Actualité

Rapport de la Vérificatrice générale : une parfaite illustration du copinage de la clique libérale


En bref, selon la CAQ :

– À la suite de deux motions présentées par la CAQ, l’Assemblée nationale a mandaté la Vérificatrice générale d’enquêter sur les baux et les contrats conclus par le gouvernement avec les entreprises de Marc Bibeau et de George Gantcheff
– La vérificatrice générale a confirmé que ces deux libéraux notoires ont bénéficié de baux octroyés selon un processus truffé d’irrégularités
– Pendant que ces libéraux ont profité de toute cette mauvaise gestion et de ce favoritisme, les Québécois se sont fait avoir et continuent d’en payer le prix aujourd’hui.


Rapport de la Vérificatrice générale : une parfaite illustration du copinage de la clique libérale

Deux motions déposées par la CAQ auront permis à ce que la Vérificatrice générale (VG) enquête sur les baux et les contrats conclus entre le gouvernement libéral et les entreprises de Marc Bibeau et de George Gantcheff, deux grands argentiers libéraux.

Le rapport de la VG est accablant et conclut que les avantages conférés à ces deux libéraux notoires sont avérés, qu’ils ont effectivement fait l’objet de favoritisme de la part du gouvernement libéral et que celui-ci a signé des contrats truffés d’anomalies, de gré à gré, sans faire appel à la concurrence. La Vérificatrice générale dénonce également le renouvellement d’un bail de la CSST en 2007, qui avait d’ailleurs fait l’objet d’un reportage de l’émission Enquête, qui révélait que des collecteurs de fonds libéraux, soit Franco Fava, Charles Rondeau et William Bartlett, auraient obtenu d’importantes commissions pour la signature de ce bail, qui a été renouvelé pour 22 ans, sans aucune justification, et bien avant son échéance.

Il y a quelques mois encore, le gouvernement signait à nouveau un bail avec Marc Bibeau, alors qu’il faisait l’objet d’une vérification. Bien que le président du Conseil du trésor affirme qu’un grand ménage aurait été fait, les argentiers et collecteurs de fonds libéraux ont déjà profité à souhait de cette mauvaise gestion libérale et de ce favoritisme. La CAQ déplore que ce soient les Québécois qui en paient le prix encore aujourd’hui et qu’ils ne puissent avoir l’assurance que le gouvernement libéral dépense leurs taxes et leurs impôts légitimement, sans en mettre dans les poches des amis du parti.

Citations :

« Le gouvernement dégage une forte odeur d’usure et de fin de régime à la vue de ce rapport. Quelle gestion déplorable de l’argent dûment payé en taxes et en impôts par les Québécois! »
– Éric Caire
député de La Peltrie, porte-parole de la CAQ pour le Conseil du trésor