Actualité

Lise Lavallée trace un bilan positif de ses quatre années à titre de députée de la circonscription de Repentigny et sollicite un deuxième mandat


Lise Lavallée trace un bilan positif de ses quatre années à titre de députée de la circonscription de Repentigny et sollicite un deuxième mandat

La dernière session parlementaire de l’Assemblée nationale du Québec a pris fin le 15 juin dernier. Lise Lavallée revient sur ses activités de son premier mandat à titre de députée de Repentigny. Élue en avril 2014, madame Lavallée s’est vue confier le rôle de porte-parole de la Coalition Avenir Québec pour la Famille, les Ainés et la Lutte à l’intimidation. Au cours des deux dernières années de son mandat, elle a été la porte-parole en Santé publique, de la Condition Féminine ainsi que de la Lutte à l’Intimidation.

Aux dires de la députée de Repentigny, deux dossiers ont mobilisé temps et énergie dans le dernier droit de la session parlementaire soient celui du cannabis et celui de la prostitution juvénile.

La légalisation du cannabis

«À l’été 2017, ma participation à un Forum d’experts de tous horizons m’a permis de circonscrire l’ampleur de la tâche qui nous attendait. Plusieurs groupes d’intervenants ont été consultés et dès septembre 2017, nous étions en mesure de présenter notre position et plusieurs amendements au projet de loi ont été soumis au gouvernement en place soient : l’âge légal de consommer à 21 ans, la distribution exclusive du cannabis par un réseau public  , l’utilisation des revenus et profits des ventes à la prévention, la  recherche, la sécurité et la santé publique, l’interdiction de consommer dans les lieux publics et l’interdiction de faire de la culture à domicile», précise madame Lavallée. La loi a été adoptée en juin dernier. Même si la CAQ n’a pas obtenu gain de cause sur tous les changements souhaités, un encadrement sera mis en place afin d’être prêt pour la légalisation prévue par le gouvernement fédéral en octobre prochain.

La prostitution juvénile

En ce qui concerne le dossier de la prostitution juvénile, la députée de Repentigny n’a pas ménagé ses efforts afin d’identifier des pistes de solutions viables pour nos jeunes aux prises avec ce fléau. «J’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de groupes d’intervenants oeuvrant dans le milieu de la prostitution juvénile et me familiariser avec les problématiques vécues par ces adolescentes», de relater madame Lavallée. Selon la députée, la première étape d’une intervention concrète dans ce milieu par le gouvernement est d’établir un portrait global de la réalité de la prostitution juvénile à la grandeur du Québec. «Toutes mes interventions à ce sujet auprès du gouvernement libéral se sont avérées vaines. Ce dernier agit comme un capitaine qui navigue sans plan ni boussole. J’ai présenté cette année mon plan de lutte pour contrer la prostitution juvénile et ma formation politique promet d’agir», souligne madame Lavallée.

La députée de Repentigny a fait état de plusieurs dossiers locaux et régionaux ayant nécessité sa participation au cours des quatre dernières années tels la construction de l’école Valmont-sur-Parc, l’agrandissement de l’hôpital Pierre-Le Gardeur, l’acquisition d’un appareil d’imagerie médicale de type Tep Scan pour cet hôpital ainsi que le projet de salle de spectacle à Repentigny.

«C’est avec la satisfaction du devoir accompli que je termine ce premier mandat. Ce fut un privilège de représenter mes concitoyennes et concitoyens de la belle circonscription de Repentigny au cours des quatre dernières années et c’est avec beaucoup d’humilité et une grande fierté que je me porterai à nouveau candidate sous la bannière de la Coalition Avenir Québec aux prochaines élections provinciales du 1er octobre prochain», de conclure madame Lavallée.