Inondations printanières 2017 : La mauvaise gestion de crise se poursuit… un an plus tard

 

 16 mai 2018

La Coalition Avenir Québec a déposé, ce mercredi, une motion déplorant que de nombreux dossiers ne soient toujours pas fermés, un an après que des centaines de résidences aient subis de sérieux dommages, à la suite de l’importante crue printanière en 2017.

 

La vie normale n’a toujours pas repris son cours habituel pour plusieurs victimes de ces inondations. Un an plus tard, certains n’ont toujours pas réintégré leur résidence et la lenteur administrative du traitement des dossiers ne fait qu’empirer leur situation, déjà insupportable. Cette motion demande formellement au ministre d’accélérer le traitement des requêtes afin de mettre un baume sur la douleur toujours vive des victimes de ces inondations.

Projet de loi 1193 : La CAQ souhaite mettre fin aux publicités partisanes payées à même les fonds publics

 

 15 mai 2018

Le député de La Peltrie et porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour le Conseil du trésor, Éric Caire, a déposé aujourd’hui un projet de loi encadrant les communications des organismes publics. Si adopté, ce projet de loi aurait comme principal objectif d’empêcher l’utilisation des fonds publics à des fins partisanes, ou encore pour promouvoir les intérêts du gouvernement au pouvoir.

 

Depuis leur entrée en poste en 2014, ce sont plus de 12,4M$ qui ont été dépensés par les libéraux de Philippe Couillard à même les fonds publics, pour des fins partisanes. À titre d’exemple, un montant démesuré de 5 millions de dollars a été décaissé entre avril et décembre, l’an dernier, afin de faire la promotion du Plan économique 2017 des libéraux. Pour la Coalition Avenir Québec, c’est tout à fait inacceptable que les deniers publics soient utilisés uniquement dans l’objectif mettre en valeur le parti au pouvoir et cette pratique doit cesser, par respect pour l’argent des contribuables.

 

Avec ce projet de loi déposé par la CAQ, il serait désormais interdit de promouvoir le parti politique au pouvoir, de critiquer directement ou indirectement un parti politique ou un membre de l’Assemblée nationale, et il est prévu que le vérificateur général puisse vérifier la conformité d’une communication avec les normes prescrites. Les fonds publics serviront donc directement au citoyen, à des fins d’information ou de prévention.

Lock-out à l’UQTR : La CAQ réclame une loi spéciale si le dossier ne se règle pas dans les prochaines 24 heures

 

 14 mai 2018

L’ultimatum lancé par la ministre de l’Enseignement supérieur Hélène David a échoué : le conseil d’administration et le recteur de l’UQTR ont ignoré l’appel de la ministre et rendent le président du syndicat responsable de lever ou non le lock-out, en acceptant la dernière proposition de l’établissement. Si la situation perdure encore 24 heures, le député de Nicolet-Bécancour pour la Coalition avenir Québec, Donald Martel, demande au gouvernement Couillard le dépôt d’un projet de loi spéciale pour forcer la levée du lock-out des professeurs de l’UQTR, qui perdure depuis le 2 mai dernier.

 

Le conseil d’administration de l’UQTR a littéralement fait fi de la demande de la ministre, dont se vantait pourtant le député de Trois-Rivières, soutient Donald Martel, porte-parole de la CAQ pour la région de la Mauricie. Celui-ci dénonce le manque de leadership et d’autorité de la ministre, qui refuse de s’impliquer concrètement depuis le début dans la gestion du conflit, prenant littéralement en otage les finissants et étudiants de l’établissement, qui ne peuvent commencer leur recherche d’emploi et qui risquent de passer à côté d’opportunités de carrière.

 

La Coalition Avenir Québec offre sa pleine collaboration et invite les autres partis d’opposition à en faire autant, afin de régler le différend par une loi spéciale qui mettra rapidement fin au conflit.

Élection générale de 2018 – L’équipe du changement prend forme à Montréal

 

 12 mai 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a profité de la tenue d’un événement militant de sa formation politique, samedi à Montréal, pour présenter sept nouveaux candidats pour l’élection générale de 2018 : Julie Séide (Bourassa-Sauvé), Simon Langelier (Laurier-Dorion), Vicky Michaud (Marguerite-Bourgeoys), Marc Hétu (Marquette), Sonya Cormier (Rosemont), Janny Gaspard (Viau) et Michelle Morin (Westmount–Saint-Louis).

Pour François Legault, ces nouveaux candidats sur l’île de Montréal démontrent que l’équipe du changement prend forme en vue de la prochaine élection générale. « Le parcours de vie de nos candidats est extraordinaire. La diversité de leurs intérêts m’inspire. Ils sont à l’image de la métropole », s’est réjoui le chef de la CAQ.

François Legault souhaite faire de Montréal une source d’inspiration pour le Québec. « Vous savez, il y a deux Montréal : celui des festivals, des restaurants, du tourisme, des start-ups, des universités, mais il y a aussi un autre Montréal dont on ne parle pas assez : le Montréal de tous les jours, celui des familles. Nous avons besoin de répondre aux besoins des deux Montréal. Un moteur économique, un incubateur d’entreprises, mais aussi un lieu où on peut élever une famille, une ville où il fait bon vivre », a-t-il expliqué.

Montréal appartient à tous les Montréalais

Le chef de la CAQ soutient que depuis trop longtemps, le Parti libéral tient Montréal pour acquis. « L’une des preuves, c’est l’état des écoles à Montréal. Les écoles de la Commission scolaire de Montréal sont parmi les pires au Québec. Elles tombent en ruines. Les libéraux ont laissé les écoles se dégrader pendant trop longtemps. De plus en plus de familles pensent s’installer en banlieue. Après 15 ans, c’est le temps que ces familles disent ce qu’elles pensent du gouvernement libéral. Nous avons rassemblé pour elles l’équipe du changement, en vue du 1er octobre. L’île de Montréal n’appartient pas au Parti libéral. Elle appartient à tous les Montréalais et à tout le Québec », a conclu François Legault.

Taux de diplomation au Québec : 15 ans de règne libéral, 15 ans de retard sur l’Ontario

 

 8 mai 2018

En 2003, lorsque les libéraux ont pris le pouvoir, le taux de diplomation entre le Québec et l’Ontario étaient similaires. Le résultat après 15 ans de règne libéral : 15 ans de retard sur l’Ontario.

Le chef de la Coalition avenir Québec s’est indigné, aujourd’hui en chambre, du bilan catastrophique des libéraux en matière d’éducation et des faux arguments soulevés par le premier ministre pour expliquer cet échec. Les libéraux refusent catégoriquement d’opposer les résultats des deux provinces, puisque ceux-ci démontrent explicitement le fiasco libéral dans le dossier de l’éducation au Québec.

La CAQ propose des solutions concrètes, qui auront un réel impact sur la diplomation de nos jeunes : la maternelle à 4 ans et des heures supplémentaires dans les écoles secondaires. En réponse à ces propositions, le premier ministre a fait diversion lors de la période de questions et rejeté du revers de la main les solutions présentées par la CAQ.

En plus de préférer donner des centaines de millions en trop aux médecins spécialistes, invoquant ne pas avoir assez de ressources pour l’éducation, le gouvernement utilise l’argent des contribuables et le temps des fonctionnaires de l’État pour faire préparer des publicités servant à masquer leur piètre bilan.

Projet de loi 173 : Les pensions alimentaires affectent toujours le montant d’aide sociale

 

 8 mai 2018

Dans le cadre de l’étude du projet de loi 173, la CAQ demande formellement au ministre d’exclure complètement le montant des pensions alimentaires pour enfants du calcul de l’aide sociale. D’ailleurs, depuis plus de 20 ans, ces montants de pensions ne sont plus imposables, alors qu’ils affectent toujours la somme reçue par les personnes à plus faibles revenus pour subvenir à leurs besoins de base.

Sébastien Schneeberger, porte-parole de la CAQ en matière d’emploi et solidarité sociale, a dénoncé le fait que le gouvernement n’avait pas inclus, dans son Plan de lutte contre la pauvreté, cette mesure qui aiderait plus de 8 000 ménages. Les plus touchées sont majoritairement des femmes monoparentales.

Interrogé lors de la période de questions à ce sujet, le ministre François Blais a rapidement jeté le blâme sur l’inaction du Parti québécois dans le dossier, alors qu’il a eu l’opportunité, selon lui, de «régler le problème» en 18 mois au pouvoir. Aux yeux du député de Drummond–Bois-Francs, c’est une réponse totalement inacceptable, puisque les libéraux sont au pouvoir depuis 15 ans pratiquement sans interruption.

Exclusivité de la pêche au saumon : Les libéraux rejettent le moratoire proposé par la CAQ

 

 8 mai 2018

Mardi après-midi, la Coalition avenir Québec a déposé une motion demandant au gouvernement un moratoire qui suspendrait la modification de l’article 7 du règlement sur les permis de pêche, concernant la pêche au saumon dans le nord du Québec. Les libéraux ont rejeté cette motion, eux qui ont en catimini modifié la réglementation afin de limiter la pratique de ce sport à ceux qui ont les moyens de s’offrir un voyage de plusieurs milliers de dollars dans une pourvoirie.

Selon la CAQ, même si le statut du saumon atlantique est jugé «préoccupant» partout au Québec, la solution n’est pas de réserver la pêche nordique de cette espèce aux plus riches exclusivement.

1,3 milliard $ dans la C Series : Un investissement qui fond comme neige au soleil?

 

 1 mai 2018

Il ne fallait pas une boule de cristal pour anticiper, dès le départ, que l’investissement de 1,3G$ dans la C Series était un pari très risqué pour le portefeuille des Québécois. En 2016 déjà, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, mettait en garde le premier ministre du danger d’investir uniquement dans la C Series, plutôt que d’investir dans la compagnie-mère de Bombardier.

L’entêtement du premier ministre à investir exclusivement dans cette division qui connaissait déjà de graves difficultés, semble avoir abouti aux résultats appréhendés : une perte comptable de plusieurs centaines de millions de dollars de l’argent des Québécois.

François Legault a une fois de plus déploré, lors de la période de questions ce mardi, que le gouvernement investisse un montant si important, sans aucune garantie sur les autres divisions de Bombardier. Il exige que le gouvernement libéral s’engage à ce que les Québécois puissent prendre connaissance des résultats de l’analyse de la Vérificatrice générale portant sur la valeur marchande de l’investissement dans Bombardier, avant le déclenchement des prochaines élections générales.

Agrandissement de l’hôpital Pierre-Le-Gardeur : Les libéraux se traînent les pieds depuis 8 ans

 

 1 mai 2018

Depuis 8 ans, le gouvernement libéral promet aux citoyens du sud de Lanaudière l’agrandissement du seul hôpital de leur région, Pierre-Le-Gardeur, mais n’a rien fait pour que le projet se concrétise, ont dénoncé le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, et les députés de Masson et de Repentigny, Mathieu Lemay et Lise Lavallée.

L’ancien ministre libéral de la Santé, Yves Bolduc, avait promis que l’agrandissement de l’hôpital devait être terminé en 2014. Huit ans plus tard, le projet est encore en « planification » dans le Plan québécois des infrastructures, ont-ils déploré.

Depuis plusieurs années, le sud de Lanaudière a connu une des plus fortes croissances démographiques du Québec, ce qui justifie totalement ce projet pour le bénéfice des patients et des familles de la région. Les députés caquistes ont rappelé que l’hôpital Pierre Le Gardeur, à Lachenaie, est l’un des plus achalandés du Québec. Pour preuve, il déborde tout le temps. D’ailleurs, mardi matin, le taux d’occupation de l’urgence était de 161 % et il y avait 56 patients sur des civières pour un espace de seulement 36 places.

Le projet d’agrandissement de l’hôpital Pierre-Le-Gardeur doit se réaliser et aller de l’avant. Un gouvernement de la CAQ s’en assurera, a promis le chef François Legault.

Remplacement des traversiers de Tadoussac : 3 fois le prix, 5 ans de retard … le naufrage de la STQ se poursuit

 

 1 mai 2018

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de stratégie maritime, Donald Martel, a dénoncé la gestion catastrophique du gouvernement dans le dossier de la construction des deux navires, qui relieront Tadoussac et Baie-Ste-Catherine.Après 15 ans de régime libéral, la CAQ est d’avis que la Société des traversiers est un symbole d’échec et de mauvaise gestion.

La situation actuelle est absolument déplorable : un dépassement de coût de près de trois fois le budget initial, toujours aucun des deux traversiers en opération 5 ans après la date prévue de livraison, et aucune mention de ce dossier dans les rapports à venir de la Vérificatrice générale.

Rappelons que les interventions de la Coalition Avenir Québec ont fait en sorte que celle-ci enquête sur ce fiasco financier. Les libéraux ont toutefois attendu si longtemps avant de lui demander de s’emparer du dossier que les Québécois n’auront pas droit à ce rapport dévastateur avant les élections.