Actualité

Affaire Ouellette : Philippe Couillard tarde à agir, déplore la CAQ


En bref, selon la CAQ :

  • Au jour 7 d’une crise sans précédent, Philippe Couillard refuse toujours de poser des gestes concrets pour rétablir la confiance de la population dans ses institutions
  • Il faut nommer le commissaire de l’UPAC au deux tiers de l’Assemblée nationale et mettre en place un comité de surveillance pour l’UPAC
  • Philippe Couillard refuse que les Québécois obtiennent des réponses à leurs questions grâce à une commission parlementaire sur les allégations graves visant l’UPAC et l’AMF


Affaire Ouellette : Philippe Couillard tarde à agir, déplore la CAQ

Face à la tempête qui frappe nos institutions, Philippe Couillard refuse de tenir le gouvernail. Une fois de plus, le premier ministre a refusé d’agir immédiatement pour rétablir la confiance des citoyens et assurer une meilleure indépendance des institutions policières et judiciaires.

Talonné par le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, Philippe Couillard a déclaré qu’il allait « probablement » mettre en place un comité de surveillance pour l’Unité permanence anticorruption (UPAC), une idée proposée par la CAQ. Bien qu’il salue cette ouverture, François Legault a pressé M. Couillard d’agir avec leadership pour répondre aux inquiétudes des Québécois.

La CAQ a aussi déploré que M. Couillard refuse d’entendre en commission parlementaire le député Guy Ouellette, l’UPAC, l’AMF et Annie Trudel. Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a mentionné qu’il est essentiel de faire la lumière sur les allégations graves touchant l’AMF et l’UPAC.

Citations :

« N’ayons pas peur des mots : le Québec vit présentement une crise. Une crise de confiance qui secoue des piliers importants de notre État. Face à cette crise, Philippe Couillard choisit de rester passif. Après une semaine, il hésite encore à prendre des décisions pour le bien du Québec. M. Couillard ne comprend pas qu’il y a une urgence de poser des gestes concrets, tout de suite »

 

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ

« Force est de constater qu’il reste encore beaucoup de questions sans réponses. Les parlementaires ont un rôle à jouer. Il faut qu’on aille au fond des choses. Mardi, les députés libéraux de Portneuf, de Jean-Lesage et de Montmorency étaient d’accord pour qu’on tienne cette commission parlementaire. Si Philippe Couillard veut vraiment faire la lumière, il laissera la commission parlementaire avoir lieu.

 

– François Bonnardel
député de Granby, leader parlementaire de la CAQ