« Où est le plan de Philippe Couillard pour faire face au protectionnisme de Donald Trump ? » – François Legault

 

 23 janvier 2017

Profitant de l’ouverture du caucus présessionnel de ses députés à Saint-Jean-sur-Richelieu, le chef de la CAQ, François Legault, a invité le premier ministre Philippe Couillard à mettre en œuvre des mesures fortes pour faire face au vent de protectionnisme qui souffle, particulièrement depuis l’assermentation du président américain, Donald Trump, vendredi dernier. Il a de plus plaidé pour que le gouvernement s’attarde enfin à réduire l’écart de salaire entre les Québécois et les Ontariens.

« Lors de son discours d’assermentation, M. Trump a déclaré qu’à partir de maintenant, ce sera seulement “America first, America first”. Que toutes les décisions sur le commerce ou les affaires étrangères devraient être prises au profit des travailleurs américains. Qu’ils allaient protéger leurs frontières des ravages causés par les autres pays qui volent leurs entreprises et détruisent leurs emplois », a rappelé M. Legault.

« Avec de tels propos, il n’y a plus de temps à perdre. La montée du protectionnisme pourrait affecter durement l’économie québécoise et donc la qualité de vie des familles québécoises. Il faut se protéger. Les mesures protectionnistes, c’est la mauvaise façon. La bonne façon de protéger nos emplois et nos familles, ce sont des investissements, améliorer notre productivité et avoir une vision. Il faut aussi une stratégie pour convaincre nos partenaires dans les états américains voisins que de freiner le commerce avec le Québec va leur nuire », a souligné François Legault, en rappelant qu’une part importante de nos emplois de qualité reposait sur nos exportations envers les États-Unis, notamment ceux du secteur manufacturier.

Pour M. Legault, cette montée du protectionnisme fait en sorte qu’il est encore plus important pour le Québec de préserver ses emplois de qualité, déjà trop peu nombreux. Il a dévoilé que depuis près de 15 ans, l’écart entre le Québec et l’Ontario pour le salaire moyen n’a cessé de s’accentuer. En avril 2003, à l’arrivée au pouvoir des libéraux, un travailleur québécois gagnait en moyenne 4 395 $ en moins qu’un travailleur ontarien chaque année. Le mois dernier, cet écart s’est creusé davantage pour s’établir à 4 552 $. La situation n’est plus tolérable, a tonné M. Legault.

« Voilà une conséquence navrante pour les familles québécoises de presque 15 ans de monopole libéral. Il n’y a eu aucune progression, le salaire des Québécois continue à traîner derrière celui de nos voisins. Pendant ce temps-là, le même gouvernement libéral a imposé un fardeau fiscal supplémentaire de 1 300 $ par famille. Ce n’est pas la voie à suivre si l’on veut augmenter les moyens des familles québécoises, écrasées sous les charges fiscales et l’endettement. L’obsession de Philippe Couillard doit être de créer des emplois plus payants pour enrichir nos familles, particulièrement depuis l’arrivée de Donald Trump », a conclu François Legault.

Vision économique : François Legault jette les bases d’une «Baie-James du 21 ème siècle»

 

 13 novembre 2016

François Legault a dévoilé aujourd’hui les paramètres d’un grand projet économique qu’il entend soumettre aux Québécois dès 2017. Dans un discours livré aux membres de son parti, réunis en conseil national à Drummondville, le chef caquiste a clairement exprimé sa volonté de mettre Hydro-Québec au cœur de son projet de développement économique pour enrichir les Québécois et rehausser notre niveau de richesse collective.

François Legault présentera donc prochainement son plan d’affaires ambitieux, à l’image de son parti, qui s’appuie sur des ententes de partenariat avec nos voisins canadiens et américains sur l’exportation de notre électricité propre. Hydro-Québec déborde de possibilités exceptionnelles de développement économique, il est temps de les développer et d’avoir de l’ambition pour le Québec, a plaidé François Legault.

« Depuis ses débuts, la CAQ propose une vision de notre développement économique pour l’enrichissement de tous les Québécois. C’est ainsi que je présenterai bientôt un plan de match pour qu’Hydro-Québec exporte davantage d’électricité. Il faut voir grand, voir loin. Comme premier ministre, je vais me donner la mission de forger des partenariats avec l’Ontario, avec Terre-Neuve, avec le Nouveau-Brunswick, avec les nations autochtones. Mon objectif va être de faire exploser les exportations d’électricité en Ontario, en Nouvelle-Angleterre, à New York. Tout le monde va y gagner ! Un gouvernement de la CAQ va donc lancer un grand chantier qui va créer des milliers d’emplois payants. Je parle de lancer une Baie-James du 21 e siècle ! » a lancé le chef caquiste, chaudement applaudi par plus de 500 de ses militants, réunis à Drummondville.

Un gouvernement libéral usé

François Legault a également exprimé sa fierté de diriger une équipe solide d’hommes et de femmes intègres, fin prête à prendre le pouvoir en 2018 pour relancer le Québec.

Sa vision de notre avenir collectif se décline en deux volets distincts, mais plus que jamais indissociables. « Fierté et prospérité : voilà ce qu’offrira un gouvernement de la CAQ comme solution de rechange à un parti libéral usé. L’usure, c’est malsain pour la démocratie. On a un gouvernement qui en vient à mélanger le portefeuille de ses amis avec le portefeuille des Québécois. Il faut passer à autre chose. Il faut recommencer à travailler ensemble. On est rendus là, le Québec est rendu là », a-t- il enchaîné.

« Quand on s’unit au lieu de se diviser, quand les nationalistes québécois travaillent ensemble, il n’y a absolument aucune limite à ce qu’on peut accomplir. Quand on travaille ensemble, le Québec gagne ! Tenons-nous debout avec fierté pour défendre nos intérêts, notre langue, nos valeurs, notre culture et travaillons à la prospérité de la nation québécoise à l’intérieur du Canada ! » a conclu M. Legault.

Pour écouter l’intégralité du discours de François Legault, cliquez sur le lien suivant : http://caq.la/2fNreHQ

Mise à jour économique : Une réduction du fardeau fiscal de… 2,70 $ par Québécois

 

 26 octobre 2016

Un répit fiscal de 140 $ par famille, pas plus de 2,70 $ par semaine pour chaque Québécois : voilà la grande annonce de la mise à jour économique du gouvernement Couillard, a déploré le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault.

Après deux années et demie d’augmentations de taxes et de tarifs, Philippe Couillard et son ministre des Finances, Carlos Leitão, ne sont pas gênés de se présenter devant le Québécois, sourire aux lèvres, pour leur dire que leur surplus budgétaire s’est fait sur le dos des citoyens de la classe moyenne. Le gouvernement avait non seulement l’occasion, mais l’argent, pour redonner de l’air aux contribuables. Encore une fois, les familles sont les grandes oubliées des libéraux, a vivement regretté M. Legault.

« Tarifs d’électricité, tarifs de garderie, taxes scolaires, taxes municipales, taxe sur le carbone, primes d’assurance automobile, droits d’immatriculation et impôts sur les cotisations syndicales : au total, les familles québécoises ont 1 300 $ de moins dans leurs poches. Hier, le gouvernement libéral a annoncé l’abolition d’une taxe santé qu’il avait lui-même créée. En moyenne, ça représente 140 $ par famille, 2,70 $ par semaine. Ce n’est pas sérieux! Je l’invite à aller à la rencontre des familles de la classe moyenne et discuter avec elles des difficultés qu’elles ont à boucler leur budget», a pressé François Legault.

Un gouvernement déconnecté de la vie des familles

« Rompre une promesse électorale, c’est la marque de commerce libérale », a lancé pour sa part le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, au ministre des Finances, Carlos Leitão. Le député de Granby a rappelé que les libéraux avaient promis dans leur cadre financier de 2014 de prendre au minimum la moitié de son surplus budgétaire pour baisser les impôts des Québécois.

« Carlos Leitão a berné la population. Depuis 2014, les familles ont subi des augmentations de toute sorte. La famille moyenne a payé 1 300 $ de plus en taxes et tarifs et pendant ce temps, le premier ministre et le ministre des Finances comptaient leurs dizaines de millions de dollars en surplus et riaient dans leurs barbes. Le seul répit que le gouvernement donne aux Québécois de la classe moyenne, c’est 70 $ par personne. Et le gouvernement voudrait que les familles lui disent merci? Il faut être complètement déconnecté de ce que vivent les familles », s’est insurgé le député de Granby.

Mise à jour économique : François Legault dévoile ses attentes

 

 23 octobre 2016

« Il est temps pour Philippe Couillard d’être à l’écoute des Québécois et des familles qui ont encaissé une hausse de leurs taxes et tarifs de 1 300 $ depuis son arrivée au pouvoir. Il doit réparer les dégâts de ses deux premières années. » À la veille de la troisième mise à jour économique du gouvernement Couillard, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, place la barre haute. Puisque le ministre des Finances, Carlos Leitão, risque de rater ses cibles de croissance économique et lâcher prise quant aux investissements privés, M. Legault lui suggère quatre mesures ambitieuses pour stimuler l’économie et enrichir tous les Québécois.

Tout d’abord, les libéraux doivent annoncer dès mardi prochain une baisse d’impôts de 500 $ par individu, soit 1 000 $ par famille. « C’est non négociable. Il faut donner de l’air à nos familles et relancer notre économie à très court terme. Les rumeurs parlent d’une abolition de la taxe santé qui ne représente que 80 $ pour la majorité des Québécois. Ce serait rire des Québécois! » lance le chef de la CAQ, qui propose de prendre l’argent des surplus versés au Fonds des générations pour financer ces baisses d’impôts.

Ensuite, l’éducation ne doit plus être la cible d’attaque du gouvernement libéral. Après deux années de coupes budgétaires dans les services directs aux élèves, la CAQ réclame un réinvestissement dans l’aide aux enfants aux prises avec des difficultés d’apprentissage. « Pour la CAQ, l’éducation doit être une priorité nationale, pas l’objet d’annonces cosmétiques. La réussite scolaire, c’est une question d’égalité des chances, mais surtout d’assurer à nos enfants d’avoir l’encadrement nécessaire pour réaliser leurs rêves. Parler d’éducation, ce n’est pas juste des slogans pour se donner bonne conscience, ça doit être un objectif concret », martèle François Legault.

Également, le chef de la deuxième opposition s’attend à ce que le gouvernement présente un plan économique ambitieux pour enfin relancer les investissements des entreprises et créer des emplois de qualité. « Le Québec crée actuellement des emplois entre 10 et 15 $ de l’heure, mais l’obsession du premier ministre devrait être d’en créer à 20 $, 30 $ et même 40 $ de l’heure. C’est ainsi qu’on pourra augmenter la productivité et créer des emplois à valeur ajoutée », soutient le chef de la CAQ.

Finalement, François Legault appelle le premier ministre à faire preuve de compassion envers nos aînés qui vivent dans les CHSLD. Dès mardi, la CAQ exige que le gouvernement Couillard fasse passer le budget alloué par repas dans les CHSLD à 4,14 $, soit une hausse de 2 $. « Nos aînés méritent attention, respect et dignité. Une alimentation saine, variée et équilibrée, c’est la moindre des choses! Je comprends que les libéraux sont fatigués, usés, mais on s’attend à un gouvernement libéral qui va enfin passer de la parole aux gestes. J’aimerais que Philippe Couillard soit plus proche du monde, qu’il cesse de regarder les Québécois depuis sa tour d’ivoire et qu’il fasse preuve d’ambition! » conclut M. Legault.

Le député Lamontagne souligne le 30e anniversaire de la Jeune Chambre de commerce de Drummond

 

 20 octobre 2016

Le député de Johnson, André Lamontagne, a souligné avec grand plaisir le 30e anniversaire de la Jeune Chambre de commerce de Drummond (JCCD), le 19 octobre à l’Assemblée nationale.

« Il y a 30 ans, les jeunes gens d’affaires de la MRC de Drummond décidaient de créer la Jeune Chambre de commerce de Drummond, a rappelé le député. Depuis, des milliers d’entre eux se sont investis sur trois décennies à faire d’elle un élément important de l’écosystème du développement économique de Drummondville. »

« Trente années au cours desquelles les jeunes ont tissé des liens d’affaires et d’amitié, tout en élargissant leurs réseaux de contacts professionnels dans tous les horizons, a poursuivi André Lamontagne. Comptant plus de 500 membres, l’organisme est reconnu pour son apport à la promotion et à l’accompagnement de l’entrepreneuriat. »

« La JCCD se distingue notamment par son concours Élan, qui donne une vitrine extraordinaire à la relève entrepreneuriale, tout en remettant 25 000 $ en argent et services au lauréat; ce qui est unique au Québec. Je l’invite à continuer à oser et à innover dans sa contribution à générer et appuyer de nombreuses étincelles entrepreneuriales au sein de la grande région de Drummondville », a conclu le député.

Baisse d’impôts : François Legault talonne Philippe Couillard en chambre

 

 18 octobre 2016

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, exige une baisse d’impôts immédiate pour les Québécois et demande à Philippe Couillard de financer cette mesure essentielle pour l’économie québécoise en puisant dans les surplus budgétaires.

Le gouvernement libéral génère actuellement des surplus de 2 milliards de dollars, versés directement au Fonds des générations, alors que les prévisions de croissance économique des institutions financières sont constamment revues à la baisse. Il s’agit donc d’une « fausse bonne idée », a qualifié François Legault, qui souhaite que le premier ministre Couillard utilise une partie de ces surplus pour une réduction du fardeau fiscal des Québécois dès la prochaine mise à jour économique, en novembre.

« Ça fait des mois que je répète au premier ministre que la croissance économique est faible et qu’on peut faire mieux au Québec. Sur le terrain, les Québécois nous disent qu’ils n’arrivent plus, que leurs taxes, leurs tarifs et leurs impôts augmentent plus vite que leur salaire. Si on veut réduire notre endettement, il faut aussi relancer l’économie. Je suis d’accord pour respecter l’équilibre budgétaire, mais dégager des surplus de 2 milliards de dollars cette année avec les taxes, les tarifs et les impôts que paient les Québécois est une mauvaise décision économique », a déclaré François Legault

Le député de L’Assomption a rappelé que Desjardins prévoit maintenant pour l’année courant une croissance de seulement 1,2 %, au même moment où plusieurs experts, incluant le Fonds monétaire international, demandent aux gouvernements occidentaux d’agir pour stimuler l’économie. Pour la CAQ, c’est clair : la priorité est de donner de l’oxygène aux familles québécoises, en leur accordant une baisse de 1 000 $ en impôts. « J’invite le premier ministre à parler plus souvent à des familles qui ont de la misère à joindre les deux bouts, avec des salaires qui augmentent moins vite que le coût de la vie », a conclu François Legault.

Comité consultatif sur l’économie et l’innovation : Philippe Couillard boude la région de Québec

 

 13 octobre 2016

Il est inacceptable que le gouvernement Couillard ait décidé de se passer des conseils et des recommandations des gens d’affaires de Québec, région pourtant essentielle à la relance et la croissance économique de la province, déplore le porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour la région de la Capitale-Nationale, Éric Caire.

Après 2 ans et demi au pouvoir, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé mercredi la création d’un comité de 27 personnes, chargé de trouver un plan économique pour le premier ministre. Tout en saluant la qualité et l’expertise des membres nommés sur le comité, Éric Caire ne trouve aucune excuse valable qui justifie l’absence totale du milieu économique de la région de Québec.

« La Capitale-Nationale est un modèle de réussite économique au Québec depuis plusieurs années. Nous n’avons pas les moyens actuellement d’ignorer l’expertise des gens d’ici. Nos dirigeants d’entreprises, nos entrepreneurs, nos associations et chambres de commerce débordent d’idées et d’initiatives économiques innovantes. Se priver de leurs savoirs et vécus, c’est se tirer volontairement dans le pied! » affirme Éric Caire, rappelant que les défis sont grands au Québec, alors que les libéraux prévoient une croissance économique de seulement 1,2 % en 2016.

Pour le député de La Peltrie, la décision d’écarter la communauté des affaires de la Capitale-Nationale démontre encore une fois la faiblesse et le manque d’influence des députés libéraux de la région de Québec auprès du premier ministre. « Ce parti regarde la région de haut. François Blais, Caroline Simard, Véronyque Tremblay, André Drolet, Sébastien Proulx, Sam Hamad, Raymond Bernier, Michel Matte, Patrick Huot doivent être tous gênés aujourd’hui d’être libéraux. J’aimerais bien les entendre justifier la décision de leur premier ministre! François Blais, comme ministre régional, a le devoir de faire pression sur Philippe Couillard pour qu’il ajoute des gens d’affaires de la région qu’il représente! » exige le caquiste Éric Caire.

Dépassement de coûts de la cimenterie McInnis : Philippe Couillard incapable de chiffrer les pertes des Québécois

 

 29 septembre 2016

La mauvaise gestion libérale dans le dossier de la cimenterie McInnis a déjà coûté 116 millions de dollars (M$) aux Québécois, mais le premier ministre refuse toujours de l’admettre, a constaté le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, lors de la période des questions.

Alors que des dépassements de coûts de centaines de millions de dollars ont été annoncés cet été, Philippe Couillard a de nouveau refusé aujourd’hui de chiffrer les pertes concrètes pour les contribuables dans ce projet, qui s’avère être l’exemple flagrant de la mauvaise gestion libérale, a soutenu. M. Legault. Le chef caquiste a rappelé que la cimenterie McInnis est à l’origine un investissement de 350 M$, dans un projet créateur de 200 emplois.

« Les Québécois paient cher le prix de l’improvisation libérale. 1,5 M$ par emploi, ça n’a aucun bon sens! J’aime la Gaspésie, mais je n’aime pas le gaspillage. Imaginez les milliers d’emplois qu’auraient pu créer les entrepreneurs gaspésiens avec 350 M$. On apprenait cet été que le projet a été mal géré, amenant des dépassements de coûts et que les experts comptables d’investissement Québec ont déjà enregistré une perte sur ce placement de 116 M$. Malgré ça, aujourd’hui, le premier ministre a refusé de confirmer qu’Investissement Québec a déjà inscrit une perte de 116 M$ sur son placement dans Ciment McInnis », a déclaré François Legault.

Fidèle à son habitude, Philippe Couillard a fait usage de l’arrogance plutôt que de la transparence, a regretté le chef de la CAQ. La cimenterie McInnis est financée par les Québécois et ils ont le droit de savoir comment leur argent est investi dans ce projet qui est, rappelons-le, le plus polluant de l’histoire du Québec. « Avant même que l’usine n’ouvre, Investissement Québec a déjà perdu 116 M$. La coupe est déjà pleine pour les Québécois », a conclu François Legault.

Décote de Bombardier : Philippe Couillard ne sait toujours pas comment convaincre le fédéral d’investir

 

 27 septembre 2016

À la suite de la décote de Bombardier par la firme de notation de crédit Standard and Poor’s, vendredi dernier, Philippe Couillard n’a pas jugé utile de prendre le téléphone pour discuter du dossier avec le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et encore moins d’obtenir de sa part des garanties claires quant à un investissement dans l’entreprise québécoise, a fustigé le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault.

L’action de Bombardier est à son plus bas, mais M. Couillard n’a toujours pas de plan de match concret pour convaincre le gouvernement fédéral d’investir à son tour dans Bombardier afin d’éviter une autre décote. Le temps presse et François Legault a invité le premier ministre à monter le ton avec Justin Trudeau plutôt qu’avec l’opposition.

« Bombardier vient d’être décotée et depuis un mois, son action a chuté de 25 %. Pire encore, Standard and Poor’s a dit qu’elle pourrait abaisser de nouveau sa cote de crédit si ses liquidités se retrouvent dans une situation plus faible que prévu. Plus que jamais, Bombardier a besoin de l’investissement du gouvernement fédéral. Lorsque l’Ontario a eu des difficultés avec l’industrie de l’automobile, le fédéral est venu rapidement à la rescousse. Le secteur aéronautique est aussi important pour le Québec que celui de l’automobile l’est pour l’Ontario. Je demande au premier ministre d’agir. C’est son devoir d’interpeler fermement le fédéral pour qu’il investisse dans Bombardier », a déclaré François Legault.

Le chef de la CAQ a rappelé à Philippe Couillard que son gouvernement est le principal partenaire de Bombardier et comme partenaire, il est de sa responsabilité de faire les démarches nécessaires pour que le fédéral s’engage enfin à aider Bombardier. « L’investissement du gouvernement fédéral est crucial pour l’avenir de Bombardier. Les employés sont inquiets. Les fournisseurs sont inquiets. On sait tous que ça peut prendre 24 heures ou même 48 heures pour que le premier ministre retrouve son jugement politique. Il a le devoir de faire preuve de leadership. Que compte-t-il faire au cours des prochains jours? » a pressé François Legault.

Priorités de la session parlementaire : François Legault attaquera de front le bilan économique de Philippe Couillard

 

 29 août 2016

L’économie au cœur des préoccupations de la Coalition Avenir Québec : voilà le message lancé par le chef François Legault en marge de la première journée du caucus présessionnel de sa formation politique. Dès la rentrée parlementaire, la CAQ entend demander des comptes à Philippe Couillard sur son bilan économique désastreux.

L’improvisation libérale a assez duré, tonne le chef caquiste. Dans toutes les villes et municipalités qu’il visite lors de sa tournée régionale, François Legault dit rencontrer des dizaines d’entrepreneurs, leaders régionaux et citoyens qui lui font tous part de leurs préoccupations quant à l’état actuel de l’économie québécoise.

« Le constat qui se dégage est très clair : on peut faire mieux au Québec. Nos familles ont de moins en moins d’argent dans leurs poches. Les citoyens ont le sentiment de ne pas être écoutés. Les régions sont laissées à elles-mêmes. Les entreprises ont des projets, mais attendent après Hydro-Québec ou après Investissement Québec. À la place, le gouvernement libéral se traîne les pieds. Il n’a pas de leadership. Il manque d’ambition en économie. Le Parti libéral ne sert plus le Québec. Depuis son élection en 2003, il est au service de ses propres intérêts. Il a oublié l’intérêt général et gouverne uniquement pour se maintenir au pouvoir », expose le chef de la CAQ.

Sur le plan de l’emploi, c’est la dégringolade. Depuis le début de l’année, il s’est perdu 2 800 emplois au Québec, rappelle M. Legault, alors que Philippe Couillard nous en avait promis 250 000 sur 5 ans, soit 50 000 par année. La faiblesse de l’emploi justifie des mesures fortes pour stimuler notre économie. « Les Québécois méritent un gouvernement dont l’obsession est la création de bons emplois, comme le sera le gouvernement de la CAQ. Depuis l’élection d’avril 2014, il y a 28 mois, il ne s’est créé que 43 100 emplois. Comptez sur moi pour demander à Philippe Couillard, jour après jour, où sont les emplois qu’il avait promis », assure François Legault.

Il est plus que temps de mettre fin au monopole libéral, qui a amplement démontré ses effets néfastes sur notre économie. C’est la raison pour laquelle le chef caquiste compte bien devenir, en 2018, le premier premier ministre économique en 20 ans au Québec. « Pendant que Philippe Couillard se demande comment gérer son Conseil des ministres, le Parti québécois, lui, est obsédé par le prochain référendum sur la souveraineté. Ça ne peut pas continuer, le Québec a besoin d’une grande bouffée d’air frais. À tous les Québécois, je dis que la CAQ va garder le cap. Lors de la prochaine session parlementaire, la CAQ va continuer de se tenir debout pour l’économie, debout pour l’éducation, debout pour notre identité », conclut François Legault.