Fonds d’aide à la diversification économique pour la MRC des Appalaches : La CAQ dénonce l’inaction du gouvernement libéral

 

 17 novembre 2017

Depuis que l’ancien gouvernement péquiste a mis fin à l’exploitation de l’amiante, la région a de la difficulté à s’en sortir. Malgré sa promesse de mettre en place un fonds d’aide à la diversification économique pour la MRC des Appalaches une fois au pouvoir, le Parti libéral de Philippe Couillard n’a pas levé le petit doigt depuis son élection il y a trois ans et demi, signalent Isabelle Lecours et Éric Lefebvre de la Coalition Avenir Québec.

En juin 2017, les libéraux ont réitéré leur promesse en conférence de presse, s’engageant cette fois à agir d’ici la fin de l’année.

La technique libérale

Cette façon de faire n’étonne guère Isabelle Lecours : « C’est la vieille technique libérale : on promet, on fait des séances de photos tout sourire, on tient des conférences de presse et on s’en va sans donner suite. C’est lamentable et franchement insultant pour la population », relève la candidate de la CAQ dans Lotbinière-Frontenac.

Le député Éric Lefebvre abonde dans le même sens : « Pour le gouvernement libéral, c’est encore une fois de l’électoralisme, puisqu’on repousse les annonces à la veille des élections. Pendant ce temps-là, des centaines de familles attendent dans l’incertitude. Le gouvernement libéral de Philippe Couillard est opportuniste et cultive une distance, voire un certain mépris des Québécois. Il faut que ça cesse », s’insurge le porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional.

Un gouvernement de la CAQ

Éric Lefebvre et Isabelle Lecours déclarent qu’un gouvernement de la CAQ ne fera pas que promettre; il agira. « Un gouvernement de la CAQ sera proactif et vraiment à l’écoute de la population. Comme notre priorité est l’économie, et que nous avons à cœur la réussite du Québec et des Québécois, en particulier de la population de la MRC des Appalaches dans ce cas-ci, nous nous engageons à mettre en place le Fonds d’aide à la diversification économique pour la MRC des Appalaches dès notre élection », conclut Isabelle Lecours au nom des deux représentants de la CAQ.

Sommet sur l’alimentation : La transformation alimentaire et le bioalimentaire méritent mieux que l’inertie libérale

 

 17 novembre 2017

 Le Sommet sur l’alimentation, tenu vendredi par le gouvernement libéral, se soldera par un panier vide pour les agriculteurs, les producteurs et les consommateurs québécois, ont dénoncé la porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’agriculture, Sylvie D’Amours, et le critique en matière de développement économique régional, Éric Lefebvre.

Après des mois de consultation, le gouvernement Couillard annonce qu’il va encore consulter le secteur agricole en vue d’élaborer une politique bioalimentaire québécoise. C’est une vraie farce, a lancé Sylvie D’Amours, qui constate que les libéraux ne sont bons pour qu’une chose : consulter. La députée de Mirabel a également trouvé aucune solution pour les défis de main-d’œuvre ou de la relève agricole et aucun engagement pour l’étiquetage obligatoire des OGM. Nos producteurs ont toutes les raisons de se sentir trahis, a-t-elle déclaré.

Pour le député d’Arthabaska, Éric Lefebvre, il est temps que l’industrie de la transformation alimentaire soit enfin considérée pour ce qu’il est : un secteur économique et manufacturier de premier plan pour l’ensemble du Québec. Dans la stratégie agroalimentaire qui devrait être déposée au printemps prochain, un signal clair doit être envoyé aux entreprises de transformation alimentaire de toutes les régions du Québec. Pour le moment, tout porte à croire que le gouvernement libéral poursuivra le statu quo, a déploré le caquiste.

Manque d’ambulances : Il est plus que temps que Gaétan Barrette s’active, réclame la CAQ

 

 17 novembre 2017

Les récents cas rapportés dans les médias concernant le manque d’ambulance dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches sont troublants et rappellent la nécessité pour le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d’agir face à ce problème important, a déclaré le député de la Coalition Avenir Québec, François Paradis.

Il est inacceptable qu’un homme en détresse grave attende 36 minutes avant de voir des ambulanciers arriver, a indiqué M. Paradis, qui espère que les événements des derniers jours rappelleront au ministre Barrette l’existence de ce problème criant.

Le député de Lévis a ajouté que la population de Québec et de Lévis progresse fortement depuis quelques années et qu’il est nécessaire d’ajuster le nombre d’ambulances en conséquence. Le caquiste ne comprend pas qu’après autant d’années au pouvoir, le gouvernement libéral n’ait pas encore procédé à une évaluation des besoins et ajouté des ambulances à Lévis et à Québec.