Condition féminine

Violences sexuelles : Les libéraux bloquent une motion de la CAQ


En bref, selon la CAQ :

  • Le gouvernement libéral refuse d’épauler les organismes qui subissent une hausse des signalements depuis plusieurs mois
  • Les organismes n’ont pas besoin d’un forum, ils ont besoin d’intervenants supplémentaires à pied d’œuvre dans les milieux
  • Fini les consultations et les promesses vides, il est temps de déployer des mesures efficaces pour assurer la prise en charge des victimes de violences à caractère sexuel


Violences sexuelles : Les libéraux bloquent une motion de la CAQ

Malgré une augmentation notable des besoins, notamment provoqués par les récentes vagues de dénonciations, le gouvernement libéral refuse de tendre la main aux organismes qui œuvrent jour après jour auprès des victimes de violences à caractère sexuel.

La députée de la Coalition Avenir Québec, Lise Lavallée, a déposé une motion à l’Assemblée nationale réclamant à la ministre de la Condition féminine, Hélène David, de palier au sous-financement de ces organismes et de proposer des actions concrètes afin d’assurer les ressources nécessaires. Les libéraux ont refusé de donner leur appui à cette motion.

Mme Lavallée a souligné que le gouvernement du Québec adore consulter le milieu, mais lorsque vient le temps d’agir concrètement, c’est autre chose. Il est temps d’offrir aux victimes de violences sexuelles tout le soutien adéquat.

La motion de la CAQ se lisait comme suit :

« Que l’Assemblée nationale constate le sous-financement des organismes œuvrant auprès des victimes de violences à caractère sexuel, notamment suite à l’augmentation des besoins provoqués par les récentes vagues de dénonciations ;

Que l’Assemblée nationale rappelle qu’en matière de harcèlement et de violences sexuelles :

–          douze rencontres régionales et suprarégionales ainsi que des consultations particulières ont été organisées en 2013-2014 ;

–          qu’au cours de l’année 2014, plus de 35 organismes concernés par la problématique des agressions sexuelles ont été rencontrés par des représentantes et représentants gouvernementaux ;

–          que 18 organismes ont été entendus, en mars 2015, par les membres de la Commission des relations avec les citoyens ;

–          qu’en juin et septembre de la même année, le Forum itinérant en matière d’agression sexuelle s’est aussi tenu à Montréal, Rivière-du-Loup et Gatineau ;

–          que des consultations particulières auprès d’organisations autochtones ont été menées en 2013 et en 2014 ;

Que l’Assemblée nationale demande à la ministre de la Condition féminine de proposer des actions concrètes visant à répondre aux besoins des organismes touchés par la récente vague de dénonciations de harcèlement et de violences sexuelles avant le 15 décembre 2017. »

Citations :

« Les organismes en ont assez d’être consultés, ils réclament de l’action. Ce n’est pas le moment de se réunir pour discuter des meilleures pratiques, c’est le moment de se mobiliser sur le terrain, pour aider les victimes. Pendant que le gouvernement libéral pellète le problème par en avant, les organismes, eux, sont en attente et peinent à aider toutes celles et ceux qui souffrent »

 

« La CAQ propose à la ministre Hélène David de relire les verbatim de la dernière consultation de son gouvernement en 2015. On connait les enjeux, on connait les besoins, le temps est venu de passer à l’action »

 

– Lise Lavallée
députée de Repentigny, porte-parole de la CAQ en matière de condition féminine