Actualité

Intégrité : Philippe Couillard défend le système d'influence libéral


En bref, selon la CAQ :

  • Philippe Couillard défend le système d’influence libéral
  • Il accepte le principe que la responsable du financement au Parti libéral, Violette Trépanier, ait eu accès à des cabinets deministres pour influencer les décisions gouvernementales
  • Le gouvernement libéral doit ordonner une vérification indépendante des nominations partisanes dans les organismes et sociétés de l’État


Intégrité : Philippe Couillard défend le système d’influence libéral

Le premier ministre Philippe Couillard ne peut pas se laver les mains de l’héritage de Jean Charest, puisque 31 députés libéraux actuels, dont 15 ministres, étaient en poste sous l’ère Charest, a souligné le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault. Ils étaient donc tous là lorsque Violette Trépanier communiquait directement avec des cabinets de ministres pour influencer des projets du gouvernement Charest, a indiqué M. Legault.

Le député Éric Caire, de son côté, a tenté de savoir combien de ministres actuels du gouvernement Couillard ont fait des nominations sousrecommandation de l’ex-directrice du financement du Parti libéral, Violette Trépanier. Pour cela, le caquiste a réclamé une vérification indépendante de toutes les nominations libérales.

Nathalie Roy a quant à elle demandé au premier ministre Couillard s’il avait fait les vérifications qui s’imposent, près d’une semaine après les déclarations fracassantes d’Yves Francœur sur une enquête criminelle bloquée impliquant un membre actuel du caucus libéral. La députée de Montarville a constaté que M. Couillard n’avait même pas demandé à son caucus si quelqu’un a été avisé qu’il a fait l’objet d’une écoute électronique lors d’une enquête criminelle, procédure prévue par la loi.

Citations :

« Violette Trépanier, responsable du financement au Parti libéral pendant plus de 10 ans, a eu un accès direct avec des cabinets de ministres pour des projets du gouvernement et le choix de nominations à des postes clés de l’État. Malgré la gravité du problème, Philippe Couillard n’a aucun problème avec ça. Il défend le bon vieux système d’influence libéral. Quand le premier ministre va-t-il enfin se décider à servir les intérêts des Québécois ? »

 

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ

 

« Chaque jour, on en apprend plus sur ce fameux système d’influence libéral. Sous l’ère Charest, c’était : un don, un “Post-it”, une job. Donner de l’argent et être membre du Parti libéral étaient donc des critères pour obtenir un emploi dans l’administration publique. Philippe Couillard doit déclencher une vérification indépendante de toutes les nominations pour s’assurer que personne dans l’administration publique ne doit son emploi à son allégeance politique »

 

– Éric Caire
député de La Peltrie, porte-parole de la CAQ en matière d’efficacité de l’administration publique

 

« Depuis une semaine, nos institutions sont sérieusement ébranlées par le système d’influence libéral qui est exposé au grand jour. La population s’attend à ce que le premier ministre s’assure de la probité des membres de son caucus. Or, il n’a rien demandé ! Le premier ministre a été très vite à exclure du caucus son député de Brome-Missisquoi lorsqu’il a été informé qu’il faisait l’objet d’une enquête criminelle. Est-ce que Philippe Couillard va être aussi vite à identifier le député de son caucus qui serait sous enquête criminelle et l’exclure lui aussi ? »

 

– Nathalie Roy
députée de Montarville, porte-parole de la CAQ en matière d’intégrité