Actualité

Notes gonflées : La CAQ réclame la fin du nivellement vers le bas


En bref, selon la CAQ :

  • Le ministre Sébastien Proulx a refusé de s’engager formellement à ce que la note de passage pour les examens ministériels de fin d’année soit fixée à 60 %
  • Ce n’est pas en traficotant les notes des enfants qu’on assurera leur réussite ou celle de la société québécoise


Notes gonflées : La CAQ réclame la fin du nivellement vers le bas

Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière d’éducation, Jean-François Roberge, exige du ministre Sébastien Proulx qu’il rétablisse la note de passage à 60 % dans les établissements scolaires en vue des examens ministériels de juin prochain.

Selon le député caquiste, il est primordial de mettre fin au nivellement vers le bas et de ce qu’il qualifie de « traficotage » des notes, à la veille des examens de fin d’année. Le gouvernement libéral doit s’engager à tout mettre en œuvre pour non seulement soutenir les enseignants, mais mener tous les élèves du Québec vers une véritable réussite.

Cette demande de la CAQ survient après que le ministre de l’Éducation ait révélé au grand public, la semaine dernière, que pour les examens obligatoires de son ministère, les notes de 58 % et 59 % sont systématiquement majorés à 60 %.

Citations :

« Contrairement à que tout le monde pense, la note de passage aux examens du ministère, ce n’est pas 60 %, mais 58 %. Ce n’est pas la voie à suivre. Aller en dessous de 60 % porte un nom : ça s’appelle niveler par le bas. Ça ne sert personne, pas les professeurs et surtout pas les élèves. Cette fois-ci, le ministre ne peut plaider ni l’ignorance ni l’impuissance. Si le ministre ne bouge pas, c’est qu’il approuve le nivellement par le bas »

 

– Jean-François Roberge
député de Chambly, porte-parole de la CAQ en matière d’éducation