Environnement

Fuite des capitaux : David Heurtel contredit par son propre gouvernement


En bref, selon la CAQ :

  • Une analyse d’août 2017, réalisée par le Ministère des Finances pour celui de l’Environnement, démontre noir sur blanc que le Québec devra acquérir des crédits carbone au coût de plusieurs centaines de millions de dollars pour réduire ses émissions de GES
  • David Heurtel agit comme si cette analyse n’existait pas et n’a aucun plan pour freiner la fuite de capitaux du Québec vers l’étranger


Fuite des capitaux : David Heurtel contredit par son propre gouvernement

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, n’a aucun plan pour éviter une véritable fuite des capitaux hors du Québec, alors queles analyses gouvernementales lèvent le drapeau et évoquent clairement cette possibilité. C’est le constat que dresse le député de Masson pour la Coalition Avenir Québec, Mathieu Lemay, à la suite d’un échange en Chambre avec le ministre Heurtel.

Le caquiste a brandi une analyse d’impacts économiques réalisée en août 2017 par le Ministère des Finances, qui établit clairement que le Québec sera forcé d’acheter des droits d’émission à l’extérieur de la province pour atteindre la cible qu’on s’est fixée pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Dans cette analyse, on peut même y lire que cette situation représentera 86 % des efforts à réaliser. C’est simple : nous connaîtrons une fuite de capitaux de centaines de millions de dollars d’ici 2030, a vivement déploré Mathieu Lemay.

David Heurtel ne peut ignorer et faire fi de l’étude réalisée par son gouvernement, a soutenu M. Lemay. Comment se fait-il qu’encore aujourd’hui, il n’ait aucun plan pour parer à l’éventualité d’une fuite de capitaux ?