Denis Tardif portera les couleurs de la Coalition Avenir Québec dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est fier d’annoncer que Denis Tardif portera les couleurs de sa formation politique dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata pour l’élection du 1er octobre prochain. M. Legault se réjouit de pouvoir compter sur cet homme d’expérience au sein de son équipe.

François Legault est très inspiré par le parcours de vie de son candidat dans Rivière-du-Loup-Témiscouata alors qu’il a une très longue liste de réalisations à son actif. Il a été entrepreneur, gestionnaire, professeur, conseiller municipal et il a œuvré dans les trois paliers de gouvernement. « Il nous faut de nouvelles idées et une nouvelle équipe pour former un nouveau gouvernement. Dans cette équipe, j’ai besoin d’un homme d’expérience comme Denis Tardif, a déclaré le chef de la CAQ. Avec son parcours, on voit tout de suite que Denis est très bien préparé à occuper la fonction de député à l’Assemblée nationale. Il sera efficace et prêt à livrer la marchandise dès le premier jour. Il a l’expérience pour jouer un rôle important au sein d’un éventuel gouvernement de la CAQ. »

De son côté, Denis Tardif a décidé de faire le saut en politique provinciale à cause de son désir d’être continuellement dans l’action. « Je souhaite continuer de travailler à améliorer la qualité de vie des gens d’ici. Je suis reconnu comme une personne de convictions et une personne efficace. Je veux faire une différence dans le comté. Je veux léguer un héritage à la génération suivante. La CAQ offre un discours réaliste qui me rejoint. Depuis 15 ans, les libéraux ont fait reculer le Québec. Leur manque d’éthique, leurs coupures dans les services, leur arrogance : les gens sont tannés ! Nous avons besoin de changement », a déclaré le nouveau candidat de la CAQ dans Rivière-du-Loup-Témiscouata

Denis Tardif a fondé sa propre boîte de communications en 1993, Scoop communication marketing, en plus d’avoir co-fondé Trafic création/marketing en 2003. Denis Tardif a également une longue feuille de route en politique, alors qu’il a été directeur des affaires régionales pour le Québec pour d’importants ministres au niveau fédéral de 2007 à 2013. Il a, de plus, été conseiller municipal pour la ville de Rivière-du-Loup de 2005 à 2011 et attaché politique de la députée de Kamouraska-Témiscouata à l’Assemblée nationale de 1988 à 1993. Très impliqué dans sa communauté, Denis Tardif a notamment été président de la Corporation de loisirs de Rivière-du-Loup de 2005 à 2011, président de l’Office de tourisme et des congrès de Rivière-du-Loup de 2004 à 2005 et président d’honneur de la campagne de financement du projet Parc École en 2003 et 2004. Denis Tardif est originaire de Trois Pistoles et père d’une jeune universitaire. Il a occupé le poste de directeur des communications à l’Institut de technologies agro-alimentaires de La Pocatière (ITA). Il a également enseigné les communications et la philosophie dans plusieurs établissements collégiaux réputés (ITA de La Pocatière, Cégep de Jonquière et Cégep de Rivière-du-Loup).

Une vision pour Rivière-du-Loup-Témiscouata et pour le Québec

Denis Tardif a choisi la CAQ parce qu’elle a une vision pour l’avenir du Québec, et pour la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata. « Je suis d’abord et avant tout un gars de régions qui croit au potentiel de ma circonscription. Je suis fier de me joindre à l’équipe de François Legault, qui a une vision pour le Québec, qui a un plan de développement économique pour les régions, notamment pour la forêt, l’agriculture et le tourisme, qui occupent une place majeure ici. Nous avons des atouts et c’est à nous de les exploiter. Le Projet Saint-Laurent réserve un rôle important aux cégeps pour créer de l’expertise et de la richesse. Il faut faire du cégep de Rivière-du-Loup un pôle de développement régional. En travaillant ensemble, nous continuerons d’aller plus loin et de bâtir un Québec fier de ce que nous sommes » a-t-il conclu.

L’injustice des taxes scolaires

François Legault dénonce la décision du gouvernement libéral d’imposer un nouveau régime de taxes scolaires qui pénalise les propriétaires du Bas-Saint-Laurent. « Ici, on paie trois fois plus de taxes scolaires que dans d’autres régions. Pour une maison moyenne, les taxes scolaires sont de 200 $ dans les Laurentides, mais, dans le Bas-St-Laurent, c’est 600 $, alors qu’on offre pourtant les mêmes services. Cependant, le PLQ refuse de corriger cette injustice », déplore-t-il.