Transport

Projet pilote d'Uber : La CAQ fait une proposition au nouveau ministre André Fortin


En bref, selon la CAQ :

  • Le dossier Uber est un premier test important pour le nouveau ministre des Transports, André Fortin
  • M. Fortin doit prendre le temps de prendre connaissance du dossier et rencontrer tous les acteurs. Or, le projet-pilote prend fin dans 48 heures.
  • Il devrait annoncer un sursis d’un mois au projet pilote, dans sa forme actuelle, afin de ne pas prendre de décision précipitée
  • André Fortin n’est pas obligé de marcher dans les pas de Laurent Lessard. Il doit ouvrir le Québec aux nouvelles technologies


Projet pilote d’Uber : La CAQ fait une proposition au nouveau ministre André Fortin

Face au départ imminent d’Uber en raison des politiques rétrogrades du gouvernement Couillard en matière d’innovation, la Coalition Avenir Québec interpelle le nouveau ministre des Transports, André Fortin, et lui propose que le projet pilote encadrant les opérations d’Uber au Québec soit prolongé d’un mois, le temps qu’il puisse se saisir du dossier et rencontrer les différents acteurs.

Il est minuit moins une, s’inquiète le porte-parole de la CAQ en matière d’économie collaborative, François Bonnardel, puisqu’Uber a déjà signifié son intention de plier bagage samedi si le gouvernement libéral continue de fermer la porte à l’innovation technologique.

Tout juste nommé mercredi, le ministre André Fortin est placé devant un choix qui en dira long sur lui : soit il poursuit la politique rétrograde des libéraux qui refusent que les Québécois profitent d’un service moderne, soit il écoute la CAQ et il change l’orientation des libéraux pour être plus ouvert à l’économie collaborative.

Citations :

« Philippe Couillard a présenté hier André Fortin comme un vent de jeunesse au PLQ. Il est confronté dès aujourd’hui à son premier test. À lui de prouver qu’il incarne ce renouveau en défiant son gouvernement sur la question d’Uber et de l’économie collaborative. Le geste à poser, c’est de prolonger le projet pilote le temps qu’il s’assoie avec l’ensemble de l’industrie »

 

« . En 2017, on ne peut plus priver les consommateurs québécois d’un service moderne et efficace de covoiturage urbain. André Fortin lui-même est député d’une circonscription limitrophe avec Ottawa où Uber opère en toute légalité et sans obstacle, au bénéfice des consommateurs. Comment expliquera-t-il aux citoyens de son comté qu’Uber est toléré d’un côté de la rivière des Outaouais, mais pas de l’autre ? »

 

– François Bonnardel
député de Granby, porte-parole de la CAQ en matière d’économie collaborative