Actualité

Prostitution juvénile : Les libéraux disent non à une commission non-partisane


En bref, selon la CAQ :

  • Le gouvernement libéral se sert de sa majorité pour bloquer une commission parlementaire non-partisane sur la lutte à la prostitution juvénile
  • La lutte à la prostitution juvénile devrait transcender les lignes de parti
  • Ce fléau touche durement les jeunes québécoises comme l’ont démontré l’opération Scorpion à Québec et la résurgence du phénomène lors des Grands prix de Montréal


Prostitution juvénile : Les libéraux disent non à une commission non-partisane

Sans aucune raison valable, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a refusé la tenue d’une commission parlementaire non-partisane visant à trouver des solutions concrètes et immédiates pour mettre fin au fléau de la prostitution juvénile.

La députée de Repentigny et porte-parole de la Coalition Avenir Québec, Lise Lavallée, a talonné le gouvernement libéral toute la semaine afin que cette question soit abordée par les députés de toutes les formations politiques, autour de la même table. Majoritaires, les libéraux ont refusé d’entendre les experts afin que le Québec puisse mettre en place une stratégie efficace de lutte à la prostitution juvénile.

Lise Lavallée a passé l’été à rencontrer des groupes et experts sur la question. Elle a souligné que jamais le problème de l’exploitation sexuelle n’a été aussi criant qu’aujourd’hui. Preuve en est : le Québec est la seule province à « exporter des filles » dans le reste du Canada et pour l’année en cours, nous battons tous les records en matière de signalements de fugues. Il n’y a pas de quoi être fier, a regretté la députée caquiste.

Qu’attend le gouvernement libéral de Philippe Couillard pour se doter d’un vrai plan pour sortir les jeunes femmes et les jeunes filles de l’horreur de la prostitution ?

Citations :

« Il y a des sujets, en politique, qui dépassent les lignes de parti. La prostitution juvénile et l’exploitation sexuelle sont deux bons exemples. Malheureusement, le gouvernement libéral a décidé de faire de la petite partisanerie avec un enjeu sensible et pressant. Il y a au Québec plus de 1 300 proxénètes qui détruisent des vies, mais le gouvernement refuse d’agir. Je suis profondément consternée »

 

« Nous aurions pu bénéficier des connaissances de plusieurs experts, et enfin nous doter d’une stratégie concrète et efficace appuyée par tous les partis politiques. Le gouvernement Couillard a décidé de faire cavalier seul et tarde encore à proposer des pistes de solutions. Les filles aux prises avec ces fléaux méritent mieux que cela »

 

– Lise Lavallée
députée de Repentigny, porte-parole de la CAQ en matière de condition féminine