Efficacité de l’État : Un gouvernement de la CAQ réduira la bureaucratie et le gaspillage au sein de l’État

 

 28 août 2018

Depuis 15 ans, le gouvernement libéral promet de s’attaquer au gaspillage et de rendre l’État québécois plus moderne et plus efficace. Dans les faits, peu de choses ont changé. Sous la gouverne du Parti libéral, les fiascos informatiques se sont multipliés, les dépenses en technologies de l’information ont été, et sont toujours, hors de contrôle, les coûts d’approvisionnement des ministères et des organismes publics demeurent très élevés et les efforts de réduction de la bureaucratie ont été minimes.

 

Le temps est venu de mettre fin à cette culture de mauvaise gestion libérale et c’est ce à quoi s’engage la formation politique de François Legault si elle est menée au pouvoir le 1er octobre prochain. Concrètement, la CAQ propose de regrouper les centres de traitement de l’information (CTI), de diminuer les dépenses en technologies de l’information (TI) et d’en assurer une meilleure gestion, d’assurer la numérisation des services administratifs, de même que de réduire les coûts d’approvisionnement en biens et services d’au moins 10 %. À terme, ces dernières mesures permettront d’économiser 800 millions de dollars.

 

La CAQ estime également que des efforts considérables doivent être faits afin de réduire le nombre de postes administratifs dans le secteur public, un effort que le gouvernement libéral a toujours été incapable de faire. Au cours des quatre prochaines années, nous estimons qu’environ 36 000 employés de l’État prendront leur retraite. En ne remplaçant pas 5000 de ces emplois, soit 1 % des effectifs de la fonction publique, les postes administratifs laissés vacants permettront de préserver, sur quatre ans, 380 millions de dollars dans les coffres de l’État. Cette mesure se fera en préservant l’offre et la qualité des services offerts à la population. Un gouvernement de la CAQ va finalement renforcer l’expertise interne qui fait défaut, notamment les ingénieurs et les ressources en informatique. Il y aura donc des embauches supplémentaires dans ces domaines.

Denise Trudel est la candidate de la Coalition Avenir Québec dans la circonscription de Roberval

 

 28 août 2018

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est fier d’annoncer que la candidate de son parti pour les élections générales du 1er octobre prochain, celle qui affrontera le premier ministre sortant, est l’ex-députée Denise Trudel.

Née à Alma, Denise Trudel est une femme engagée dans le débat public depuis de nombreuses années. Attachée politique de 2001 à 2003, puis conseillère municipale à la Ville de Québec de 2005 à 2012, elle a notamment été membre du comité exécutif de la Ville de Québec, où elle s’occupait des dossiers culture, loisirs, sport et vie communautaire, puis députée de la Coalition Avenir Québec dans Charlesbourg en 2012, à titre de porte-parole en matière de tourisme, sport et loisirs. Depuis la fin des années 1990, Denise Trudel s’implique auprès de nombreux organismes à vocation économique. De 1997 à 2001, elle a été membre administrateur du collège électoral, secteur sociocommunautaire, au Centre local de développement (CLD) de Québec, membre du Comité de revitalisation de la 1re Avenue, secteur Saint-Rodrigue, de 2002 à 2009. Elle a également siégé à plusieurs conseils d’administration, notamment celui de la Communauté métropolitaine de Québec, de l’ExpoCité, de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Capitale-Nationale, de l’Institut Canadien de Québec et Villes et Villages en santé au sein de la Fédération québécoise des municipalités.

Denise Trudel n’a pas dit son dernier mot. Son retour en politique active, elle le fait pour les familles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, sa région natale, injustement pénalisées par Philippe Couillard et son gouvernement. Elle cite en exemple la réforme libérale de la taxe scolaire, qui inflige aux Québécois de la région le taux de taxe scolaire le plus élevé au Québec. « Les familles du Saguenay-Lac-Saint-Jean payent un taux de taxe scolaire 3 fois plus élevé que d’autres régions. Pourquoi? Parce que Philippe Couillard en a décidé ainsi. C’est totalement injuste! Pourquoi s’attaquer spécifiquement aux familles du Saguenay-Lac-Saint-Jean? Les gens de Roberval méritent mieux. Ils méritent un gouvernement de la CAQ, qui ne les pénalisera pas en raison de leur code postal! », a déclaré Denise Trudel.

 

Un retour nécessaire pour aider les familles

 

Le chef de la CAQ, François Legault, s’est réjoui du retour en politique active de son ancienne collègue, Denise Trudel. Il s’est dit impatient de la voir défendre les pères et les mères de famille de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est temps pour les citoyens de Roberval d’envoyer un message clair au gouvernement usé de Philippe Couillard.

« Philippe Couillard n’a cessé de regarder de haut les Québécois du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il a décidé de leur infliger des hausses de taxes, en plus de fixer un taux de taxe scolaire trois fois supérieur à celui d’autres régions. Les gens de Roberval méritent mieux. Avec un gouvernement de la CAQ, ce sera la fin de la loterie libérale des taxes scolaires! » a lancé M. Legault.

Couillard doit laisser Gertrude Bourdon débattre

 

 28 août 2018

Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, a annoncé que s’il formait le gouvernement, Gertrude Bourdon serait sa ministre de la Santé et Gaétan Barrette, président du Conseil du trésor. Pourtant, Philippe Couillard a décidé de déléguer Gaétan Barrette à un débat sur la santé organisé par la FIQ au lieu de Mme Bourdon. Cette décision est difficilement explicable. La Coalition Avenir Québec a de son côté délégué sa candidate Danielle McCann, qui souhaite débattre avec la candidate libérale.

 

On savait déjà que M. Couillard empêchait sa candidate dans Jean-Lesage de faire des entrevues avec les médias, mais maintenant on apprend qu’il ne veut pas qu’elle débatte.

 

Les Québécois veulent avoir des réponses sur les orientations de Mme Bourdon, présentée par Philippe Couillard comme sa « vedette santé ». Comment justifie-t-elle l’entente sur la rémunération des médecins spécialistes ? Est-ce qu’elle croit que les réformes Barrette doivent être maintenues ? Est-ce qu’elle considère que les conditions de pratique des professionnels en soin sont satisfaisantes ?

 

La CAQ demande à M. Couillard de cesser de cacher Mme Bourdon et de la déléguer au débat de la FIQ.

Uniformisation de la taxe scolaire : La CAQ mettra fin à l’iniquité libérale et redonnera 700 millions de dollars aux familles du Québec

 

 26 août 2018

François Legault a annoncé aujourd’hui qu’un éventuel gouvernement de la Coalition Avenir Québec rétablira l’équité entre toutes les régions du Québec en défaisant la réforme broche à foin et improvisée de la taxe scolaire, imposée par le Parti libéral de Philippe Couillard.  

Depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir, il y a 15 ans, la taxe scolaire a augmenté de 1,2 milliard de dollars, si bien que les Québécois ont subi une hausse ahurissante de 112 %. François Legault s’engage, sur une période de quatre ans, à ramener progressivement le taux de taxation scolaire à 0,10 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière, soit le plus bas actuellement en vigueur, ce qui se traduira par une baisse de taxe de 700 millions de dollars pour les familles. 

Pour illustrer l’injustice imposée par les libéraux, la CAQ prend l’exemple d’une propriété située sur la frontière où se rejoignent deux commissions scolaires entre les régions des Laurentides et de Lanaudière. À l’ouest, un des voisins paie 269 $ pour sa résidence estimée à 280 000 $; l’autre, à l’est, paie plutôt 690 $, puisqu’on lui impose un taux de taxe trois fois plus élevé. La loterie libérale de la taxe scolaire n’a plus sa place : la CAQ uniformisera le taux, partout au Québec. 

La Coalition Avenir Québec annonce la candidature de Lucie Lecours dans Les Plaines

 

 26 août 2018

Figure connue dans la région des Moulins, Lucie Lecours, gestionnaire, femme d’affaires et ex-journaliste, portera les couleurs de la Coalition Avenir Québec dans la nouvelle circonscription Les Plaines en vue du scrutin du 1er octobre prochain, a annoncé le chef de la CAQ, François Legault, de passage à Sainte-Anne-des-Plaines. 

Depuis 2016, Lucie Lecours occupe le poste de directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins, où elle s’est découvert une passion pour le développement économique régional. Avant cela, pendant plus de 29 ans, elle a œuvré au sein de TC Médias, comblant des postes en journalisme, en gestion de la rédaction et des ressources humaines, ainsi qu’à la direction générale de journaux locaux. Mme Lecours est connue pour son implication marquée dans le milieu économique et social de la région de Lanaudière. Elle a déjà siégé au conseil d’administration de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, en plus d’être membre du cabinet de la collecte de fonds de Centraide Lanaudière. Elle siège aussi au conseil d’administration de la Société de développement culturel de Terrebonne depuis trois ans. C’est avec l’équipe du changement de la CAQ que Lucie Lecours a accepté de faire le saut en politique active, dans l’espoir d’accomplir de grandes choses pour les familles du Québec. 

« Les valeurs familiales sont au cœur de mon quotidien. Ma mère souffre d’Alzheimer. Mon conjoint et moi avons décidé, il y a cinq ans, de prendre mes parents à la maison pour vivre en intergénération. Ils bénéficient d’une belle qualité de vie, mais ce n’est pas tous nos aînés qui ont cette chance. C’est pour cette raison que le projet de Maisons des aînés de la CAQ me touche autant. J’y adhère pleinement », a partagé Lucie Lecours. 

Comme future députée dans Les Plaines, la caquiste entend s’attaquer au problème de la congestion routière, qui affecte énormément la qualité de vie des familles de la région. Cela commence par le projet de la route 335 qu’il faut concrétiser, l’élargissement de la route 337 qui traîne depuis des lunes et le prolongement de l’autoroute 19. « Je suis de celles et ceux qui croient que le temps perdu sur la route pourrait être investi ailleurs. Il faut donc faire avancer les dossiers et les faire débloquer. Les citoyens dans Les Plaines ont assez souffert. J’ai confiance que le Plan de décongestion de la CAQ sera une réponse directe à leurs attentes », a assuré Lucie Lecours.  

Comme directrice de chambre de commerce, Mme Lecours a pris connaissance des conséquences de la pénurie de main-d’œuvre sur les entreprises. Elle est convaincue que le plan de la CAQ, notamment de mieux intégrer nos immigrants en fonction des besoins économiques et d’encourager la formation technique et professionnelle, permettra au Québec de relever ce défi. 

  

Corriger les injustices libérales 

Le chef de la CAQ, François Legault, a vanté le parcours professionnel de sa candidate, une femme impliquée, de grande valeur, qui connaît les enjeux et défis économiques de sa région et du Québec. M. Legault a invité les électeurs du comté Les Plaines à choisir son parti, le 1er octobre, afin de corriger les injustices libérales, notamment celle de la taxe scolaire.  

« Les taxes scolaires ont augmenté de 112 % sous les libéraux. Il y a des régions où les propriétaires paient trois fois plus dans une région que dans une autre. On va corriger cette injustice avec un taux de taxe unique et du même coup 700 millions de plus dans les poches des Québécois. Avec Lucie Lecours, on offre de nouvelles idées pour les Québécois, pour former un nouveau gouvernement : un gouvernement de la CAQ ! » a déclaré M. Legault. 

Accès à la justice : La population la plus vulnérable peine toujours à avoir accès au système de justice

 

 22 août 2018

La Coalition Avenir Québec accueille favorablement la demande de soutien financier faite aujourd’hui par le Barreau du Québec au gouvernement provincial, qui vise à mettre en place les dispositions nécessaires afin d’améliorer l’accès à la justice pour tous les Québécois. Par son refus d’obtempérer et d’écouter les recommandations d’experts, le gouvernement libéral prive plusieurs Québécois de l’un de leurs droits fondamentaux : l’accès à la justice. La CAQ a d’ailleurs déposé, au cours de la dernière législature, plusieurs projets de loi poursuivant cet objectif et maintient que l’appareil judiciaire doit être modernisé afin de mieux répondre aux besoins des justiciables.

Depuis plus d’un an, le gouvernement libéral est assis à la table des négociations avec le Barreau du Québec et se traîne littéralement les pieds dans le dossier. Les tarifs d’aide juridique sont trop bas depuis plusieurs années, ce qui fait en sorte que les avocats de pratique privée délaissent les mandats d’aide juridique. Dans le système actuel, plusieurs personnes vulnérables n’ont actuellement pas accès à la justice, en partie en raison du manque d’engouement des avocats qui œuvrent en pratique privée pour l’Aide juridique, dont la rémunération est considérablement moins alléchante dans ces cas précis. Cela pousse de plus en plus d’individus à se représenter seuls devant le tribunal, ce qui a pour effet d’alourdir l’efficacité du système de justice.

Le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, prône pour un réinvestissement massif dans le système de justice afin de bonifier la rémunération des avocats de pratique privée qui traitent des cas d’Aide juridique, afin que les gens ayant besoin d’assistance juridique aient accès à une représentation juste et de qualité au même titre que le reste de la population. Il s’agit là, selon M. Jolin-Barrette, d’une étape essentielle pour rétablir l’iniquité actuelle du système judiciaire et ultimement, pour désengorger les tribunaux.

 

Bilan libéral en santé: Un nouveau sondage montre que les Québécois ne veulent plus de Gaétan Barrette

 

 22 août 2018

La Coalition Avenir Québec dévoile un sondage réalisé par la firme Recherche Mainstreet révélant la réelle appréciation des Québécois par rapport à Gaétan Barrette et au bilan libéral en santé.

 

Peu reluisants, les résultats démontrent que 81% des Québécois ne veulent plus de Gaétan Barrette comme ministre de la Santé, que 70% d’entre eux perçoivent négativement le bilan en santé du gouvernement libéral et que 47% des Québécois estiment que le tandem Barrette-Couillard a travaillé à améliorer le sort des médecins plutôt que celui des patients au cours des dernières années.

 

Rappelons qu’en arrivant au pouvoir il y a 15 ans, le Parti libéral du Québec avait promis d’éliminer l’attente en santé avec Philippe Couillard comme ministre. Selon la CAQ, ce sondage rappelle que les années libérales ont été un véritable échec en santé.

 

Ce sondage a été réalisé du 4 au 6 août dernier auprès de 1328 répondants par réponse vocale interactive. Sa marge d’erreur est de 2,69%. Il est possible de le consulter à l’adresse suivante :

 

https://v2018.lacaq.org/wp-content/uploads/2018/08/barrette-caq-quebec-07aout2018a.pdf

François Legault confirme la candidature de Jonatan Julien dans Charlesbourg

 

 22 août 2018

Entouré de son équipe de candidates et de candidats dans la Capitale nationale, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a annoncé que le conseiller municipal à la Ville de Québec, Jonatan Julien, sera son candidat dans la circonscription de Charlesbourg, en vue de l’élection générale du 1er octobre prochain.

 

Élu depuis 2013 et ancien vice-président du comité exécutif, le candidat de la CAQ est bien au fait des enjeux de la circonscription de Charlesbourg. Les citoyens trouveront en lui un allié hors pair pour les représenter dignement à l’Assemblée nationale.

 

« La candidature de Jonatan Julien dans Charlesbourg est une très bonne nouvelle pour Québec. Comme vous le savez, il a été le numéro 2 de l’administration Labeaume et il connaît tous les enjeux de Québec sur le bout de ses doigts. C’est un gestionnaire de haut niveau, un homme de chiffres et de rigueur, mais également un homme de cœur, impliqué dans la communauté. Je suis très fier de la venue de Jonatan, qui se joint à notre équipe économique forte », a soutenu François Legault.

 

Désireux de s’engager pour une plus grande accessibilité aux services de santé, le candidat fera de l’avenir du Centre Médical de Charlesbourg une de ses priorités. « En coupant une partie du financement du Centre Médical de Charlesbourg, les libéraux ont forcé la clinique à fermer son service de sans rendez-vous qui permettait pourtant de desservir des milliers de patients orphelins de la couronne nord de Québec. En tant que député de Charlesbourg, le rétablissement des consultations sans rendez-vous pour ces patients sera l’une de mes priorités », a lancé Jonatan Julien, qui compte mener une campagne de terrain pour écouter les préoccupations des gens de sa circonscription.

 

Un atout pour Charlesbourg

Jonatan Julien possède une solide expérience en politique municipale, ayant été élu le 3 novembre 2013 et réélu le 5 novembre 2017 en tant que conseiller du district Neufchâtel-Lebourgneuf. Il est président de l’arrondissement des Rivières et il a également été vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec. Le candidat est membre de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (CA, CPA) et détient une maîtrise en administration publique de l’ÉNAP et un baccalauréat en administration des affaires de l’Université Laval. De 2012 à 2013, il a été secrétaire général de la Société immobilière du Québec où il était responsable de projets majeurs et des affaires corporatives. Il a également œuvré en vérification interne, en gestion des risques et en gouvernance chez SSQ Groupe financier, Desjardins, le Vérificateur général du Québec et Ernst & Young.

 

Monsieur Julien est engagé dans son milieu professionnel et dans sa communauté depuis plusieurs années. Il a été membre du comité organisateur des championnats mondiaux junior de ski alpin tenus au Mont-Sainte-Anne et au Massif de la Petite-Rivière-Saint-François à l’hiver 2013, membre du conseil d’administration de l’Institut des vérificateurs internes de Québec de 2009 à 2012 et entraîneur au club de soccer des Rivières de Québec. Cet homme de convictions et d’expérience aspire aujourd’hui à représenter la population de Charlesbourg à l’Assemblée nationale dans l’équipe du changement.

Élections générales 2018: André Desrosiers sera le candidat de la CAQ dans René-Lévesque

 

 21 août 2018

La Coalition Avenir Québec accueille officiellement dans son équipe du changement le maire de Les Escoumins, André Desrosiers. Il portera les couleurs de la CAQ dans la circonscription de René-Lévesque.

Natif de Les Escoumins et père de trois enfants, André Desrosiers est officier en Services de communications et trafic maritimes au sein de la Garde côtière canadienne. Pour exercer ce poste, il a complété la formation SCTM de la Garde côtière canadienne, au Collège de la Garde côtière canadienne en Nouvelle-Écosse.

M. Desrosiers est actif en politique municipale depuis une quinzaine d’années. Il est devenu maire de Les Escoumins en 2013 après avoir été conseiller municipal pendant une décennie. 

Après une carrière de 30 ans à la Garde côtière canadienne et une longue implication dans le monde municipal, André Desrosiers veut redonner à ses concitoyens en devenant député de la circonscription de René-Lévesque.

Des propositions pour la Côte-Nord

André Desrosiers comprend très bien la réalité des Nord-Côtiers et il s’intéresse particulièrement au développement économique et social de la Côte-Nord. « Je veux que la Côte-Nord soit reconnue comme une région avec un grand potentiel. Je m’engage à travailler à son développement économique et social », mentionne le candidat caquiste.

De plus, André Desrosiers a constaté un besoin de collaboration pour le développement de la région. « Je veux offrir une vision d’équipe et un leadership régional pour faire avancer notre région dans des dossiers comme l’érosion des berges et la transformation de l’aluminium. Je souhaite aussi offrir des emplois bien payés et une bonne qualité de vie aux familles pour freiner l’exode des jeunes », soutient-il.

« Je remercie François Legault et la CAQ de m’avoir fait confiance. L’équipe de la CAQ a cru en moi pour incarner le vent de changement que les citoyens de la Côte-Nord attendent », conclut le candidat.

Élections générales 2018: François Jacques sera le candidat de la CAQ dans Mégantic

 

 21 août 2018

La députée de la Coalition Avenir Québec dans Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, est heureuse de représenter son chef, François Legault, ce mardi, pour dévoiler l’identité de la personne qui portera les couleurs de sa formation politique dans la circonscription de Mégantic : François Jacques.

 

Geneviève Guilbault n’avait que de bons mots pour cette nouvelle candidature : « Je suis accompagnée aujourd’hui d’un homme proche des gens qui a toujours eu le développement de Mégantic à cœur. Sa feuille de route parle d’elle-même. Il est actuellement  vice-président de l’entreprise familiale, le Centre funéraire Jacques et Fils, conseiller municipal à la Ville de Lac-Mégantic et président de Commerce Mégantic, un OSBL dédié au développement économique. Nous sommes donc devant quelqu’un qui aime l’action et qui, j’en suis sûre, aime gagner! » s’est-elle exclamée.

 

« Aujourd’hui, je veux faire partie de cette nouvelle génération politique qui nous rendra fiers et qui sera en mesure d’assurer l’avenir des régions du Haut-Saint-François, du Granit et de l’Amiante. La circonscription de Mégantic est libérale depuis près de 40 ans. Ce que j’entends et ce que je crois, c’est que nous sommes mûrs pour du changement. Il est temps que notre circonscription obtienne sa juste part du gâteau, il est temps de rompre avec le statu quo et de se mettre en mouvement avec la CAQ », a déclaré François Jacques, le nouveau candidat caquiste dans Mégantic.

 

Un candidat d’expérience et impliqué

François Jacques travaille dans le domaine des services funéraires depuis le début des années 1990. Il est présentement vice-président et copropriétaire du Centre Funéraire Jacques et Fils. Il a occupé un poste d’ambulancier chez Ambulance Mégantic-Frontenac de 1995 à 2005. François n’en est pas à ses premières armes en politique.  En effet, il est conseiller municipal à Lac-Mégantic depuis l’élection de 2017. Fort de cette expérience, il veut maintenant représenter ses concitoyens et concitoyennes à l’Assemblée nationale du Québec en devenant député de Mégantic.