québécoise.

Bruno Laroche a rappelé que la CAQ est le seul parti qui se préoccupe de la qualité de vie des familles. « Je suis sur le terrain depuis maintenant 5 mois à rencontrer les Jérômiens. Je suis le seul candidat qui se soucie réellement de la qualité de vie des citoyens et qui propose une baisse d’impôt de 1 000 $ par famille. Cette idée a été rejetée du revers de la main par le PQ et le Parti libéral », a-t-il insisté.

Pour le candidat caquiste, Saint-Jérôme a depuis trop longtemps souffert des coupures et du sous-financement en santé et rappelle que c’est possible de baisser les impôts tout en améliorant les services. « Saint-Jérôme attend depuis trop longtemps la construction du pavillon de santé mentale, promis à tour de rôle par le PQ et l’actuel gouvernement libéral. Je ne peux tolérer ce statu quo lamentable et je m’engage à travailler de pair avec mon collègue François Paradis et le maire Stephane Maher pour que Saint-Jérôme récupère sa juste part », a promis Bruno Laroche. Le candidat caquiste souhaite également prendre le parti des aînés, qui font les frais depuis trop longtemps du laxisme des deux vieux partis.

Agrandissement du pavillon de l’UQO

Bruno Laroche s’est également engagé à faire pression afin d’obtenir le financement pour l’agrandissement du pavillon de Saint-Jérôme de l’Université du Québec en Outaouais. « Le pavillon lutte contre l’exode des jeunes. Ils sont notre plus grande richesse collective. Il est donc vital que la planification de l’agrandissement de l’UQO soit étudiée en fonction des besoins de la région et de Saint-Jérôme sur une plus longue période », a-t-il affirmé.

Position claire sur l’identité

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a pour sa part rappelé que seule la CAQ a une position claire sur la question identitaire. « Pendant que Jean-François Lisée et sa troupe ont consenti au projet de loi 62, qui ouvre toute grande la porte au tchador dans nos écoles, tous les députés de la CAQ se sont levés pour défendre nos valeurs fondamentales, comme l’égalité entre les hommes et les femmes. Quand ça compte, le PQ vote pour le tchador, mais quand les sondages sont mauvais, il change de position », a-t-il déploré.

Élargissement de l’autoroute 15 : Bruno Laroche lance un cri d’alarme

 

 24 novembre 2016

Accompagné du député de Groulx et porte-parole de la CAQ en transports, le candidat pour l’élection partielle dans Saint-Jérôme, Bruno Laroche, a lancé un cri d’alarme au gouvernement libéral jeudi. Il réclame la concrétisation, dans les plus brefs délais, du projet d’élargissement de l’autoroute des Laurentides permettant l’ajout d’une voie réservée au transport collectif et le covoiturage.

Bruno Laroche rappelle qu’une étude se penchant sur l’aménagement d’une voie réservée pour le transport en commun a été présentée en 2012 au MTQ. Les coûts estimés étaient alors d’environ 47 millions de dollars, soit moins que le montant de 50 millions pour être inscrit au Plan québécois des infrastructures 2014-2024.

Le candidat caquiste est catégorique : le gouvernement délaisse la région des Laurentides. « Les automobilistes et les usagers du transport en commun de la rive-nord de Montréal vivent un véritable calvaire pour se rendre dans la métropole le matin et en ressortir le soir. Il y a des bouchons de circulation monstres. La région a subi une explosion démographique. Que fait la ministre responsable de la région, Christine Saint-Pierre? Elle se promène aux quatre coins de la planète, mais est complètement invisible dans sa région! De mon côté, je m’engage à oeuvrer avec le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, pour que ce projet se réalise enfin. Travaillons ensemble afin que les Jérômiens aient enfin une qualité de vie digne de ce qu’ils méritent. C’est pour changer le quotidien des Jérômiens que je me suis lancé en politique! », soutient-il.

Le député de Groulx, Claude Surprenant, explique pour sa part que la voie réservée, aménagée sur le terre-plein déjà existant, permettrait de favoriser le transport en commun et le covoiturage. « De cette façon, on réduirait la congestion et les gaz à effet de serre. Au total, il n’y aurait que 11 km de route à construire entre les kilomètres 19 et 8. Il ne faut pas oublier que 180 000 véhicules circulent sur cette autoroute quotidiennement. Visiblement, ce projet semble perdu dans les limbes et n’est pas une priorité pour le gouvernement », conclut-il.

Élection partielle dans Marie-Victorin : «Jean-François Lisée et le PQ ont trahi l’héritage de Bernard Drainville» – François Legault

 

 21 novembre 2016

De passage dans la circonscription de Marie-Victorin lundi, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a soutenu  que sa formation politique est la seule qui se tient encore debout pour défendre les valeurs québécoises. Selon lui, les déclarations du nouveau chef péquiste, Jean-François Lisée, qui a avoué délaisser la question identitaire, renie les positions défendues par l’ancien député de Marie-Victorin, Bernard Drainville.

« Jean-François Lisée s’est fait élire en promettant de porter le flambeau de l’identité, le flambeau de la charte des valeurs. Le nouveau chef du PQ a promis de défendre nos valeurs, de défendre l’égalité homme-femme face aux intégristes religieux. Depuis qu’il a été élu, il a décidé d’oublier ces engagements pour séduire la gauche, pour faire des mamours à Québec Solidaire. Comme si l’égalité homme-femme c’était négociable! », dénonce François Legault.

Le chef de la CAQ rappelle que le Parti québécois a voté avec les libéraux en faveur du projet de loi 62. « Ce n’est pas rien! Ce projet de loi permet le port de la Burqa pour passer un permis de conduire et même pour enseigner. C’est rendu que le PQ vote avec les libéraux contre la laïcité! », dénonce-t-il.

François Legault est clair : c’est la CAQ qui a repris le flambeau de la protection de nos valeurs que défendait Bernard Drainville. « La CAQ est maintenant le seul parti qui se tient debout contre les accommodements religieux déraisonnables. Ceux qui se battent pour défendre nos valeurs contre les intégristes religieux, ce sont les hommes et les femmes de la CAQ comme Nathalie Roy et notre candidate dans Marie-Victorin, Julie Chapdelaine », explique M. Legault.

La candidate caquiste, Julie Chapdelaine, dit ressentir l’amertume des électeurs envers le Parti québécois. « Le PQ est en train de trahir ce pour quoi il s’est battu. Les péquistes qui ont voté pour Jean-François Lisée doivent se sentir trahis aujourd’hui. Le 5 décembre, j’invite les électeurs de Marie-Victorin qui veulent défendre nos valeurs et se tenir debout pour nos valeurs à voter pour moi », conclut-elle.

Élection partielle dans Marie-Victorin : La francisation des immigrants, une préoccupation pour les citoyens de Marie-Victorin

 

 21 novembre 2016

La candidate de la CAQ pour la circonscription de Marie-Victorin, Julie Chapdelaine, a profité du passage de Claire Samson, la députée d’Iberville et porte-parole de la CAQ pour la protection et la promotion de la langue française, pour rappeler que sa formation politique est la seule à avoir un plan solide pour la défense de notre langue.

Julie Chapdelaine soutient que la francisation et l’intégration des immigrants est une réelle préoccupation chez les citoyens de Longueuil qu’elle rencontre quotidiennement depuis le début de sa campagne. « La francisation réussie de nos immigrants est l’un des plus grands défis des prochaines années. C’est normal de s’en préoccuper. Ce n’est pas être intolérant. La CAQ est la seule formation à réclamer d’abaisser le seuil d’immigration et de mettre en place des mesures pour mieux intégrer les immigrants. Pour consolider et renforcer la présence du français au Québec, il faut en faciliter l’apprentissage à ceux et celles qui choisissent de venir vivre ici », soutient la candidate.

La députée d’Iberville, Claire Samson, a révélé cette semaine qu’au cours des cinq dernières années, 105 000 immigrants sont arrivés au Québec sans parler français. Mme Samson rappelle qu’elle a déposé un rapport, pas plus tard que la semaine dernière, contenant une série de 9 propositions et 22 mesures ambitieuses et concrètes visant à assurer la pérennité de notre langue, le français. « Compte tenu de la volonté du gouvernement de Philippe Couillard de hausser significativement les seuils d’immigration, sans pour autant augmenter les ressources financières liées à la francisation des nouveaux arrivants, il est de notre responsabilité de mettre des solutions sur la table », a conclu Claire Samson.