Actualité

Vente des actions de Rona : François Legault continue de talonner Philippe Couillard


En bref, selon la CAQ :

  • En cachant la vérité, Philippe Couillard refuse toute forme de responsabilité pour protéger ses intérêts
  • Si ni Jacques Daoust, ni Philippe Couillard, ni son cabinet n’ont donné leur accord, qui a autorisé la vente des actions de Rona ?
  • Quelqu’un, quelque part, ne dit pas la vérité


Vente des actions de Rona : François Legault continue de talonner Philippe Couillard

Pour une deuxième journée consécutive, le premier ministre Philippe Couillard refuse de prendre ses responsabilités et de dire aux Québécois qui, dans son entourage, à autoriser Investissement Québec à se départir des actions de Rona, menant à la vente de l’entreprise.

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, est revenu à la charge à l’Assemblée nationale, à la suite des dernières révélations de feu Jacques Daoust, qui a affirmé dans une déclaration écrite que la décision de vendre Rona était déjà prise quand son chef de cabinet, Pierre Ouellet, l’en a informé.

Philippe Couillard persiste et signe : ni lui, ni son cabinet n’ont donné leur accord. Pour François Legault, cette situation est totalement invraisemblable : cela voudrait dire qu’un chef de cabinet a, à lui seul, autorisé la vente des actions de Rona, à l’insu de son ministre et du cabinet du premier ministre ? Tout cela ne tient pas la route. M. Couillard doit assumer ses responsabilités et cesser de protéger ses propres intérêts, a déclaré M. Legault, qui souhaite que les Québécois sachent enfin qui au sein du gouvernement libéral a autorisé la vente des actions de Rona.

Citations :

« Dans le dossier Rona, il y a une question cruciale qui se pose : est-ce que Philippe Couillard dit la vérité ? Jacques Daoust écrit qu’il n’a jamais donné son accord. Le premier ministre dit que ce n’est pas lui ni son cabinet. Les Québécois méritent de savoir ce qui s’est réellement passé. M. Couillard doit assumer ses responsabilités ! »

 

– François Legault

député de L’Assomption, chef de la CAQ