Élections

Bulletin des ministères de l'Actualité : Le dernier clou dans le bilan libéral en éducation


En bref, selon la CAQ :

  • Le bulletin ministériel de L’Actualité est un sévère aveu d’échec pour Sébastien Proulx
  • Le Ministère de l’Éducation nage en plein brouillard depuis 15 ans. Sébastien Proulx ne s’est fixé qu’un seul objectif : celui de bien paraître
  • Les Québécois ont l’occasion, dans moins de 2 mois, de tourner la page sur 15 années de négligence libérale et changer pour un gouvernement qui agira réellement pour rattraper le retard du Québec en éducation


Bulletin des ministères de l’Actualité : Le dernier clou dans le bilan libéral en éducation

Le bulletin ministériel de L’Actualité, publié tout juste 2 semaines avant le déclenchement des prochaines élections générales, vient de mettre le dernier clou dans le bilan du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a lancé le député de la Coalition Avenir Québec pour Chambly, Jean-François Roberge. Le constat est sans équivoque : sous les libéraux, le ministère de l’Éducation navigue en plein brouillard.

 

Pour changer cette tendance, il ne reste plus qu’un choix : changer de gouvernement le 1er octobre prochain, a indiqué Jean-François Roberge. C’est un échec de A et Z pour la gestion de l’État sous le Parti libéral, et plus qu’ailleurs en éducation, où la planification stratégique s’avère totalement déficiente.

 

Depuis son arrivée en poste, Sébastien Proulx ne s’est fixé aucun objectif, sinon un seul : bien paraître. Un gouvernement de la CAQ réécrira au complet le plan stratégique du Ministère de l’Éducation, a assuré M. Roberge, avec comme priorité l’ajout de services professionnels dans nos écoles, la valorisation de la profession enseignante, la création de prématernelle 4 ans non obligatoire pour tous les enfants et un rattrapage ambitieux du taux de diplomation, notamment par rapport à l’Ontario.

Citations :

« Entre ce que le ministre Sébastien Proulx dit et ce qu’il fait, il y a un océan de contradictions. Les libéraux ne s’occupent pas des élèves, ils s’occupent de leur réélection. Ce qu’on constate avec ce bulletin de L’Actualité, c’est que le ministre Proulx, en signant le dernier plan stratégique du ministère, a choisi de se mettre la tête dans le sable plutôt que de prendre les problèmes de front. Il ne reste qu’une seule solution : congédier le gouvernement et tourner enfin la page sur 15 ans de négligence libérale en éducation »

 

– Jean-François Roberge

député(e) de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation