Actualité

DPCP : Philippe Couillard refuse une nomination aux deux tiers de l’Assemblée nationale


En bref, selon la CAQ :

  • En plus des patrons de la SQ et de l’UPAC, la nomination du DPCP doit être entérinée par un vote des deux tiers des députés de l’Assemblée nationale
  • Philippe Couillard a refusé de dépolitiser ce processus, prouvant qu’il préfère protéger le système d’influence libéral
  • La confiance des Québécois envers le système judiciaire est ébranlée. Il faut agir pour assurer la confiance dans nos institutions


DPCP : Philippe Couillard refuse une nomination aux deux tiers de l’Assemblée nationale

La confiance des Québécois envers les institutions est ébranlée, a regretté le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, suite aux nombreux scandales des derniers jours impliquant le Parti libéral.

Afin d’assurer une totale indépendance des institutions policières et judiciaires, M. Legault a réclamé que la nomination du Directeur des poursuites criminelles et pénales soit approuvée par un vote aux deux tiers des députés de l’Assemblée nationale. Malgré l’urgence d’assurer la stabilité de nos institutions de justice et de police, Philippe Couillard a refusé cette proposition.

Rappelons que la CAQ réclame depuis longtemps la même chose pour la sélection du Commissaire à l’UPAC et du Directeur général de la Sûreté du Québec.

Citations :

« Au cours des derniers jours, nos institutions ont été sérieusement ébranlées. Aujourd’hui, la grande majorité des Québécois croit que l’UPAC n’a pas l’indépendance nécessaire pour bien faire son travail. Un doute s’est installé. Une ombre plane au-dessus de nos institutions judiciaires. Il est primordial d’agir et c’est au premier ministre que revient la responsabilité de poser un geste fort pour rétablir cette confiance »

 

« L’apparence de justice et d’indépendance est aussi importante que la justice elle-même. Le premier ministre s’entête à ce que ce soit le gouvernement libéral seul qui nomme les patrons de la police, des enquêtes et des poursuites. Pour rétablir la confiance des Québécois dans nos institutions, la CAQ veut dépolitiser les nominations des patrons de l’UPAC, de la SQ et du DPCP. Philippe Couillard refuse toutes les solutions qu’on lui propose. Il préfère protéger le système d’influence libéral »

– François Legault
député de L’Assomption, chef de la CAQ