Démocratie

Chantal Soucy participe à la 2e édition de l’Atelier de leadership pour femmes parlementaires francophones


Chantal Soucy participe à la 2e édition de l’Atelier de leadership pour femmes parlementaires francophones

La semaine dernière, la députée Chantal Soucy a pris part à la 2e édition de l’Atelier de leadership pour femmes parlementaires francophones, organisé par l’Assemblée nationale, en partenariat avec la Chaire en leadership de l’École nationale d’administration publique et le Groupe Femmes, Politique et Démocratie. Réunies au parlement de Québec, plus d’une vingtaine d’élues provenant de près de 15 pays de la Francophonie ont participé à cet événement visant à les outiller dans le développement de leur leadership, ainsi qu’à favoriser la présence des femmes dans l’arène politique mondiale.

En tant que membre du Cercle des femmes parlementaires de l’Assemblée nationale, Chantal Soucy s’implique activement sein de cette cause depuis son élection : « Chaque fois, nos rencontres sont enrichissantes. J’en suis à mon premier mandat à titre de députée et c’est une chance incroyable de pouvoir bénéficier de l’expérience de mes collègues. On se rend vite compte que malgré les frontières, malgré nos divergences politiques, on est souvent confrontées aux mêmes réalités et c’est en s’unissant qu’on peut briser le fameux plafond de verre et paver la voie à nos filles pour qu’elles puissent accéder plus facilement aux postes de pouvoir », a-t-elle déclaré, au lendemain de l’atelier. « Heureusement, on sent un véritable vent de changement pour la cause des femmes, en ce moment. Mon chef, François Legault, s’est d’ailleurs récemment engagé à former un conseil des ministres paritaire si la CAQ était portée au pouvoir en octobre prochain. Parce que nous voulons qu’un gouvernement de la CAQ soit le gouvernement de tous les Québécois. Il n’y a pas un genre, pas une origine culturelle, ni un groupe d’âge qui ait le monopole de la compétence. La force réside dans la diversité et c’est ce vers quoi on s’enligne à l’heure actuelle. En tant que femme, c’est un véritable privilège de pouvoir être aux premières loges de ce changement historique. » a conclu la députée de Saint-Hyacinthe, le sourire aux lèvres.