Célébrons et valorisons l’entrepreneuriat!

Célébrons et valorisons l’entrepreneuriat!

La tenue du Gala du mérite économique a eu quelque chose qui s’apparente à un effet calmant sur le moral des gens d’affaires et de ceux impliqués dans le développement économique alors que nous sommes encore tous sous le choc de la délocalisation annoncée de 350 emplois de qualité chez GE-Alstom. Présent lors de cette soirée, je me suis spontanément posé la question suivante : «Avons-nous le droit de célébrer alors même que cette terrible nouvelle vient à peine de tomber?». La réponse est claire pour moi : mais bien sûr que oui! Parce que la réplique à cette délocalisation se trouvait justement sous mes yeux : l’entrepreneuriat.

De passage tout récemment dans la région de Drummondville, je suis toujours estomaqué par le développement fulgurant de cette ville qui était autrefois, il n’y a pas si longtemps, une jumelle de Sorel-Tracy. Un incroyable essor économique, mais également une forte croissance démographique en sont la cause. La population a tellement progressé que la ville est scindée en deux en ce qui a trait à la représentativité provinciale : les circonscriptions de Johnson et de Drummond-Bois-Francs se retrouvent de part et d’autre du boulevard Saint-Joseph. J’en profite pour noter au passage, d’une façon pas très subtile j’en conviens, que ces deux circonscriptions sont représentées par des députés caquistes et que ce n’est pas un hasard si les électeurs de Drummondville ont mis leur confiance dans la CAQ, car elle symbolise le dynamisme économique et l’innovation. Nous aurions tout intérêt à nous inspirer du succès de Drummondville.

La clé : l’entrepreneuriat et l’innovation

Afin de relancer notre région sur les plans social et économique, le développement et la valorisation de l’entrepreneuriat doivent impérativement trôner au sommet de nos priorités collectives. Nous avons tout intérêt à ce que nos jeunes y soient initiés dès leur plus jeune âge et que les plus expérimentés agissent comme de véritables mentors auprès de ceux-ci. Il existe ici de beaux succès en ce sens grâce, entre autres, au cours de sensibilisation à l’entrepreneuriat de l’école secondaire Fernand-Lefebvre, aux activités du CJE et à la brigade entrepreneuriale de la SADC. Multiplier ce type d’initiatives serait bénéfique et nous mènerait directement vers un rêve que je caresse : faire du Bas-Richelieu une véritable pépinière en entrepreneuriat de la Montérégie, un peu à l’image de la Beauce. Les agriculteurs, que je considère comme de véritables entrepreneurs et qui font constamment preuve d’innovation, doivent également être mis à contribution.

Pourquoi est-ce si important? Parce que s’il est louable de tenter sans cesse d’attirer chez nous d’importants investissements, il ne faut pas oublier que les entrepreneurs d’ici possèdent «une conscience locale» et un amour de la région qui font en sorte qu’il y a peu de chances de les voir quitter pour l’extérieur. Au contraire, la majorité d’entre eux participent activement non seulement à l’essor économique mais également aux développements social et culturel de notre communauté. Ne perdons jamais de vue que les PME représentent plus de 70% de l’économie québécoise et qu’ici, nos centres d’aide au développement économique peinent à écouler les sommes allouées tellement notre carence en projets innovants se fait sentir.

Allons de l’avant

Afin d’atteindre la destination que représente une vision prospère et dynamique de notre région, il faut débuter maintenant en se serrant les coudes, en rêvant et en proposant tous des idées et des actions concrètes. Je me lance : création d’un quartier de l’innovation, d’un campus universitaire local situé près du CTTEI (cours dédiés à l’écologie industrielle mais également programmes pour nos aînés), d’une école en entrepreneuriat et d’un programme d’identification et d’aide pour les PME à fort potentiel de croissance (ce que Madame Élaine Zakaïb nommait avec raison les «Gazelles»), et développement de l’offre culturel et sportif afin d’assurer la rétention des jeunes familles.

Si nous avons toutes les raisons de célébrer les succès de nos entrepreneurs locaux lors d’un rassemblement positif comme le Gala du mérite économique, nous avons également toutes les raisons du monde de s’atteler à la tâche dès maintenant pour relancer notre belle région.

Jean-Bernard Emond
Président du comité d’action local CAQ-Richelieu