Projet de parc éolien à Port-Cartier : Les libéraux utilisent l’argent des contribuables pour acheter des votes, déplore la CAQ


En bref, selon la CAQ :

  • À la veille des élections, le gouvernement libéral s’apprête à obliger Hydro-Québec à signer un contrat de projet éolien à Port-Cartier, qui va faire perdre 1,5 milliard de dollars aux Québécois en achetant de l’électricité à 0,115$ pour la vendre à 0,07$
  • Hydro-Québec prévoit des surplus jusqu’en 2026, alors que le premier ministre impose à la société d’État d’acheter de l’électricité dont elle n’a pas besoin
  • La CAQ demande un engagement clair du gouvernement à ne pas obliger Hydro-Québec à signer ce contrat d’ici le 1er octobre prochain.

À la veille des élections, Hydro-Québec risque de se voir contrainte de signer le contrat du projet de parc éolien à Port-Cartier par le gouvernement libéral, ce qui fera perdre 1,5 milliard de dollars aux Québécois. La société d’État, qui baigne actuellement dans les surplus d’électricité et qui prévoit le demeurer jusqu’en 2026, serait alors forcée d’acheter 200 MW d’électricité dont elle n’a pas besoin, et ce, à un coût presque deux fois plus élevé que celui des projets d’éolien conclus précédemment.

La CAQ a d’ailleurs déposé une motion, mercredi, afin que le gouvernement n’oblige pas Hydro-Québec à signer ce contrat d’ici le 1er octobre prochain. Cette motion a été bloquée par le gouvernement Couillard.

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, soutient que la production d’électricité d’Hydro-Québec doit effectivement être relancée, mais qu’on doit d’abord avoir signé des ententes d’exportation avec des états américains et d’autres provinces canadiennes, pour écouler nos surplus afin que la facture ne soit pas refilée aux Québécois. Il faut être beaucoup plus proactif pour conclure de tels partenariats et c’est précisément ce que prévoit le projet d’Alliance énergétique de la CAQ.

Citations :

« Il y a deux façons de développer l’économie de nos régions: la façon de faire responsable, ou la façon de faire libérale. Le premier ministre Philippe Couilllard a choisi d’appauvrir tous les Québécois pour essayer d’acheter des votes. Pourquoi le premier ministre préfère-t-il le clientélisme plutôt que la bonne gestion ? »

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la Coalition Avenir Québec