Actualité

Chantal Soucy décerne une médaille de l’Assemblée nationale à cinq Maskoutains d’origine


Chantal Soucy décerne une médaille de l’Assemblée nationale à cinq Maskoutains d’origine

Le 20 mars dernier, la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a rendu hommage à cinq Maskoutains d’origine, au salon bleu du parlement, avant de leur décerner une médaille de l’Assemblée nationale dans le cadre d’une cérémonie officielle au salon du président.

La députée de Saint-Hyacinthe a tenu à expliquer l’objectif de sa démarche : « Je constate que, trop souvent, les personnes qui contribuent à la richesse de notre communauté sont méconnues. Certaines d’entre elles ont fait leur chemin à l’ombre des projecteurs et, avec cette cérémonie, je voulais mettre en lumière leurs réalisations, afin d’encourager la relève maskoutaine à suivre leurs traces ». Elle a donc dressé un portrait des réalisations de chacun des récipiendaires.

 

Jean Bédard, président –directeur général du Groupe Sportscene

Comptable agréé au leadership indiscutable, Jean Bédard est un exemple de succès pour les entrepreneurs maskoutains, ainsi que pour les membres de la communauté d’affaires à travers la province.

Président-directeur général du Groupe Sportscène, Jean Bédard s’est impliqué activement dans la promotion du sport en acceptant la présidence des Jeux du Québec à Saint-Hyacinthe, en 2005. Il a également œuvré à titre de président du groupe Interbox, qui est demeuré durant de nombreuses années un incontournable de la boxe sur la scène locale et internationale. D’ailleurs, après dix ans et 46 galas de boxe, Jean Bédard s’est vu positionné au 25e rang du palmarès des meilleurs promoteurs par BoxingTonight.

Homme d’affaires passionné et reconnu pour son expertise, Jean Bédard a cumulé plusieurs fonctions de premier plan au sein du Conseil des chaînes de restaurants du Québec et de l’Association canadienne des restaurateurs et des services alimentaires.

Aujourd’hui, le Groupe Sportscene, dont le chiffre d’affaires dépasse les 120 millions de dollars, compte près de 3 000 employés et plus d’une cinquantaine de restaurants à travers la province.

Il se situe au 59e rang du palmarès des 500 plus grandes sociétés au Québec et fait également partie, depuis 2006, du groupe sélect des Sociétés les mieux gérées au Canada, à titre de membre platine.

Mais si Jean Bédard est un modèle de réussite en affaires, il est également un modèle de responsabilité sociale. Président du conseil d’administration de l’équipe de hockey des Gaulois de Saint-Hyacinthe, il s’est aussi impliqué au sein du Club Optimiste Douville et dans l’organisation des Méchants Mardis de Gars, au profit de la Société canadienne du cancer. Cet engagement indéniable a d’ailleurs valu à La Cage – Brasserie sportive de Saint-Hyacinthe le Prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin, en 2015.

 

Chantal Fontaine, comédienne, actrice et femme d’affaires

Comédienne, actrice, animatrice et restauratrice, Chantal Fontaine a fait sa marque au cœur du paysage télévisuel québécois. Formée en théâtre au Cégep de Saint-Hyacinthe, cette Maskoutaine d’origine s’est méritée, au fil du temps, de nombreuses nominations aux Métrostar, aux Prix Gémeaux et au Gala Artis, à titre de « meilleure interprète » et de « personnalité de l’année », notamment pour ses rôles dans les téléromans Virginie  et Yamaska.

En plus de figurer dans la distribution de nombreuses séries télévisées, dont Scoop, Réseaux, Urgence et 1007, elle s’est également illustrée à titre d’animatrice au sein de plusieurs émissions, dont Les Chefs la Brigade, Par-dessus le marché, Oser une autre vie et Livraison d’artistes, en plus d’être le visage de nombreuses publicités.

Passionnée de cuisine et de produits du terroir, Chantal Fontaine se lance, en 2010, dans la restauration en ouvrant, avec Guy A. Lepage et Jean-Pierre Des Rosiers, le restaurant Accords bar à vin, dans le Vieux-Montréal, puis Accords le bistro, en 2014. Chantal Fontaine gère donc à présent près d’une centaine d’employés et mène de main de maître son entreprise.

Femme très engagée, elle prend à cœur la reconnaissance des produits d’ici et est très active dans la promotion des Aliments du Québec. Depuis près de 25 ans, elle est également marraine du Regroupement pour la Trisomie 21, qui offre soutien et écoute aux personnes atteintes de trisomie, ainsi qu’à leur famille. Elle siège aussi à de nombreux conseils d’administration visant à promouvoir le tourisme et le commerce local.

 

Roger Cantin, réalisateur, scénariste et producteur

Cinéaste chevronné, Roger Cantin a écrit, réalisé et produit de nombreux long-métrages marquants de la cinématographie québécoise. Son premier grand succès, La guerre des tuques, a été encensé par la critique et a fait l’objet de plusieurs adaptations. Présentée dans 125 pays et traduite en de nombreuses langues, La Guerre des tuques  s’est vue décerner plus de 14 prix internationaux, dont le « premier prix » au Festival de Moscou et celui du « meilleur film » au Festival de Laon, en France.

Pour son long-métrage L’assassin qui jouait du trombone, Roger Cantin s’est également vu décerner  la « prime à la qualité » de la SODEC et a remporté le titre de « meilleur scénario » au Festival de Laon, en France. Son téléfilm Le Grand Zèle s’est également mérité cinq nominations aux Prix Gémeaux, en 1993.

Le scénariste et réalisateur maskoutain est aussi à l’origine du long-métrage à succès La Forteresse suspendue, qui a été honoré à travers le monde. Son oeuvre Un cargo pour l’Afrique a également reçu de nombreuses distinctions, dont le prix du public pour le « meilleur film canadien » au Festival des Films du Monde de Montréal, le prix du « meilleur scénario » au Festival d’Olympie et au Bénin, ainsi que le « Grand Prix du Jury » au Festival international du film du Caire, en Égypte. L’année suivante, le long-métrage Les mains noires – procès de l’esclave incendiaire, qu’il a produit, a gagné le prix du « meilleur documentaire » au Festival International du Film PanAfricain de Cannes.

Prolifique, Roger Cantin a réalisé au cours de sa carrière plus d’une trentaine de courts-métrages se méritant de nombreuses distinctions, tant au Québec qu’à l’international. Il a également consacré une quinzaine d’années à l’enseignement de son art, à l’Université de Concordia.

 

Guy Brodeur, karatéka émérite

Champion du monde en karaté en 1985 et premier canadien à obtenir un 7e dan de l’Association nationale de karaté, Guy Brodeur a consacré sa vie à promouvoir le karaté Shotokan au Canada et à transmettre sa passion des arts martiaux aux jeunes Maskoutains. Il est d’ailleurs le fondateur de l’Association Shotokan Canada, reconnue par Karaté Canada et par la Fédération internationale de karaté.

Premier Québécois à récolter une médaille d’or en kata aux Championnats canadiens de 1986, 1987, 1988, 1992 et 1994, Guy Brodeur a cumulé les médailles d’argent en kata et en kumite, en plus de remporter la médaille de bronze en kata, en 1983, avec l’équipe du Québec. Décoré « athlète de l’année », en 1990, par l’Association nationale de Karaté pour ses performances,  Guy Brodeur a également été médaillé d’or en kata et en kumite lors de la World Kubota Cup, à Toronto.

Grand pédagogue, Guy Brodeur a assuré, de 1998 à 2001, le poste d’entraîneur de l’équipe canadienne de karaté qui, sous sa direction, a cumulé les victoires et fracassé tous ses records. Le karatéka maskoutain a également remporté, en 2003, la médaille d’argent en kata au Championnat canadien. Depuis un an, Guy Brodeur est représentant en chef du style Shotokan pour Karaté Canada.

 

Luc Brodeur-Jourdain, joueur des Alouettes de Montréal

Athlète au talent incontesté et équipier apprécié par ses pairs, Luc Brodeur-Jourdain joue pour les Alouettes de Montréal depuis plusieurs années. Ce Maskoutain d’origine a fait ses débuts au football avec les Géants du Cégep de Saint-Jean, puis, avec le Rouge et Or de l’Université Laval, avec lequel il a remporté trois championnats de la Coupe Vanier.

Figurant en 2007 et 2008 sur la première équipe d’étoiles du Sport interuniversitaire canadien, il a également fait partie de l’équipe d’étoiles de la conférence Québec en 2006, 2007 et 2008, avant d’intégrer l’équipe des Alouettes de Montréal, avec qui il a remporté deux coupes Grey consécutives. Luc Brodeur-Jourdain a également été sélectionné à plusieurs reprises au sein de l’équipe  d’étoiles de la Ligue canadienne de football et de la division Est.

Sa détermination et son perfectionnisme lui ont d’ailleurs valu le titre de « joueur de ligne par excellence des Alouettes de Montréal », en 2013 et « Joueur canadien par excellence », en 2015. Son éthique de travail, son engagement et sa détermination ont également été récompensés en novembre dernier, lors du gala de la Ligue canadienne de football, où il a remporté le Trophée des anciens combattants Jake-Gaudar pour sa force, sa persévérance, son courage, sa camaraderie et son implication communautaire.

Son charisme, son leadership et son esprit d’équipe marquent ceux qui croisent le chemin de Luc Brodeur-Jourdain. Son engagement, tant au sein de la communauté maskoutaine que du programme Ensemble à l’école des Alouettes de Montréal, fait de lui un modèle pour les jeunes sportifs.

 

Une journée chargée au Parlement
Les invités et leurs proches ont assisté à la période de questions et réponses orales, au salon bleu, où ils ont pu entendre la déclaration de la députée Chantal Soucy. Ils ont ensuite participé à une visite guidée du parlement, avant de prendre part à la cérémonie de remise de médailles, où ils ont pu rencontrer le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, et discuter avec les députés présents.