Éducation

Maternelle 4 ans : Sébastien Proulx contredit par la Vérificatrice générale


En bref, selon la CAQ :

  • Selon la Vérificatrice générale, ce ne sont pas les enfants les plus défavorisés qui bénéficient des maternelles 4 ans instaurées par le gouvernement libéral
  • Philippe Couillard et Sébastien Proulx prétendent pourtant le contraire depuis des mois
  • Pour les libéraux, l’éducation n’est pas une vision d’avenir, seulement du marketing politique
  • La CAQ veut rendre la pré-maternelle 4 ans possible dans toutes les écoles du Québec


Maternelle 4 ans : Sébastien Proulx contredit par la Vérificatrice générale

 Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx s’est fait démasquer par la Vérificatrice générale : ce ne sont pas les enfants les plus défavorisés qui bénéficient des classes de prématernelle 4 ans. Pour le député de la Coalition Avenir Québec, Jean-François Roberge, cela démontre une fois de plus à quel point le bilan du gouvernement libéral en éducation ne repose que sur des annonces marketing qui ne se concrétisent pas sur le terrain.

Dans son rapport déposé il y a 5 jours, la Vérificatrice générale a dressé un constat choquant d’une des mesures phares du gouvernement Couillard : « La mesure pour la maternelle quatre ans à temps plein n’est accessible qu’aux écoles ayant des locaux disponibles (…). Ce n’est donc pas nécessairement les enfants les plus défavorisés qui en bénéficient ».

Pourtant, le gouvernement libéral prétend publiquement que le déploiement de la maternelle 4 ans se fait « pour les enfants en milieu défavorisé », a fait savoir M. Roberge. Le critique caquiste en éducation, Jean-François Roberge, a dénoncé le marketing politique libéral fait autour de l’éducation.

Citations :

« Le gouvernement libéral insiste depuis des mois pour ouvrir des classes de prématernelle 4 ans au compte-goutte et exclusivement en milieu défavorisé, mais même ça, il n’arrive pas à le faire. Les communiqués du gouvernement affirment cibler les milieux défavorisés ; la Vérificatrice générale dit le contraire. Qui dit vrai ? Ce qui est certain, c’est que le rapport de la VG démontre une fois de plus que le bilan libéral en éducation, c’est du marketing »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation