Éducation

Politique de la réussite éducative : Belle prestation, peu de décisions


En bref, selon la CAQ :

  • Sébastien Proulx est maintenant le ministre des comités
  • Le milieu de l’éducation s’attendait à des mesures concrètes après des années de coupures et de consultations. Au lieu d’agir, le gouvernement libéral repart la machine à consulter
  • Au pouvoir depuis presque 15 ans, les libéraux sont les seuls responsables des taux catastrophiques de décrochage et de réussite scolaire


Politique de la réussite éducative : Belle prestation, peu de décisions

Après avoir sondé pendant des mois le milieu de l’éducation et la population québécoise, le gouvernement libéral repousse à nouveau les grandes décisions et retourne en consultation, a déploré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’éducation, Jean-François Roberge.

Selon le député caquiste, Sébastien Proulx est devenu mercredi le ministre des comités. Sa très attendue politique de la réussite éducation se résume assez facilement : 4 plans d’action, 3 stratégies gouvernementales, 3 chantiers, 2 tables de concertation et 1 groupe de travail. Pourtant, le Québec en a assez des belles intentions et des phrases creuses, a souligné Jean-François Roberge, qui aurait souhaité voir Philippe Couillard et Sébastien Proulx mettre en place des mesures concrètes, notamment pour les enfants en difficulté et pour les enseignants.

Au pouvoir depuis près de 15 ans, les libéraux n’ont cessé de se défiler des grands enjeux touchant l’éducation. Il est temps de donner de l’espoir à tous les acteurs du réseau et de prendre les décisions qui s’imposent pour assurer la réussite et l’accomplissement de nos jeunes et des prochaines générations.

Rappelons que la CAQ s’engage à offrir à tous les parents du Québec la possibilité d’envoyer leur enfant de 4 ans à la prématernelle, afin de dépister plus rapidement tous les enfants aux prises avec des difficultés d’apprentissage, en plus d’implanter l’école jusqu’à 18 ans ou diplomation et d’ajouter des professionnels dans les classes.

Citations :

« Nous avions tous espoir d’obtenir des mesures concrètes après toutes les consultations des dernières années, mais la montagne a accouché d’une souris. Sébastien Proulx nous dit constamment qu’il va se pencher sur tel ou tel dossier, mais il ne règle rien ! Tout le milieu de l’éducation était réuni aujourd’hui pour enfin savoir dans quelle direction le Québec comptait aller. Malheureusement, une fois de plus, on tourne en rond »

 

« Ce que je retiens, c’est que rien ne changera d’ici septembre prochain. Ça va faire bientôt 15 ans que les libéraux sont au pouvoir. Le taux de décrochage élevé, c’est ça leur bilan ! Sur le fond des choses, les libéraux n’ont pas le courage de s’attaquer aux vrais enjeux : la bureaucratie scolaire, l’autonomie des écoles, la valorisation des enseignants, l’ajout de ressources professionnelles. Voilà pourtant des avenues importantes pour favoriser la réussite éducative »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation