Éducation

Écoles religieuses illégales : La CAQ veut faire intervenir la DPJ


En bref, selon la CAQ :

  • Il faut empêcher certaines communautés religieuses d’isoler les enfants et de les empêcher d’obtenir une scolarisation adéquate
  • Les ententes conclues entre le gouvernement libéral et certaines écoles religieuses sont insuffisantes
  • Il faut donner plus de mordant à la DPJ afin qu’elle intervienne lorsque l’éducation donnée à un enfant n’est pas suffisante


Écoles religieuses illégales : La CAQ veut faire intervenir la DPJ

La Coalition Avenir Québec a déposé, jeudi à l’Assemblée nationale, le projet de loi 897 afin de donner plus de mordant à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et lui permettre d’intervenir pour assurer à tous les enfants, peu importe la religion de leur parent, une scolarisation qui répond aux valeurs québécoises et aux normes du ministère de l’Éducation.

Selon les députés Jean-François Roberge et Sébastien Schneeberger, instigateurs du projet de loi, les concepts de négligence et de scolarisation prévue actuellement dans la Loi sur la protection de la jeunesse sont trop flous et donnent carte blanche à certains milieux religieux pour scolariser des enfants sans suivre le cursus scolaire conforme aux exigences du gouvernement et valeurs québécoises.

Roberge et Schneeberger demandent au gouvernement libéral de saisir cette opportunité et d’enfin régler le problème grandissant des écoles religieuses clandestines. La solution du Parti libéral, qui a été de conclure des ententes avec certaines de ces écoles afin que les enfants puissent être scolarisés à la maison, ne fonctionne visiblement pas, puisque les cas d’enfants privés d’une éducation de qualité ne cessent de se multiplier.

Citations :

« La situation dans certaines écoles religieuses illégales inquiète les Québécois. Depuis près de 15 ans, chaque fois que surviennent des cas sensibles dans l’actualité, le gouvernement libéral se ferme les yeux et refuse de s’en mêler. C’est assez, je refuse que des communautés religieuses isolent des enfants du reste du Québec et les empêchent d’être exposés aux valeurs enseignées dans nos écoles. C’est le droit à l’éducation de ces enfants qui est bafoué »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation

 

« En avril 2015, la Protectrice du citoyen sonnait l’alarme déjà, en soulevant des inquiétudes quant à la capacité du gouvernement libéral à assurer à nos enfants une éducation au moins équivalente à celle offerte par le réseau scolaire. Dans les dernières années, des centaines d’enfants ont été pénalisés, pris au cœur de problèmes survenus dans des écoles illégales. Ils ne méritent pas cela. Notre projet de loi vise à s’assurer que jamais le droit à l’éducation d’un enfant ne sera bafoué. Les libéraux doivent agir »

 

Sébastien Schneeberger
député de Drummond–Bois-Francs, porte-parole de la CAQ en matière de protection de la jeunesse