Transport et mobilité: La CAQ présente un plan pour décongestionner Montréal et les banlieues


En bref, selon la CAQ :

  • La congestion routière nuit à la qualité de vie des gens, à notre productivité, en plus d’engendrer de la pollution et de rendre la région métropolitaine moins attrayante
  • Il faut agir sur tous les fronts : accroître le transport collectif, mettre à niveau notre réseau routier et profiter des technologies innovantes 
  • Un gouvernement de la CAQ réservera 10 milliards de dollars dans le Programme québécois des infrastructures (PQI) pour réaliser ce plan d’ici 2030

Après plusieurs mois d’études, de rencontres et de consultations, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, le député de Deux-Montagnes et porte-parole de la CAQ en matière de transports, Benoit Charette, et la candidate de la CAQ dans Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, dévoilent aujourd’hui un vaste plan de décongestion routière pour la grande région de Montréal.

Ce plan, piloté par le député Benoit Charette, est une réponse sensée au problème grandissant qu’est la congestion routière et le défi de taille que représente la mobilité pour toute société moderne. Il prévoit des investissements de l’ordre de 10 milliards de dollars d’ici 2030 dans les transports collectifs, le réseau routier et l’utilisation des technologies pour repenser et optimiser nos modes de transports.

Pour le chef caquiste, François Legault, il est temps de donner un grand coup pour décongestionner les transports, améliorer la qualité de vie des familles et relancer notre économie. Un gouvernement de la CAQ entend donc investir massivement dans les transports collectifs, mais aussi dans l’aménagement d’axes routiers, pour le bénéfice de toute la région métropolitaine.

Le plan de la CAQ se déploie autour de trois axes. Au total, ce sont 20 solutions concrètes mises de l’avant par le parti de François Legault pour décongestionner la région métropolitaine.

Pour prendre connaissance du Plan de décongestion, veuillez visiter le lien suivant : https://coalitionavenirquebec.org/file/decongestion/

  1. Faire du transport collectif une solution attrayante pour tous

Pour la Rive-Sud de Montréal :

  • Prolongement du REM sur 22 kilomètres, de Brossard jusqu’au secteur de Chambly ;
  • Mise à l’étude d’une phase ultérieure d’expansion du REM, de Brossard jusqu’à Boucherville et Sainte-Julie ;
  • Revitalisation du Boulevard Taschereau avec un tramway de 6,5 kilomètres, de Longueuil à Brossard, avec une interconnexion au REM ;
  • Mise à l’étude, en concertation avec les autorités locales de Longueuil, un prolongement de la ligne jaune du métro, en partie en souterrain, en partie en surface le long du boulevard Rolland-Therrien.

 Pour la Rive-Nord de Montréal :

  •  Expansion du REM à Laval le long notamment de l’autoroute 15 sur une distance de 17 kilomètres ;
  • Mise à l’étude une phase ultérieure d’expansion du REM selon un axe est-ouest sur l’emprise de l’autoroute 440

Pour assurer l’essor économique et social de l’Est de Montréal :

  • Aménagement d’un tramwayqui irait de la pointe de l’Île jusqu’au centre-ville, avec un embranchement vers le nord jusqu’au Cégep Marie-Victorin ;
  • Prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal ;
  • Réalisation du projet de SRB sur Pie-IX.

Pour rendre l’offre de transport collectif plus attrayante pour toute la région métropolitaine :

  • Instauration d’incitatifs fiscaux en faveur du covoiturage ;
  • Ajout de stationnements incitatifs là où un mode de transport collectif est disponible.

 

  1. Mettre à niveau le réseau routier en intégrant la mobilité active

Pour contrer les embouteillages en constante augmentation, il est primordial de compléter certains tronçons :

  • Élargissement del’autoroute 30, à 3 voies, sur le tronçon entre les autoroutes 10 et 20 pour du transport collectif ;
  • Prolongement de l’autoroute 19, jusqu’à Bois-des-Filion ;
  • Prolongement de l’autoroute 13, jusqu’à l’autoroute 50, sous la forme d’un boulevard urbain ;
  •  Pour l’Est de Montréal : relance du projet de modernisation de la rue Notre-Dame-Est, sous la forme d’un boulevard urbain ;
  • Opération des travaux routiers 24 h sur 24 dans les zones non habitées.
  1. Exploiter les technologies intelligentes pour gérer le réseau et le rendre plus fluide

Afind’améliorer la gestion du trafic et de rendre les déplacements plus fluides et inscrire le Québec parmi les sociétés les plus innovantes en matière de transports :

  • Mise en place d’une unité d’intervention d’urgence lors d’accidents sur les principales artères de transport ;
  • Meilleure synchronisation des caméras de circulation, des senseurs et de certains feux intelligents ;
  • Accompagnement des municipalités pour l’implantation de systèmes de transport intelligent ;
  • Modification législative à l’usage des voitures autonomes.

Citations :

« La congestion et la mobilité sont deux enjeux majeurs pour Montréal et les couronnes Nord et Sud. Ce n’est pas vrai qu’on va régler les problèmes en punissant les automobilistes. Ce n’est pas vrai, non plus, qu’on va convaincre les gens de prendre les transports collectifs s’ils ne sont pas efficaces et confortables. Pour réussir, une région métropolitaine a besoin d’un système de transport moderne, efficace et attrayant. Le plan que nous mettons de l’avant aura des retombées économiques majeures. C’est névralgique si on veut attirer et retenir les meilleurs. On le doit à nos citoyens, à nos familles »

 

– François Legault

député de L’Assomption, chef de la CAQ

 « L’enjeu des transports est névralgique. La circulation est infernale durant les heures de pointe, le réseau routier et le réseau de transport en commun de la métropole sont complètement surchargés. Il faut répondre à cet immense défi et on a décidé de le faire avec ambition, mais aussi avec réalisme. Ce plan de décongestion aborde tous ces enjeux, allant du transport collectif à l’électrification des transports, en passant par l’amélioration de la qualité de vie de l’ensemble des citoyens de la région métropolitaine »

 

 – Benoit Charette

député de Deux-Montagnes, porte-parole de la CAQ en matière de transport

« L’Est de Montréal a besoin d’un projet de transport collectif intermodal afin de favoriser la mobilité de ses résidents, de contribuer à son développement économique et de mettre en valeur ses espaces. C’est urgent de permettre un déplacement rapide vers le centre-ville.L’actuel manque de transport en commun dans ce secteur crée un problème important de recrutement de main-d’œuvre et met à risque des entreprises manufacturières. Les propositions de ce plan sont les plus belles que j’ai vues depuis très longtemps pour l’Est de Montréal, le parent pauvre des transports collectifs à Montréal depuis trop d’années »

 

– Chantal Rouleau

candidate de la CAQ dans Pointe-aux-Trembles