Éducation

Taxes scolaires en Outaouais : La CAQ demande au gouvernement Couillard d’empêcher la hausse


En bref, selon la CAQ :

  • Les députés libéraux de l’Outaouais devraient faire pression sur Sébastien Proulx pour qu’il interdise aux commissions scolaires de hausser les taxes scolaires au-delà de l’inflation
  • En laissant passer des hausses de taxes scolaires qui pourraient atteindre 11 %, le gouvernement Couillard démontrerait encore une fois qu’il regarde de haut les préoccupations des familles de la région


Taxes scolaires en Outaouais : La CAQ demande au gouvernement Couillard d’empêcher la hausse

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, doit mettre son pied à terre et annoncer clairement aux familles de l’Outaouais qu’elles ne paieront pas des hausses de taxes scolaires de près de 11 % à compter de l’an prochain, a exigé le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’éducation, Jean-François Roberge.

Les contribuables de l’Outaouais qui paient leurs taxes aux quatre commissions scolaires francophones de la région n’ont pas à être pénalisés pour le manque de leadership du ministre Proulx.

Roberge a rappelé que Sébastien Proulx n’a toujours pas trouvé de solution aux problèmes que lui ont soulevés les dirigeants des commissions scolaires il y a plus d’un mois. Rappelons que de plus en plus de contribuables de la région choisissent de payer leurs taxes à la commission scolaire anglophone, où le taux de taxation est beaucoup plus bas.

La hausse prévue des taxes scolaires avoisine les 11 %, alors que les services aux élèves ont durement écopé sous le règne libéral. Jean-François Roberge est d’avis que les députés libéraux de l’Outaouais doivent faire pression sur Sébastien Proulx afin qu’il empêche les commissions scolaires d’augmenter les taxes scolaires au-delà de l’inflation.

Citations :

« Les familles québécoises n’en peuvent plus. Depuis trop longtemps, les gouvernements libéral et péquiste ont pigé dans leurs poches, en sous-traitant aux commissions scolaires des hausses abusives des taxes scolaires. Cette année encore, les contribuables de l’Outaouais risquent de recevoir une facture salée, parce que le ministre Proulx n’a pas le courage de mettre les commissions scolaires au pas. Au lieu de fermer les yeux, Sébastien Proulx ferait mieux d’ordonner l’annulation de ces taxes. Qu’il prenne le bord des familles, pour une fois ! »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation