Dépotoirs illégaux : Les municipalités laissées à elles-mêmes face aux sites d’enfouissement illégaux


En bref, selon la CAQ :

  • De nombreux acteurs ont dénoncé l’enfouissement illégal de déchets et imploré le gouvernement d’agir rapidement
  • Le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour que cessent ces pratiques insupportables
  • Les agriculteurs sont les premiers touchés par l’inaction du gouvernement, et les municipalités sont laissées à elles-mêmes

Les dépotoirs illégaux sont un véritable fléau dans plusieurs régions du Québec. De nombreux acteurs et représentants politiques ont d’ailleurs dénoncé la situation, qui perdure depuis trop longtemps et qui doit prendre fin rapidement.

Jeudi, en chambre, la porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière d’Agriculture, Sylvie D’Amours, a porté la voix de nombreux intervenants qui implorent le gouvernement d’agir rapidement afin que cesse l’enfouissement illégal de déchets.

La députée de Mirabel a rappelé qu’il y a de plus en plus de déchets des chantiers de la région de Montréal qui sont versés dans la nature et sur les terres agricoles. Des entreprises à l’éthique douteuse polluent les sols, sans aucune réprimande du gouvernement libéral, et les municipalités sont ensuite prises avec le problème.

Notons que le gouvernement a récemment annoncé un montant de 75 millions de dollars pour décontaminer les sols sur l’île de Montréal, mais que rien n’a été fait pour les municipalités des Laurentides. La facture sera une fois de plus refilée aux contribuables, a déploré Sylvie D’Amours.

Citations :

« Encore une fois, ce seront les citoyens qui devront assumer le manque de responsabilité du gouvernement dans le dossier des sites d’enfouissement illégaux. À quand la fermeture de ces dépotoirs illégaux ? »

– Sylvie D’Amours

députée de Mirabel, porte-parole de la CAQ en matière d’Agriculture