Décès de Paul Gérin-Lajoie : La CAQ salue le départ d’un grand Québécois

 

 25 juin 2018

La Coalition Avenir Québec et son chef, François Legault, tiennent à transmettre ses plus profondes sympathies aux enfants, à la famille et aux proches de monsieur Paul Gérin-Lajoie, qui s’est éteint à l’âge de 98 ans.

M. Gérin-Lajoie a marqué l’histoire du Québec de façon bien particulière, en ouvrant un nouveau chapitre sur l’éducation, en plein cœur de la Révolution tranquille. Outre sa doctrine Gérin-Lajoie, qui a fortement contribué à l’essor du Québec par le biais de l’éducation, qui lui a permis de prendre une place importante sur la scène internationale et de faire respecter ses compétences particulières, on lui reconnaît de nombreux legs, qui ont façonné le Québec moderne. Pendant de nombreuses années, il a exporté dans le monde entier l’expertise québécoise et a favorisé son développement, alors qu’il dirigeait l’Agence canadienne de développement international. Encore aujourd’hui, la dictée PGL de ce grand nationaliste continue de valoriser l’importance du français pour les jeunes Québécois, un legs important de son œuvre fondamentale pour le Québec.

Il a par ailleurs défendu et fait valoir de nombreux principes, encore chers aujourd’hui au peuple québécois, dont l’obligation à l’instruction jusqu’à l’âge de 16 ans et la gratuité de l’enseignement dans le réseau de l’éducation public.

Ses grandes réalisations resteront à jamais marquées dans le souvenir collectif des Québécois et des Québécoises, et tous doivent s’unir aujourd’hui pour saluer l’apport colossal de M. Gérin-Lajoie à la société Québécoise. Nous nous remémorerons longtemps des réalisations de ce grand bâtisseur pour les jeunes et nous nous souviendrons toujours de lui comme étant celui qui a doté le Québec d’un réseau d’éducation, une véritable richesse collective que nous devons promouvoir et protéger.

Élection générale 2018: Dr Lionel Carmant est le candidat de la CAQ dans Taillon

 

 17 juin 2018

Dans la circonscription de Taillon, c’est le clinicien, chercheur de renommée mondiale, professeur de neurosciences et de pédiatrie, Dr Lionel Carmant, qui portera les couleurs de la Coalition Avenir Québec en vue de l’élection du 1er octobre prochain, a annoncé le chef François Legault, dimanche.

Pour François Legault, la candidature de Dr Carmant est un message d’espoir pour toutes les familles du Québec qui ont des enfants aux prises avec des troubles de neuro-développement. Après des études en neuropédiatrie à l’Université McGill et en épilepsie pédiatrique à Harvard, Lionel Carmant est devenu chef du service de neurologie, directeur de la clinique et du groupe de recherche sur l’épilepsie et directeur du Centre intégré du réseau en neuro-développement de l’enfance (CIRENE) à l’Hôpital Sainte-Justine. En plus d’être professeur titulaire au département de neurosciences et de pédiatrie à l’Université de Montréal, il est président de la Fondation Charles-Guindon pour l’épilepsie.

Si Lionel Carmant choisit aujourd’hui de s’allier avec l’équipe du changement de la CAQ, c’est pour s’assurer que tout son travail des dernières années se concrétise et mène à des résultats probants. Chaque enfant qui éprouve des difficultés d’apprentissage doit recevoir toute l’aide possible, le plus tôt, pour qu’il aille au bout de son potentiel. « Mon engagement se résume à un mot : les enfants. C’est pour les enfants que j’ai travaillé pendant 24 ans à l’Hôpital Saint-Justine. Pendant toutes ses années, jamais je ne suis allé au travail à reculons. Et c’est encore pour les enfants que je me lance en politique. Ils sont les grands oubliés de notre système d’éducation. Améliorer le sort de nos enfants, c’est une priorité que nous partageons, François Legault et moi-même, et qui fait de nous des partenaires », a expliqué Lionel Carmant.

Carmant a choisi Taillon parce qu’il a des projets plein la tête pour les citoyens de Longueuil. « Taillon regorge de possibilités extraordinaires pour aider nos enfants. C’est ici que devait prendre forme un important projet de services de pédiatrie, un projet qui n’a pas encore vu le jour. C’est aussi sur la Rive-Sud que se trouvent trois merveilleuses écoles pour nos enfants handicapés dont la première a vu le jour dans Taillon : l’école Bel Essor, qui a pris soin de plusieurs de mes patients. Je suis là pour faire une vraie différence dans Taillon. Je suis impatient d’aller à la rencontre des gens », a lancé le candidat caquiste.

Un candidat à la hauteur du défi qui attend la CAQ

Le chef de la CAQ, François Legault n’a pas caché son admiration pour Lionel Carmant et se dit très chanceux de pouvoir compter sur lui pour faire plus et faire mieux au Québec. M. Legault a d’ailleurs rappelé que M. Carmant a reçu le mandat, en janvier dernier, de préparer une stratégie de dépistage et d’intervention précoce des problèmes de neuro-développement chez tous les enfants du Québec pour la plateforme électorale. Il ne fait pas de doute que Lionel Carmant saura relever ce défi.

« Pour accomplir un objectif aussi ambitieux, on ne peut rêver à un candidat mieux préparé ou plus motivé que Lionel Carmant. Après 15 ans de gouvernement libéral, on est obligé de constater l’échec. On a le devoir d’aider chacun de nos enfants à réussir. La venue de Lionel Carmant comme candidat représente un véritable espoir pour tous les enfants du Québec. Bienvenue dans l’équipe du changement ! », conclut François Legault.

Rapport de la Vérificatrice générale : une parfaite illustration du copinage de la clique libérale

 

 13 juin 2018

Deux motions déposées par la CAQ auront permis à ce que la Vérificatrice générale (VG) enquête sur les baux et les contrats conclus entre le gouvernement libéral et les entreprises de Marc Bibeau et de George Gantcheff, deux grands argentiers libéraux.

Le rapport de la VG est accablant et conclut que les avantages conférés à ces deux libéraux notoires sont avérés, qu’ils ont effectivement fait l’objet de favoritisme de la part du gouvernement libéral et que celui-ci a signé des contrats truffés d’anomalies, de gré à gré, sans faire appel à la concurrence. La Vérificatrice générale dénonce également le renouvellement d’un bail de la CSST en 2007, qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un reportage de l’émission Enquête, qui révélait que des collecteurs de fonds libéraux, soit Franco Fava, Charles Rondeau et William Bartlett, auraient obtenu d’importantes commissions pour la signature de ce bail, qui a été renouvelé pour 22 ans, sans aucune justification, et bien avant son échéance.

Il y a quelques mois encore, le gouvernement signait à nouveau un bail avec Marc Bibeau, alors qu’il faisait l’objet d’une vérification. Bien que le président du Conseil du trésor affirme qu’un grand ménage aurait été fait, les argentiers et collecteurs de fonds libéraux ont déjà profité à souhait de cette mauvaise gestion libérale et de ce favoritisme. La CAQ déplore que ce soient les Québécois qui en paient le prix encore aujourd’hui et qu’ils ne puissent avoir l’assurance que le gouvernement libéral dépense leurs taxes et leurs impôts légitimement, sans en mettre dans les poches des amis du parti.

TÉMOIGNAGES COURAGEUX DE QUATRE VICTIMES DE L’EX-ENTRAÎNEUR DE SKI BERTRAND CHAREST

 

 5 juin 2018

Hier, quatre victimes de l’ex-entraineur de ski Bertrand Charest sont sorties de l’ombre, à visage découvert, et ont livré de troublants témoignages sur les abus qu’elles ont subis dans le cadre de la pratique de leur sport, de leur passion. La Coalition Avenir Québec appuie les demandes de ces femmes, et exige que le gouvernement agisse rapidement pour encadrer la pratique du sport chez les jeunes athlètes, notamment pour rendre les formations des entraineurs obligatoires et pour établir des politiques afin de faire en sorte que plus jamais de tels abus ne se reproduisent dans les milieux sportifs.

En mon nom et en celui de toute ma formation politique, nous espérons que l’issu de votre démarche judiciaire, qui a certes été empreinte de souvenirs douloureux, vous amène paix et sérénité. Je suis convaincue que le courage dont vous avez fait preuve, hier, saura inciter d’autres victimes d’abus à dénoncer elles aussi. Pour cela, je vous félicite et vous remercie sincèrement. Les jeunes athlètes qui vous ont admirées pendant toute votre carrière sportive ont désormais une autre raison d’applaudir votre détermination, et j’ai l’intime conviction que vos épreuves respectives ne seront pas vaines.

Sachez que vous avez toute notre gratitude et notre reconnaissance, et que nos meilleures pensées vous accompagnent.

 

Formule E : La CAQ veut savoir qui a fait pression sur les libéraux

 

 30 mai 2018

Le ministre des Affaires municipales et responsable de la région de Montréal, Martin Coiteux, a été incapable de justifier aux Québécois les raisons pour lesquelles il a autorisé l’octroi d’une subvention additionnelle de 1 million de dollars à l’organisme Montréal c’est électrique pour l’organisation de la Formule E. Surtout, M. Coiteux a refusé de dire qui l’a appelé pour obtenir cette fameuse subvention : l’ex-maire Denis Coderre ou l’actuel président de la campagne du Parti libéral, Alexandre Taillefer, qui agissait à l’époque comme président d’honneur de l’événement ?

Le député de Blainville pour la Coalition Avenir Québec et porte-parole pour la Métropole, Mario Laframboise, a exigé une reddition de compte au gouvernement libéral, au lendemain du dépôt du rapport accablant du Bureau de l’inspecteur général (BIG) de la Ville de Montréal sur la gestion douteuse de la Formule E. M. Laframboise a rappelé que les contribuables québécois ont dépensé 1,5 M$ dans cet événement, dont 1 M$ qui a été versé par les libéraux après la tenue de la Formule E.

Compte tenu des minces retombées de l’événement et des graves allégations du BIG, le ministre Martin Coiteux doit enfin sortir de son mutisme : qui, de Denis Coderre et d’Alexandre Tailler, a demandé à ce que le gouvernement libéral ajoute 1 M$ pour la Formule E, et ce, sans aucune évaluation ?

Le Parti libéral a une fois de plus préféré cacher la vérité aux Québécois, a dénoncé le caquiste Mario Laframboise.

Congrès national de la CAQ : Il faut faire plus et mieux pour le Québec, dit François Legault

 

 27 mai 2018

C’est par un discours teinté de la volonté de voir le Québec changer et se reconnecter sur les préoccupations des Québécois que François Legault a clôturé le Congrès national de la CAQ qui a réuni environ 1 200 militants dimanche, à Lévis. Le chef caquiste y a notamment martelé qu’un gouvernement de la CAQ voudra « faire plus et faire mieux » pour tous les Québécois.

François Legault a rappelé que des efforts considérables ont été faits par son parti pour bâtir une équipe solide, constituée de femmes et d’hommes de talent, issus de tous les milieux et de toutes les générations, au cours des derniers mois. Ces candidats, qui étaient réunis sur la scène derrière lui, ont un but en commun : changer et faire évoluer le Québec en reconnectant le gouvernement sur les citoyens et leurs préoccupations.

Dans son discours, le chef de la CAQ a misé sur l’importance de faire plus avec l’argent durement gagné des contribuables. Il a notamment nommé la nécessité de diminuer la taxe scolaire, d’améliorer les services destinés à nos aînés et à nos proches aidants, de mieux encadrer l’immigration et de réinvestir en éducation. Il a également fait un vibrant plaidoyer en faveur d’un gouvernement plus intègre et a déclaré, devant ses militants, qu’une carte de membre de la CAQ ne sera jamais synonyme d’une nomination politique. À ce titre, il a réitéré que sous un gouvernement de la CAQ, ces nominations se feront uniquement selon la compétence des individus.

Pour un réseau de la santé plus accessible, plus efficace et plus décentralisé

 

 26 mai 2018

Cliquez ici pour télécharger le document.

Élection générale de 2018 – Nadine Girault et Stéphane Le Bouyonnec sont candidats pour la CAQ

 

 26 mai 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a profité du lancement du Congrès national de la CAQ au Centre de congrès et d’expositions de Lévis pour annoncer que Nadine Girault et Stéphane Le Bouyonnec porteront les couleurs de sa formation politique lors de la prochaine élection générale, dans les circonscriptions de Bertrand et de La Prairie respectivement. François Legault se réjouit de pouvoir compter sur ces gestionnaires de grande expérience au sein de son équipe.

Pour François Legault, ces ajouts à sa formation politique démontrent à quel point le Québec aura une équipe de gestionnaires exceptionnelle avec un éventuel gouvernement de la CAQ. « Partout où ils sont passés, ils ont fait preuve d’excellence. Nadine a actuellement sa propre boîte de consultants en gestion. Auparavant, elle a été vice-présidente au Fonds de solidarité FTQ, de Boutique Jacob, de BMO Groupe financier, de Desjardins Sécurité financière, vice-présidente associée à RBC Banque Royale, et elle a aussi siégé au conseil d’administration d’Investissement Québec. De son côté, Stéphane est actuellement le président de la CAQ. Il est diplômé de l’École Polytechnique de Montréal en génie industriel. Il a d’abord travaillé chez Lavalin, pour ensuite être vice-président exécutif de l’entreprise Hypocrat, vice-président du Fonds de solidarité FTQ, président d’Innovitech et de Métaforia. Il a aussi fondé Synergis Capital, une firme spécialisée en fusions, acquisitions et finance corporative, en plus d’avoir été député de la CAQ dans La Prairie de 2012 à 2014 », a détaillé le chef de la CAQ.

« Les Québécois veulent que leur État soit mieux géré. Depuis des années, on a l’impression que le gouvernement libéral a baissé les bras. Nous, on est convaincu que le gouvernement peut être beaucoup mieux géré. Les Québécois en ont assez de payer toujours plus pour toujours moins de services. Les Québécois veulent que le gros bon sens et la bonne gestion fassent leur retour au gouvernement. Ce changement est incarné par Nadine et Stéphane», a ajouté François Legault.

Dynamiser Investissement Québec en région

Nadine Girault soutient avoir choisi la Coalition Avenir Québec « pour son ouverture au changement dans la façon de gouverner le Québec. J’ai trouvé à la CAQ une harmonie de vue avec mes propres convictions, que ce soit en immigration, en éducation ou dans la vision de M. Legault du développement économique régional. Je crois, comme lui, qu’il faut rendre Investissement Québec plus dynamique en région et qu’on doit prendre plus de risques pour aider nos entreprises. Ayant siégé sur le conseil d’administration de cet organisme pendant plusieurs années et jusqu’à tout récemment, je suis bien placée pour voir le potentiel d’Investissement Québec. Cependant, Investissement Québec doit agir selon les orientations que lui donne le gouvernement et je pense qu’avec un gouvernement de la CAQ, Investissement Québec sera encore plus un outil de développement économique régional », a déclaré la nouvelle candidate.

Le service public, le plus beau métier du monde

Pour sa part, Stéphane Le Bouyonnec espère sincèrement que l’équipe de la CAQ aura une vraie chance de faire les choses autrement après le 1eroctobre prochain.« Après avoir connu une carrière active et valorisante dans le monde des affaires, tout en gardant toujours un pied dans la politique militante, je suis prêt à nouveau à embrasser le plus beau métier du monde, celui du service public. J’ai la conviction profonde qu’une bonne équipe de parlementaires, dirigée par un leader authentique et déterminé, qui est lui-même guidé par un programme ambitieux et inspirant, peut faire une grosse différence pour le Québec.  Au niveau économique, je crois fermement que nous pouvons faire mieux. Avec François Legault à la tête du prochain gouvernement, nous ferons mieux !», a-t-il conclu.

Plan de valorisation de la profession enseignante

 

 24 mai 2018

Pour consulter le document, cliquez ici.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette : Le ministre n’a pas fait les représentations nécessaires pour obtenir l’argent du fédéral

 

 16 mai 2018

À la lueur des résultats dans le dossier de la tordeuse des bourgeons de l’épinette, il y a lieu de se questionner sur le travail du ministre des Forêts, Luc Blanchette.

 

À la suite de 31 rencontres entre des lobbyistes du Nouveau-Brunswick et le cabinet du ministre fédéral, 75 M$ ont été annoncés par le gouvernement fédéral pour lutter contre cet insecte ravageur au Nouveau-Brunswick. Du côté du Québec, le ministre Blanchette n’a transmis que deux lettres à son homologue fédéral, sans aucun résultat.

 

Au Québec, de nouvelles zones sont affectées, chaque année, par la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Ces zones auraient dû faire partie des projets pilotes du gouvernement fédéral. Malheureusement, le Québec n’y figure pas puisque le ministre n’a pas fait les représentations nécessaires afin que la province obtienne elle aussi de l’aide de la part du gouvernement fédéral pour la protection de nos forêts.